Vous êtes ici : Accueil / Magazine Décembre 2010

Magazine Décembre 2010

Editorial

Education : La France dans la moyenne des pays de l’OCDE

Yan de Kerorguen

Le programme PISA 2009 qui vérifie le niveau des jeunes collégiens montre que la France a du souci à se faire sur le creusement des inégalités scolaires.

Médiocre ! A consulter la dernière enquête Pisa 2009* qui mesure si le niveau atteint par les jeunes de 15 ans est suffisant, le moins qu’on puisse dire, c’est que le système scolaire français ne brille pas par ses résultats. Décidément l’Education Nationale a du souci à se faire. L'évaluation du niveau des élèves du Collège montre une France (...)

Le programme PISA 2009 qui vérifie le niveau des jeunes collégiens montre que la France a du souci à se faire sur le creusement des inégalités scolaires.

Médiocre !

A consulter la dernière enquête Pisa 2009* qui mesure si le niveau atteint par les jeunes de 15 ans est suffisant, le moins qu’on puisse dire, c’est que le système scolaire français ne brille pas par ses résultats. Décidément l’Education Nationale a du souci à se faire. L’évaluation du niveau des élèves du Collège montre une France très largement devancée par ses homologues des pays développés. Rendue publique mardi 7 décembre, l’enquête PISA 2009 laisse apparaître un pays à peine dans la moyenne des nations de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques).

Interrogé, le ministre de l’Education National Luc Chatel dit recevoir cinq sur cinq le message tout en se satisfaisant du maintien de la France dans la moyenne pour ce qui est des « performances ». Franchement pas de quoi se réjouir. Car la France est tout à fait en queue de liste pour ce qui est des inégalités scolaires. Le système français connait en effet de fortes disparités parmi les élèves. « Elle a perdu 5 points par rapport à la première enquête de 2000 en terme d’égalité des chances. L’écart entre les très bons élèves et les élèves en difficulté augmente alors qu’il diminue dans la plupart des autres pays » précise-t-on à l’OCDE. Pour un pays qui se targue d’avoir pour ambition " l’égalité des chances », ça fait plutôt mauvais effet.

Rentrons dans le détail

-  En lecture, la France (22e rang sur 65) se situe au même niveau que les Etats-Unis, l’Allemagne, le Royaume-Uni, le Portugal, etc. mais aussi la Suède et le Danemark, des pays scandinaves, réputés performants. Son score est de 496 points contre 493 pour la moyenne des autres pays. Les résultats en lecture n’ont pas beaucoup varié depuis l’enquête 2000, en France (505 points en 2000) comme dans une majorité des pays de l’OCDE. La proportion d’élèves en grande difficulté de compréhension de l’écrit est passée de 15 à 20 % en 2009 ». Et ce malgré l’augmentation des dépenses d’éducation.

-  En culture mathématique (22ème rang), la France se situe dans la moyenne des pays de l’OCDE avec un score de 497 points (la moyenne des pays de l’OCDE est de 496 points). Cependant, les élèves de 15 ans ont vu en France leurs performances en culture mathématique diminuer de 14 points entre PISA 2003 (511 points) et PISA 2009 (497 points), ce qui a fait passer la France en 6 ans du groupe des pays les plus performants au groupe dont la performance est équivalente à la moyenne de l’OCDE.

-  En science, la France (27e rang) obtient un score moyen de 498 points. Shanghai-Chine (575 points), la Finlande (554 points) et Hong Kong (549) surclassent tous les autres pays. La moyenne des pays de l’OCDE est de 501 points. Les Etats-Unis réussissent mieux que nous en lecture et en sciences. Quant à l’Allemagne, derrière nous il y a dix ans, elle s’est ressaisie et nous passe devant en lecture, en sciences et aussi en mathématiques

Selon Bernard Hugonnier, directeur adjoint à l’éducation de l’OCDE, « en France les politiques de l’éducation pour les jeunes n’ont pas été efficaces ». Les pays qui obtiennent les meilleurs résultats ( Canada, Japon, Finlande, Suède …) ont le plus souvent mené des stratégies actives de lutte contre la difficulté scolaire, passant par un soutien systématique, par un tronc commun de longue durée, et par un financement privilégié de l’école primaire.

