Vous êtes ici : Accueil / Magazine Janvier 2011

Magazine Janvier 2011

Editorial

Il est grand temps de rallumer les étoiles

Yan de Kerorguen

« Je ne prendrai pas de calendrier cette année, car j’ai été très mécontent de celui de l’année dernière ! » Cette citation d’Alphonse Allais prend tout son sens si on la réfère au constat de pessimisme des Français, établi par un sondage BVA-Gallup. Bonne Année quand même !

Les Français broient du noir. D'après un sondage BVA-Gallup menée dans 53 pays, (64 203 personnes interrogées entre le 11 octobre et le 13 décembre), ils sont les champions du monde de la sinistrose. (...)

« Je ne prendrai pas de calendrier cette année, car j’ai été très mécontent de celui de l’année dernière ! » Cette citation d’Alphonse Allais prend tout son sens si on la réfère au constat de pessimisme des Français, établi par un sondage BVA-Gallup. Bonne Année quand même !

Les Français broient du noir. D’après un sondage BVA-Gallup menée dans 53 pays, (64 203 personnes interrogées entre le 11 octobre et le 13 décembre), ils sont les champions du monde de la sinistrose. 61 % des Français interrogés* pensent que l’année 2011 sera marquée par des difficultés économiques contre... 28 % en moyenne dans le monde. Concernant la situation individuelle des Français, la situation n’est guère meilleure... Seuls 15 % pensent que leur vie personnelle va s’améliorer en 2011, quand 37 % l’imaginent moins bonne... Pour une écrasante majorité des Français (87 %), la principale préoccupation est le chômage, loin devant le système social (73 %) et le pouvoir d’achat (68 %). L’insécurité n’arrive qu’en 7ème position (49 %).
Autant dire que certains discours politiques vont devoir s’adapter pour lutter contre ce pessimisme.

Dans quel monde vivons-nous ? Demandez aux jeunes gens… ils vous diront que la France est un pays étouffant qui a perdu le sens du mouvement et de la curiosité. Tout semble ankylosé dans le conservatisme le plus convenu. L’illusion du changement est jouée sur l’air de la réforme, orchestrée par un président anxiogène qui pratique la diversion et mise sur la résignation. Les artistes et les chercheurs sont les grands perdants de ce monde vieillissant qui a peur de l’avenir.

Le plus grand de nos maux est sans doute la perte de confiance. Défiance vis-à-vis des dirigeants politiques, méfiance vis-à-vis des décideurs économiques, inquiétude pour le futur de nos enfants. C’est la première fois, en temps de paix, qu’une génération entière vivra moins bien que ses parents. Une jeunesse qui a fait plusieurs années d’études, obtenu des diplômes et ne trouve ni emploi, ni logement est incompréhensible.

Ce constat établi par le sociologue Camille Peugny pourrait avoir des conséquences difficiles à mesurer en termes de rancoeur . Notre pays manque de projets et de visions. Il se replie. Les écarts de richesse se creusent. Et le fossé entre la classe politique et la population est grandissant. La précarité et l’austérité, tel est le projet proposé aux jeunes générations pour les années à venir. Aussi bien, comprend-on , comme l’écrit le philosophe Peter Sloterdijk, dans der Spiegel, que « d’innombrables citoyens voient des raisons de s’élever contre la morgue de leurs dirigeants ».

L’impossibilité que nous avons à voir un horizon dégagé est la cause de la déprime. Etrange, cette époque où les hommes politiques ne parlent que de Napoléon au lieu de penser à proposer de nouveaux desseins. Etrange qu’un chef d’état s’occupe de stigmatiser une minorité démunie, les Roms, au lieu de s’occuper de la santé du pays et de construire un cadre de vie décent pour les plus pauvres.

Rares sont les responsables politiques qui placent au premier plan des préoccupations la situation des jeunes. Rama Yade, Cécile Duflot et François Hollande sont en ce début d’année, les seuls responsables politiques à s’en faire véritablement l’écho. Il y a fort à craindre que l’année 2011 ne soit consacrée qu’à la préparation de la campagne électorale sur les éternels sujets de la sécurité et du terrorisme au lieu d’insuffler la confiance. Un pays qui ne voit pas l’horizon et c’est sa jeunesse qui se radicalise.

