Magazine Juillet - Août 2010

Editorial

Prenons le temps de l’avenir… et de la lecture

par Yan de Kerorguen

Comme on prend le train pour partir en vacances, prenons le temps de l’avenir. On le voit bien, dans les conflits sociaux, les guerres ou dans les crises financières, les grands malheurs de l’existence sont dus à l’impatience des hommes, leur désir de puissance immédiate, leurs difficultés à travailler la mémoire, leur frénésie à faire la chasse aux temps morts. Il y a longtemps déjà, Jacques Ellul (Trahison de l’occident. Calmann-Levy, 1975), nous avertissait : « nous sommes partis à une vitesse sans (...)

Comme on prend le train pour partir en vacances, prenons le temps de l’avenir. On le voit bien, dans les conflits sociaux, les guerres ou dans les crises financières, les grands malheurs de l’existence sont dus à l’impatience des hommes, leur désir de puissance immédiate, leurs difficultés à travailler la mémoire, leur frénésie à faire la chasse aux temps morts. Il y a longtemps déjà, Jacques Ellul (Trahison de l’occident. Calmann-Levy, 1975), nous avertissait : « nous sommes partis à une vitesse sans cesse croissante vers nulle part (…) Il n’y a plus ni objectif, ni transcendant, ni valeur déterminante, le mouvement se suffit »

Le besoin de satisfaction immédiate

Aujourd’hui entre le « culte de l’urgence » et l’exigence du « développement durable », le temps nous chahute dans des arythmies capricieuses. L’homme présent est fondé sur l’idée de l’immédiateté du monde, sans profondeur temporelle, « collé à l’actu » diraient les journalistes. C’est un être dominé par le besoin de satisfaction immédiate, exigeant tout, instantanément, pleinement, incapable de se concentrer.

La menace est celle du stress, de la dépression : sentiment de solitude, d’abandon, de peur. L’homme pressé éprouve un besoin de compensation narcissique plus vif. Susceptible, il supporte mal les remontrances, les remarques. « Sa curiosité est tout à la fois insatiable et satisfaite à peu de frais ; car il tient à savoir vite beaucoup, plutôt qu’à bien savoir. Il n’a guère le temps et il perd bientôt le goût d’approfondir » écrit Nicole Aubert ( Le culte de l’urgence. Champs Flammarion. 2004). Quand sa pile est usée, alors, le plus souvent, on le jette. Plus bon pour le service !

Nous vivons à nos périls dans l’économie du présent éternel

« Quand le passé n’éclaire plus l’avenir, l’esprit marche dans les ténèbres » écrivait Alexis de Toqueville. (De la démocratie en Amérique. Flammarion ). Pour ce dernier, l’homme de l’urgence désespérant de vivre une éternité est disposé à agir comme si sa dernière heure était venue. Celui qui vit dans la nanoseconde a le sentiment de frôler l’éternité puisqu’il est dans un temps sans durée, un temps immortel qui éternise le moment. Il veut en triompher, l’abolir. C’est dans cet espace que se déploient l’homme par excès et l’homme par défaut. L’individu par excès est surchargé, l’individu par défaut est écrasé par le temps. Le premier s’éclate. Il est emporté, jouissant des accélérations de la vitesse. Il est débordé, en pression permanente dans l’instant, dans la fuite en avant. Le second est effrayé par la vitesse, écrasé parce qu’il ne peut plus rien inscrire dans ce rythme. Nous vivons à nos périls dans « l’économie du présent éternel », Zaki Laïdi (Le sacre du présent . Flammarion. 2000).

