Vous êtes ici : Accueil / Magazine de octobre 2012

Magazine de octobre 2012

Editorial

Actualité : relativiser…et ne pas perdre de vue l’essentiel !

Yan de Kerorguen

Elles sont bien lâches les craintes de ceux qui pensent qu’il faut se plier aux Salafistes en demandant à Charlie Hebdo de cesser ses croquis bouffe-curés ou bouffe-imams. Doit-on faire taire Rushdie pour contenter les imbéciles frustrations des intégristes ? Doit-on supprimer le métier de caricaturiste pour ne pas froisser la pauvre conscience des ignorants ? Est-ce ainsi que l’on rend hommage à ce formidable ambassadeur américain qui aimait tant le peuple libyen ? Il est bien vain ce débat sur la (...)

Elles sont bien lâches les craintes de ceux qui pensent qu’il faut se plier aux Salafistes en demandant à Charlie Hebdo de cesser ses croquis bouffe-curés ou bouffe-imams.
Doit-on faire taire Rushdie pour contenter les imbéciles frustrations des intégristes ? Doit-on supprimer le métier de caricaturiste pour ne pas froisser la pauvre conscience des ignorants ? Est-ce ainsi que l’on rend hommage à ce formidable ambassadeur américain qui aimait tant le peuple libyen ? Il est bien vain ce débat sur la responsabilité et la liberté d’expression. Que n’a-t-on compris que c’est notre liberté la plus fondamentale qui est en jeu ?

Ils sont bien ridicules ces leaders de la droite français à parler du racisme anti-blanc, une invention de l’extrême droite, lourde de sous-entendus, soudainement mise en exergue dans un contexte où les discriminations envers les minorités et les Français noirs ou arabes issus de l’immigration existent toujours. On ne peut pas faire mieux que cette distinction entre les types de racisme pour favoriser un antagonisme communautaire et alimenter une racialisation des rapports sociaux. Il n’y a pas de racisme "anti blanc","anti noir", "anti jaune", "anti rouge" ni de racisme « anti-patron » (sic), c’est le racisme dans son entier qu’il faut combattre.

Ils sont bien dérisoires nos doutes sur les capacités de François Hollande à diriger la France, nous qui avons considéré que Sarkozy avait surtout échoué à cause de son agitation perpétuelle. Nous qui pensions que rien ne sert de courir il faut partir à point. Nous qui trouvions qu’il valait mieux être au travail que courir les médias ou faire des annonces. Quatre mois, c’est bien peu pour obtenir des résultats. Alors patience et longueur de temps valent mieux que force ni que rage.

Ils sont bien pernicieux nos médias ricaneurs et frivoles, qui trouvent que nos gouvernants ne sont pas assez « people ». Ils sont bien légers ces animateurs narcissiques à faire de tout sujet un divertissement ou un fait divers. Eux qui préfèrent consacrer au JT du soir une demi-heure à la disparition de Jean-Luc Delarue ou de Thierry Rolland, les héros vulgaires de la modernité, tandis que l’information essentielle est reléguée à l’arrière-plan.
Mais où sont-ils, les citoyens dans les débats ? Pour oublier leur vie sans éclats, les citoyens sont invités à s’asseoir sagement autour des « people » et applaudir à leurs frasques quand le chauffeur de salles le leur dit.

Ils sont bien cyniques, ces ultralibéraux qui ont conduit le système financier mondial au bord du gouffre, qu’il s’agisse de gouverneurs des banques centrales, de ministres des Finances ou de responsables des banques privées et qui aujourd’hui instrumentalisent la crise en accusant l’état providence d’être responsable de tout.
Quelle impudence ! Il est étrange de les entendre oser affirmer sans honte, après avoir semé la gabegie, que les pays en crise doivent mettre de l’ordre chez eux, réduire leur déficit, diminuer leur dette publique.