Cette perte de confiance n’est pas propre à la France. Jamais en Europe, la jeunesse n’a été à ce point aussi remontée contre l’avenir qu’on lui prépare. Récemment, les étudiants anglais ont protesté avec une rare violence contre le triplement de leurs droits d’inscriptions, dévastant les locaux du parti conservateur et s’en prenant au passage à un symbole, le Prince Charles. Du jamais vu ! A Athènes, les jeunes manifestants ont attaqué le Ministère des Finances et s’en sont pris physiquement à un ancien ministre pour protester contre les plans de rigueur économique. Les combats de rue, en Italie, pour protester contre le vote de députés ayant rejeté la motion de censure, qui aurait pu faire couler le gouvernement Berlusconi, ont pris un caractère d’émeute.
Londres, Athènes, Rome, et aujourd’hui, de l’autre côté de la Mediterranée, en Algérie, en Tunisie, en Egypte, ces révoltes ont ceci de nouveau que la protestation a monté d’un cran en intensité. Tous les ingrédients d’une explosion sont là. Le ressentiment contre les « riches » et les « puissants » est au plus haut. Avec en toile de fond la corruption des élites. Ce ressentiment pourrait s’avérer périlleux si ces révoltes ne trouvent pas leur forme d’expression politique.

La France n’est pas à l’abri d’une forme de radicalisation. 45% des pauvres en France ont moins de 25 ans. Selon l’Observatoire des zones urbaines sensibles, le chômage des jeunes vivants dans les cités atteint 47% chez les garçons et 36% chez les filles. L’exaspération touche aussi le monde étudiant où 66% des jeunes actifs de moins de 25 ans n’ont pas de diplôme. 150 000 jeunes sortent de l’école sans qualification. Selon l’OCDE, les jeunes vivent une période de précarité de presque 10 ans entre le moment de leur entrée dans la vie active et leur premier emploi stable. Toutes les politiques menées depuis 30 ans pour la jeunesse se sont avérées inefficaces, accroissant souvent davantage les difficultés d’accès des jeunes à l’emploi, au logement ou encore à la santé.

Quels espoirs peut-on nourrir pour les années à venir ?

Au cœur de tous les souhaits , les vœux de santé et de prospérité , se déclinent avec le combat pour l’éducation, l’emploi et l’Europe. Ce sont là les 3 priorités sans lesquels l’horizon continuera de s’obscurcir.

-  L’éducation, est le premier impératif. Parce qu’il faut prendre soin des milieux dans lesquels se développent les jeunes. Ce que les enseignants, qui ont à subir les suppressions de postes et la réduction des moyens, continuent de transmettre sur la base de ce que la civilisation a accumulé de plus précieux, les industries audiovisuelles du divertissement le défont en s’appuyant sur les techniques les plus vulgaires de « déculturation et de dépolitisation », tout en accusant les familles et l’enseignement de l’effondrement du système éducatif. Contre les tendances aux comportements dépressifs stimulés par l’hyperconsommation, les marques, et les industries abrutissantes des jeux du cirque, il faut livrer la « bataille de l’intelligence », comme nous y invite le philosophe Bernard Stiegler, et réinvestir en force dans l’éducation et la recherche.

-  Second investissement : l’emploi, parce qu’il est le nerf de la dynamique. Sans emploi, pas de croissance, pas de confiance, pas de désir. La première chose serait d’instaurer un filet de sécurité pour les jeunes de moins de 25 ans les plus démunis. Il s’agirait également de veiller à ce que chaque jeune quitte le système d’enseignement en possession de compétences requises sur le marché du travail : de mettre en place des stages obligatoires à l’université dès la licence. Ces derniers devraient être systématiquement accompagnée de la délivrance de crédits dans le cursus d’études, comme c’est le cas dans les filières sélectives .

-  Enfin, dans un monde globalisé qui voit de nouveaux acteurs affirmer leur puissance, la construction européenne reste un espoir. Aussi bien est-il nécessaire de ne pas se complaire dans l’europessimisme. Changer l’Europe afin qu’elle réponde aux attentes sociales et économiques de ses habitants reste un enjeu majeur. On a besoin de plus d’Europe, d’une Europe différente, qui créé l’envie, le partage, la solidarité , l’échange et la recherche en commun.

Le poids des banques contre les dérives de la microfinance

Propos recueillis par Muriel Jaouën

L’Adie (Association pour le droit à l’initiative économique) finance depuis 20 ans les projets de micro-entreprise en France. Pour son directeur général, Emmanuel Landais, les dérapages du microcrédit en Inde sont intimement liés à (...)

Exercice d’optimisme : l’entreprise du futur.

D. Sabo

L’entreprise à venir n’aura plus les mêmes frontières que celle que nous connaissons actuellement. La crise financière, le changement climatique, les bouleversements géostratégiques, la démographie… autant de facteurs déterminants (...)

Les menaces cybernétiques ne prennent pas en compte l’ingénierie sociale

Denis Ettighoffer

Les sujets sur la cyber-guerre sont d’actualité. En septembre dernier, la revue américaine spécialisée Foreign Affairs racontait comment le système informatique du Pentagone a été pénétré par le biais d’un portable embarqué par un GI (...)

