Vous êtes ici : Accueil / Magazine Avril 2010

Magazine Avril 2010

Editorial

Science/société : garantir les débats citoyens

par Yan de Kerorguen

Plusieurs initiatives récentes témoignent d’une volonté d’améliorer l’information et le débat sur les enjeux du futur. Une nécessité à l’heure où il faut se réconcilier avec le progrès.

Réchauffement climatique, nanotechnologies, biologie synthétique, pollutions et gâchis d’énergie, autant de débats citoyens incontournables pour ; d’une part, favoriser le bon équilibre entre le progrès de la connaissance et les enjeux sociétaux ; d’autre part, permettre aux positions (citoyens, (...)

Plusieurs initiatives récentes témoignent d’une volonté d’améliorer l’information et le débat sur les enjeux du futur. Une nécessité à l’heure où il faut se réconcilier avec le progrès.

Réchauffement climatique, nanotechnologies, biologie synthétique, pollutions et gâchis d’énergie, autant de débats citoyens incontournables pour ; d’une part, favoriser le bon équilibre entre le progrès de la connaissance et les enjeux sociétaux ; d’autre part, permettre aux positions (citoyens, associations, experts, autorité publique) d’évoluer vers des consensus soutenables ; et enfin d’éclairer la décision publique dans ses choix scientifiques et technologiques sur le terrain de l’innovation responsable.

Encore faut-il trouver la bonne méthode afin que ces débats sur notre futur, se déroulent dans la construction d’un dialogue garantissant la confiance et l’intelligence des points de vue. Or quand on traite de science et de société, si l’on ne défriche pas le terrain des préjugés, il est difficile d’échapper aux dérives religieuses et d’éviter le piège devenu classique entre « no future » et « avenir radieux ».

Autant la peur est mauvaise conseillère, autant la fascination technologique est aveugle. Les dérives qui naissent de ces excès déroutent les chercheurs. Démunis face à ce manichéisme, ils finissent par bouder le débat publique et restent sans voix. Impossible dans ces conditions de trouver la place pour la réflexion démocratique entre ces deux écueils que forment l’expertise autoritaire technophile et l’intolérance idéologique technophobe. Place à la raison !

L’initiative lancée par Vivagora de Parlement du Futur est à ce titre intéressante.

« Sortir de la peur pour ajuster progrès et innovations » tel est le défi proposé par l’association (voir texte de présentation de l’initiative) * qui prône une vigilance coopérative face aux risques diffus. « Nous ne pouvons pas progresser dans la construction du futur sur le mode de la seule réactivité : l’horizon est celui de la prudence dans une exercice permanent et partagé d’anticipation, de veille et d’alerte. Il nous faut donc nous équiper de nouveaux capteurs et indicateurs sociaux » dit le document de présentation.

D’autres initiatives, plus locales existent pour favoriser le dialogue science/société, surmonter les peurs et cerner les risques. Carrefours citoyens, clubs de réflexion, débats dans les musées, colloques ouverts, de nombreux débats ont cours, ils offrent souvent une bonne entrée en matière. Mais ils sont en général peu visibles et réunissent souvent les mêmes passionnés, les mêmes experts, les mêmes convaincus, les mêmes opposants ou tout simplement ceux qui ont du temps. En outre, ces forums font rarement l’objet d’un suivi. Ils ne sont pas, sauf exception, animés par un souci de permanence.

Un débat n’est pas un moment isolé, c’est un processus évolutif qui s’inscrit dans le temps.

Il faut donc donner aux dialogues les moyens de se maintenir en forme, de capter l’attention afin qu’il produise sur le long terme une sorte d’intelligence collective. La toile offre un tel espace de permanence. La nécessité du débat public pose désormais la question de l’intrusion d’internet dans la démocratie. 15% de la population mondiale a accès à Internet. Et ce chiffre ne fera qu’augmenter apportant avec lui des transformations sociétales importantes et irréversibles. Le fait que de 20 à 60% de la population des pays développés utilise quotidiennement ce média sur des sujets liés, par exemple au futur de nos sociétés, a inéluctablement des conséquences sur l’ensemble de la vie démocratique.

Les internautes ne sont plus spectateurs de l’événement, ils y participent. On peut y voir une menace. On peut aussi y voir une opportunité.

