Vous êtes ici : Accueil / Magazine Novembre 2010

Magazine Novembre 2010

Editorial

Crise économique : le rodéo financier continue

par Yan de Kerorguen

La crise est-elle enfin derrière nous ? Tous les signes montrent qu’elle est encore bien là. Virulente. La réforme du système financier semble très mal assurée. La défaite d’Obama risque de compromettre les velléités de moraliser l’économie. Car les mauvaises habitudes restent profondément ancrées dans les profondeurs d’un système qui trouve avantage à continuer sa course folle. Jusque quand ?

A plus d’un titre, la défaite du camp démocrate aux élections américaines de (...)

La crise est-elle enfin derrière nous ? Tous les signes montrent qu’elle est encore bien là. Virulente. La réforme du système financier semble très mal assurée. La défaite d’Obama risque de compromettre les velléités de moraliser l’économie. Car les mauvaises habitudes restent profondément ancrées dans les profondeurs d’un système qui trouve avantage à continuer sa course folle. Jusque quand ?

A plus d’un titre, la défaite du camp démocrate aux élections américaines de mi-mandat sonne comme le glas d’un espoir. Et la réforme de Wall Street, la plus vaste réforme du secteur financier jamais opérée depuis la Grande Dépression des années 1930, aux Etats-Unis, risque de tourner court. Les investisseurs financiers et le camp Républicain ne pardonneront pas à Barack Obama d’avoir voulu encadrer les activités des banques. Ni d’avoir voulu limiter leurs activités spéculatives. Ni d’avoir proposer de neutraliser les banques trop grosses. Ni d’avoir augmenté les règles bridant les marchés financiers. Ni d’avoir osé mettre un terme aux avantages fiscaux accordés pendant les années Bush aux nantis. Ni de rendre transparent le marché opaque des produits dérivés. On ne doute pas que le lobby bancaire va se mettre en ordre de bataille pour faire échouer chacune des 500 nouvelles régulations de la réforme de Wall Street. Le rodéo que le président américain voulait faire cesser pourrait ainsi reprendre de plus belle.

L’affaiblissement du président américain nous rappelle que rien n’est jamais gagné sur le terrain de la moralisation de l’économie. Et quand bien même on crie haro sur les traders, quand bien même on s’emporte contre les paradis fiscaux ou on martèle sa volonté de sanctionner les abus et de taxer les profits, aussi haut et fort affirme-t-on vouloir séparer nettement les banques d’investissement et les banques de particuliers, on sent bien que sur le fond, la crise mondiale n’a pas suffi à nous vacciner contre les méfaits de la spéculation et la pathologie de la cupidité, érigée en principe de management. Les banquiers n’ont pas cessé leurs mauvaises habitudes en matière de spéculation. La pompe du crédit n’est pas vraiment réamorcée et le système bancaire reste fragile, ancré dans la pathologie d’une économie virtuelle basée sur le bonus de fin d’année, comme modèle de rémunération et de gestion des ressources humaines.

Voyons les choses en face. 33 milliards de bonus ont été distribués aux Etats-Unis, malgré la crise. Plus que ce qu’il faudrait pour aider à lutter contre la faim dans le monde. Le premier semestre 2010 a été marqué par le retour des profits et des rémunérations faramineuses. Et ça continue. Aujourd’hui, plus de 40% des profits viennent de Wall Street. Non rien n’a changé sous le ciel de la bourse. La crise n’a pas affaibli le pouvoir de la finance. Les produits toxiques et les fonds spéculatifs continuent d’alimenter un système qui pense qu’il peut abolir les leçons de l’histoire. 20 établissements financiers font la loi dans le monde et les gouvernants sont incapables d’opposer une réelle résistance à ces maîtres de la planète.