Résistance

Roger Sue

La 8ème édition de La France associative en mouvement" publié par "Recherches et solidarités" confirme l’étonnante vitalité du monde associatif. Nous reproduisons ici la préface de Roger Sue, président du Comité d’experts de R&S. *

Étonnante résistance face à la crise qui n'épargne pourtant pas les finances des associations avec la contraction des budgets (...)

Jeudi noir à Matignon ! Eva Joly fait reculer la maréchaussée

Caroline de Hugo

Joli coup médiatique : À peine expulsés de la Marquise, place des Vosges, ses habitants remettent le couvert en occupant un immeuble de 2500 m2, au 22 avenue Matignon !

Squat Matignon : La situation au 15 Janvier 2011 (...)

Internet , 2ème source d’information après la télévision

Source : Affaires-stratégiques.info.

Les Américains sont de plus en plus nombreux à utiliser Internet comme média d’information sur les actualités nationales et internationales (41% fin 2010 contre 17% en 2007) et ce, au détriment de la télévision, encore considérée à 82% en 2002 comme « principale source d’informations », mais n’atteignant plus aujourd’hui que 66%.

Afin de connaîtr

Après la météo, les « 35 heures », nouveau responsable de tous nos maux

Yan de Kerorguen

DEBAT : Selon nombre de responsables politiques marqués à droite, toute la faute de nos malheurs économiques incomberait à la Loi sur les 35 heures. Au contraire, la réduction du temps de travail va dans le sens du progrès.

On l’admettra sans peine. La richesse de points de vue que suscite la réflexion sur la question centrale de la gestion du temps au travail (...)

La révolution tunisienne n’est pas une révolution Internet, c’est une révolution à l’heure de l’Internet.

par Christophe Deshayes

Christophe Deshayes a écrit en collaboration avec Michel Berry "Les Révolutionnaires du numérique" publié aux éditions Autrement (mars 2010). Il est conférencier d’entreprise sur les Technologies de l’Information et de (...)

Le 15 janvier 2011

Comment l’anesthésie perturbe la perception de soi ?

Communiqué Inserm

Des chercheurs de l’Inserm ont montré que l’anesthésie d’un bras modifie l’activité du cerveau et altère rapidement notre façon de percevoir notre propre corps

Des chercheurs de l’Inserm à Toulouse dirigés par Stein Silva (Unité Inserm 825 « Imagerie cérébrale et handicaps neurologiques ») en collaboration avec l’Equipe d’Accueil « Modélisation des agressions (...)

Europe : 40 millions d’euros pour les jeunes chercheurs

Place publique

40 millions d’euros pour plus de 400 bourses seront offerts à des chercheurs qui commencent leur premier emploi de chercheur à plein temps dans un institut de recherche européen en 2011.

Les 100 000 euros alloués aux bourses d'intégration professionnelle sont financés par le programme Marie Curie de l'UE et destinés à encourager les scientifiques européens à retourner en (...)

L’Islande aussi fait la révolution

Place publique

Personne n’en parle. Et pourtant ce qui se passe en Islande est aussi important pour la démocratie que ce qui se passe en Tunisie. Comme l’indique le blog SOS-crise, une véritable révolution démocratique se déroule en ce moment (...)

L’âme associative n’est pas soluble dans la logique du marché

Par Vincent Edin et Bruno Humbert

Mesure d’impact social, performance sociale, traçabilité des investissements humains…Si tout devient calcul, la diversité des valeurs fond plus vite que la banquise.

Le secteur associatif est à l’aune de sa querelle des anciens et des modernes. A la différence près que l’enjeu n’est pas esthétique, mais tristement arithmétique. Les modernes empruntent un champ lexical (...)

Déclaration du Réseau euro-méditerranéen des droits de l’Homme sur la situation en Tunisie

Place publique

Dans le prolongement de son action en faveur des droits de l’Homme en Tunisie, le REMDH a envoyé une mission dans ce pays. Cette mission a séjourné à Tunis du 18 janvier 2011 au 22 janvier 2011. Les membres de cette mission ont pu rencontrer diverses organisations et institutions officielles.

Ils regrettent que le ministre de la Justice ait décliné la demande (...)

20 janvier 2011

Mediator. Bruno Toussaint : « le système actuel d’autorisation, une véritable passoire à médicaments dangereux ».

Propos recueillis par Anne Ulpat

Entretien avec Bruno Toussaint, directeur de la rédaction de la Revue Prescrire*, sur les failles du système de pharmacovigilance à la française et les réformes attendues.

