Vous êtes ici : Accueil / Magazine Avril 2009

Magazine Avril 2009

Editorial

En marge du G20. Le péché de gourmandise

par Yan de Kerorguen

Certes l’obscénité des rémunérations des hauts dirigeants soulève l’indignation. Certes, l’énormité des rapports (de 1 à 500-1000) qui existent entre le SMIC et le salaire des patrons gloutons a de quoi provoquer la colère.... Certes dénoncer ces injustices et fixer, par décret, les limites à ne pas franchir, est un pas en avant pour moraliser le phénomène.... Mais cette seule dénonciation ne saurait tenir lieu de politique. Il y aurait même un peu d’indignité de la part de dirigeants politiques qui font la (...)

Certes l’obscénité des rémunérations des hauts dirigeants soulève l’indignation. Certes, l’énormité des rapports (de 1 à 500-1000) qui existent entre le SMIC et le salaire des patrons gloutons a de quoi provoquer la colère.... Certes dénoncer ces injustices et fixer, par décret, les limites à ne pas franchir, est un pas en avant pour moraliser le phénomène....
Mais cette seule dénonciation ne saurait tenir lieu de politique. Il y aurait même un peu d’indignité de la part de dirigeants politiques qui font la promotion des « gagneurs » et qui ont, lorsqu’ils s’occupaient du droit des affaires, accompagné leurs clients dans les paradis fiscaux, à stigmatiser la cupidité de quelques dirigeants en en faisant les boucs émissaires de nos malheurs.
Hypocrisie ! Car ces amateurs de parachutes et de ponts d’or étaient hier encore des héros de l’économie. Et personne, dans les gouvernements, ne trouvait anormal de tels écarts de poids dans les revenus. Il ne suffira donc pas de "sanctionner quelques personnes", par des mots, et de "fixer de nouvelles règles", par des intentions. La vindicte ne résoudra pas la crise.

C’est le système lui-même qu’il faut revoir, par des mesures concrètes. Réformer au vrai sens du terme, par des réformes de structure. Non pas par des recettes de cuisine fiscale, pour faire oublier le mauvais goût.
Le président du Fonds monétaire international, Dominique Strauss-Kahn, observe qu’en l’absence de réforme, "s’imposera l’idée du puits sans fond, de l’Etat qui vole au secours des managers incompétents et des spéculateurs cupides". "Chaque pays votera ses propres lois" mais "les règles générales devront être universelles, parce que le système financier est globalisé", remarque-t-il, se prononçant en faveur d’un "garant global", d’une "institution qui vérifie que les normes -transparence, équité-sont appliquées partout". Le problème est la confiance. Plus personne n’a confiance en personne.

Cette crise est celle de l’obésité d’un système, d’un monde victime de l’hypertrophie de sa masse financière. Ce monde financier a eu pour obsession pendant des années de voir les entreprises grossir, fusionner, maximiser la valeur pour l’actionnaire avec pour résultat un excès de poids, et pour finir le plus grave accident cardio-vasculaire économique jamais connu.
Cette course au profit s’est faite au détriment des salaires que les gouvernements et les entreprises n’ont pas su augmenter pour équilibrer le partage de la valeur ajoutée. D’où le surendettement des ménages, d’où les subprimes !

John Maynard Keynes disait déjà, voilà près de 80 ans, que les sociétés d’abondance souffraient de « dépression nerveuse ». Cette affirmation est plus actuelle que jamais. Dans « Reconsidérer la richesse » (Documentation Française), l’économiste Patrick Viveret explique que les sociétés ultralibérales sont surdéveloppées matériellement. Elles sont engagées dans une course folle pour la satisfaction de désirs toujours plus exigeants, désir d’argent, de vitesse, de puissance, de compétition, de consommation de services et de produits inutiles.
Le film Super Size, qui met en scène un Américain ne mangeant que des McDonalds, pendant un mois, à s’en rendre malade, a mis en évidence, de façon humoristique, cet excès calorique transformant un pourcentage de plus en plus gros de la population en mammifères insatiables, gênés par des problèmes de mobilité. La pire indécence du XXIè siècle, c’est l’Occident obèse face au tiers-monde rachitique, écrit l’écrivain malien, Fatou Diome, dans « Le ventre de l’Atlantique ». Mais l’ironie cruelle est que les plus pauvres, dans les pays opulents, à force de McDonalds, sont devenus obèses.
La diète n’est pas le seul remède à l’obésité du monde. « Plus que la pauvreté, le fil conducteur du film Slumdog Millionaire, c’est tout à la fois l’énergie, l’esprit d’entreprise et l’imagination dont font preuve les enfants des bidonvilles. » En une phrase, Barkha Dutt, journaliste vedette de la chaîne de télévision NDTV, a tout dit. Enfin presque sur l’importance du facteur « énergie ».