Le temps économique ne sait plus penser autrement que par calcul financier. Les marchés financiers voient dans le temps un ennemi qu’il faut tailler en pièces. Le temps est l’adversaire de la logique du profit immédiat. Ainsi à aller trop vite, sans mémoire, sans durée, nous subissons les crises, nous préparons notre implosion, mais nous sommes trop fatigués pour prendre l’élan qu’il faut pour y remédier.
En réalité, le marché est comme l’homme. Quand il ne prend pas le temps, il court à la dépression. Sous la pression du temps économique, nous sommes des milliards d’humains obligés de réduire le temps de la relation sociale. Or ce temps social n’est pas improductif, puisqu’il permet d’échanger des idées, d’éliminer du stress, de recharger des batteries, de dialoguer avec les collègues
Une société qui passe beaucoup de temps à contrôler et pas assez à innover et qui transforme le débat politique sur la retraite en débat comptable est une société qui va mal.

Gagner sa vie ne dispense pas de la vivre.

Alors que les gens stressés, les infatigables, vivent misérablement, dans une sorte de pénurie, à la recherche permanente de quelques moments où ils seraient délivrées d’un forcing épuisant, une certaine forme de sagesse se reconnaît à la volonté de ne pas brusquer la durée, de ne pas se laisser bousculer par elle.
Cette sagesse est une nouvelle richesse. Osons le dire, c’est un capital humain. « Dans cet alzheimerisation de la société, où nous sommes condamnés à une « pensée criblée de trous » comme le dit Edgar Morin ( Introduction à la pensée complexe. Points. 2005) nous sommes incités à réconcilier le temps avec la durée »

La vitesse nous éloigne du monde. La lenteur nous y ramène. Elle nous éclaire. Elle donne le sens. Dans son ouvrage en plusieurs volumes « Hermès » ,( Editions de Minuit), Michel Serres annonçait, il y a 20 ans, qu’après l’ère de la production s’installerait l’ère de la communication. Nous sommes aujourd’hui en plein dedans. Peut-on supposer que l’ère qui suivra sera celle du temps retrouvé, celle de la méditation possible ? Un temps où la durée, la lenteur, chère à Pierre Sansot ( Payot. 1998) retrouveront leur pleine valeur. Dans le monde de la durée, l’oubli est rare car le passé et le présent restent associés, proches, en continuité.

Le temps qui manque, c’est presque toujours celui de l’avenir.

Dans la société de la connaissance dans laquelle nous entrons, ce n’est pas la quantité de travail qui prime mais la qualité, la capacité et la possibilité de créer. Les communautés scientifiques progressent parce qu’elles échangent énormément. Savoir donner pour recevoir est un facteur de productivité. Le commerce des idées, la pollinisation des savoirs, voilà le temps qu’il nous faut.
Entre l’homme par excès et l’homme par défaut, voici l’homme de projet, qui donne sens, qui fait sens. Dans cette période fragmentée de notre histoire, oublieux du passé, comment poursuivre des relations durables entre les êtres afin de préserver ce qui fait la vie sociale, la civilisation, les rites, les échanges, s’interroge Richard Sennett (Respect : de la dignité de l’homme dans un mode d’inégalité, Albin Michel. 2003) ? Cette question n’appelle pas de réponse mais une volonté, un projet. Et c’est cela qui nous fait cruellement défaut aujourd’hui.

Et le temps des vacances dans tout ça ? Pour ceux qui pratiquent la pause estivale, c’est peut-être l’occasion précise d’exercer sa lenteur créative. Surtout ne pas tuer le temps mais le goûter. Instaurer un temps de paix pour lire, rêver,

Rétinopathies : des souris recouvrent la vue

par D. Sabo

Des chercheurs suisses du Friedrich Miescher Institute, en collaboration avec des chercheurs de l’Inserm, du CNRS et de l’UPMC au sein de l’Institut de la Vision, viennent de rendre la vue à des souris atteintes de rétinite (...)

France Active - Interview de Jacques Pierre : « Le financement solidaire n’est pas un financement au rabais »

Propos recueillis par Muriel Jaouën

Depuis plus de vingt ans, l’association France Active aide les personnes en situation précaire à créer leur entreprise. Avec le financement direct des banques et la subvention publique. Explications de son directeur, Jacques Pierre.

