Vous êtes ici : Accueil / Magazine de décembre 2012

Magazine de décembre 2012

Editorial

Micro-économie : un autre monde existe, il est dans celui-ci.

Yan de Kerorguen

Ils sont des citoyens de tous les pays, ordinaires, parfois analphabètes, et ils ont en commun de mener des initiatives qui peuvent changer leur monde. Ils sont les inventeurs d’un million de révolutions tranquilles

« Un autre monde existe, il est dans celui-ci ». Cette citation de Paul Eluard est en exergue du livre de Bénédicte Manier intitulé « Un million de révolutions tranquilles »*. En ces temps de crise, il faut lire ce livre comme un véritable bienfait pour le moral. Une source de (...)

Ils sont des citoyens de tous les pays, ordinaires, parfois analphabètes, et ils ont en commun de mener des initiatives qui peuvent changer leur monde. Ils sont les inventeurs d’un million de révolutions tranquilles

« Un autre monde existe, il est dans celui-ci ». Cette citation de Paul Eluard est en exergue du livre de Bénédicte Manier intitulé « Un million de révolutions tranquilles »*. En ces temps de crise, il faut lire ce livre comme un véritable bienfait pour le moral. Une source de jouvence autant que d’inspirations. Car cet inventaire d’initiatives économiques au service de la communauté, menées par des gens souvent pauvres et non éduqués, fourmille d’exemples sur l’habitat, la santé, l’environnement, le travail, l’argent.
Cet autre monde est celui de milliers d’individus ou de groupes, qui de manière discrète ont pris en main leur économie en redécouvrant des savoir faire locaux ou en inventant des solutions inédites. Bénédicte Manier parle d’ « autogouvernance citoyenne ».

Dans le domaine de l’eau dont la pénurie à venir laisse craindre le pire, des paysans du Rajasthan où les surfaces agricoles ne cessent de reculer ont réussi à récréer un paysage « normand » où les champs sont verts. Un miracle ? Non, juste la ténacité d’un homme Rajendra Singh et l’intelligence collective de villageois qui ont entreprise de reconstruire un réseau oublié de bassins en terre, appelé « johads », conçus pour recueillir les eaux de ruissellement et les laisser s’infiltrer dans le sol.
Aujourd’hui 10 000 structures de canalisations et de bassins de retenue, desservent plus de 700 000 habitants dans un millier de villages, soit la possibilité de deux à trois récoltes par an. La socialisation de la gestion de l’eau se fait démocratiquement au delà des querelles de castes et des barrières sociales.
Une autre méthode oubliée le « zaï » a été réintroduite au Burkina Faso pour féconder la terre dans le désert. Cette technique consiste à creuser des cavités rondes dans lesquelles on dépose des semences et un peu de compost . L’eau de pluie reste piégée à l’intérieur. Le « zai » est aujourd’hui utilisé dans huit pays du Sahel. Ce sont les fermiers qui gèrent qui se transmettent le procédé entre eux, sans aucune aide des gouvernements. Ailleurs dans les pays latino américains, des « ruisseaux communautaires » (les acequias de comun ) servent à irriguer les champs. L’usage de l’eau est gratuit en contrepartie d’une contribution collective à l’entretien des berges et de l’écosystème. Des associations et des assemblées locales de l’eau assurent la gestion participative de ce bien commun.

Coopératives de productions, réseaux autogérés, plates-formes internet d’échanges, habitats solidaires, épiceries collectives, fermes bio, ateliers de réparation citoyens, les modèles de micro économie se répandent partout dans le monde de manière autonome. « Ils constituent un puissant outil de redistribution sociale qui résiste mieux aux crises que les autres » souligne Bénédicte Manier.

Circuits courts de distribution de produits agricoles, « slow attitude » destinée à « consommer local », « teikei » japonais permettant de regrouper les achats en direct, commerces locaux en copropriété citoyenne, ces coopératives sont en train de révolutionner le développement local. Ces pionniers de nouveaux modes de vie déploient leurs solutions dans tous les domaines. Ils ouvrent des cliniques gratuites, créent des microbanques, s’organisent pour créer une épargne éthique. Ils échangent des biens, partagent des services et des savoirs, font « tourner » leur communauté en utilisant les énergies renouvelables.

Partager, troquer, recycler, ces activités ne se limitent pas aux biens matériels, elles se développent dans les services : co-voiturage, services participatifs de location d’outils, couch surfing (prêter un divan le temps d’une nuit), « greeters (guides touristiques désintéressés) systèmes d’échanges locaux (Women Share, Time Banks, Sels), crédits temps accordés aux plus âgés (Fureai Kippu), réseaux d’apprentissage mutuels, vide-greniers gratuits, (gratiferias en Argentine), cette révolution tranquille favorise une économie de la « simplicité volontaire », de la « sobriété choisie », du don contre don ou du pair à pair.

