Vous êtes ici : Accueil / Magazine Octobre 2009

Magazine Octobre 2009

Editorial

ECOLOGIE : de Pittsburgh à Copenhague, tout reste à faire !

Yan de Kerorguen

Sortie de crise ? Ne nous réjouissons pas trop vite.

Il ne suffit pas de déclarer que les paradis fiscaux, comme Capri, c’est fini ! Ou que les vilains traders seront amendés et que les bonus seront bannis ! Et quand bien même cela serait, il en faudrait plus pour changer la donne ? Suffirait-il donc de « moraliser le capitalisme », en resserrant quelques règles pour que le tour soit joué ? Trop facile. Suffirait-il que le petit Nicolas trépigne du pied pour que la face du monde s’en trouve changée (...)

Sortie de crise ? Ne nous réjouissons pas trop vite.

Il ne suffit pas de déclarer que les paradis fiscaux, comme Capri, c’est fini ! Ou que les vilains traders seront amendés et que les bonus seront bannis ! Et quand bien même cela serait, il en faudrait plus pour changer la donne ? Suffirait-il donc de « moraliser le capitalisme », en resserrant quelques règles pour que le tour soit joué ? Trop facile. Suffirait-il que le petit Nicolas trépigne du pied pour que la face du monde s’en trouve changée ? Vanité ! Non, pas de quoi pavoiser ! Tout reste à jouer.

Voyons les choses en face.
Le chômage continue d’augmenter considérablement. L’endettement publique aussi. La crise n’a pas amoindri l’excès de financiarisation. 40% des profits viennent de Wall Street et de l’économie virtuelle. La pathologie de la cupidité, érigée en principe de management, reste bien ancrée dans les comportements. 33 milliards de bonus distribués aux USA plus que ce qu’il faudrait pour aider à lutter contre la faim dans le monde. On continue à faire de l’argent sur l’effondrement des entreprises ou celui de tel ou tel pays. A l’heure actuelle, c’est le Mexique qui est la cible. On parie sur sa faillite. Jamais on a autant spéculé. La nécessité de contrôler les banques, au-delà des annonces, est loin d’être partagée. Il y a 20 établissements financiers qui font la loi dans le monde. Et toujours pas d’enquêteurs mondiaux pour surveiller ces pouvoirs exhorbitants.

Une autre incertitude courre : quid de l’émergence des nouveaux acteurs mondiaux de l’économie ? La Chine et l’Inde ne sont pas d’une espèce différente de la nôtre. Ils ont envie de goûter aux choses profitables. Et derrière leur avidité se profile le risque d’une répétition de notre propre histoire et de ses avatars.

La crise que nous traversons est celle d’un système qui, à partir des années 80, a pensé qu’il pouvait abolir les leçons de l’histoire. Nous sommes confrontés à une nouvelle révolution morale qui nous oblige à gérer et réguler solidairement la contrainte écologique et économique . Mais aussi à changer nos habitudes de consommation

Ce qui doit nous rendre extrêmement prudent dans nos annonces et nos résolutions est que nous n’avons désormais plus de joker en main. L’état de plus en plus déficitaire ne se portera plus garant. Comme le souligne Daniel Cohen, dans son dernier ouvrage « la Prospérité du vice » ( Albin Michel) , le risque d’une deuxième crise est présent. Imaginons un seul instant, dit-il, que le ménage américain, moteur de la croissance mondial, décide de ne peut plus payer à cause de son surendettement. Patratrac. Le déficit public devra alors prendre le relais. Mais sera-t-il seulement en mesure de le faire ? Rien n’est moins sûr. Et si la crise était d’une autre trempe que toutes celle que nous avons connu au cours du XXème siècle, se demande l’économiste qui évoque une crise globale, civilisationnelle, une crise où ce qui est remis en cause n’est pas que la finance mais aussi notre folle course en avant, notre obésité consommatrice, la perte du sens, la rupture de communication avec la nature. Sans doute nous en dira-t-il plus lundi 19 octobre 2009 lors de la remise officielle de son Rapport sur "les nouveaux modèles de croissance"