Quel est le modèle développé par France Active ? Il est tout d’abord sous-tendu par un strict objectif d’inclusion sociale. Avec, pour (...)

Le mouvement coopératif confirme sa croissance

Par Muriel Jaouën

Le Groupement national de la coopération publie l’édition 2010 du “Top 100 des entreprises coopératives”. Petit état des lieux d’un pan structurant du tissu économique et social français.

Près de 3% de l’emploi salarié. C’est ce que représentent à elles seules les cent premières structures coopératives en France. L’édition 2010 du “Top 100 des entreprises (...)

Forces et faiblesses de l’économie sociale en Ile-de-France

Par Muriel Jaouën

Bilan contrasté pour l’économie sociale et solidaire en Ile-de-France. Si la région capitale est la première en termes d’emplois, elle est très à la traîne en ce qui concerne le poids relatif du secteur dans l’économie globale.

Pas de surprise. Avec 374 000 salariés recensés en 2007, l’Ile-de-France est la première région en termes d’emploi dans l’économie (...)

Les 18 carnets de guerre de Mladic rendus publics

Place publique

AMSTERDAM (AP) — Les carnets de guerre du général Ratko Mladic, commandant des forces bosno-serbes et recherché par la justice internationale pour le massacre de Srebrenica en 1995, ont révélé la conclusion d’accords secrets avec (...)

Environnement

Montréal, festival vert et « carboneutre »

par Jean-Louis Lemarchand

Plus grande manifestation au monde dédiée au jazz, le Festival de Montréal innove aussi dans la pratique écologique. Fête de la « note bleue », cette note caractéristique du jazz, le Festival International de Jazz de Montréal (...)

Marée noire

BP : Deep Water, la marée noire : revue de presse sur le Net

Place publique

Le 20 avril 2010, la plateforme Deep Water Horizon explosait, provoquant la plus grande marée noire connue aux Etats-Unis depuis l’Exxon Valdez en 1989. Trois mois plus tard, Place-Publique revient sur cette catastrophe (...)

Bons chiffres pour l’emploi dans l’économie sociale

par Muriel Jaouën

Avec une progression de 20 % du nombre d’emplois en 10 ans – croissance confirmée en 2009- l’économie sociale s’installe solidement dans le paysage social.

La cinquième édition de l’étude sur l’emploi dans l’économie sociale menée par le groupement Recherches et Solidarités, confirme la bonne santé du secteur en France. Réalisée en coopération avec l’Agence centrale (...)

Les bénévoles, heureux mais exigeants

Par Muriel Jaouën

Ils sont bien dans leur association, conscients de la valeur de leur engagement. Mais les bénévoles aspirent aussi à davantage de reconnaissance et de moyens. Surtout les plus jeunes.

Qu’est-ce qui motive les bénévoles ? Comment perçoivent-ils leur engagement ? Qu’attendent-ils pour mieux pouvoir l’exercer ? Pour la troisième année consécutive, Recherche & Solidarités (...)

Marée noire - Deep Water : BP annonce que le puit est cimenté

Place publique

Quatre mois après l’explosion de la plateforme de forage, la compagnie pétrolière BP annonce qu’elle a réussi à cimenter le puits.

AFP le 6 août 2010 Marée noire : BP va installer des puits de secours pour un colmatage (...)

La Toile... ce linceul

par Christophe Deshayes co-auteur des Révolutionnaires du Numérique

Christophe Deshayes a écrit en collaboration avec Michel Berry "Les Révolutionnaires du numérique" publié aux éditions Autrement (mars 2010). Il est conférencier d’entreprise sur les Technologies de l’Information et de (...)

Golfe du Mexique : l’Arctic Sunrise dénonce les véritables impacts de la marée noire

Communiqué de Greenpeace (25 août 2010)

Le navire de Greenpeace l’Arctic Sunrise poursuit son expédition scientifique de trois mois dans le golfe du Mexique. Objectif : révéler l’étendue et la nature réelles de la marée noire provoquée par BP.

