Vous êtes ici : Accueil / Magazine Avril 2011

Magazine Avril 2011

Editorial

Quel avenir pour le nucléaire ?

par Yan de Kerorguen

Au-delà de l’émotion qu’elle provoque, l’effroyable épreuve que traverse le Japon, depuis le 11 mars 2011, ébranle nos consciences et interroge chacun d’entre nous sur les choix énergétiques du futur

La violence du tremblement de terre et la désolation engendrée par le tsunami n’a d’égal que la terreur qu’inspire la catastrophe nucléaire de grande ampleur qui s’est produite dans la centrale de Fukushima. Le caractère définitif des conséquences que cela aura sur l’environnement nous (...)

Au-delà de l’émotion qu’elle provoque, l’effroyable épreuve que traverse le Japon, depuis le 11 mars 2011, ébranle nos consciences et interroge chacun d’entre nous sur les choix énergétiques du futur

La violence du tremblement de terre et la désolation engendrée par le tsunami n’a d’égal que la terreur qu’inspire la catastrophe nucléaire de grande ampleur qui s’est produite dans la centrale de Fukushima. Le caractère définitif des conséquences que cela aura sur l’environnement nous interroge sur l’avenir de cette énergie si controversée.

La défaillance des trois réacteurs nucléaires et des cinq piscines de combustible de Fukushima tend à nous montrer que là où on atteste un niveau de risque improbable, la sécurité n’est jamais garantie. Au Japon comme dans d’autres pays. Ainsi l’enceinte de confinement des réacteurs nucléaires occidentaux actuels n’est pas conçue pour résister à l’impact d’un avion commercial gros porteur. Et pourtant il faudrait qu’il en soit ainsi. Aux inquiétudes sur la sécurité se superposent les inquiétudes sur les interventions post accident. Le désarroi des ingénieurs nippons pour tenter de limiter les dégâts nous laisse perplexes sur le niveau de maîtrise des interventions et nous amène à douter de la fiabilité des solutions pour contenir les catastrophes. Enfin, le caractère définitif des conséquences que l’accident nucléaire a sur l’environnement inquiète. Tchernobyl en a montré l’ampleur. On évalue à 500 milliards de dollars le coût de l’accident survenu en 1986 à la centrale nucléaire de Tchernobyl (Ukraine) qui a rendu impropre à la vie une zone de 30 kilomètres. Il est difficile de chiffrer les conséquences sanitaires et humaines que l’accident a provoqué. Le nombre de décès directement imputables à la radioactivité varie entre 9 000, selon le rapport élaboré en 2006 par plusieurs agences de l’ONU sous la houlette de l’AIEA, et 90 000 selon Greenpeace.

Il y a désormais un « avant » et un « après » Fukushima. Chaque pays doit prendre la mesure du problème qui est aujourd’hui posé : faut-il sortir du nucléaire et si oui, quand ? Avec ses 58 réacteurs et 1100 sites renfermant des déchets nucléaires, la France détient le record du pays le plus nucléarisé au monde par rapport au nombre d’habitants. 78% de la consommation électrique nationale vient du nucléaire . La question du nucléaire qui divise les Français sur le rapport entre ses bienfaits et ses dangers doit aujourd’hui les réunir au sein d’un débat public que nombre de grands pays ont décidé d’avoir sur l’avenir de cette énergie. Qu’il s’agisse de la prévention des catastrophes, des problèmes de l’approvisionnement en combustible, c’est-à-dire en matières fissibles, qu’il s’agisse de la question du traitement des déchets, pouvant avoir une longévité de plusieurs milliers d’années, du risque terroriste ou encore de la menace liée à la prolifération de l’armement nucléaire, l’information et la transparence s’imposent. Quand bien même, il est peu probable qu’en France nous connaissions des scénarios semblables à celui qui s’est produit au Japon, il n’empêche. Même l’improbable doit sérieusement être envisagé.

Pour autant, un débat qui reposerait sur la peur serait contreproductif. Si l’on veut être optimiste, on admettra volontiers qu’en 50 ans de nucléaire, il n’y a pas eu d’accident majeur en France. Tout compte fait, le pétrole et le charbon ont fait bien plus de victimes. On admettra aussi que l’impact du nucléaire sur le réchauffement climatique est faible. Il ne rejette pas de polluants atmosphériques. Grâce à ses réacteurs, la France fait partie des pays qui émettent le moins de gaz à effet par habitant. On sait aussi que les nouvelles générations de EPR sont conçues pour diminuer par 10 la probabilité de risque d’accident. Ces nouveaux réacteurs sont donc plus sûrs et aussi plus économes en uranium. En outre le nucléaire est l’industrie la plus surveillée qui soit. Le moindre incident fait l’objet d’une analyse méticuleuse. On estime la probabilité d’un accident à un tous les 2000 ans.