Autre problème, le déterminisme social.

Comparée aux autres pays européens, la France est un des pays dans lequel l’origine sociale influence le plus les résultats scolaires. C’est également le pays dans lequel l’emprise du diplôme sur la position sociale et le devenir professionnel est le plus fort. Les diverses caractéristiques du milieu familial expliquent 28 % de la variation dans les performances. Ainsi l’écart des résultats entre les élèves de statuts favorisés et défavorisés est important. Il est de l’ordre du double de celui du Japon, du Canada, ou de la Finlande.

A l’évidence, c’est tout le système d’éducation qu’il faut revoir. Aussi bien, le système de notation qui est vécu comme une sanction, le redoublement qui ne sert à rien, ou le travail en équipe qui est inexistant. Chacun pour soi. Du coup les élèves français sont les plus anxieux au monde.

La crainte du déclassement

Si le collège connait des problèmes, l’université en connait d’autres. La France se distingue par son retard en termes de qualité des investissements. C’est l’un des très rares pays au monde où l’on dépense moins pour les étudiants que pour les collégiens et lycéens. A la différence de leurs homologues des pays scandinaves où dès l’âge de 18 ans, on leur ouvre des droits (financement des études, couverture chômage..) pour poursuivre les études dans des conditions normales. Résultats : les jeunes scandinaves possèdent une forte confiance dans l’avenir et le taux de chômage est bas.

C’est tout le contraire en France où le chômage atteint des sommets (24%). Cette relégation sociale de l’université française n’est pas une fatalité, mais l’expression d’une forme d’élitisme sans doute assez particulière à notre pays. Elle s’explique, entre autres, par le fait que les élites françaises sont exclusivement issues du système des (très) grandes écoles et n’arrivent pas à faire de la question universitaire une priorité.

Le plus inquiétant est la question du déclassement social. Dans la France des années 2000, connaître une moins bonne réussite sociale que ses parents n’est plus exceptionnel. En cause : l’évolution de la structure des emplois qui n’a pas suivi celle des diplômes, marquée par la massification de l’enseignement supérieur. Nombre de diplômes sont donc victimes d’un double déclassement : scolaire d’abord, car ils ont un niveau de formation supérieur à celui requis pour l’emploi qu’ils occupent ; social ensuite car ils n’ont pas maintenu la position de leurs parents, quand bien même ils ont un cursus scolaire plus brillant.

De ce décalage entre la formation et la mobilité sociale naît un intense sentiment de frustration. Les jeunes ont le sentiment d’avoir été trompés par le système scolaire et cette déception n’est pas sans effets sur l’école elle-même. Comme le niveau de diplôme s’élève au fil des générations et que parallèlement la précarité économique de la jeunesse s’accroît, c’est souvent la valeur des diplômes qui est en question. Après des études sensiblement plus longues que les générations précédentes, la durée de l’insertion sur le marché du travail s’allonge également jusqu’à la difficile obtention d’un contrat à durée indéterminée, en moyenne à plus de 28 ans.

La jeunesse se retrouve ainsi au cœur des problématiques qui pèsent sur ses perspectives d’évolution. Dans un contexte de persistance du chômage de masse, de précarité de l’emploi, de progression de la pauvreté, et de l’exclusion, l’efficacité du système éducatif et l’intégration des nouveaux entrants dans le marché du travail représentent des enjeux cruciaux. Ces enjeux devraient être au centre des préoccupations des hommes politiques qui s’apprêtent à partir en campagne.

* Le programme PISA ?

Tous les trois ans depuis l’an 2000, l’OCDE compare ce que savent faire les jeunes de 15 ans dans leur langue maternelle, en mathématiques et en sciences. Il ne mesure pas l’acquisition de programmes scolaires mais vérifie dans quelle mesure les élèves qui arrivent au terme de la scolarité obligatoire ont acquis les savoirs et savoir faire indispensables pour participer pleinement à la société de la connaissance. L’édition 2010 est d’autant plus importante qu’elle montre l’évolution des systèmes sur dix ans. Le programme est réalisé tous les trois ans sur un échantillon représentant 26 millions de jeunes scolarisés dans 65 pays, qui représentent 90% de l’économie mondiale.