Les scientifiques embarqués à bord du navire étudient les conséquences de ce désastre écologique sur les écosystèmes de la région, des éponges ancrées dans les (...)

Damien Philippot : « La conférence de citoyens, un mode innovant de recueil de l’opinion »

Par Muriel Jaouën

Quand un institut d’études s’invite dans les processus de débat public. Explications de Damien Philippot, du département opinion et stratégies d’entreprise de l’Ifop.

Comment un institut d’études trouve-t-il sa place dans un dispositif comme la conférence de citoyen ? La première conférence de citoyens en France, portant sur les OGM, date de 1998. A l’époque, (...)

Mobilité : 20 villes mondiales jugées sur leurs conditions de circulation

Par Muriel Jaouën

Mieux vaut prendre sa voiture à New-York qu’à Pékin. Selon une étude menée par IBM dans 20 villes à travers le monde, Paris se situe dans la moyenne de pénibilité de la circulation.

Comment circule-t-on dans les (...)

La solitude touche de plus en plus de Français

Par Muriel Jaouën

Une étude de la Fondation de France montre que les réseaux de socialisation ne suffisent plus à maintenir un lien social pérenne. Quatre millions de Français seraient victimes d’un isolement quasi total.

Il devient urgent de réanimer le lien social en France. C’est en substance le message lancé par la Fondation de France en conclusion de son étude sur “Les solitudes (...)

Vieillesse en France : Vivre ensemble plus longtemps

Place publique

Un rapport , remis le 6 juillet 2010 a Nathalie Kosciusko-Morizet, Secrétaire d’État à la Prospective et au Développement de l’Économie numérique, met en évidence le défi que représente le vieillissement de la population en (...)

Arrêter immédiatement Ratko Mladic

Par Florence Hartmann et Yan de Kerorguen

Dimanche 11 juillet 2010, des centaines de milliers de citoyens à travers le monde ont commémoré les victimes de Srebrenica. Cette commémoration nous rappelle plus douloureusement que jamais l’insoutenable injustice de voir le (...)

L’UE amorce un débat public sur l’avenir des retraites

Place publique

La Commission européenne a ouvert récemment un débat public dans toute l’Europe sur la façon de garantir des retraites adéquates et viables, et sur la manière dont l’Union européenne peut soutenir au mieux les efforts nationaux accomplis en ce sens.

Dans tous les États membres, le vieillissement de la population pèse considérablement sur les régimes de retraite (...)

Ehpad : coûts à la hausse et fortes disparités des maisons de retraites pour les personnes dépendantes

Par Muriel Jaouën

Les maisons de retraite pour personnes dépendantes voient le coût moyen par résident augmenter de 10%.

Taux d’occupation stable et coûts sensiblement à la hausse. Telles sont les deux grandes lignes d’enseignement de l’Observatoire des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) publié par KPMG, basé sur l’analyse des indicateurs de gestion de 85 (...)

Pierre-Henri Tavoillot*, un philosophe optimiste

Place publique

Ce texte issu d’un entretien avec Yan de Kerorguen traite de « La confusion des âges »

Pierre-Henri Tavoillot, 44 ans, est un philosophe plutôt optimiste qui ne fait pas dans l’idéologie. En bon pragmatique, il (...)

Les inégalités face aux vacances : une étude du Crédoc

Place publique

Un peu plus de 40 % des ouvriers partent en congés chaque année, contre 80 % des cadres supérieurs...

Le taux de départ en vacances a légèrement augmenté du milieu des années 1980 jusqu’à la fin des années 1990. Depuis, il s’est (...)

Nos 20 prochaines années … et davantage. (Lectures)

D. Sabo

Passez votre été dans le futur. Quelques livres pour vous y conduire en bonne compagnie

"2020 : les scénarios du futur : Comprendre le monde qui vient". Edition Fayard Joël de Rosnay, Roland Schaer Les années 2020 verront la (...)

