Vous êtes ici : Accueil / Magazine Septembre 2010

Magazine Septembre 2010

Editorial

Quelle place l’avenir fait-il aux étudiants ?

Yan de Kerorguen

Au-delà des problèmes concrets qui pèsent sur la vie quotidienne des élèves des universités, d’autres questions plus fondamentales se posent à eux qui témoignent de leurs difficultés à se projeter au-delà de leurs diplômes, mais aussi de leur capacité à provisionner l’avenir.

C’est bientôt la rentrée ! Et pour les étudiants, elle ne se présente pas sous les meilleurs auspices. D’abord sur le plan du portefeuille. En intégrant le prix des transports et de la nourriture, le coût de (...)

Au-delà des problèmes concrets qui pèsent sur la vie quotidienne des élèves des universités, d’autres questions plus fondamentales se posent à eux qui témoignent de leurs difficultés à se projeter au-delà de leurs diplômes, mais aussi de leur capacité à provisionner l’avenir.

C’est bientôt la rentrée !
Et pour les étudiants, elle ne se présente pas sous les meilleurs auspices. D’abord sur le plan du portefeuille. En intégrant le prix des transports et de la nourriture, le coût de la vie étudiante a progressé de 4,3% entre 2009-2010 et 2010-2011.
Les dépenses liées au logement sont les premières sur les bancs des accusés, avec une augmentation des frais de 8,1% à Paris et de 5,6% en province par rapport à l’année 2009. Or, le budget étudiant pour le logement représente 40% de leurs dépenses. Quand bien même, pour la première fois, les objectifs gouvernementaux pour le logement étudiant sont respectés avec la livraison de 13 500 nouvelles chambres, c’est bien largement au dessous des efforts qu’il faudrait consentir.
Se loger reste une véritable course d’obstacles. Les loyers de studios ou de chambres sont chers et les possibilités sont rares. Le manque de réactivité de l’Etat et la faiblesse du parc public ne permettent pas, actuellement, de répondre aux besoins.

Au-delà de ces difficultés économiques quotidiennes, d’autres échéances témoignent de leur difficulté à se projeter au-delà de leurs diplômes. Entrer dans la vie active, construire son autonomie : par quels chemins accède-t-on, en France, à l’indépendance ? Quelle place la société française fait-elle à sa jeunesse, comparativement à ses voisins européens ? Autant de questions mises en évidence par Cécile Van de Velde, sociologue membre de l’Équipe de recherche sur les inégalités sociales (ERIS).

Dans un ouvrage récent (Jeunes d’aujourd’hui, France de demain. La Documentation française), elle souligne que la jeunesse se retrouve aujourd’hui au cœur de problématiques qui irriguent la société toute entière et pèsent sur ses perspectives d’évolution. Selon François Dubet, sociologue, directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales ( auteur de : Les sociétés et leur école, avec M.D Bellat et A. Vérétout. Seuil), on attend beaucoup de l’école . « Il ne faut pas qu’elle ait le monopole de l’attribution du statut social ». Quant au diplôme, son emprise est exorbitante et rend les élèves anxiogènes. Cela n’est pas le cas dans les pays du nord et les pays nouveaux comme l’Australie.

L’avenir, il est vrai, n’incite pas à voir clair. Des débouchés incertains, la crise économique et ses effets, les problèmes d’environnement, la réduction de la biodiversité, la dette, le déséquilibre démographique, …autant de nuages qui assombrissent l’horizon. En décembre 2009, 75% des Français âgés de moins de 30 ans manifestaient leur inquiétude à l’égard du futur.

Même munis d’un diplôme, le chemin vers l’emploi se fait dans la précarité des stages et la difficulté de trouver un emploi. Un quart des 18-29 recherchent un emploi (soit 10% de plus que la moyenne des Français). « Dans un contexte fortement marqué par la fragilité de la situation économique, l’efficacité du système éducatif et l’accessibilité du marché du travail aux nouveaux entrants représentent des enjeux cruciaux. Or, les performances de la France à cet égard sont moins satisfaisantes que celles d’autres pays » observe Cécile Van de Velde (op.cit.).

« Les jeunes ont le sentiment d’avoir été trompés par le système scolaire et cette déception n’est pas sans effets sur l’école elle-même. » explique François Dubet. Et sans emploi, difficile d’obtenir un logement. A moins de faire jouer la solidarité intergénérations, pour ceux qui en ont la possibilité. La dégradation du marché du travail depuis 30 ans a entraîné, pour une grande partie des jeunes, l’allongement de la phase située entre la fin des études et l’entrée dans l’âge adulte et l’installation durable dans la précarité.