Hugues Sibille : “L’économie sociale et solidaire est un nain politique”

Propos recueillis par Muriel Jaouën

Hugues Sibille est Vice-président du Crédit Coopératif, président de l’Agence de valorisation des initiatives socio-économiques (AVISE). Il préside également depuis novembre 2008 le groupe ESFIN-IDES, outil de fonds propres au (...)

Quels emplois dans l’avenir proche ?

Place publique

Cette note présente les résultats d’un travail de prévision sur les secteurs amenés à créer des emplois à un horizon de court/moyen terme, réalisé par le Centre d’analyse stratégique.

Cette étude permet d’abord de rappeler les grandes tendances constatées avant la crise, s’agissant des secteurs identifiés comme porteurs d’emplois (secteurs fortement (...)

En 2011, seuls 9% des patrons de petites entreprises envisagent d’embaucher

Place publique

79% des dirigeants de petites entreprises (TPE) interrogés estiment que leurs préoccupations et contraintes n’ont pas été prises en compte par le gouvernement. 69% d’entre eux pensent que Nicolas Sarkozy a peu de chances d’être (...)

Santé. Risque dépendance : l’urgence attendra !

Gilles Bridier

La perspective d’une 5e branche de la Sécurité sociale s’estompe derrière l’hypothèse d’une assurance obligatoire individuelle. Ce qui n’a pas la même signification politique, et hypothèque une prise de décision avant les prochaines (...)

Le coach carbone, c’est coa ?

D. Sabo

La Fondation Hulot a lancé le coach carbone, en partenariat avec l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe).

De quoi s’agit-il ? D’un site internet qui permet de mesurer les émissions de gaz à effet de serre de son foyer, et qui propose des solutions pour les réduire. Réduire nos émissions de gaz à effet de serre demande une réponse collective (...)

Les docteurs en sciences ont du mal à trouver du travail dans l’entreprise

Place publique

Encore une exception française, le relatif mépris avec lequel sont traités les plus hauts diplômes en sciences. Alors qu’en 2007 les jeunes diplômés de niveau Master ont un taux de chômage de 7 %, celui des titulaires d’un doctorat (...)

L’égalité Hommes-Femmes : la grande oubliée de la réforme des retraites.

Romain santiago

Lors du débat suscité par le vote de la réforme des retraites en cette fin d’année 2010, le gouvernement a mis en avant deux principaux éléments : l’augmentation de la durée de cotisation et le report de l’âge légal de départ à la (...)

WikiLeaks : Transparence et clabaudages

Le journal d’un journaliste par Bruno Tilliette

La mise en ligne de 250 000 notes diplomatiques américaines confidentielles par le site WikiLeaks, après bien d’autres « secrets » révélés par ce même site, devrait poser beaucoup de questions aux journalistes qui s’en emparent pour (...)

Fin de carrière : 17 % des seniors envisagent de créer leur propre entreprise

Place publique

Un sondage CSA commandé par l’Agence pour la création d’entreprises (APCE), révèle que pour un français sur deux, créer son entreprise est une option sérieuse pour une fin de carrière ou lors de la retraite.

Parmi les seniors actifs, 17% sont prêts à s’engager dans cette voie. Bon moyen pour compléter ses revenus, devenir son propre patron et pour développer un (...)

Comportements : Hate-toi lentement mais réfléchis vite

Yan de Kerorguen

Le débat entre lenteur et vitesse bat son plein, au rythme des craintes que suscite le progrès technologique et des tendances sociétales privilégiant des modes de vie plus calmes.

La théorie du philosophe et urbaniste Paul (...)

Justice - TPI : Le Tribunal Pénal International de La Haye en danger

Place publique

Alors que le bourreau du massacre de Srebrenica Ratko Mladic court toujours, le TPIY voit son existence et sa mission menacées par le calendrier et le manque de financement.

Le Président du Tribunal, le Juge Patrick Robinson, (...)