Intelligence non biologique : créer articiellement la vie

Estelle Leroy et Yan de Kerorguen

« A partir de 2030, nous serons nettement plus "non biologiques" que "biologiques". Les performances en capacité, vitesse, souplesse, pourraient être accrues dans une proportion de 10puissance9 ».

Ian Pearson, le gourou

Trophée e-démocratie 2010 : Place Publique sélectionnée

Place publique

Le Trophée français de l'e-Démocratie récompense la meilleure initiative de démocratie sur Internet. La remise du Trophée français de l'e-Démocratie édition 2010 aura lieu le 14 octobre 2010 à Issy-les-Moulineaux, lors du World eGov (...)

Place aux jeunes !

par Yan de Kerorguen

Il ne fait pas bon avoir 20 ans dans la France des années 2010. Le monde qui vient creusera-t-il encore davantage le fossé entre les générations ? Telle est la question posée dans le cadre d’un débat à Science Po, entre Louis (...)

Le droit et la morale

Le journal d’un journaliste par Bruno Tilliette

Mardi 7 juillet 2010 Reconnaissons-le d’emblée, la chronique qui va suivre est casse-gueule. Elle s’attaque à un sujet vieux comme la presse : celui de la dénonciation des avantages indus, des collusions, des prébendes dont (...)

Eurobaromètre : les Européens s’appauvrissent

Place publique

Un Européen sur six déclare avoir constamment des difficultés à payer les factures de son ménage et les trois quarts des citoyens pensent que la pauvreté a augmenté dans leur pays au cours de l’année passée.
- Tels sont les principaux résultats d’une nouvelle enquête Eurobaromètre sur les répercussions sociales de la crise.

Cette enquête effectuée au (...)

Pénurie d’eau : la mer à boire

par Yan de Kerorguen

La planète manque d’eau. Une des solutions est de désaler l’eau de mer. En quelques années, les améliorations technologiques du desalement ont rendu l’eau plus accessible et mieux adaptée aux exigences écologiques des populations et (...)

Notre capital santé en 2030 : les cinq tendances à retenir

par Estelle Leroy

Comment sera géré notre « capital santé » ? Augmentation de l’espérance de vie, découvertes scientifiques, enjeux financiers… l’horizon 2030 marquera une « nouvelle donne » comme le montre étude prospective menée par l’European (...)

Le Conseil de l’Europe préoccupé par la campagne anti Roms en France

Déclarations de Thomas Hammarberg et Mevlüt Çavuşoğlu.

Pour le Conseil de l’Europe, les Etats devraient éviter de mener des politiques anti Roms qui ne font qu’aggraver la situation. Les évacuations de camps roms en France et les expulsions de Roms de France et d’Allemagne risquent (...)

Roms/Gens du voyage : boucs émissaires des carences de l’Etat

Ligue des droits de l’homme

Suite aux violences intervenues à Saint-Aignan (Loir-et-Cher), et au lieu de réaffirmer la nécessaire primauté de la justice pour instruire ce dramatique fait divers et les inexcusables dégradations qui s’en sont suivies, le (...)

Les docteurs en sciences ont du mal à trouver du travail dans l’entreprise

Place publique

Une étude menée en commun par Mohamed Harfi, du Centre d’Analyse stratégique, et Laudeline Auriol, de l’OCDE, met en évidence la difficile situation des docteurs en sciences français dans la recherche d’emploi

Encore une exception française : le relatif mépris avec lequel sont traités les hauts diplômes en sciences. L’analyse comparative avec les autres pays de (...)

Développement durable en France : bilan en demi-teinte

Par Muriel Jaouën

Limitation des émissions de gaz à effet de serre, qualité de l’air, gestion des déchets : trois domaines où la France enregistre des résultats plutôt satisfaisants, dixit le Commissariat général au développement durable.

Le Commissariat général au développement durable a publié en juin 2010 son rapport sur l’Environnement en France (*). L’occasion de faire un (...)

Moteur de recherche

Recherche simple
Soutenez Place Publique
SOMMAIRE du magazine