Vous êtes ici : Accueil / Magazine Décembre 2009

Magazine Décembre 2009

Editorial

Copenhague : un moment de vérité

par Yan de Kerorguen

Copenhague, nous y sommes. Une page majeure pour l‘avenir de la planète est en train d’être écrite au Sommet des Nations Unies sur le climat, avec à la clé un choix crucial pour le futur : soit un changement de cap vers plus de clarté, soit la perspective de temps obscurs ?

Force est de le constater, le temps n’est pas au beau fixe sous le ciel de Copenhague. Bien avant la conférence des Nations Unies, les médias traditionnels ont déjà donné la couleur du bulletin météo : des nuages (...)

Copenhague, nous y sommes. Une page majeure pour l‘avenir de la planète est en train d’être écrite au Sommet des Nations Unies sur le climat, avec à la clé un choix crucial pour le futur : soit un changement de cap vers plus de clarté, soit la perspective de temps obscurs ?

Force est de le constater, le temps n’est pas au beau fixe sous le ciel de Copenhague. Bien avant la conférence des Nations Unies, les médias traditionnels ont déjà donné la couleur du bulletin météo : des nuages sombres couvriront le Sommet. Cette prévision pessimiste a été donnée par le Premier ministre danois Lars Loeekke Rasmussen lors du Forum de l’Organisation de coopération économique Asie-Pacifique (Apec). Ce dernier ne croit pas en l’adoption, dans un premier temps, d’un accord juridiquement contraignant.

Un accord énergie-climat, sans engagements précis, serait sans doute mieux que rien.
Mais la situation de la planète à l’horizon 2020 peut-elle se contenter d’un compromis à minima ? Même si cette option semble la plus proche du possible pour obtenir un compromis le moins mauvais possible, un devoir s’impose : être ambitieux.
Il est encore possible d’obtenir un accord juste, de rester en dessous du seuil des 2°C de réchauffement climatique, pensent les écologistes. Seul un accord juridiquement cadré permettrait de créer un environnement juridique propice à une gouvernance écologique sérieuse et de s’engager dans la construction d’un mode de développement soutenable, conviennent les acteurs de la société civile et les ONG.

« Si nous n’agissons pas maintenant, ils seront sans aucun doute encore plus dévastateurs ». C’est le constat sans appel de 2 500 scientifiques du monde entier qui ont reçu collectivement le Prix Nobel de la Paix en 2007 pour leurs travaux sur le phénomène des changements climatiques.

Soyons optimistes. Les pays d’Afrique et quelques petits états déjà victimes du réchauffement climatique continuent de faire pression auprès de nos dirigeants politiques pour qu’un tel accord soit adopté.
Les pays émergents comme le Brésil, la Chine et les pays en développement réalisent qu’ils seront les premiers à souffrir des impacts du changement climatique et qu’ils doivent absolument réduire eux-mêmes leurs émissions. La Chine est d’ailleurs devenue un des leaders des énergies renouvelables. Le Brésil s’est engagé à réduire de 70% le taux de déforestation de l’Amazonie, sa principale source d’émissions de gaz à effet de serre. De même l’Indonésie et l’Afrique du Sud vont dans ce sens. Des pays riches comme l’Australie, la Norvège ou le Japon ont pris des engagements de réduction d’émissions à la hauteur de leur responsabilité. La France a introduit la taxe carbone. Quant aux Etats-Unis, sans doute faut-il miser sur les petits progrès. Pas facile de solder d’un coup des années d’impéritie écologique.
Les Américains produisent aujourd’hui un quart des émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES). Mais Barack Obama s’est engagé à réduire de 80% les GES aux Etats-Unis d’ici 2050, par rapport aux niveaux de 1990. Un plan d’investissement de 150 milliards de dollars a été lancé en faveur des « Clean Techs » pour lutter contre le réchauffement climatique. En signe de confirmation de son engagement, Barack Obama a nommé secrétaire à l’Energie le prix Nobel de physique Steven Chu, un partisan convaincu de la recherche d’énergies renouvelables et alternatives. Ce n’est pas rien.