Et déjà l’agriculture alimentaire et les jardins potagers s’installent dans les villes, à l’initiative d’habitants volontaires qui profitent des friches industrielles et des terrains vagues pour y faire pousser fruits et légumes. Le combat est clairement affiché : agriculture durable, préservation de la biodiversité, économie d’énergie. Des milliers de petites révolutions énergétiques locales se développent avec pour mot clé commun : « autonomie ». Les « solars sisters », ces ingénieures aux pieds nus, formées par le Barefoot Collège en Inde, fabriquent des lampes solaires écologiques et pas cher, puis transmettent à leur tour leur savoir à d’autres femmes. Un vaste programme d’éoliennes, de panneaux solaires et de digesteurs de biogaz a été mis en œuvre au Népal.

« Le monde nouveau est en train d’émerger, à l’échelle du micro, souligne le philosophe Patrick Viveret, en conclusion de l’ouvrage. Il faut penser un système qui remplacerait le système dominant sans devenir à son tour un système dominant. Pour réussir la mutation, il faut associer plusieurs paramètres que j’appelle REVE : résistance créatrice, vision transformatrice, expérimentation anticipatrice et évaluation démocratique »

* Un million de révolutions tranquilles. Editions Les Liens qui Libèrent. Novembre 2012

Logement : un pied de biche pour la ministre

Association Jeudi noir

L’hiver venant, le gouvernement a reconnu l’”urgence” de réquisitionner les immeubles de l’Etat et de grandes entreprises laissés vacants. Si cette idée est bel et bien appliquée, comme la ministre du logement Cécile Duflot s’y est (...)

La région méditerranéenne en déficit écologique

D. Sabo

Les fortes pressions exercées sur les écosystèmes du Bassin méditerranéen menacent les fondements de son bien-être social et économique. C’est ce que le laboratoire d’idées international Global Footprint Network déclare dans une étude (...)

Santé : L’obésité et le mini cerveau de la faim

Place publique

Des scientifiques de l’Inserm ont récemment mis en évidence qu’un régime riche en graisse et en sucre empêche la destruction des neurones du système nerveux entérique chez la souris. En ralentissant le vieillissement naturel de ce (...)

L’industrie va-t-elle faire son retour en Europe ?

Place publique

Parce que l’Europe a besoin d’endiguer le déclin du rôle de l’industrie afin de produire une croissance durable, de créer des emplois à haute valeur ajoutée et de résoudre le défi sociétal auquel nous sommes confrontés, des mesures (...)

Associations : les jeunes veulent s’engager

Place publique

Selon un sondage exclusif OpinionWay* pour la Croix-Rouge française et Coca Cola, 82% des 15-24 ans souhaiteraient jouer un rôle actif pour améliorer la société.

Les résultats du sondage mené par OpinionWay du 9 au 15 (...)

Malgré la crise, les grandes entreprises de l’UE continuent d’investir dans l’innovation

communiqué

En dépit de la crise économique et financière qui perdure, les grandes entreprises basées dans l’UE continuent à parier sur la recherche et le développement pour renforcer leur compétitivité. Le taux de croissance de leurs (...)

Interview

Louis Pouzin. Quarante ans après ses débuts, l’Internet pourrait se doter d’une architecture à bulles

propos recueillis par Thérèse Bouveret

Propos recueillis par Thérèse Bouveret. Cet étonnant chercheur qui n’a rien perdu de sa verdeur revient sur l’histoire de la création de l’Internet dont il a été l’un des acteurs. Il veut relancer un nouveau projet baptisé (...)

3/4 des actifs s’inquiètent du montant futur de leur retraite

Place publique

Selon une étude indépendante menée par Deloitte dans le 2ème édition de son Baromètre « Les Français et la préparation à la retraite »*, 1 actif sur 2 reste préoccupé par la perspective de sa retraite « Nous constatons un manque (...)

Adieu mon métier bien aimé

Le journal d’un journaliste par Bruno Tilliette

Voici 3 ans que je tiens cette chronique sur le site Place publique. Fatigué des dérives de notre profession, mon objectif était d’en analyser les travers, les contradictions, les impasses. J’avais du mal à supporter que ce métier (...)

Interview

Hélène Valade : « Le développement durable ouvre des perspectives stimulantes de sortie de crise »

Propos recueillis par Muriel Jaouën

La récession oblige les entreprises à revoir leurs modèles économiques et de gouvernance. Hélène Valade, présidente du Collège des directeurs du développement durable et directeur délégué en charge du développement durable à la (...)

Moteur de recherche

Recherche simple
Soutenez Place Publique
SOMMAIRE du magazine