Elle est bien terne la lutte contre les paradis fiscaux. L’ évasion fiscale continue de représenter une ponction insupportable dans les budgets des états. Loin de s’être retirées des centres off shore, les banques, premières utilisatrices de ces refuges opaques, y ont renforcé leur présence. En 2010, les trois premières banques françaises cumulaient 494 filiales, contre 513 aujourd’hui. Ils sont aussi bien indulgents nos gouvernements à l’égard de ces prétendus créateurs de richesse mondiaux qui n’enrichissent qu’eux-mêmes tandis que leurs usines ferment.

Ils sont bien inquiétants les chiffres sur la dette et le chômage, surtout le chômage ! On a tort de croire que la dette est le mal absolu. Elle est surtout un cercle vicieux. Loin d’être scientifique, le sujet de la dette est éminemment idéologique !
En réalité, comme le soutiennent les Économistes atterrés dans leur Manifeste, le problème de la dette ne résulte pas d’un excès de dépenses ! L’aggravation de la dette est principalement due à une diminution des recettes fiscales ! On a donc tort de brandir le spectre de l’hyperinflation.
On fait fausse route en estimant que l’austérité résoudra les problèmes. L’austérité s’est toujours révélée contre-productive. C’est la lutte contre le chômage qui doit mobiliser toutes nos énergies. La question est la suivante : vaut-il mieux vivre malade ou mourir guéri ? Comment restaurer la croissance alors que l’austérité va très probablement se traduire par une diminution de la production, une hausse du chômage et une baisse de la consommation ?

Enfin, elles semblent bien vaines nos lamentations sur l’état du monde. Déséquilibre économique planétaire, inquiétante progression des inégalités, guerres et famines, incroyable imbécilité d’un monde où il faut être visible pour exister, recul de la préoccupation environnementale…la Terre ne tourne pas rond. Comment ne pas se laisser déconcerter par l’énormité des problèmes à résoudre ?

Mais que valent nos turpitudes face à l’horreur en Syrie ? Nous sommes bien impuissants face aux massacres organisés de la population syrienne à Alep, à Deraa, à Homs. Dans quel monde vivons-nous ? Camus parlait d’absurde, de ce sentiment bizarre d’une hostilité primitive du monde auquel on se sent tout à coup étranger.

Reste l’espoir. Il faut avancer, ne jamais rien lâcher. L’espoir c’est la plus forte des énergies renouvelables. L’espoir et … la confiance, pour donner aux peuples le carburant nécessaire pour aller au-devant des difficultés. Bien sûr, il n’y a pas de miracle. Mais rien n’est pire que le silence et la passivité. Est-elle vaine la résistance syrienne à la machine de guerre d’Assad ? Sont-elles vaines ces manifestation espagnoles ou grecques ?

Non car au-delà de la rébellion ou des revendications difficiles, elles possèdent un ressort essentiel : l’énergie. Les résistants syriens et les indignés espagnols ont cette énergie du sursaut. Reste à offrir une issue aux aspirations collectives, aux projets et aux expériences qu’elles suscitent. Les entreprises, les gouvernements, les institutions internationales et les associations seraient bien inspirés s’ils admettaient que les contre-pouvoirs sont un atout. Ce sont leurs meilleurs ennemis. Aussi bien gagnent-ils, au lieu des créer des comités Théodule, à être attentifs aux initiatives menées par les gens, à capter le capital d’innovation contenu dans ces expériences de coopération, dans ces ateliers du futur qu’on peut voir ici et là exprimer. C’est cette révolte qui confère à la vie son prix et sa grandeur.

Ne mésestimons pas la révolte, la liberté ou la passion. Gageons qu’elles ne s’épuisent pas dans la violence mais qu’elles activent l’intelligence d’un futur acceptable et soutenable.

« Réussir la démocratisation de l’enseignement supérieur »

Place publique

Alors que le paysage universitaire français est bouleversé depuis une dizaine d’années par une succession de mesures, l’université ne rassemble plus que 56% des étudiants (hors IUT) – contre près de 75% en 1970, constate le CESE dans (...)