La « flexibilité » repose pour une très grande part sur les plus jeunes. Ils servent de variable d’ajustement des effectifs en cas de crise. 17 % des 5 millions de 18-29 ans qui ne vivent pas chez leurs parents ont des revenus inférieurs au seuil de pauvreté, contre 13 % pour l’ensemble de la population (données 2005).

De nombreux sociologues tirent la sonnette d’alarme, convaincus que face à une telle facture et devant de telles épreuves, la jeunesse pourrait bien se rebeller. Pour Eric Maurin ( La peur du déclassement. Seuil), les trajectoires brisées et les parcours incertains d’une génération « déclassée » nourrissent, à l’échelle de la société tout entière, la crainte, la méfiance et, plus encore, un ressentiment contre l’école et les institutions. Fini l’ascenseur social !

Bernard Spitz (Le papy-krach ». Grasset) pense que les jeunes, qu’il s’agisse des stagiaires, des étudiants des universités ou des « quartiers » défavorisés, pourraient très vite refuser de payer pour le modèle social de leurs parents. Plus philosophes, certains auteurs comme Pierre-Henri Tavoillot ( Philosophie des âges de la vie ». avec Eric Deschavannes. Grasset) estiment que la famille jouera le rôle de « rempart social » et deviendra une valeur refuge. Mais au prix psychologique d’une lutte des âges et d’une plus grande difficulté à devenir adulte.

Presque paradoxalement, malgré leur paupérisation et une baisse de niveau de vie relative de plus de 20 points, 86% des jeunes se disent se sentir en sécurité dans leur vie de tous les jours. Ils portent un regard beaucoup plus confiants sur leur futur immédiat que les gens plus âgés. Selon une étude Futuribles (Janvier 2008) les jeunes européens accordent une place plus grande à l’épanouissement individuel.

Mais contrairement à ce qu’on pourrait supposer sur cette génération de l’internet, née avec un joystick et une souris dans la main, « ils ne sont ni asociaux, ni indifférents à la marche du monde. Plus critiques et plus réactifs que leurs parents, ils ont une vision très claire de ce que signifie la citoyenneté et manifestent un sens de l’éthique plus fort que leurs parents.

Comme l’indique une étude menée par des chercheurs britanniques ( The Future Foundation. The National Lottery), une grande majorité des futurs adultes sont de vrais citoyens en herbe, préoccupés par l’avenir du monde dans lequel ils vivent. « Ils veulent construire une société saine où les gens sont connectés les uns aux autres, échangent, se respectent, se font confiance ».

Au terme d’une vaste enquête menée auprès de 100 000 personnes aux Etats-Unis, deux psycho-sociologues américains, Paul Ray et Sherry R. Anderson (L’émergence des créatifs culturels. Ed. Souffle d’or) ont conclu que des millions de personnes seraient, selon eux, en train de prendre leurs distances, dans leur vie personnelle et sociale, avec la société de la compétition à tout prix. D’après eux, nous serions actuellement en train de vivre un profond bouleversement de société.

La plupart de ces spécialistes estiment qu’il faudra compter avec l’inventivité sociale. A la marge, des parcours bis, marqués par le pragmatisme, les expériences personnelles, la pratique associative, l’apprentissage sur le terrain, la formation permanente, l’aspiration à l’autonomie, sont de nature à redonner un peu d’optimisme en apportant des solutions souvent inédites. Les jeunes précaires, qui ont appris à vivre avec les incertitudes de l’emploi ont investi dans leur capital social (relations, collectifs, réseaux sociaux… Ils sont conscients que leur début de carrière sera souvent pour beaucoup d’entre eux synonymes de précarité. Ils ont appris à miser sur eux-mêmes et comptent presque plus sur les expériences accumulées collectivement que dans leur diplôme.

Leur espoir : le réseau, le collectif, l’entr’aide, qui leur permettent de réinventer des solidarités ajustées aux transformations en cours. A la différence des seniors, les juniors utilisent les technologies sans état d’âme. Le réseau leur offre le monde sur un plateau. Le foisonnement numérique et virtuel offre une sorte de « seconde chance » de se reconstruire une autre réalité entre expérience concrète et projection imaginaire. Un monde de pratiques éphémères ou durables, dans lequel on peut avoir des amis, où on joue un rôle, où on est « reconnu », le temps qu’il faut pour se donner confiance.

Une autre manifestation de cette « provision pour le futur » est l’hédonisme. « Pour une fraction de la jeunesse, la fête se confond avec un mode de vie » soutient Monique Dagnaud, sociologue au CNRS (La teuf. Essai sur le désordre des générations. Seuil ). De nuits blanches, en fêtes de la musique, en passant par les technoparades, tout est prétexte à exalter la vie, l’explosion des sens. La fête comble la peur du vide.