Outre l’énergie humaine qui est la première des énergies, le moteur du changement de système se trouve dans la multiplicité des ressources énergétiques. L’énergie (du grec ; energeia, force en action) est la capacité d’un système à produire un travail entraînant un mouvement, de la lumière ou de la chaleur. Changer de système pourrait revenir à transposer sur le plan humain ces champs de force.
On le sait : à force de gloutonnerie énergétique, les jours des combustibles fossiles - pétrole, gaz, charbon - sont comptés. En 2050, il n’y en aura plus assez pour tout le monde. Les prévisions sont impitoyables : il faudrait trois fois les ressources énergétiques de la Terre pour que tous les citoyens de la planète accèdent au même niveau de vie que les pays développés. Le réalisme nous oblige à considérer la crise de l’énergie comme une chance. C‘est l’occasion de penser la ressource au pluriel et de miser sur l’innovation dans le « green power ».

Changer de système revient à substituer au « greed » qui veut dire en anglais "l’avidité", "la cupidité" mais aussi la "gourmandise"), le « green », c’est à dire l’environnement. Il y a quelques années David Gottfried (Greed to green : the transformation of an industry and a life. Worldbuild Publishing. 2004) proposait une telle mutation dans le domaine de la construction.
Green contre greed (l’industrie verte contre l’avidité financière) : c’est ce qu’a bien compris Barack Obama. Le plan de relance du Président des Etats-Unis se situe dans cette perspective du « green » power. Green au sens large puisqu’il inclut aussi la santé, le bien être et l’éducation des nouvelles générations. Le chantier est massif et prometteur comme le montrent les innovations énergétiques dans l’eau, dans l’air, sous terre, dans le corps, sous des formes diverses : mécanique, thermique, cinétique, en passant par l’hydrogène, le soleil du désert, les vagues, les marées, les vents, les microalgues. La question aujourd’hui est la suivante. Comment grâce à l’énergie de la foule, mettre en marche les ressorts d’une société future qui saurait utiliser tous les possibles et remettre l’économie réelle avant la finance ?

La bataille n’est pas gagnée. Car cette transformation radicale va contrarier beaucoup de monde. Le sommet du G20 à Londres est un véritable moment de vérité sur le caractère concret des mesures à mettre en place. Les membres du G20 ont annoncé 5.000 milliards de dollars injectés dans l’économie, 1.000 milliards pour le FMI et la Banque mondiale, 250 milliards de dollars pour le commerce, la publication par l’OCDE d’une liste des paradis fiscaux.
"Le temps du secret bancaire est révolu", a proclamé le communiqué final avec triomphalisme. Vigilance ! On peut craindre que les incantations de la France sur le nettoyage à entreprendre ne restent que théoriques, tant notre pays est incapable de balayer devant sa porte, à Monaco ou ailleurs. Une preuve de la réalité de cette volonté de nettoyage serait de demander "l’échange automatique d’informations". Il n’en sera probablement rien. Plus réelle et concrète, plus attendue par les citoyens est l’option « relance choc » défendue par Barack Obama et Gordon Brown. Elle est plus sûre, car elle s’attaque au plus urgent : enrayer la crise.

On sera tout de même attentif à la façon dont peut se déployer la lutte « antigreed ». Attentifs et exigeants. Les banques continueront-elles à traiter avec ces refuges fiscaux de l’obésité financière ? Une autre question est rarement posée : que deviendront les hedge funds, ces fonds d’investissement spéculatifs qui forment le "trou noir de la finance mondiale" et qui n’ont pas l’intention de baisser les bras ? Et les « parachutes dorés » ? Le sujet est évacué. Enfin verrons-nous un jour l’écart des rémunérations entre salariés d’une même entreprise se réduire de 1 à 20 ainsi que le proposait dans les années 90, le banquier John Pierpoint Morgan ? .