Pourquoi le système d’autorisation de mise sur le (...)

11 tendances qui vont compter en 2011

par Estelle Leroy

Une étude réalisée par la société de prospective Trendwatching auprès de 160 000 décideurs dans 180 pays a retenu onze grandes tendances pour 2011 dont devraient s’inspirer les entreprises privées ou publiques, les collectivités (...)

Et en 2025, que pouvons-nous souhaiter ?

Place publique

Dans quel environnement économique vivrons-nous en 2025 ? Face au long terme, les économistes sont en général désarmés. Pourtant devant les risques actuels et les attentes des citoyens, ils sont de plus en plus nombreux à s’essayer (...)

La mobilité des Français à la loupe

Place publique

Après des décennies de baisse, la part de la marche à pied et du vélo dans les déplacements quotidiens des individus se stabilise. C’est ce que révèle une enquête sur les transports et déplacements des Français menée par le (...)

Internet redéfinit l’espace publique

Yan de Kerorguen

« Tiers lieux », « 5ème écran », « mediaspace », de nombreux concepts d’espaces, à mi-chemin du public et du privé, sont, depuis quelques années, en train de vitaliser la sociabilité urbaine. Internet est le fédérateur de cette (...)

Santé : Les maux de tête sont sans risque pour la pensée

Place publique

Bonne année aux migraineux ! Les voilà rassurés. Les migraines et les céphalées, très handicapantes pour ceux qui les subissent n’altèrent pas la faculté de raisonnement, ni la mémoire, ni la prise de décision.

C’est ce

Citoyens actifs, mobilisez-vous en 2011, année du bénévolat et du volontariat

Pierre Village

Le bénévolat, une idée toujours neuve. Cette année 2011 a été proclamée dans l’Union Européenne "Année européenne du bénévolat et du volontariat".

Ils sont environ 15 millions de bénévoles en France, actifs dans (...)

Internet : quels risques pour les enfants européens ?

Communiqué Cnrs

Les risques rencontrés par les jeunes sur Internet sont moins importants qu’on ne le croit souvent : c’est ce que révèle l’enquête EU kids Online menée dans 25 pays européens *

L'enquête, financée par la Commission (...)

L’énergie éolienne a le vent en poupe

D. Sabo

En tête des énergies renouvelables, l’énergie tirée du vent qui passera de 4,2 % en 2009 à 14 % de la demande totale d’énergie, connait une période faste. Mais la France, malgré les promesses du Grenelle de l’environnement, ne tiendra (...)

Les économie d’énergie, un potentiel négligé par l’Europe

Yan de Kerorguen

L’Union européenne s’est fixée pour objectif de réaliser 20% d’économies d’énergie d’ici à 2020, mais elle devra redoubler d’efforts pour l’atteindre. L’UE est en effet très en retard sur son ambition .

« Il n’y a pas de (...)

Où se trouvent les économies d’énergie ?

Place publique

L’habitat et les transports constituent une part importante de la consommation globale d’énergie et une source majeure de pollution. Dans ces deux secteurs, mais aussi dans les gestes quotidiens des citoyens et consommateurs, d’importantes économies d’énergie sont possibles INVENTAIRE *

Tri des déchets : Chaque habitant en France produit en moyenne 350 kg de (...)

Christiane Féral-Schuhl : Révolution de palais au barreau de Paris

Gilles Bridier

Pour la deuxième fois dans l’histoire du barreau de Paris, une femme va accéder à la fonction de bâtonnier. Christiane Féral-Schuhl a capté les suffrages des avocates qui réclament une plus grande reconnaissance au sein de la (...)

Le microcrédit indien au bord du krach

Par Muriel Jaouën

Concurrence exacerbée des organismes de prêt, taux d’intérêt intenables pour les emprunteurs, absence de normes : en Inde, la microfinance connaît une crise majeure.

En octobre 2010, L’Etat de l’Andhra Pradesh, où se (...)

Scoop fiction

Le journal d’un journaliste par Bruno Tilliette

En ce début d’année 2011, je m’apprêtais à traiter d’un sujet léger, histoire de rester dans un esprit festif et joyeux.

Et j’avais jeté mon dévolu sur le bug de l’iPhone, événement mineur s’il en fut, qui concernait une (...)

2010, échec sur l’emploi

Gilles Bridier

Le marché du travail ne s’est pas redressé en 2010, contrairement aux prévisions.

Fin novembre 2009, le nombre de chômeurs sans emploi ou de travailleurs en activité réduite et en recherche d’un autre emploi, en France (...)

Moteur de recherche

Recherche simple
Soutenez Place Publique
SOMMAIRE du magazine