Garde à vue : Lettre ouverte à Madame le Garde des Sceaux

par Maître Christiane Férat-Schuhl et Maître Yvon Martinet

Dans cette lettre ouverte à la Ministre de la Justice et des Libertés, suite à ses déclarations du 7 septembre 2010, Maitre Christiane Féral-Schuhl et Maitre Yvon Martinet, candidats au Bâtonnat de Paris, proposent d’harmoniser le régime des libertés et de sa privation, en créant une garde à vue européenne.

Madame le Ministre, J’ai pris connaissance du (...)

Réformes : pas de justice sociale sans équité entre les générations

par Najat Vallaud-Belkacem* et Bruno Palier*

DEBAT. Dans ce texte publié dans la newsletter n°19 du think tank Terranova, les auteurs soulignent que la réforme des retraites menée par le gouvernement sanctionnera durement les jeunes générations qui devront cotiser plus avec le recul de l’âge légal et percevoir moins avec la baisse à venir du niveau des pensions.

Les jeunes générations vont payer trois (...)

Liberté publiques en Egypte : we don’t Caire !

par Christophe Deshayes co-auteur des Révolutionnaires du Numérique

Christophe Deshayes a écrit en collaboration avec Michel Berry "Les Révolutionnaires du numérique" publié aux éditions Autrement (mars 2010). Il est conférencier d’entreprise sur les Technologies de l’Information et de (...)

Mobilité et transports durables : imaginer la ville de demain

par Estelle Leroy

Au delà des initiatives de transports durables, c’est la finalité de la mobilité dans les centres urbains qu’il faut appréhender pour esquisser les villes de demain

« Le futur est généralement très différent de ce qu’on a prévu, la difficulté est de satisfaire les besoins de maintenant et de construire une flexibilité qui accueille les comportements à venir » explique le (...)

Une petite plage d’information

Le journal d’un journaliste par Bruno Tilliette

Avez-vous vu l’épaisseur des journaux durant ce mois d’août (pour ceux qui ont continué d’en acheter) ? La maigreur des journaux télévisés ? La pauvreté des informations délivrées ? L’insipidité des sujets traités ? Le triomphe des (...)

Transports publics : 39% des Français veulent les utiliser davantage

Sondage CSA

A l’occasion de la 4e édition de la Journée du transport public, le GIE Objectif transport public GART-UTP présente les résultats d’un sondage CSA sur les nouveaux comportements des Français en matière de déplacements. 39 % des (...)

Dons : les pauvres sont plus généreux que les riches

D. Sabo

Malgré la crise, la générosité est plus forte chez les contribuables les plus modestes, révèle le "Baromètre sur la générosité des Français". *

Environ un Français sur quatre apportent un don aux grandes causes (...)

Place Publique sélectionnée pour les trophées e-démocratie : votez pour nous !

Place publique

Le Trophée français de l'e-Démocratie récompense la meilleure initiative de démocratie sur Internet. La remise du Trophée français de l'e-Démocratie édition 2010 aura lieu le 14 octobre 2010 à Issy-les-Moulineaux, lors du World eGov (...)

Le baromètre de la mobilité durable

présenté par la Macif*

A l’occasion de la Semaine de la Mobilité et de la Sécurité routière 2010, la Macif *présente les résultats de la 4ème vague de son Baromètre de la mobilité durable.

Principale leçon de cette étude : les économies que (...)

Le World Forum Lille s’enracine dans l’économie responsable

Gilles Bridier

Peu à peu, le World Forum Lille acquiert sa spécificité pour promouvoir « l’économie responsable ». Pour sa quatrième édition, cette manifestation va se focaliser, du 24 au 26 novembre dans la capitale du Nord-Pas de Calais, sur la (...)

Emploi à la hausse dans l’économie sociale

Par Muriel Jaouën

L’enquête annuelle de Recherches & Solidarité montre une progression globale de l’emploi dans l’économie sociale en France. Avec des disparités statutaires et régionales.

Réalisée en coopération avec l’Agence centrale des organismes de sécurité sociale (Acoss) et la caisse centrale de la MSA, la sixième édition du « Bilan de l’emploi 2009 dans l’économie sociale (...)

Etude

La concentration au travail : une gageure

Place publique

Selon une étude réalisée par Sciforma[1], le temps de travail des Français est de plus en plus morcelé. Impossible pour un Français de rester concentré plus de 12 minutes sur son travail sans être interrompu

Dominés par l’informatique et les télécommunications, les salariés sont sollicités en permanence par la messagerie interne, les messages instantanés, les appels (...)