Tous comptes faits, on peut y croire, les ingrédients sont réunis pour un accord sérieux. A la société civile d’exercer son rôle de vigilence et de manifester sa présence.

L’organisation mondiale de protection de l’environnement (WWF) a récemment énuméré les conditions à réunir pour que le Sommet de Copenhague soit un succès à la hauteur des enjeux de la Planète et des attentes de l’Humanité.
Les gouvernements doivent se mettent d’accord sur un nouveau Protocole de Copenhague contre le réchauffement climatique en remplacement au protocole de Kyoto qui s’achève fin 2012, souligne le WWF. Cet accord doit garantir la survie des différents pays, cultures et écosystèmes, et trace la voie vers une économie sobre en carbone. Pour enrayer le réchauffement mondial bien en dessous du seuil dangereux des deux degrés, et stabiliser celui-ci en dessous de 1,5°C sur le long terme, les émissions mondiales de CO2 doivent atteindre leur pic avant 2017. Les pays industrialisés doivent donc s’engager à réduire leurs émissions de 40% d’ici 2020 par rapport aux niveaux de 1990. Rappelons qu’à la conférence de Poznan qui s’est tenue il y a un an, les 27 pays de l’Union européenne ont adopté un plan de lutte contre le réchauffement climatique des " trois 20 " : 20 % de réduction des émissions de Gaz à effet de serre (GES) par rapport à 1990, 20 % d’énergies renouvelables dans la consommation totale et 20 % d’économies d’énergie à l’horizon 2020.

Autre ingrédient du succès : faire une offre chiffrée et juste de soutien aux pays du Sud. Le WWF évalue à au moins 30 milliards d’euros par an cette aide en plus de l’aide conventionnelle. En outre, les pays industrialisés doivent s’engager à modifier radicalement leurs façons de produire et de consommer. La contribution de l’UE devrait être comprise entre 2 et 15 milliards d’euros par an d’ici à 2020. Soit au total 100 milliards d’euros de financement pour permettre à des milliards de personnes de faire face au défi climatique. Somme toute, ce n’est qu’une petite partie de ce que les pays riches ont réuni pour endiguer leur crise financière. Un cadre pour des actions d’adaptation immédiates doit être mis en place, en particulier pour les pays et écosystèmes vulnérables. Coût 160 milliards

Plus généralement, Copenhague fournit l’occasion de remettre en cause les dogmes de l’hypercroissance, de la compétition effrénée, de l’économie telle qu’elle a fonctionné jusqu’à présent. L’espoir, à Copenhague, portera aussi sur la création, au niveau international, d’un organisme de contrôle permettant de suivre l’évolution des différents pays vers leurs futurs objectifs chiffrés et de contrôler la tenue de leurs engagements.

Le plus inquiétant serait que le Sommet se transforme en opération de communication à l’usage de décideurs politiques toujours prêts à s’autosatisfaire ou à rejeter la faute sur les autres. Derrière les mots, il faudra décrypter.

Habiter sous l’eau : les nouveaux architectes

D.Sabo

Bruce Jones, Joachim Hauser, Jacques Rougerie, Hervé Bourgeois, ces architectes visionnaires, admirateurs de Cousteau et de Jules Verne, n’hésitent pas à se jeter à l’eau pour voir leurs rêves aquatiques se réaliser. Souvent dans le (...)

Travailleurs pauvres : pour de nouveaux codes sociaux

par Muriel Jaouën

Nouvelle donne pour nos sociétés, la pauvreté laborieuse échappe aux modes de fonctionnement, d’action et de pensée des organisations politiques et sociales.

L’Union européenne qualifie de travailleur pauvre toute personne en situation d’emploi - c’est-à-dire étant au travail plus que la moitié de l’année - et dont les revenus sont inférieurs à 60 % du revenu médian (...)