Ce qu’attendent les citoyens préoccupés par leur avenir est une véritable réforme basée sur de nouveaux comportements, plus économes, plus responsables. Une réforme qui facilite le contrôle démocratique des transactions financières et favorise l’investissement massif dans la recherche scientifique, la culture, l’éducation et la santé. Une réforme en vert qui trouverait autour de la révolution numérique l’un de ses principaux moteurs. Avec à la clé : de nouveaux modes de coopérations, la réduction des inégalités, la production d’idées, la promotion des biens publics. Et pour objectif : la transmission aux jeunes générations d’une planète en bon état ! Changer de système revient à substituer au « greed » (qui veut dire en anglais "l’avidité", "la cupidité" mais aussi la "gourmandise"), le « green », c’est à dire l’environnement.

Il y a quelques années David Gottfried (auteur de «  Greed to green : the transformation of an industry and a life ». Worldbuild Publishing. 2004) proposait une telle mutation dans le domaine de la construction . Nombre d’acteurs économiques, meurtris par la violence de la crise, en sont venus à résipiscence et en appellent à un nouvelle stratégie économique d’inspiration plus sociétale.

De nouveaux modèles apparaissent inspirées de l’économie sociale. Les associations mais aussi les entreprises sont bien souvent leaders dans la définition de ces horizons. Aujourd’hui, l’entreprise uniquement préoccupée par ses bénéfices et indifférente au développement du pays est en perte de vitesse. Place à l’expérimentation, à l’innovation.
Responsabilité sociale oblige, de plus en plus d’organisations sont à la recherche de projets en cohérence avec leurs activités économiques et pouvant s’inscrire dans un meilleur équilibre entre la rémunération du capital et des salaires. Dans cette économie « solidaire », on pourrait imaginer que les banques qui voudraient empoisonner le monde avec des produits toxiques soient obligées de les gouter avant. Il est alors probable qu’elles ne les diffuseraient pas.

Green contre Greed, c’est ce qu’a bien compris Barack Obama qui n’a de cesse de donner des gages à l’opinion pour lui prouver que sa volonté de faire de l’environnement l’une des priorités de son mandat reste intacte, malgré la gravité de la crise. Green au sens large, puisqu’il inclut aussi la santé, le bien être et l’éducation des nouvelles générations. Le chantier est massif et prometteur comme le montrent les innovations énergétiques dans l’eau, dans l’air, sous terre, dans le corps, sous des formes diverses : mécanique, thermique, cinétique, en passant par l’hydrogène, le soleil du désert, les vagues, les marées, les vents, les microalgues. La question aujourd’hui est la suivante. Comment grâce à l’énergie de la foule, mettre en marche les ressorts d’une société future qui saurait utiliser tous les possibles et remettre l’économie réelle avant la finance ?

Même si, outr’atlantique, il reste beaucoup à faire pour changer les habitudes des banquiers, l’Amérique d’Obama est sur le point d’accomplir un tournant majeur de son histoire en rompant avec huit années d’indifférence à la lutte contre le changement climatique. Dans le plan de relance du nouveau Président américain chiffré à 787 milliards de dollars sur dix ans, entre 75 et 110 milliards de dollars seront consacrés à des initiatives liées au climat. Avec deux postes essentiels, d’une part ; les investissements dans les énergies propres (31 milliards), d’autre part ; l’amélioration et la gestion de l’efficacité énergétique (plus de 44 milliards de dollars) à travers un gros effort porté aux infrastructures. Quelques 8 milliards de subventions sont prévues pour des lignes TGV, 4,5 milliards pour rénover le réseau électrique saturé, autant pour l’isolation des bâtiments publics fédéraux.