Le risque d’une deuxième crise est non négligeable. Il suffirait, comme le rappelle l’économiste Daniel Cohen, que les ménages américains, moteur de la croissance, décident de ne peut plus payer. Les plans de relance vont bientôt cesser de produire leurs effets, alors que les gouvernements risquent, de vouloir resserrer trop vite le robinet budgétaire. Ainsi, le monde de l’économie a le dos au mur, sans droit à l’erreur. Nous n’avons plus de seconde carte, les Etats de plus en plus déficitaires ne se porteront plus garants. Et le salut pour la moralisation de l’économie ne viendra certainement pas des nouveaux grands acteurs mondiaux. La Chine et l’Inde ne sont pas d’une espèce différente de la nôtre. Tel est l’ampleur du problème : le risque d’une répétition de notre propre histoire.

Certes la nature de la crise a comme principal responsable l’excès de « financiarisation » avec ce qui la nourrit : les délits d’initiés instantanés. Mais elle est bien plus que cela.
Comme s’interroge Daniel Cohen dans son livre « la Prospérité du vice », n’est-elle pas d’un genre nouveau : la première crise du XXIe qui cumule l’excès de financiarisation à l’hyperconsommation ? La cupidité des banquiers n’aurait d’égale que « notre fièvre acheteuse à tous » ! Les firmes, animées par le seul impératif de la performance sont focalisées sur la rentabilité immédiate. C’est la folle course en avant vers toujours plus de productivité, de pouvoir d’achat, de dépenses, d’un bien-être d’ailleurs illusoire, qui serait tragique, condamnant les pays riches à l’obésité et les pays pauvres à la famine. « Les marxistes prédisaient la mort du capitalisme par excès d’offre : les crises de surproduction. Et si, en réalité, il s’étouffait d’un excès de demande : des crises de surconsommation ? » se demande D. Cohen.

Prospérité du vice et vitesse de sa propagation, tels sont les deux éléments de l’irrationalité économique face auxquels les gouvernants ont peu de prise. Car ce monde est en réalité virtuel. Nombre d’économistes expliquent le krach boursier de 2008 par le phénomène du « flash trading », c’est-à-dire : des cotations ultrarapides opérées par des ordinateurs extrêmement puissants. Ce qui rend la chose difficile est que ce monde est en constante accélération. Sa course semble impossible à maîtriser, un peu comme un ouragan ou comme un virus informatique. Pour Paul Virilio (lire « Le Grand Accélérateur »), « nous ne sommes plus dans le temps humain, mais dans le temps machine. Personne ne peut prédire à quoi nous mène l’accélération de tous les flux dans cette économie mondialisée de l’urgence ». La figure du trader incarne cette culture de l’urgence. Les dérives zélées de Jerôme Kerviel font de lui un bon modèle du système, un adolescent un peu attardé, pour qui le sens n’existe pas, pour qui seul compte la rapidité de l’exécution : travailler plus pour gagner plus ! Dans l’économie mondialisée, les échanges financiers n’ont plus lieu dans un temps commun à tous, dans un temps où l’information se partage. Ils ont lieu dans l’instantanéité des décisions et des résultats. Cette information en temps réel exerce une extrême pression temporelle sur l’économie et sur la vie des entreprises. Un bref regard sur le fonctionnement des salles de marché montre qu’on est sommé de réagir toujours plus vite. Tout se passe comme si la finance était en état d’« hyperfonctionnement » permanent, dans l’impossibilité de prendre le temps du recul, de la réflexion et de l’analyse. Tout se déroule dans l’opacité.

Un des espaces structurants du système sont les « dark pools », ces plateformes boursières dites « de l’ombre », où des investisseurs peuvent effectuer des transactions optimales, vendre et acheter des actions dans l’anonymat. Le vendeur peut patienter le temps qu’il veut jusqu’à ce qu’il trouve un acheteur prêt à payer le prix qu’il demande. L’avantage : éviter les fuites d’information avant que l’ordre soit exécuté. Chaque partie ne sait avec qui elle a négocié qu’une fois la transaction réalisée. Par contre, tout porte à croire que ce phénomène des « chambres opaques » prendra de l’importance rapidement. Les banques sont en effet les premières à avoir intérêt à se doter d’un dark pool, pour s’adresser à des clients privilégiés. Grâce à ces espaces hors marché, les établissements bancaires ne sont pas astreints aux mêmes règles que celles qui s’appliquent sur les marchés traditionnels et peuvent agir de façon discrétionnaire.