Les citoyens veulent de plus en plus souvent exprimer leurs idées, exprimer leurs doutes, manifester leurs inquiétudes. Et ils le font là où ils peuvent…sur la toile. Avec Internet la connaissance circule davantage et tout le monde peut avoir une vision planétaire. « Tout est possible pour le plus grand nombre, Toutes les infos sont accessibles. Cela rend les gens plus informés, donc plus citoyens » souligne Daniel Schneiderman, journaliste, producteur de www.arretsurimage.com. Le panel de personnes plus ou moins qualifiées, plus ou moins informées, a ainsi considérablement augmenté.

On trouve à mi chemin du professionnel et de l’amateur, au sein des associations, dans les networking, dans les réseaux d’information internet, des internautes relais d’opinion et d’informations susceptibles de développer des courants d’idées. Ces acteurs de l’intermédiation sont très demandeurs de débats, et prêts à contribuer. Ces nouveaux experts ont des idées, ils développent des pratiques, ils font circuler l’information. Ils déclenchent des alertes. Ils sont à la fois sources et émetteurs d’information. Il faut s’y intéresser. Car ils bouleversent le champ de l’information et de la communication.

Tout à la fois média de proximité et réseau social, Internet devient ainsi un lieu d’élaboration de l’intelligence collective et un outil d’expérimentation démocratique.

Seulement voilà. Le web peut servir le pire comme le meilleur. En plaçant sur le même plan l’émetteur et le récepteur, internet forme un espace horizontal où tout paraît équivalent. Certes, le citoyen dispose d’informations plus riches qu’auparavant, mais aussi plus confuses. Les prises de position parfois dans l’excès et quelquefois dans l’ignorance. Le risque est présent qu’en place d’informations, de faits, l’hyperchoix qui existe sur le web ne soit qu’un « n’importe quoi », « hyperréactif », « dépêché ».

Aussi bien, cet espace ne doit pas être boudé. Il doit être travaillé et trouver sa propre cohérence. Il serait paresseux et criminel de laisser le train passer en poussant des soupirs de lamentation. Manuels Castells professeur à l’université de Southern California est très clair : « si nous ne nous occupons pas des réseaux, les réseaux, eux, s’occuperont de nous ».

Qu’on le regrette (en déplorant le déclin de l ’information papier) ou qu’on s’en réjouisse (en saluant la créativité des nouveaux médias), le web est désormais un univers média de premier plan où s’opèrent des croisements entre ces acteurs de l’intermédiation et les médias professionnels.

La presse internet est aujourd’hui le principal média des moins de 35 ans.

Les jeunes générations esquissent déjà les habitudes à venir. Presse gratuite, blogs, podcast, Twitter sont leurs principales sources. « Cette mutation en cours va déterminer considérablement notre relation au pouvoir, modifier l’organisation de la cité, influer sur le processus de délibération démocratique » souligne Jean-Louis Missika, sociologue, chargé à la mairie de Paris de l’innovation, de la recherche et des universités (Intervention. Colloque sur l’innovation responsable. Collège de France 29 avril 2009).

La diffusion du savoir sur Internet qui sert à tant de chercheurs, d’artistes, de musiciens n’est pas une catastrophe. C’est une chance. Il faut s’en saisir pour créer des sites d’investigation et des lieux d’observation du présent. Il faut l’améliorer pour faciliter la circulation des expériences et des savoir faire.

L’enjeu est de mieux connaître ces nouvelles pratiques de prise de parole. L’enjeu est de les faire évoluer.

D’où la nécessité de définir une nouvelle forme de médiation et de concertation, facilitant les débats. Sans quoi l’agora électronique planétaire risque de dégénérer en gigantesque brouhaha. Comme le souligne Hugues de Jouvenel, président de Futuribles, « il faudra bien qu’en ce domaine, il y ait des lieux de synthèse et de sélection ». Pour éviter de se noyer dans cet océan d’informations, il faudra bien des maîtres nageurs pour promouvoir un dialogue raisonnable et raisonné, sans préjugés.

Depuis près de 15 ans, Place Publique, premier site internet d’information citoyenne (création en 1996), maintient, à travers ses « Observatoires » et son « Magazine » une logique de cartographie des initiatives citoyennes et d’information sur les idées prospectives.

Ce chantier de recensement, d’information et de réflexion, nous cherchons à l’améliorer en invitant les nouveaux relais d’influence et les nouveaux canaux de l’intermédiation sur internet (blogs, sites spécialisés, médias, associations de chercheurs, clubs de passionnés..), à unir leurs compétences pour installer au sein d’un Observatoire « Futur et citoyenneté » un dialogue continu entre eux et avec leurs publics.

L’objectif étant de faire naître un espace de concertation garant d’un débat serein, raisonnable, fécond et durable.

Annick Renaud-Coulon : Les universités d’entreprise : à quoi ça sert ?