Loi Duflot sur le logement : il faut voir plus loin !

Collectif "Jeudi noir"

Pas encore cette fois ci qu’on sabrera le mousseux... La ministre s’attaque à la crise du logement avec la petite cuiller. Le logement a besoin de plus qu’un ravalement de façade. Le gros œuvre, c’est pour quand ?

Photo sur mail

Mauvais temps pour les enseignants en Europe

Place publique

Seize pays européens ont gelé ou réduit le salaire des enseignants en réaction au ralentissement économique. Selon un rapport publié par la Commission européenne à l’occasion de la Journée mondiale des enseignant(e)s, c’est en (...)

Interview Daniele Bourcier : "Creative commons France fête ses dix ans"

Propos recueillis par Thérèse Bouveret

Danièle Bourcier est responsable du département " Droit gouvernance et technologies" au CERSA-CNRS. Leader scientifique de Creative Commons France

Place Publique . : Qu'est-ce qui vous a décidée à lancer Creative Commons en (...)

Les Idées : mère de toutes les batailles

Denis C. Ettighoffer

Nous voilà entrés dans la bagarre. Mais de laquelle s’agit-il !? D’une bataille des savoirs ou d’une bataille des idées !?

Une idée est comme un mot d’humour qui associe des situations dont la jonction crée la surprise, (...)

Seniors et numérique : des outils adaptés pour une communication intergénérationnelle

Tribune Libre de Christophe Boscher et Thierry Corbillé*

C. Boscher et T. Corbillé, présidents et co-fondateurs de Tikeasy, mettent en évidence l’importance d’intégrer les générations aînées à l’usage des nouvelles technologies.

Les chiffres le démontrent ! Pour les plus de (...)

Inventer un futur désirable

Geneviève Ancel, Carine Dartiguepeyrou, Jean-claude Devèze, Jean-Baptiste de Foucauld, Georges Hervouët, Jacqueline Louiche, Patrick Viveret, porte-paroles du Pacte civique.

Contribution du Pacte civique* aux travaux de la Commission présidée par M. Lionel Jospin

Nous sommes frappés par le décalage entre les objectifs assignés à la « commission de rénovation et de déontologie de la vie publique », (...)

Erasmus pour les jeunes entrepreneurs

Place publique

Vous avez une idée géniale pour monter une entreprise mais vous ne savez pas par où commencer ? Vous êtes un entrepreneur déjà établi et vous avez besoin d’aide ? Ou bien vous êtes déjà à la tête d’une entreprise dynamique mais vous (...)

Les mamies ingénieures ensoleillent l’Afrique

Béatrice Toulon

Un réseau de sept mille grands-mères illettrées assurent la maintenance des panneaux solaires de leurs villages

C’est une idée lumineuse comme l’énergie solaire dont 7 000 grand-mères africaines illettrées sont aujourd’hui les (...)

Assises de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Contribution de la Commission nationale française pour l’UNESCO *

(J. Audouze, S. Faucheux, E. Guichard, S. Halimi et J. - F. Sabouret)

La contribution qui suit – rédigée à partir des réflexions émises dans ses comités « éducation » et « science » (1) et le groupe de travail « Gouvernance des établissement de l’enseignement supérieur » – met donc l’accent sur les aspects internationaux de l’enseignement supérieur et de la recherche au même titre que l’Agence pour l’Enseignement français à l’étranger (AEFE) dont la (...)

Le fonctionnaire de demain : faire évoluer les valeurs de service

Place publique

Selon une étude Deloitte menée avec l’institut Ifop, 56% des fonctionnaires interrogés pensent que le changement dans la Fonction publique d’Etat doit passer par une évolution des valeurs fondatrices.

• 95% des fonctionnaires interrogés se déclarent fiers de l'être • 74% des fonctionnaires interrogés estiment leur rémunération adaptée à leur situation de travail • La (...)