Ces dark pools représentent actuellement 15% de l’ensemble du volume d’actions échangées aux États-Unis, et 4% en Europe, d’après Tabb Group. Cette expansion des chambres opaques inquiète les autorités de réglementation car elles nuisent à la libre circulation des informations financières.

Comme on le voit, il reste encore beaucoup à faire pour assurer la stabilité financière au niveau mondial. Pourrons nous encore longtemps continuer dans cette fuite en avant permanente, ce « court-termisme » généralisé au détriment du développement à long terme ? Le système financier mondial est-il condamné à cet impératif de vitesse ? Ou bien peut-il être régulé dans le temps ? Ya-t-il des modèles alternatifs de financement de l’économie ? Le monde de l’économie sociale est-il garant d’un meilleur équilibre entre court terme et long terme ? Et la finance durable ? Autant de questions qui font débat. Un débat trop peu souvent relayé.

Décrypter l’intelligence collective d’une équipe

par Estelle Leroy

Les équipes ou les groupes ont une forme d’intelligence collective, et celle-ci pourrait être mesurée, selon une étude menée aux Etats-Unis par la Carnegie-Mellon University, au sein du MIT.

L’intelligence d’une équipe a (...)

Le commerce équitable en manque de lisibilité

Par Muriel Jaouën

Quelle représentation les Français ont-ils du commerce équitable ? Une étude TNS Sofres - Commission nationale du commerce équitable dresse un bilan contrasté, entre une image positive et une compréhension encore laborieuse du (...)

Sylvaine Poret : « La production équitable valorise les cours du marché »

Propos recueillis par Muriel Jaouën

Né il y a plus de cinquante ans, le commerce équitable se structure et cherche ses marques. Entretien avec Sylvaine Poret, économiste, chargée de recherche à l’Inra et chercheuse associée au département d’Economie de l’Ecole (...)

Un cadre européen pour la gestion des crises dans la finance

Place publique

La crise a clairement démontré que les problèmes qui touchent une banque isolée peuvent gagner l’ensemble du secteur financier et se propager rapidement au-delà des frontières.

Les défaillances d’un certain nombre de (...)

Les gouvernements européens se mobilisent pour aider les Roms

Place publique

Les représentants des 47 États membres du Conseil de l’Europe, de l’UE et de la communauté rom réunis le 20 octobre 2010 à Strasbourg ont unanimement condamné la discrimination largement répandue à l’encontre des Roms et leur (...)

Réduire la pauvreté dans les villes d’Europe

Place publique

Les systèmes de protection sociale de l’Union européenne comptent parmi les plus développés au monde et pourtant, trop d’Européens vivent encore aujourd’hui dans la pauvreté.

Le phénomène revêt des formes complexes (...)

FRR et Unedic : victimes collatérales de la réforme des retraites

par Gilles Bridier

Le glas pour le Fonds de réserve des retraites, l’inquiétude pour l’assurance chômage.

On s’est beaucoup focalisé sur le cœur de la réforme des retraites, à savoir le report de deux ans des bornes d’âge : 62 ans pour l’âge (...)

Cinq galaxies lointaines détectées grâce à Herschel

Communiqué CNRS

Une équipe internationale d’astronomes, comprenant plusieurs chercheurs français, vient de mesurer l’éloignement exact de cinq galaxies très lointaines, grâce à l’observatoire spatial Herschel de l’ESA et à des observations au sol, (...)

Les scop résistent à la crise

Place Publique

En dix ans, les Sociétés coopératives et participatives ont créé 12 000 emplois. Et dans les cinq dernières années, leurs effectifs salariés ont augmenté de 24%.

Le 25 octobre 2010, le mouvement coopératif organisait (...)

Remaniement : Vent contraire pour l’écologie dans Fillon 2

par Jean-Louis Lemarchand

Les sentiments sont partagés sur le sort de l’écologie dans le nouveau gouvernement. En positif, la qualité de la successeur(e) de Jean-Louis Borloo, Nathalie Kosciusko-Morizet. En négatif, le démantèlement du superministère et le (...)