Entretien avec Annick Renaud-Coulon*

1- Quelle est aujourd’hui le poids des universités d’entreprises ? Les universités d’entreprise ne cessent de se développer dans le monde et même si quelques-unes ont réduit la voilure à cause de la crise, d’autres se créent régulièrement partout. Le chiffre de 4000 structures de cette nature est maintenant dépassé. Les universités d’entreprise sont désormais solidement (...)

Microcrédit : un modèle utile, mais pas assez lisible

par Muriel Jaouën

La crise a fortement augmenté la demande de prêts destinés à financer les petits projets. Mais, faute d’un environnement légal suffisamment cadré, le marché manque de lisibilité.

En mars, Christine Lagarde, ministre de l’Economie, se voyait remettre un rapport sur le microcrédit. Bilan plutôt mitigé : manque de lisibilité, atomisation du marché, trop grande (...)

Développement durable : du greenwashing au greenspeaking

par Muriel Jaouën

Le développement durable, les entreprises en parlent. Elles en parlent même beaucoup. Et sans doute un peu trop au regard des actions engagées.

De quoi parlent les entreprises lorsqu’elles prennent la parole sur le (...)

Pour les entreprises, la réputation est une valeur de fond… de portefeuille

par Jean-Louis Lemarchand

Depuis 1995, l’Observatoire de la Réputation note les grandes entreprises. La réputation, un accélérateur de valeur en Bourse même si Total constitue un contre-exemple.

Il ne faut pas confondre avec l’image. Forcément (...)

De l’espoir pour se prémunir contre les séismes

Place publique

Pourra-t-on éviter un jour le tremblement de terre de Haïti ou le tsunami de Sumatra ? Peut-être pas. Mais les technologies et les recherches permettent en tous les cas d’entrevoir le jour où on pourra les détecter et donc s’en (...)

L’entreprise et les chiffres : les vagabondages de Pythagore

par Hubert Landier

Les entreprises sont de plus en plus nombreuses à être dirigées sur la base plus ou moins exclusive de chiffres comptables.

L’exigence de résultats chiffrés conduit à la définition d’objectifs chiffrés, qui se déclinent par (...)

Thomas Hammarberg : Rechercher la vérité, pour tirer les justes leçons du passé

Point de vue de Thomas Hammarberg

Dans ce "point de vue", Thomas Hammarberg, Commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe, souligne qu’"Il ne faut pas déformer les atrocités du passé ni les exploiter à des fins politiques, mais au contraire les (...)

Le tableau de bord de l’Union européenne préconise plus d’innovation

Communiqué

Le Danemark, la Finlande, l’Allemagne, la Suède et le Royaume-Uni sont les champions de l’innovation. La France fait partie des pays « suiveurs »

Jusqu'en 2008, les États membres de l'Union européenne ont pu améliorer (...)

Le monde quaternaire : une utopie réalisable

par Anis Bouayad

Anis Bouayad propose dans son livre "Changer de regard, pour voir le monde qui vient" (à paraître) l’avènement d’un monde nouveau fondé et structuré par une autre forme de profit : le profit de la solidarité. (Bonnes feuilles)

Les transformations et mutations en cours sont génératrices de turbulences, mais elles sont également grosses de promesses. A la croisée (...)

Santé publique : La prévention s’intéresse aux neurosciences

par Estelle Leroy

En matière de santé, les campagnes de prévention destinées au grand public ont souvent permis une prise de conscience mais elles ne parviennent toujours à modifier les comportements à risque. Et si l’utilisation des neurosciences (...)

Christophe Chevalier : « Les territoires sont la clé du développement économique »

Propos recueillis par Muriel Jaouën

Créée en 1985, la fédération COORACE regroupe 500 acteurs de l’insertion par l’activité économique. Son président, Christophe Chevalier, décrit les enjeux du secteur.

Expérimentée dès la fin des années 70, l’insertion par l’activité économique (IAE) s’adresse à des personnes durablement exclues du marché du travail. Les stuctures d’IAE (entreprises d’insertion, (...)

Une Chaire Economie Sociale à Marne-la-Vallée

Par Muriel Jaouën

L’Université Paris-Est Marne-la-Vallée vient de lancer une Chaire Economie Sociale et Solidaire. C’est la première Chaire d’ESS portée par l’Université.

Se positionner comme le pôle universitaire parisien de formation en économie sociale et solidaire (ESS). En créant une Chaire ESS, l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée (UPEMLV) poursuit une stratégie entamée (...)