Le second atout, ce sont les emplois verts. «  Investir 100 milliards dans l’industrie pétrolière, par exemple, crée environ 542.000 emplois ; la même somme dépensée dans un programme d’infrastructures vertes en crée presque 4 fois plus », affirme Bracken Hendricks, du Center for American Progress, un « think tank » proche de l’administration Obama. Des jobs plus nombreux donc et, surtout, de « bons jobs » peu délocalisables. Un argument de poids alors que le chômage s’envole. Verre à moitié plein, verre à moitié vide, finalement. Il serait illusoire de penser que Barack Obama, à lui seul, changerait la donne. Néanmoins, on change de registre par rapport à l’ère Bush et même sans remise en cause de la société du gaspillage, le gouvernement fédéral prend la suite des dizaines d’initiatives locales déjà existantes dans ce pays.

Si l’on raisonne à l’échelle mondiale, l’industrie des énergies renouvelables pourrait représenter près de 7 millions d’emplois d’ici 2030, à condition que les dirigeants mondiaux saisissaient l’opportunité d’investir dans un avenir plus écologique en obtenant un traité fort au Sommet du climat à Copenhague en décembre, Confrontés au péril climatique, les dirigeants du monde entier devront parvenir à surmonter leurs divergences d’intérêts de court terme pour se rassembler autour d’un projet politique mondial fondé sur un constat scientifique objectif et ainsi donner une suite au protocole de Kyoto...

D’après un rapport intitulé "Energy (R)evolution, rendu public le 14 septembre 2009 par Greenpeace International et le European Renewable Energy Council (EREC), l’énergie renouvelable pourrait couvrir d’ici 2090, tous les besoins de la planète et le monde pourrait se passer des carburants d’origine fossile affirment les deux organisations. Selon Sven Teske, responsable de Greenpeace, la priorité donnée à l’énergie renouvelable pourrait conduire à la création de nombreux emplois. Le GIEC (Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat), organisme mis en place par l’Onu et qui a reçu le prix Nobel de la paix en 2007 avec Al Gore, juge dans la préface de cette étude que l’étude menée par Greenpeace et l’EREC est "exhaustive et rigoureuse".

Internet est le plus proche allié de la green économy. L’outil n’a pas fini de surprendre. Son instantanéité permet de trouver des solutions rapides à l’échelon mondial et avec la science, on sait bien que de nombreuses découvertes sont encore à venir. Outre l’effort d’information pour favoriser la prise de conscience des populations, des dispositifs d’autorégulation, des mesures réglementaires faciliteront l’intégration de l’arsenal technologique. Rendez-vous à Copenhague…

Appel de Florence Hartmann : signez la nouvelle pétition

Condamnée pour outrage à la cour le 14 septembre 2009, Florence Hartmann continue son combat pour la liberté d’expression et fait appel de son jugement.Signez la nouvelle pétition.

Lettre du Comité de soutien à Florence Hartmann

Une nouvelle pétition pour Florence Hartmann

Madame, Monsieur, Vous avez accepté de signer, il y a quelques mois, une pétition pour soutenir Florence Hartmann et défendre la Justice internationale. Nous vous en remercions à nouveau. Nous vous avons informé de la condamnation de Florence Hartmann, le 14 septembre. La clémence toute relative du verdict doit certainement (...)

Condamnée pour outrage à la cour, Florence Hartmann fait appel de son jugement

Le 24 septembre, la Défense de Florence HARTMANN a interjeté appel devant le Tribunal Pénal International pour l’ex-Yougoslavie du jugement pour outrage à la Cour rendu le 14 septembre qui condamnait la journaliste française d’entrave à la justice pour avoir révélé des informations relatives à deux décisions confidentielles de la Chambre d’appel du TPIY rendues en 2005 et 2006 (...)

Stress au travail : une facture de 20 milliards d’euros par an.

par Muriel Jaouën

Le stress fait des ravages dans les têtes et les corps. Il génère des coupes sombres dans les effectifs des entreprises. Mais combien coûte-t-il à la collectivité ? Le calcul est aussi complexe que les méthodologies sont (...)

GPS : une boussole pour les PME

Par Muriel Jaouën

Avec la Gestion des Perspectives Sociales (GPS), les petites entreprises disposent d’un outil et d’un référentiel abordables pour mesurer la perception qu’ont les salariés de leurs conditions de travail . Outil testé par SECMA, entreprise de BTP, auprès de ses 40 collaborateurs.