Le vieillissement : un enjeu pour l’avenir de la France et de l’Europe

Gilles Duthil, Président de SilverLife

L’allongement de la durée de la vie entraine une nouvelle donne, tant économique que sociale ou environnementale, et une profonde remise en cause du regard porté sur le vieillissement en général et les seniors en particulier.

En France, comme en Europe, les seniors constituent un potentiel de croissance économique considérable que ce soit en termes d'emplois, de (...)

Grèce : « je n’ai pas peur pour la démocratie » Entretien avec un duo de chanteuses célèbres, Haris Alexiou et Dimitra Galani

par Jean-Louis Lemarchand

Entretien avec un duo de chanteuses célèbres, Haris Alexiou et Dimitra Galani Grandes vedettes de la chanson en Grèce, Haris Alexiou et Dimitra Galani ont commencé leur carrière sous la dictature militaire et connu alors, au (...)

Passion tsigane.

Caroline de Hugo

Après la célèbre série Gitans de Joseph Koudelka présentée cet été aux Rencontres d’Arles, c’est au tour du Grand Palais de mettre les tsiganes à l’honneur avec Bohèmes. Pendant ce temps, les expulsions de Roms se poursuivent partout en (...)

Vers l’autonomie alimentaire, un livre très cultivé de Frédérique Basset

Propos recueillis par Caroline de Hugo

Entre réflexion théorique et guide pratique, voilà un livre qui donne furieusement envie à ses lecteurs de ressortir, séance tenante, bèches et serpettes pour jouer les nouveaux Candide.

Place Publique a rencontré son (...)

20 ans de marché unique et une Europe qui fonctionne malgré tout

Place publique

Le marché unique célèbre cette année son 20ème anniversaire. La Commission européenne a adopté, le 3 octobre 2012, l’Acte pour le marché unique II . Cet Acte contient douze actions prioritaires, devant être adoptées rapidement par (...)

Open data : libérer l’information pour découvrir une ville plus intelligente

par D.Sabo

De plus en plus d’entreprises, d’établissements ou d’associations s’accordent à penser que la libération des données brutes est tout bénéfice aussi bien sur le plan de la communication entre humains que sur le plan des solutions (...)

Irresponsabilité médiatique ?

Le journal d’un journaliste par Bruno Tilliette

L’affaire a déchaîné les passions éditoriales. Chacun y est allé de sa condamnation ou de son soutien. Elle occupé une bonne semaine la une des journaux. On l’a déjà oubliée et on est passé à autre chose. C’était pourtant il y a moins (...)

Jeunesse : Avoir 20 ans et envie d’ailleurs

Yan de Kerorguen

Faute de financement, le programme Erasmus qui facilite les échanges humains entre jeunes étudiant européens est mal en point. Comment ne pas s’émouvoir de la disparition possible de ce projet emblématique de la vitalité européenne (...)

Vers une “entreprise autrement”

Place Publique

Entreprise citoyenne, entreprise responsable, entreprise sociale : l’époque aspire à de nouvelles organisations de production et de travail, plus proches de l’intérêt social général.

Aggravation des problèmes sociaux et environnementaux, crise de l’Etat providence, aspiration à des relations économiques plus “morales” : partout dans le monde, ces trois phénomènes (...)

Capitaliser sur l’économie de l’expérience de la société civile

Bruno Marzloff

Sociétale démocratie : un nouvel horizon. L’adjectif en premier dans le titre de cet ouvrage, met en avant la transformation du jeu des acteurs et sa part sociétale, à côté du modèle de la démocratie représentative.

Ce pet

85% des citoyens européens en faveur de l’aide aux pays pauvres

Place publique

Selon un sondage Eurobaromètre, l’aide au développement bénéficie d’un large soutien. Pour la plupart des gens (61 %), l’aide devrait être concentrée sur les pays fragiles touchés par un conflit ou une catastrophe (...)

Moteur de recherche

Recherche simple
Soutenez Place Publique
SOMMAIRE du magazine