A Haïti, l’Europe évanescente

par Gilles Bridier

L’Union européenne a été absente de l’aide d’urgence apportée à Haïti. Elle est victime de la disparité des systèmes d’intervention dans les différents pays, et de l’absence de volonté politique pour la (...)

Près d’un milliard de personnes sont des migrants

Place publique

Permettre la migration – à l’intérieur où au-delà des frontières – peut potentiellement augmenter la liberté des populations et améliorer la vie de millions de personnes dans le monde.

Telle est la conclusion du (...)

Chaud devant ! Comment le cerveau minimise les dégâts

Communiqué du CNRS

Que ce passe-t-il lorsque l’on marche dans la rue sans regarder devant soi ? Le cerveau minimise les dégâts.

Des chercheurs du Centre de recherche Cerveau et Cognition (CNRS/Université Paul Sabatier) viennent de montrer que (...)

L’actrice Fanny Ardant marraine de la campagne Dosta ! sur les Roms

Place publique

La campagne Dosta ! vise à améliorer la situation des Roms en Europe. Elle vise à combattre les préjugés et stéréotypes à l’encontre des tsiganes

Strasbourg, 07.04.2010 « Je suis fier que Fanny Ardant, actrice et réalisatrice de renommée mondiale, qui a joué dans plus de 50 films depuis 1976 et remporté un César de la meilleure actrice, ait accepté de parrainer la (...)

Les nanotechnologies : une affaire publique

une vidéo du CENG

Comment faire des Nanotechnologies une affaire publique ? Vidéo réalisée par le Collectif sur les enjeux des Nanotechnologies à Grenoble (CENG) en partenariat avec les Amis de la Terre - Isère. Interventions de Jean-Louis (...)

Grippe A : pourquoi les Français n’ont-ils pas mieux adhéré à la campagne de vaccination ?

Enquête INSERM

Les messages sanitaires n’ont pas suffi à mobiliser les Français. Une majorité des quelque 2000 personnes interrogées fin 2009 par l’INSERM, l’INPES et l’iMMI ont jugé la gravité de la maladie insuffisante au regard des risques (...)

Les jeunes choisissent l’engagement solidaire (enquête OpinionWay-Croix Rouge)

Place publique

Les 2/3 des jeunes souhaiteraient être bénévoles dans une association de solidarité.

On les dit individualistes, peu impliqués, oisifs et pourtant, selon l’enquête menée par OpinionWay pour la Croix-Rouge française*, les résultats font apparaître qu’ils sont bien différents de l’image que l’on se fait d’eux. En effet, les jeunes sont 66% à souhaiter devenir bénévoles dans une (...)

Volcan islandais Eyjafjöll : pourrait-on se passer de l’avion ?

par D. Sabo

Les particules du volcan islandais Eyjafjöll qui se disséminent, depuis jeudi 14 avril, dans l’atmosphère à entre 5000 et 10 000 mètres d’altitude, ont mis en évidence l’impact très fort des caprices de la nature sur la logistique (...)

Une taxe pour sauver la planète ?

Le journal d’un journaliste par Bruno Tilliette

Mardi 30 mars 2010 Le report sine die de la taxe carbone fait actuellement couler beaucoup d’encre. Mais la plupart des commentaires montrent qu’une fois de plus, la simplification médiatique aidant, les enjeux de cette « taxe (...)

Karadzic : 30 mois de procès, 409 témoins et des milliers de victimes

Yan de Kerorguen

30 mois. C’est le temps qu’il va falloir pour juger Radovan Karadzic, l’ex-chef des Serbes de Bosnie, dont le procès, régulièrement entravé par les absences de l’accusé, et suspendu depuis le 2 mars, a repris le 13 avril (...)

Volcans : Jacques-Marie Bardintzeff décrypte les risques

vidéo de Universcience TV.

Jacques-Marie Bardintzeff explique les nuées ardentes, coulées de boues et projections de lave et autres colères de la Terre. Réalisation : Roland Cros Production : universcience 2010 Durée : (...)

"Memorial", la conscience citoyenne russe.

par Yan de Kerorguen

Cela fait vingt deux ans que l’association Memorial œuvre pour la défense des droits de l’homme en Russie. Une longévité qui en dit long sur la ténacité de ses militants, confrontés à la brutalité du pouvoir et des mafias russes et (...)

Retrouvez place-publique.fr sur twitter !

Place publique

Place-publique est sur twitter. rendez-vous sur http://twitter.com/placepublique et suivez-nous chaque jour !

Moteur de recherche

Recherche simple
Soutenez Place Publique
SOMMAIRE du magazine