Vous êtes ici : Accueil / Magazine de Janvier 2013

Magazine de Janvier 2013

Editorial

2013 : Et si nous écoutions un peu plus les « invisibles » ?

Yan de Kerorguen

Au show des « visibles » qui peuplent les écrans dans le souci éternel de leur image, nous préférons le théâtre des « invisibles » qui, dans l’action quotidienne et discrète, sont les acteurs du changement . Artistes, chercheurs, associatifs, innovateurs enracinés dans l’univers du logiciel libre, à vos marques....

Observateur de l’actualité prospective et média des initiatives citoyennes, Place Publique s’est habitué à observer à plus long terme la météo des jours à (...)

Au show des « visibles » qui peuplent les écrans dans le souci éternel de leur image, nous préférons le théâtre des « invisibles » qui, dans l’action quotidienne et discrète, sont les acteurs du changement . Artistes, chercheurs, associatifs, innovateurs enracinés dans l’univers du logiciel libre, à vos marques....

Observateur de l’actualité prospective et média des initiatives citoyennes, Place Publique s’est habitué à observer à plus long terme la météo des jours à venir. Mobilités, coopérations numériques et open data, transition énergétique, économie sociale et solidaire, solidarités intergénérations, tous ces sujets sont les fondamentaux de notre avenir.

Depuis plusieurs années, nous nous évertuons à couvrir ces initiatives démocratiques et participatives. Oui mais comment en parler ? De façon appliquée, dans le souci du format et de la formule, pour bien passer à l’écran et viser l’audimat ? Ou bien en respectant le caractère essentiel des faits pour lui donner son amplitude sociétale par une approche raisonnée, sans céder aux caprices et à la versatilité des modes ?

Aux politologues et autres sondeurs patentés qui collent à l’opinion publique en temps réel, aux commentateurs des diners en ville, aux animateurs érigés en experts par le simple effet de leur visibilité, à tous ceux qui, nourris par leur ration de scandales, préemptent l’information pour la « peopoliser », nous privilégions les découvreurs qui trouvent leur légitimité dans une pratique sociale, scientifique ou culturelle, et les praticiens acteurs de leur destin. Aux « visibles » qui « font » semblant, affichant leur docte ignorance, nous recommandons les « invisibles », ceux qui « font » vraiment, c’est-à-dire les créateurs, les coopératifs, les « makers » du logiciel libre, en un mot les acteurs crédibles du changement. La est la différence entre l‘expert, plein de lui-même, et l’acteur de la société, plein des autres…dans l’action solidaire !

Tel est l’un de nos voeux les plus chers pour cette année 2013 : rompre avec le pouvoir des écrans pour retrouver le sens dans l’action. Oublier Depardieu, mobiliser l’intelligence.

L’expression « people » dit bien la dérive ambiante dans le monde des médias. Ce mot désigne l’ensemble des personnalités montantes dans un univers de stars où ils peuvent briller un temps mais dans lequel ils ne sont pas censés se trouver de par leur fonction. Les sportifs, les top chefs, les mannequins, les animateurs TV. Par définition, le people ressemble au commun des mortels (le peuple) . Mais dans le même temps sa visibilité lui procure le sentiment d’appartenir au monde des stars, du cinéma ou de la mode. La médiatisation lui donne cette occasion de se constituer un capital de visibilité en cumulant les postes. La peopolisation, c’est la proximité des gens de pouvoir avec les médias, c’est la constitution d’une cour.

Tout juste occupée à paraître savante devant le micro, l’expertise connaît une crise d’image qui ressemble à cette peopolisation. Constituée en oligarchie, se suffisant à elle-même, elle se confond dans l’obsession quasi épidémique de se rendre visible à tout prix et de se constituer une image de marque. A force de se regarder dans le jeu de miroirs des cotations et des annonces médiatiques, elle ne voit plus rien du monde réel, sauf les défauts de communication, les mots de travers et les actes manqués de ceux qu’elle est censée analyser. Avec une morgue qui laisse parfois pantois. Avoir trop confiance en soi peut finir par éloigner de la réalité. A force de transformer la politique en spectacle, les commentateurs experts et communicants n’ont plus qu’une seule raison : la dérision. Ils organisent l’invasion de la société par le moi. Ce mal est délétère, car il n’a plus comme référent qu’une seule réalité : la visibilité ! Comme ceux qu’on appelait hier les diseux, les visibles « sont les bavards qui tels la mouche du coche tentent, malheureusement avec succès, de faire croire que c’est grâce à eux que tourne le monde. Ces diseux, faiseurs d’illusions ont pris le pouvoir » affirme Denis Ettighoffer. Ils ont le pouvoir dans la peau et leur seule visibilité les autorise, pleins d’eux-mêmes, à croire qu’ils pensent.