Arrêter Mladic, ce serait assumer la vérité sur Srebrenica

Sylvie Matton *

Retour sur Srebrenica. Soucieux de ne pas lâcher prise sur la nécessité d’arrêter le général Mladic, Place Publique reproduit ici un article de Sylvie Matton qui explique pourquoi les grandes puissances rechignent à voir le (...)

Jeunes européens : 28 actions pour faciliter le premier emploi

Communiqué

5 millions de jeunes Européens recherchent actuellement un emploi. Pour bon nombre d’entre eux, les possibilités d’embauche sont toutefois limitées parce qu’ils ne possèdent pas l’expérience ou les qualifications requises.

Auj

Fiche de lecture

Pierre Concialdi : « Retraites, en finir avec le catastrophisme ».

par Yan de Kerorguen

Que les retraités soient obligés de se mettre au régime sec n’est pas une fatalité. C’est ce qu’explique Pierre Concialdi, dans un livre important, « Retraites en finir avec le catastrophisme », paru aux Editions Lignes de (...)

Génération Y : Le choc des cultures au sein de l’entreprise : l

Par Daniel Ollivier*

L’entreprise comme la société vit actuellement de profondes mutations, qu’elles soient économique, organisationnelle ou technologique. Une autre mutation vient accroître la complexité des évolutions en cours : elle est démographique (...)

Le Conseil de l’Europe présente une initiative pour améliorer la situation des Roms

Place publique

Le Secrétaire Général du Conseil de l’Europe, Thorbjørn Jagland, a présenté le 16 septembre 2010, au Comité des Ministres, une initiative pour aider à surmonter les problèmes immédiats et à long terme concernant les droits et obligations des communautés roms dans toute l’Europe.

« Le Conseil de l'Europe a fait part à plusieurs reprises de son inquiétude (...)

La précarité de l’emploi gagne du terrain

par Gilles Bridier

Une baisse du chômage fin juillet. Et c’est tout le gouvernement qui s’en félicite. Pas si vite ! En regardant les chiffres, il n’y a pas de quoi se réjouir

C’est l’histoire du verre à moitié vide ou à moitié plein. En août, le (...)

Les Roms exclus de l’accès au logement.

Yan de Kerorguen

Les tsiganes Roms sont fortement défavorisés dans l’accès au logement, qu’il soit privé ou social, et ce dans l’ensemble de l’Union européenne. Cette discrimination se traduit par des conditions de logement inacceptables, par (...)

Mieux comprendre l’infertilité masculine, grâce à la levure

D. Sabo

Des chercheurs ont découvert que la levure avait un point commun avec l’homme. Ils utilisent tous deux le même processus moléculaire pour « assurer l’intégrité de leur patrimoine génétique » pendant la reproduction ». Une découverte (...)

Europe 2020 : relancer les grands chantiers économiques

Place publique

Au lendemain d’une crise aux lourdes conséquences économiques et sociales pour l’Europe, face à la concurrence des pays émergents et aux défis environnementaux de plus en plus aigus, la stratégie « Europe 2020 », présentée par la (...)

La culture française : peu présente dans les réseaux

Denis Ettighoffer

Denis Ettighoffer souligne la faiblesse de la France en matière d’exportation de biens culturels et de commercialisation de biens numériques

Au Japon, le « Manga » est ce que le « Coca Cola » est aux Etats-Unis, un porte drapeau de la culture nationale assumé, utilisé pour la valoriser à l’international. En 2005, le gouvernement japonais a commandé une étude prospective (...)

La cuisson solaire : une solution économique pour les populations pauvres

D. Sabo

L’association Bolivia Inti forme les populations pauvres à cuisiner sans bois et sans gaz, grâce aux cuiseurs solaires

Cuisiner grâce à l’énergie infinie et gratuite du soleil, telle est l’idée lancée par l'ONG Bolivia Inti, il (...)

Fiscalité : la solidarité n’est pas un calcul financier

Place publique

France générosités, le Centre Français des Fondations et la CPCA, d’une même voix, rappellent que les incitations fiscales ne doivent pas être considérées comme des niches fiscales

Lutte contre la pauvreté, recherche (...)

Génération stagiaire, génération précaire.

Par Caroline de Hugo

La rentrée s’annonce difficile : vote de la loi sur les retraites, recul des libertés et du droit de circuler, montée du chômage et baisse du pouvoir d’achat… Le tout sur fond de reconduites des Roms à la frontière. Avec, en (...)

Moteur de recherche

Recherche simple
Soutenez Place Publique
SOMMAIRE du magazine