Vous êtes ici : Accueil /

Fils d’infos

la Ville de Paris renforce les aides pour lutter contre la précarisation des seniors

Solidarité : la Ville de Paris renforce les aides pour lutter contre la précarisation des seniors et se mobilise sur la question de la perte d’autonomie La précarisation des seniors est un phénomène national qui est plus accentué à Paris que dans le reste du pays : 12,6% des Parisiens âgés de 60 à 74 ans vivent en deçà du seuil de pauvreté, contre 9,9% au niveau national. Dans ce contexte, la Ville de Paris renforce ses efforts pour plus de justice sociale : · en créant « Paris Solidarité », une aide complémentaire du minimum vieillesse Pour qu’aucun senior ou personne en situation de handicap ne vive à Paris avec moins de 840 euros par mois dès le 1er avril 2011 (ni moins de 875 euros dès le 1er avril 2012), la Ville de Paris crée « Paris Solidarité », une nouvelle aide complémentaire du minimum vieillesse. Cette aide remplace l’Allocation Ville de Paris (AVP) qui bénéficiait exclusivement à ceux dont les ressources étaient inférieures à 775 euros. Elle peut concerner près de 24 000 usagers, dont 7000 ne bénéficiaient pas de l’AVP. La Ville y consacre un budget annuel de 24 millions d’euros. · en étendant le dispositif « Paris Logement » Pour donner les moyens de rester dans son logement, la Ville de Paris étend le dispositif « Paris Logement » aux seniors et aux personnes en situation de handicap. Cette extension concernera potentiellement 7700 nouveaux bénéficiaires, pour un budget annuel de 6 millions d’euros. Créé le 1er octobre 2009, « Paris Logement » est une aide allant de 80 euros à 110 euros mensuels pour les locataires qui consacrent au moins 30% de leurs ressources mensuelles à leurs charges de logement, avec des ressources inférieures à 1100 euros (pour les personnes seules et les couples sans enfant) ou à 1600 euros (pour les couples avec un enfant). · en exonérant toutes les personnes âgées ayant des revenus inférieurs à 1000 euros (contre 695 euros actuellement) de la participation à l’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA) Pour permettre à tous ceux qui en ont besoin de se faire accompagner au plus tôt de façon adaptée, la Ville a décidé d’exonérer les Parisiens âgés dont les ressources sont inférieures à 1000 euros de toute participation à cette Allocation Personnalisée d’Autonomie. Jusqu’à présent, seuls les Parisiens âgés ayant des ressources inférieures à 695 euros en étaient exonérés. Cette nouvelle mesure extralégale, mise en place avant fin 2011, concernera 4300 personnes bénéficiaires de l’APA, pour un coût de 3 millions d’euros par an. En 2010 : 30 000 personnes bénéficiaient de l’APA à Paris (avec une croissance annuelle entre 8 et 10% ces dernières années). La Ville de Paris y consacre 128 millions d’euros pour 2011, soit un budget en augmentation de 26% depuis 2007. Cette allocation permet d’accompagner les personnes âgées en perte d’autonomie à travers un plan d’aide adapté à leurs besoins (hébergement, accès aux soins, aide à domicile, etc.). Sur la question de la perte d’autonomie, la Ville lance une mission d’information et d’évaluation (MIE) lors du Conseil de Paris de mars prochain, composée d’élus de tous les groupes politiques, qui permettra : · de dresser un bilan de la prise en charge de la perte d’autonomie par les structures de la Ville et des outils mis en place ; · de proposer des mesures concrètes, éventuellement de type expérimental ; · d’apporter la contribution de la Ville au grand débat national sur la réforme de la dépendance annoncé par le Président de la République, en particulier sur la question du financement, de la prise en charge des personnes en début de perte d’autonomie, et de la place à accorder au vieillissement des personnes en situation de handicap. En effet, ces réformes ne peuvent se traduire par un recul, voire une démission de la solidarité nationale. Contact presse : service de presse : 01 42 76 49 61 - service.presse paris.fr

Moteur de recherche

Soutenez Place Publique

Initiatives

Zoom sur...

Le Courrier de Bovet

Date de création : 1950 Objectif : Organiser des échanges de correspondance entre des détenus et des personnes prêtes à leur apporter une écoute et un soutien moral (National). Activités : Créé en 1950, le Courrier de Bovet, du nom de sa fondatrice Madame de Bovet, est une association nationale loi 1901 qui propose aux détenus un accompagnement épistolaire afin de faciliter leur (ré)insertion ultérieure. Le Courrier de Bovet souhaite permettre la communication entre deux mondes différents, celui du dehors dont sont privés les détenus et celui du dedans, ignoré des correspondants. Il s’interdit (...)