GPS : un sigle facilement mémorisable - la résonance avec la technique bien connue (...)

La presse malade d’elle-même (1)

par Denis Ettighoffer

Cet article est le premier d’une série de trois articles qui fait le point sur l’avenir de la presse, papier et internet. L’auteur établit dans ce premier texte le diagnostic général. .

Diagnostic Durant les années 1980 et 1990, j’ai beaucoup fréquenté les journalistes. Après les exercices imposés, nous papotions volontiers sur les effets des NTIC sur la presse et la (...)

Débat public sur les nanotechnologies

Faut-il avoir peur des nanotechnologies ?

Yan de Kerorguen

Le débat public sur les nanotechnologies est lancé. La prochaine réunion se tient, à Toulouse, le mercredi 20 octobre 2009 (voir notre AGENDA). Cette question ô combien controversée va s’imposer dans l’actualité scientifique et (...)

Du stress au bien-être

par Bruno Tilliette

Stress : ce mot est attesté en anglais depuis le XIVe siècle. Il a d’abord signifié « épreuve, affliction », puis « pression, contrainte, surmenage, agression ». Il est la réduction d’un autre mot anglais datant du XIIIe, distress, (...)

Entretien avec Pascale Levet : le travail, un enjeu de qualité*

propos recueillis par Bruno Tilliette

Pour Pascale Levet, directrice technique et scientifique de l’Anact (Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail), il faut passer de la notion de « conditions de travail » à celle de « qualité de vie au travail (...)

Europe : 50 milliards dans les énergies du futur.

Place publique

La Commission européenne recommande d’investir, d’ici à 2020, 50 milliards d’euros supplémentaires dans les technologies à faible émission de carbone

Dans une proposition sur l’investissement dans le développement des (...)

Cartographier la pensée pour déchaîner l’innovation

Entretien

Entretien avec Jean-Michel Cornu*

YdeK : Vous êtes directeur scientifique de la Fondation Internet Nouvelle Génération. Quel est votre parcours ? J-M.C : J’interviens depuis plus de vingt ans comme consultant international et (...)

Face à la « jungle » de Calais, une Europe malthusienne

par Gilles Bridier

Dans la crise, l’Europe se recroqueville. L’épisode du démantèlement de la « jungle » de Calais, l’un des campements de transit des candidats à l’immigration en Grande Bretagne, met en scène bien plus que le gouvernement français face (...)

Le suicide au travail : un phénomène qui n’est pas récent

Yan de Kerorguen

25 suicides chez France Télécom, 6 au sein du Groupe PSA, 5 au Technocentre de Renault. Sans compter tous ceux partis dans le silence ou l’indifférence. 300 à 400 salariés se suicideraient en France chaque année.

Le phénomè

Didier Lombard, quatre ans de trop !*

par Gilles Bridier

Le patron de France Télécom est devenu chef d’entreprise en toute fin de carrière.

Quatre ans de trop ! Didier Lombard a pris les rênes d’une grande entreprise à l’âge ou d’autres prennent leur retraite. Il fêtait ses 63 ans le (...)

Biomimétisme : quand l’architecture veut imiter la nature

par Estelle Leroy

Concevoir des bâtiments qui s’inspirent et imitent les éléments de l’environnement dans lequel ils sont situés. De plus en plus souvent, les architectes regardent la nature non seulement comme un lieu dont il faut tenir compte et (...)

L’eau, source de conflits frontaliers

Par Jean-Louis Lemarchand

L’aspect stratégique de l’eau et la nécessité d’une coopération internationale ont été affirmés lors du Forum mondial de l’eau de mars dernier à Istanbul. La revue Géopolitique dresse un panorama des risques de conflits entre pays pour l’accès à l’eau.

« Rien n’indique que l’absence de conflits dans le passé offre la même garantie pour le futur ». (...)