« Je pense donc je suis ». Cette sentence extraite du Discours de la méthode de René Descartes est l’une des citations philosophiques les plus connus au monde. On connait moins celle du philosophe irlandais qui a donné son nom à une célèbre ville universitaire en Californie, George Berkeley (1685-1753), « Etre, c’est être perçu ou percevoir ". Esse est percipi aut percipere Il ne savait évidemment pas que, moins de deux siècles plus tard, l’injonction à la visibilité allait devenir une des valeurs clés de l’hypermodernité. Aux 18ème et 19ème siècles, on taisait l’intime ; au 21ème siècle, on l’exhibe.

A l’heure d’internet, cette assertion revêt une actualité brûlante : « Je suis visible, donc je suis ». Nathalie Heinich auteur de « De la visibilité. Excellence et singularité en régime médiatique », dans un livre magistral, revient sur ce sujet central qui impacte les enjeux et pratiques de la communication aujourd’hui. Elle montre que l’injonction à la visibilité, à l’époque contemporaine, aboutit au fait que ce qui n’est pas visible ne peut être reconnu.

« La visibilité devient substitut à l’éternité » souligne, pour sa part, Nicole Aubert. Ceux qui passent leur temps à cumuler l’image d’eux mêmes dans les talk shows et autres débats, répétant la même scène depuis qu’ils ont élu domicile derrière l’écran, voient peu à peu leur moi hypertrophié devenir leur seule référence. Plus rien n’existe derrière l’image : "La société hypermoderne, qui rêve avoir dépassé la modernité, semble s’engloutir dans la contemplation enivrée d’un imaginaire visuel. Elle se regarde avidement dans le spectacle qu’elle se donne à elle-même, c’est une société sur écrans qui met le monde sur écrans, prend l’écran pour le monde et se prend elle-même pour ce qu’elle a mis sur écrans ... Désormais, l’émotion remplace le sens (p. 25)" écrit Jacqueline Barus-Michel .

« Nous sommes arrivés au moment d’achèvement sans limite de la société ». Ce que Guy Debord avait pronostiqué il y a plus de 50 ans dans son livre La société du spectacle (1971) est aujourd’hui la réalité. L’espace social contemporain est une grande scène de théâtre disséminée et permanente, sans la moindre limite.

Alors faut-il laisser le visible occuper le terrain ? Bien sûr que non. Les taiseux et les invisibles ont leur mot à dire. Encore faut-il l’entendre ? Se taire est un art, quand la parole et le silence, fuyant le champ du visible deviennent, par la magie de l’invisible, source d’intensité du savoir. Les taiseux savent nous faire sentir la force du silence et le pouvoir discret de la connaissance. Les invisibles savent nous faire ressentir la puissance de l’action. Pour une raison bien simple : taiseux et invisibles sont occupés à faire sens, à agir dans le réel, grâce à leur force tranquille.

Heureusement, « la visibilité n’est durable que si elle est marquée du sceau de l’exception, qu’il s’agisse de la fortune, de la beauté ou du talent », rappelle opportunément Nathalie Heinich. Soyons clairs. Si le narcissisme -indispensable à la confiance en soi- est un ingrédient essentiel à la réussite, sachons qu’un peu trop de visibilité et l’image se floute.

Europe : Bruxelles donne le coup d’envoi de l’Année européenne des citoyens 2013

Place publique

Cette Année européenne intervient à un moment crucial de la construction européenne : en effet, 2013 marque le 20e anniversaire de la citoyenneté de l’Union, introduite par le traité de Maastricht en 1993, et le compte à rebours ‑un (...)

La géo-localisation de la R&D et des zones d’innovation

Denis Ettighoffer

Les réseaux internationaux d’innovation sont le fruit de la mondialisation de la R&D. Les chercheurs, comme nombre d’entreprises, collaborent ensemble pour partager les efforts et afin de bénéficier des retombées de leurs (...)