Copenhague : le réchauffement climatique en quelques mots

par Yan de Kerorguen

Selon l’Organisation météorologique mondiale (OMM), les douze années venant de s’écouler sont les plus chaudes jamais enregistrées depuis le début des mesures en 1861. Les mesures terrestres de températures réalisées au cours du XXe (...)

Les Européens inquiets pour l’emploi, prudemment optimistes pour l’économie

Place publique

Selon les premiers résultats de la dernière enquête Eurobaromètre, les Européens considèrent que l’emploi est le principal problème auquel est confronté leur pays mais estiment que l’évolution de la situation économique est un peu (...)

Changement climatique : la face cachée de l’enjeu arctique

Yan de Kerorguen

L’arctique joue un rôle central pour la science et le climat. Malgré les dommages que le pôle subit du fait du réchauffement lié aux gaz à effet de serre, le pôle nord suscite des convoitises industrielles insensées. Une nouvelle (...)

A Copenhague, le rapporteur de l’APCE John Prescott rappelle les Etats-Unis à l’ordre

communiqué

Strasbourg, 16.12.2009 – Le rapporteur de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE) sur le changement climatique John Prescott (Royaume-Uni, SOC), qui a été Vice-Premier ministre du Royaume-Uni et négociateur de (...)

Eco2 Cities : la ville idéale du futur suppose un style de vie concis

par Estelle Leroy

Au cours des trois prochaines décennies, les pays en voie de développement concentreront 90 % de la croissance urbaine. « Eco2 Cities : Villes écologiques et villes économiques » est un programme de la Banque Mondiale qui permet (...)

De nouvelles relations entre les associations et le gouvernement

D. Sabo

« La place des associations dans le dialogue civil", "la clarification du partenariat contractuel entre les pouvoirs publics et les associations", "la promotion de l’engagement et la reconnaissance du bénévolat" ; tels étaient les thèmes débattus lors de la deuxième conférence nationale de la vie associative qui s’est tenu le 17 décembre 2009, et qui a réuni plus de 600 (...)

Favoriser un Eco Habitat abordable

par Estelle Leroy

Introduire des principes "écolo" dans les maisons en construction ou déjà existantes est un souhait pour bon nombre de consommateurs « verts ». Mais l’idée est encore répandue que le vert est souvent synonyme de coûts (...)

Place Publique vous souhaite une bonne Année 2010

Place publique

Tout au long de l’année 2009, Place-Publique.fr a publié des articles sur des sujets de société, d’actualité. La rédaction de place-publique.fr vous propose une sélection des articles sur les sujets qui ont marqué (...)

Stéphane Veyer : “La coopérative, pour réinventer l’entreprise”

Propos recueillis par Muriel Jaouën

La France compte quelque 70 coopératives d’activités et d’emploi. Stéphane Veyer, directeur général de Coopaname, revient sur la finalité d’un modèle moins touché que d’autres par la crise.

Coopaname est née en 2004 à Paris et rassemble aujourd’hui près de 400 personnes, qui réalisent au global un chiffre d’affaires mensuel de plus de 300 000 euros. A l’heure (...)

100 millions de jeunes européens. Photographie

Place publique

Quel est l’âge moyen des jeunes lorsqu’ils quittent le domicile de leurs parents ? Quelles sont les différences de taux de chômage en fonction du niveau d’éducation ? Quelle est la proportion de jeunes ayant un contrat de travail (...)

Après les cols blancs, « les « cols verts » !

par Denis Ettighoffer

En novembre 2005 je me lançais dans un papier : Après les cols blancs, il y aura quoi !? Mais des « cols verts » ! Je viens de le retrouver circulant dans des blogs sur le Développement Durable. J’y reviens sans en changer un mot car il reste un parfait exemple des gisements potentiels d‘emplois sur lesquels nous devons investir.

Je me souviens qu’à l’époque

Le potentiel du télétravail à l’horizon des dix prochaines années

Place publique

Le Centre d’analyse stratégique vient de publier un Rapport prospectif sur le« le développement du télétravail dans la société numérique de demain »
7 messages clefs sont détaillés par les auteurs de ce rapport

1. Depuis au moins dix ans, la France est en retard sur les principaux pays de l’OCDE en matière de développement du télétravail (notamment (...)