Logement : l’urgence sociale prioritaire

Yan de Kerorguen

La crise du logement persiste et signe. Avec le froid de l’hiver, elle fait chaque jour de nouvelles victimes. La Fondation Abbé Pierre vient de lancer une campagne nationale d’affichage pour dénoncer la situation de près de (...)

Réchauffement climatique : CO2 mon ennemi

D. Sabo

A Cancun, la réduction des émissions de dioxyde de carbone (CO2) reste l’un des principaux enjeux de la lutte contre le changement climatique,

Les amateurs de jardin connaissent le principe. L'effet de serre est un (...)

Pour une politique qualitative de la sécurité routière

Denis Ettighoffer

Sauver des vies nécessite une utilisation réfléchie des limitations de vitesse afin qu’elles n’apparaissent pas abusives mais justes et proportionnées. Plutôt que d’abandonner la politique routière aux radars, il est plus judicieux de renforcer les contrôles d’alcoolémie et d’aptitude à la conduite sans dangers

Sécurité routière : A quand de l’intelligence (...)

Europe : la pauvreté des enfants aggravée par les budgets d’austérité

Place publique

Alors que l’Union européenne a proclamé 2010 « Année européenne de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale », plusieurs Etats membres ont présenté des budgets d’austérité, qui feront augmenter le nombre de personnes précaires et affecteront un nombre croissant d’enfants

Beaucoup d’enfants connaissent déjà la pauvreté et il est évident que (...)

Béatrice Barthe - Temps de travail : une affaire d’ergonomes

Propos recueillis par Muriel Jaouën

Horaires décalés, porosité entre vies professionnelle et personnelle, dilution des activités de travail… La question des temps de travail n’intéresse pas que les sociologues et les juristes. Elle interroge également le travail des (...)

SCIENCE : La biologie synthétique, entre promesses et dérives

Thérese Bouveret

Sup’biotech a organisé le 23 novembre une deuxième Conférence sur les « Promesses et dérives de la biologie synthétique » à laquelle assistait tous ses étudiants. Quinze d’entre ont participé au concours IGEM* du MIT (Massachussets Institute of Technology) à Boston en 2009 avec un projet de double vectorisation pour vaincre le cancer.

« La biologie synthét

Henry Noguès : « L’ESS demeure un objet de recherche inachevé »

Propos recueillis par Muriel Jaouën

Quelle est la place de l’économie sociale et solidaire dans la recherche économique ? Henry Noguès, économiste, professeur à l’Université de Nantes, apporte ses réponses.

Où en est aujourd’hui la recherche économique (...)

La croissance du numérique implique une éducation à l’image

D. Sabo

Trois Français sur quatre sont désormais équipés d’un ordinateur au domicile et ont accès à Internet. C’est ce que révèle une récente étude 2010 du Crédoc* qui présente les dernières données sur la consommation et les usages numériques des Français .

• Média devenu dominant, que ce soit via un ordinateur ou un mobile, pour regarder la télévision, (...)

Climat. A Cancun, le verre était à moitié plein.

D. Sabo

La XVIème Conférence des Parties (COP16) à la Convention cadre des Nations-Unies sur le changement climatique (CNUCC) qui s‘est tenue à Cancun, du 29 novembre au 10 décembre, n’a rempli que partiellement son objectif.

Face

Encourager les femmes entrepreneurs à franchir le pas

Place publique

Selon les chiffres disponibles, les femmes constituent seulement 34,4 %[1] des travailleurs indépendants de l’UE ; le potentiel de création d’entreprises dirigées par des femmes est donc énorme et doit être encouragé.

Le fait que 39,4 % des femmes choisiraient d’être auto-entrepreneurs, contre 50,2 % des hommes, montre que les femmes hésitent davantage à devenir (...)

Le chomage des jeunes augmente

Place publique

Les derniers chiffres de l’emploi, pour le troisième trimestre 2010, montrent que, depuis le début de la crise, le taux d’activité des seniors s’est fortement accru, tandis qu’augmentait le chômage des jeunes. Une tendance (...)

Moteur de recherche

Recherche simple
Soutenez Place Publique
SOMMAIRE du magazine