Les « contre », les « pour », mais surtout les échéances pour l’avenir, tout cela doit être discuté. Pourtant, à la différence de bon nombre de gouvernements voisins, pour qui se passer de l’énergie nucléaire fait partie du champ des possibles mentaux de leurs concitoyens, le gouvernement français n’est pas prêt à lancer un débat national sur le nucléaire. Quand en Allemagne le débat public bat son plein su les grands enjeux de société comme le nucléaire, la France s’échine sur une montée du FN, et met en avant l’identité nationale. De manière expéditive, le Président de la république a réaffirmé la « pertinence » du choix de l’énergie nucléaire en France, un « élément essentiel » de son indépendance énergétique. C’est aller un peu vite en besogne. Nous sommes en effet dépendants de l’uranium produite par d’autres pays comme le Niger. De plus, l’uranium tout comme le pétrole ou le charbon n’est pas en quantité infinie. Nicolas Sarkozy a également souligné « l’excellence » du dispositif de sûreté du parc nucléaire français. Ces affirmations ne servent pas la réflexion sur l’avenir énergétique. D’abord parce que le risque zéro n’existe pas. A la différence des autres énergies, il suffit d’un seul accident pour que le désastre soit complet. Le scénario du pire ne peut jamais être écarté. On sait aussi que ce sont nos enfants et nos petits enfants qui, d’ici trente ans, auront à gérer les conséquences de nos négligences. La première des négligences est de ne pas miser sur les énergies renouvelables. Fort de notre minitel nucléaire, que nous croyons éternel, nous ne voyons pas l’internet des énergies renouvelables se tisser chez nos voisins, en Espagne, en Allemagne, en Grande Bretagne.... Aussi bien quels que soient les choix fait, il est imprudent de faire l’impasse du mix énergétique. Enfin, le nucléaire coute terriblement cher. Il absorbe les 90% de nos budgets énergétiques, autant d’argent qui pourrait être mieux réparti.

Le problème dépasse les frontières de l’hexagone. Les dangers que représentent certaines vieilles centrales en Europe orientale sont avérés. Ces menaces concernent l’ensemble des Européens. Aussi bien le débat public doit-il être pensé à l’échelon international. La tenue prochaine d’une conférence internationale sur la sûreté nucléaire qui implique les gouvernements est un premier pas. Et les audits que compte lancer le gouvernement français sur la sécurité des centrales est un minimum. Le débat citoyen doit être aussi pensé non pas au prorata des peurs mais à l’aune de la connaissance et des recherches qui sans cesse améliorent les technologies liées aux énergies. Les technologies ne manqueront pas pour assurer la relève du charbon et du pétrole.

Ne serait-ce que parce qu’il pousse les industriels à améliorer sans cesse les degrés de sureté, un débat contradictoire et citoyen est le meilleur révélateur de notre niveau de démocratie. Il est temps d’anticiper les difficultés à venir et de changer progressivement nos habitudes. L’humanité a montré qu’elle pouvait surmonter le pire. Par respect et amitié pour le peuple japonais, c’est un devoir que de nous y résoudre.

Faire évoluer les comportements écologiques : une solution : les "nudges"

D. Sabo

Comment faire évoluer les comportements écologiques ? Telle est la question posée par Olivier Oullier et Sarah Sauneron, dans un Rapport récent du C.A.S. (Centre d’analyse stratégique, intitulé « Les nudges verts : de nouvelles incitations pour des comportementales éconologiques »

On le sait, l’impératif écologique exige, d’une part, des innovations (...)

Les Réseaux Sociaux, Instruments du prédictif

Denis Ettighoffer

« Pourquoi a-t-on inventé les économistes ? », « Pour donner du prestige aux météorologues ! » répondent leurs détracteurs.

Ironie de l’histoire, le service de Bourse Smith Barney, de Chicago, utilise les compétences de météorologues chargés de prévoir les effets du temps sur les cours des réserves de maïs, de soja et de blé. Un sujet sensible (...)

Energies renouvelables : le vent en poupe

D. Sabo

Nucléaire en crise, hausse du prix du gaz, du pétrole et de l’électricité… Le contexte sourit aux énergies renouvelables.

Les énergies dont la source est inépuisable, et qui n’émettent pas de gaz à effet de serre, forment (...)

Les embouteillages et les transports bondés, accusés par 3/4 des Français

Place publique

Avec l’éloignement croissant des centres d’activité économique par rapport aux zones d’habitation, les trajets domicile/travail sont de plus en plus contraignants pour les salariés et les entreprises. Les ¾ des Français considèrent (...)

L’Europe vieillit mais en bonne santé

Place publique

Le troisième rapport sur la démographie, publié en coopération avec Eurostat, indique que les Européens vivent plus longtemps et en meilleure santé. Le nombre de personnes de plus de 60 ans s’accroît de 2 millions chaque (...)

Les seniors d’aujourd’hui sont-ils des chanceux ?*

Yan de Kerorguen

En 2050, un Français sur trois aura plus de 60 ans, contre un sur cinq en 2005. L’allongement de la durée de la vie impose un réajustement de l’économie en fonction des considérations générationnelles. Chanceux… les jeunes seniors ? (...)