La biodiversité économique, enjeu de l’économie sociale et solidaire

Place Publique

La 30e Rencontre nationale du Crédit Coopératif a mis en tension mimétisme et diversité des formes d’entreprendre. L’occasion pour un aréopage de personnalités d’échanger leurs idées. Petite sélection.

“Il vaut mieux avoir tort avec le marché que raison contre lui”. Le mot de Keynes est célèbre. A l’occasion de la 30e Rencontre nationale du Crédit Coopératif (...)

Les Français croient plus au piston qu’au talent

Place publique

Près d’1 Français sur 2 désigne la France comme le ’pays du piston’. Sky Prods, spécialisé dans la découverte de nouveaux talents dans les métiers culturels, a organisé une enquête nationale afin d’analyser le regard des Français sur (...)

Les pièges de l’actualité

Le journal d’un journaliste par Bruno Tilliette

Les retraites ne font plus la une. La loi est passée et la presse passe aussi à autre chose. C’est sa loi à elle. Une actu chasse l’autre.

La question des retraites est pourtant loin d’être réglée. Mais on ne peut pas (...)

Jérôme Blanc : les monnaies parallèles, leviers d’expérimentation sociale

Propos recueillis par Muriel Jaouën

Elles seraient 4 000 dans le monde. Monnaies sociales, monnaies parallèles, locales, libres, communautaires… Tous ces dispositifs alternatifs visent à combler les manques des systèmes dominants. L’éclairage de Jérôme Blanc, (...)

Migrations : les mesures alternatives à la rétention

par D. Sabo

Les Etats ne s’intéressent que de façon ponctuelle à la question des alternatives à la rétention, sans montrer de véritable engagement. Un rapport rédigé par Ana Catarina MENDONÇA de la Commission des migrations, des réfugiés et de la (...)

Vieillir et rester jeune, en bonne santé

D. Sabo

Des chercheurs ouvrent de nouvelles pistes pour comprendre comment augmenter la durée de vie en bonne santé et à réduire l’incidence des maladies du vieillissement (cancer, neuro-dégéneration, etc...).

Peut-on rajeunir ? (...)

Prospective : le bouleversement climatique, un des grands défis du siècle

Jean-Louis Lemarchand

Dans sa 14 ème édition, « L’état du futur », établi par le Projet Millennium, met l’accent sur la gravité des changements climatiques. Un des enjeux majeurs à relever pour les années à venir, passé en revue par un réseau de (...)

Santé : du baume au coeur pour les hypertendus

Place publique

Les patients atteints d’hypertension pourraient bénéficier de la découverte scientifique, financée par l’UE, d’une nouvelle variante de gène. Une bonne nouvelle pour un adulte sur quatre souffrant de cette maladie cardio-vasculaire, (...)

ENERGIE

Pétrole, une planète en panne de ressources ?

par Pierre Village

Le déclin du pétrole est annoncé. Même en exploitant les ressources non conventionnelles, il ne sera plus possible de maintenir dans les pays industrialisés la consommation à son niveau actuel.

Le point de vue ne supporte

PORTRAIT

Pierre-Henri Gouyon : Un chercheur engagé

par Yan de Kerorguen

P-H. Gouyon est un chercheur qui s’implique dans les débats science/société. C’est autour de la question des OGM et de la biodiversité que Pierre-Henri Gouyon a le plus mouillé sa chemise.

On connait le sexe des anges,

Recherche & Développement : l’Europe reste à la traîne

Place publique

Le tableau de bord 2010 sur les investissements en R&D industrielle publié par la Commission montre que les investissements en R&D des principales entreprises européennes ont reculé de 2,6 % en 2009 soit beaucoup moins (...)

L’État se serre la ceinture, les Français avec...

Romain Santiago

La crise économique et l’explosion récente des déficits ne sont un secret pour personne. En réponse, le gouvernement affirme sans détour qu’il n’augmentera pas les impôts des Français. La fiche d’impôts est peut être inchangée mais François Fillon et ses ministres ont bel et bien décidé de faire des économies dans le prochain budget...

Alors que la rentrée (...)

Moteur de recherche

Recherche simple
Soutenez Place Publique
SOMMAIRE du magazine