Le bonheur ne peut être que collectif

Par Jean-Louis Lemarchand

Les initiatives sociales et collectives peuvent contribuer au bonheur. Telle est la conviction du Crédit Coopératif qui a réuni 800 personnes sur ce sujet lors de sa 29 ème Rencontre Nationale le 8 octobre 2009.

« Dans notre démarche d'utopie mobilisatrice nous avons eu l'immodestie en cette période de crise majeure, d'apporter notre contribution à la question de la (...)

Interview de Thierry Ribault : Les Suédoises victimes de la “double charge”

Propos recueillis par Muriel Jaouën

La Suède connaît l’une des ségrégations sexuées du marché du travail les plus élevées et un taux d’absentéisme féminin record. Un vrai paradoxe, au regard de la représentation souvent idéalisée du “modèle suédois”. Eclairage de Thierry (...)

« Médias : la faillite d’un contre-pouvoir »

par Yan de Kerorguen

Le livre de Philippe Merlant et Luc Chatel qui vient de sortir aux éditions Fayard est sans complaisance. Il décrit par le menu l’abandon par la presse d’une grande partie de ce qui faisait sa grandeur : sa vocation de (...)

Karadzic enfin jugé !

Yan de Kerorguen

Quatorze ans après le mandat d’arrêt lancé par le Tribunal Pénal International contre Radovan Karadzic, le procès tant attendu par les familles des victimes vient de débuter à La Haye. L’accusé, responsable des atrocités commises (...)

Grenelle de la Mer : "La Boudeuse" lève l’ancre le 21 octobre 2009

Place publique

Trois siècles après la frégate de l’illustre Bougainville, le trois-mâts La Boudeuse, largue les amarres, pour accomplir, à l’ancienne, une mission inédite du Grenelle de la Mer.

Le sens de l’aventure et de la découverte,

Mieux vivre au travail : un site pour prévenir le stress au travail

Place publique

Mieux vivre au travail est une campagne européenne mise en oeuvre dans 18 pays européens d'octobre 2009 à novembre 2010 Cette campagne veut sensibiliser et encourager les différents acteurs du monde du travail pour mieux (...)

Les 2/3 des Français font d’abord confiance aux associations pour lutter contre la crise

Place publique

Selon un Sondage exclusif CSA / CHORUM/ CREDIT COOPERATIF / MAIF, 68 % des Français considèrent les associations comme l’acteur le plus efficace pour agir contre les difficultés provoquées par la crise. Ils les placent juste devant les citoyens eux-mêmes (65 %), et très loin devant les autres acteurs, notamment les Pouvoirs publics.

Les Français, conscients de (...)

La presse malade d’elle même (2)

par Denis Ettighoffer

Cet article est le second d’une série de trois articles qui fait le point sur l’avenir de la presse, papier et internet.
L’auteur fait ici état du déficit de prise en compte des atouts de la numérisation

Rendre payant la presse en ligne nécessite de véritables innovations dans les produits proposés Pour contrer la baisse des revenus publicitaires, on observe un (...)

Hadopi 2 : feu vert quasi intégral du Conseil Constitutionnel

Jean-Louis Lemarchand

Le Conseil constitutionnel a validé le 22 octobre l’essentiel du projet de loi sur le piratage sur internet, Hadopi 2. Il apporte néanmoins une réserve quant au système de l’ordonnance pénale qui met en cause les droits de la défense.

Saisi par des parlementaires socialistes à la suite de l’adoption par le Parlement de la loi « Hadopi 2 » le 22 septembre, le (...)

Les inégalités entre les sexes persistent dans l’éducation

Place publique

Les différences et les inégalités entre les sexes persistent dans l’éducation ainsi que dans certains aspects culturels de l’éducation et de la formation. C’est l’un des principaux messages qui ressortent d’un nouveau rapport d’experts indépendants sur la dimension hommes-femmes et l’éducation publié par la Commission européenne.

Les auteurs soulignent (...)

Moteur de recherche

Recherche simple
Soutenez Place Publique
SOMMAIRE du magazine