Europe : La fin des voitures dans les villes en 2050 .

Place publique

Une Feuille de route européenne préconise une transformation radicale dans le système européen de transport

La Commission européenne a adopté une stratégie globale (Transport 2050) pour un système de transports concurrentiels (...)

Les déplacements urbains suivis à la loupe

Par Muriel Jaouën

En ville, les piétons se déplacent par grappes et en formant des figures géométriques. Toujours les mêmes.

Comment se déplacent et interagissent les piétons ? En bandes et en formant des figures. Des chercheurs du Centre de (...)

"Des écologistes en politique" : l’écologie face à ses choix

Place Publique

Faut-il politiser l’écologie ou écologiser la politique ? La question n’est pas nouvelle. Le sociologue Erwan Lecœur la pose à son tour, au fil d’une analyse complète et précise.

7 juin 2009, élections européennes : (...)

Je suis un code multiple ! On me trace ! On me trace !

Denis Ettighoffer

Je ne peux plus rien oublier. Je ronchonne avec la plus parfaite mauvaise foi parce que j'attends une réponse à une lettre que je n'ai jamais envoyée. Maintenant les ordinateurs me rappellent de ne pas faire le malin. Quel monde (...)

Une nouvelle biothérapie contre le cancer et la perte de vision

Communiqué Inserm

Philippe Le Bouteiller, directeur de recherche au Centre de physiopathologie de Toulouse Purpan Armand Bensussan, directeur du Centre de recherche sur la peau de l’hôpital Saint-Louis et leurs collaborateurs viennent de publier (...)

L’Europe encourage l’efficacité énergétique

Place publique

Fiscalité de l’énergie : la Commission encourage l’efficacité énergétique et les produits plus respectueux de l’environnement. La Commission européenne a présenté aujourd’hui sa proposition visant à revoir les règles obsolètes régissant (...)

“L’économie sociale doit passer par les réseaux sociaux”

Propos recueillis par Muriel Jaouën

Pour remplir sa mission de transmission, l’économie sociale doit cibler les bons publics et utiliser les bons outils. Le point de vue de Gérard Andreck, Président du groupe Macif et du Conseil des Entreprises, Employeurs et Groupements de l’Economie Sociale (Ceges).

L’économie sociale n’est-elle pas confrontée à un enjeu majeur de transmission ? J’ai constaté que la (...)

Place Publique – La Fabrique de la Cité : un observatoire des espaces publics

Place Publique

Quelles sont la place, la fonction et la valeur des espaces publics ? Comment s’intègrent-ils dans les modèles urbanistiques ? Que traduisent-ils de nos modes de cohabitation et d’échanges ? En quoi reflètent-ils et augurent-ils les mutations en cours et futures des sociétés ? Parce qu’ils sont par définition au cœur de la vie sociale, les espaces publics questionnent (...)

Les Jeunes : l’enjeu phare des "Présidentielles".

D.Sabo

Les responsables politiques de gauche mettent l’accent sur la jeunesse dans leurs programmes pour les Présidentielles. Une stratégie qui correspond aux désirs des Français. Car selon une enquête exclusive Afev-Audirep-Fondation BNP (...)

Penser à Fukushima, débattre sur l’énergie

Gilles Bridier

La catastrophe de Fukushima impose de relancer le débat sur l’énergie dont la version 2003 ne fut qu’une parodie.

Malgré quarante ans de consensus plus ou moins fragile, la situation du Japon après la catastrophe nucléaire (...)

Portland, capitale des espaces publics citoyens

Par Muriel Jaouën

La ville de l’Oregon revisite le mode urbain de vie à l’américaine. Les voitures restent au garage et les carrefours prennent des allures de places de village.

Portland est souvent citée comme la plus “verte” des grandes (...)

Parlez-moi de moi

Le journal d’un journaliste par Bruno Tilliette

Grâce aux technologies de l’information, nous pouvons donc désormais savoir à tout moment et sans délai tout ce qui se passe en n’importe quel point du monde. Les médias nous plongent dans l’immédiat, nous donnant l’impression que (...)

La sécurité alimentaire sous la menace du changement climatique

par Estelle Leroy

Un rapport de la FAO tire la sonnette d’alarme. Il est urgent d’agir dans une perspective de long terme pour éviter une situation catastrophique. La sécurité alimentaire doit être mieux prise en compte dans le débat sur le (...)

Science-Société : Clarifier les enjeux sur les sujets sensibles.

Yan de Kerorguen

Nombreux sont les observateurs à juger que le débat science/société doit aujourd’hui mieux définir ses règles et créer les conditions d’un dialogue qui permette d’évoluer vers des consensus soutenables.

Personne ne

Moteur de recherche

Recherche simple
Soutenez Place Publique
SOMMAIRE du magazine