L’Auto-Entrepreneur, ça roule !

Place publique

Décriés par les uns, adulés par les autres, le statut de l’Auto-Entrepreneur rencontre un indéniable succès.

Il y a aujourd’hui entre 250 000 et 300 000 personnes inscrits dans la démarche de l’autoentrepreneuriat. Un (...)

Copenhague, une affaire de très gros sous

par Gilles Bridier

Des milliers de milliards de dollars sont en jeu à Copenhague. Un rapport du Conseil d’analyse économique (CAS), intitulé « Politique climatique, une nouvelle architecture mondiale » et réalisé par une équipe de chercheurs animée (...)

Edouard Bard met en évidence le lien intime entre climat et océan*

par Yan de Kerorguen

En chercheur engagé, Edouard Bard n’hésite pas à aller au front pour défendre ses convictions. Pour atténuer le risque d’une dérive climatique, au cours de la seconde moitié du siècle, cet "archéologue du climat" pense qu’ une (...)

Fiscalité environnementale : agir, ou laisser faire ?

par Gilles Bridier

Mieux vaudrait, ne serait-ce que par simple rationalité économique, agir plutôt qu’attendre. Le rapport Stern, du nom du Directeur du budget et des finances publiques au Trésor britannique qui le rendit public en octobre 2006, a (...)

Le réchauffement climatique en 10 points

Place publique

Le réchauffement du climat de la planète entraîne : La fonte des glaciers et des calottes glacières. La montée du niveau des mers L’ « acidification de l’océan » par l’injection massive de CO2 et les menaces pesant sur les coraux (...)

Les femmes, premières victimes et premières résistantes face aux enjeux climatiques

Par Muriel Jaouën

Alors que le débat sur les changements climatiques a jusqu’ici essentiellement porté sur les politiques mises en œuvre par les Etats pour limiter les émissions de gaz à effet de serre et promouvoir les énergies renouvelables, les recherches du fonds des Nations Unies (UNFPA) pour la population pourraient bien éclairer la question sous un nouveau jour. Un jour d’autant plus (...)

Des étudiants s’invitent à Copenhague

D. Sabo

Des étudiants du Master Ingénierie et Management en Environnement et Développement Durable (IMEDD) de l’UTT de Troyes participeront à la manifestation du 12 décembre prochain, organisée à Copenhague, pour appeler les négociateurs du (...)

La Presse prise à partie par les blogs

par Denis Ettighoffer

Les blogs ont évolué au point pour certains de devenir de véritables journaux en ligne qui ne manquent pas une occasion de devenir le poil à gratter de la grande presse.

Le blog The Huffington Post d’Arianna Huffington, ex républicaine par son mariage et pro démocrate par opportunisme, douée pour occuper la scène médiatique, est emblématique du poids que peut avoir la (...)

Etude : 45% des jeunes tentés par la création d’entreprise

Place publique

On évalue à 70 000 le nombre de créateurs de moins de 30 ans en 2008, dont 20 000 de moins de 25 ans[1]. Entreprendre au démarrage de sa vie professionnelle est indéniablement une période favorable : les entrepreneurs ont peu d’engagements familiaux et financiers. Il existe donc un vrai potentiel qu’il convient d’encourager.

Selon l’enquête* réalisée par Opinion Way (...)

Les Français préfèrent travailler dans des entreprises "éthique"s

Place publique

Une enquête, réalisée par Kelly Services, un des leaders mondiaux du recrutement et des services de ressources humaines, révèle que la majorité des Français veut travailler dans un cadre intégrant une dimension éthique, un souci de l’environnement et une politique socialement responsable.

78% des répondants Français préfèrent travailler pour une entreprise (...)

Moteur de recherche

Recherche simple
Soutenez Place Publique
SOMMAIRE du magazine