Le Dossier : Money, monnaie

Devant un système monétaire devenu contre-productif, l’invention de nouvelles monnaies et la réflexion sur les nouvelles formes de dons favorisent l’économie du lien social. Quelques repères...

L’enjeu des monnaies plurielles*

Monnaies "Locales", "sociales", "solidaires", "virtuelles", "libres", "affectées", "complémentaires", "alternatives", "plurielles"...

... une floraison de qualificatifs parcourt le monde des monnaies non officielles, c’est-à-dire à celles autres que nationales (ou européenne). Chaque adjectif a sa raison d’être, bien sûr, et l’on ne saurait confondre les dispositifs de (...)

La cause du don : actualité de Marcel Mauss

La logique du « don contre don » et du « donnant-donnant » éclairent d’un regard précieux les échanges sociaux au travail mais aussi entre réseaux.

Avec l’arrivée de la réflexion sur l’éthique, le capital humain et la responsabilité sociale, l’apport de l’anthropologie est aujourd’hui pleinement reconsidéré pour mieux cerner les termes de l’échange (...)

Comment notre cerveau aborde la monnaie

L’observation des circuits cérébraux de la récompense permet de mieux cerner notre rapport à l’argent, mais on ne peut parler d’aire cérébrale de la monnaie.

Place Publique : A t-on une vision établie de la façon dont le cerveau traite l’argent ? Sacha Bourgeois-Gironde : On connaît bien les circuits cérébraux de la récompense. Ils sont communs à la monnaie, à la (...)

Un grain de SEL dans les échanges*

Le SEL : une monnaie sociale qui ressemble à la forme de convivialité proche de l’entraide que les anciens connaissaient dans le monde rural.

Afin d’obtenir un produit ou une marchandise qu’il n’avait pas, l’homme a toujours su faire appel au troc. Mais le simple troc n’est pas toujours très efficace : il suppose que les deux parties aient chacun en guise d’échange (...)

Un pouce ? Un index ? Des paiements très technos

Empreintes digitales ou implants ? Pour s’acquitter de nos dépenses, plus besoin de sortir son porte-monnaie, ni même sa carte de crédit, encore moins son chéquier.

...Il suffit de se faire scanner l’avant bras ou de mettre son index sur un écran. Quoi de plus facile ! Les paiements se dématérialisent toujours plus. Ainsi le système PayWi permet de payer grâce à son (...)

Le crédit de pair à pair : une alternative aux banques

Zopa, Donjoy, Paltrust, Prosper, Friendsclear, Kiva sont quelques uns des 30 acteurs qui forment le marché des prêts de "peer to peer" sur internet, qu’on appelle aussi « banques 2.0 ».

Le mouvement est apparu en 2005 en Corée du Sud, puis en Angleterre, aux Etats-Unis et en Chine. Mêlant l’internet social et le prêt entre particuliers. Il représente la (...)

Focus

RICHES ET PAUVRES : La brutalité des chiffres montre une planète en total déséquilibre.
Enfer des uns dans lequel 3 milliards de personnes survivent avec moins de 2 dollars par jour. Paradis des autres où règne l’immoralité de la haute finance et ses misérables petits secrets bancaires .

Paradis fiscaux : une liste biaisée

Le CCFD-Terre Solidaire estime que le problème des paradis fiscaux reste entier pour les pays du Sud

Pour le CCFD-Terre Solidaire, qui demande de longue date une liste exhaustive des paradis fiscaux, les listes de l’OCDE publiées à l’issue du G20 relèvent plus du compromis diplomatique que de l’évaluation objective. Pour Antoine Malafosse, délégué général du CCFD-Terre (...)

800 millions d’obèses, 2 milliards d’affamés.

800 millions d’obèses, 2 milliards d’affamés. Telle est la vulgarité du monde dans lequel nous vivons !

Un enfant de moins de 10 ans meurt de faim ou de ses conséquences toutes les cinq minutes dans le monde. Pourtant, « il ne faut que 60 dollars par an pour traiter un enfant mal nourri. L’obscénité du sort réservé à la pauvreté est criante. Il faut 1.200 milliards (...)

Les entreprises françaises présentes dans les paradis fiscaux.