Les Européens aiment l’espace

Place publique

Selon les résultats d’une enquête Eurobaromètre* sur les activités spatiales, les Européens ont une bonne image du ciel et des activités spatiales européennes. Pour 4 européens sur 5, les services dérivés du spatial et les (...)

Le Pacte civique, un espace de co-construction où s’exprime l’esprit du changement

Place publique

Depuis plus d’un an, les adhérent·e·s du Pacte civique mobilisent leurs énergies pour faire de la crise une opportunité de changement. Car le pays dispose des ressources humaines et du socle démocratique pour créer l’esprit du (...)

Pacte Civique : Construire une vision transformatrice pour aller de l’avant

Jean-Baptiste de Foucauld et Jean-Claude Devèze, porte-paroles du Pacte civique*

" Nous ressentons tous le besoin d’une vision politique qui aide à organiser l’effort collectif pour sortir de nos crises. Ce que, avec Patrick Viveret, nous appelons la vision transformatrice, qui s’articule avec les résistances créatrices et les expérimentations anticipatrices. Pour dépasser nos conservatismes et nos repliements sur nos intérêts à courte vue, nous cherchons (...)

La mer : grande absente des systèmes éducatifs

Yan de Kerorguen

« La mer qu’on voit danser le long des golfes clairs … » Tout le monde connaît la chanson mais connaît-on aussi bien la mer ?

On connait mal la mer : insuffisance, ignorance... Sait-on ce que recèlent les fonds (...)

Face à l’homophobie : mettre fin à la hiérarchisation des discriminations*

Mehdi Thomas Allal, Sophie Lemaire (Terra Nova)

Alors que le débat autour du mariage pour tous attise les violences homophobes, il est urgent de prendre des initiatives de fond pour refaire société. Pour garantir une réelle égalité des droits entre homosexuels et hétérosexuels, notre système juridique doit lui aussi évoluer. Dans cette note de Terra Nova*, Sophie Lemaire et Mehdi Allal proposent d’enrichir le principe (...)

« La passivité, c’est fini », crient les Indiens du Canada

D.Sabo

Du jamais vu, depuis les manifestations radicales de l’American Indian Movement aux Etats-Unis qui, en 1973, occupa le quartier général du BIA (Bureau of Indian Affairs) à Washington D.C. puis le site de Wounded Knee. Jamais le (...)

Le lien entre générations : un domaine encore à explorer

Yan de Kerorguen

Vieux nantis contre jeunes exclus, enfants de la prospérité contre enfants de la crise, dette publique, dégâts environnementaux, vieillissement de la population … autant de signes qui semblent annonciateurs d’une « guerre des âges ». Mais c’est une « drôle de guerre » en vérité : toujours annoncée, jamais déclarée ! Plutôt que de prophétiser la fin des solidarités (...)

Une Banque Internationale des Initiatives Citoyennes *

Thierry Jeantet

Rompre les frontières de la finance d’autrefois (c’est à dire d’hier au soir), traverser les frontières naturelles ou instituées, c’est sans doute ce qu’il faut faire pour faire circuler les moyens financiers et l’épargne citoyenne (...)

Transmission et solidarité : les mots clés de l’intergénération

Place publique

Selon une enquête qualitative menée par le Campus Lab sur l’évolution des liens intergénérationnels *, sous la direction de Marion Vuillaume, Doctorante en Philosophie Politique et Ethique à Paris 4-Sorbonne, les relations entre jeunes et seniors sont perçues comme étant de bonne qualité, surtout par les plus de 60 ans. Les « actifs » eux, sont plus pessimistes. Les jeunes (...)

Energie : dix solutions méconnues qui peuvent changer le futur

D.Sabo

Le débat national sur la transition énergétique qui s’engage en ce début d’année est l’occasion d’agrandir son champ de vision sur les potentialités des énergies durables. Le futur offre un panel de ressources et de techniques (...)

Fatigue administrative

Le journal d’un retraité par Bruno Tilliette

Janvier 2013. Le mois dernier, sur ce même site, je fermais mon « journal d’un journaliste » et vous en expliquais les raisons. J’ouvre aujourd’hui, en ce début janvier 2013, le journal du retraité que je suis (...)

Moteur de recherche

Recherche simple
Soutenez Place Publique
SOMMAIRE du magazine