Un monde qui tolère les paradis fiscaux, l’anonymat des sociétés offshore et le blanchiment de l’argent "hors-les-lois" dont se nourrissent le terrorisme ou d’autres formes de criminalité n’est pas un monde sûr. Et pourtant, la plupart des grandes entreprises des pays riches possèdent des filiales dans ces centres offshore où circule en toute quiétude l’argent de la drogue (...)

Article à la une

Immigration : Welcome dans la forteresse !

par J. Sabo

Les décennies à venir seront marquées par d’importantes migrations vers les pays de l’OCDE. Elles viendront compenser le déficit démographique de populations vieillissantes et répondre à des nécessités économiques et (...)

Emigrations

Rohit Talwar : "L’Europe a besoin d’ouvrir ses portes aux émigrés"

Propos recueillis par Estelle Leroy

JPEG - 1.8 Mo

"Les habitants de l’Europe ont besoin qu’on leur dise la vérité sur l’impact du vieillissement de la population et de la diminution de sa force de travail".

Place Publique : Comment la question des flux migratoires va t-elle évoluer dans les 10 prochaines années ? Rohit Talwar : A court terme, la récession économique va créer une forte envie chez les gens qui (...)

Utopie

Interview de Roger Sue : "L’utopie associationniste est devenue réalisable"*

professeur à l’université Paris V**

Place Publique : Qui appelait-on “socialistes utopistes” et quelles idées professaient-ils ? Roger Sue : Le terme a été forgé par Karl Marx qui prétendait, justement, s’en distinguer en inventant le socialisme “scientifique”. Eux-mêmes ne se reconnaissaient pas dans cette expression et préféraient parler de “socialisme associationniste”. On peut englober dans cette mouvance des (...)

Santé

Réforme de l’hôpital : un diagnostic en mi-teinte

par Muriel Jaouën

Le projet de loi “Hôpital, patients, santé, territoire” vise la rationalisation d’un système de soin complexe et gagné par les déséquilibres. Si la réforme n’est pas contestée dans son principe, certaines de ses dispositions suscitent (...)

Expertise

Crise d’éthique dans le patronat

par Gilles Bridier

Si la crise est celle de l’éthique, le pouvoir est en crise dans les grandes entreprises. Là où le pouvoir isole.

Les bonus sont incompréhensibles. Indécents. Provocateurs. Et immoraux, si tant est que la moralité ait sa place dans le débat. « Auparavant, les lois induisaient des comportements. Mais elles ne sont plus efficaces. Nous assistons au procès d’une société (...)

Entreprise (1)

Du management moderne à la construction de huttes en bois

par Bernard Wach

On ne parle jamais vraiment des entreprises, de l’intérieur. Vingt-cinq millions de personnes en France, y vivent une grande part de leur existence mais ce n’est pas, semble-t-il, un bon sujet de roman.

A peu près rien sur les entreprises dans la littérature entre « L’imprécateur » de René-Victor Pilhes et « Plateforme » de Michel Houellebecq, sauf le roman « Stupeur et (...)

Entreprise (2)

Les entreprises doivent se développer grâce aux Idées

par Denis C. Ettighoffer. (http://www.ettighoffer.com)

Revenons en arrière... Le Forum de Davos de 2006 avait pour thème « l’impératif créatif ». Lors de son discours d’ouverture, son fondateur, le professeur Schwab, a fustigé le mépris des idées et argumenté pour « une économie fondée (...)

Les choses de la vie

Exprimer des émotions

par E.L. et Y.de K.

Aimer, dormir, manger, habiter, circuler, penser... Chaque mois, Place-Publique vous donne rendez-vous avec une esquisse illustrée de votre vie quotidienne future. Extraits du livre « Vivre en 2028. Notre futur en 50 mots clés » (Avec l’aimable autorisation des Editions Lignes de Repères)

Vous êtes assis dans votre salon en train de lire un roman très (...)

La chronique de Georges Waysand

On ne voit pas l’herbe pousser

par Georges Waysand

On ne voit pas l’herbe pousser. Si le gouvernement d’une puissance moyenne annonce pour l’année en cours un recul du produit intérieur brut (PIB) de 1,5 % tandis que l’Organisation pour le Développement et la Coopération Economique (...)

Moteur de recherche

Recherche simple
Soutenez Place Publique
SOMMAIRE du magazine