L'Observatoire

Economie et social

diminuer augmenter Bookmark and Share

Nouvelles opportunités pour le microcrédit personnel

Par Muriel Jaouën, le 23/06/2010

Le projet de loi sur le crédit à la consommation, qui vient d’être adopté par le Sénat, devrait permettre aux particuliers de financer des projets de micro-entreprises en France.

Du nouveau sur le marché du microcrédit personnel en France. En adoptant le 21 juin 2010 en dernière lecture le projet de loi sur le crédit à la consommation, le Sénat ouvre des perspectives aux cinq millions de Français actuellement exclus du système bancaire classique.

S’il est plus développé en France que dans d’autre pays d’Europe, le marché du microcrédit est jusqu’à aujourd’hui exclusivement dépendant de ressources bancaires. Ce sont les banques qui, directement ou indirectement (via des associations habilitées), prêtent aux entreprises de l’économie sociale et aux créateurs de micro-entreprises.

Les particuliers désireux de parrainer des entrepreneurs peuvent certes le faire, mais uniquement dans le cadre d’une solidarité Nord-Sud. Impossible pour des Français de parrainer des projets dans leur pays. Les associations spécialisées dans le microcrédit ne peuvent pas bénéficier des ressources de particuliers et les plates-formes Internet spécialisées dans la micro finance voient leur intermédiation limitée aux prêts à destination de projets localisés dans les pays du Sud.

Or, sous la pression de certaines associations comme l’Adie, le législateur vient chambouler cet état de fait. Par certaines dispositions, le projet de loi sur le crédit à la consommation élargit en effet au grand public le champ des ressources financières des associations.

Premier site Internet de microcrédit en Europe, Babyloan annonce d’ores et déjà, en partenariat avec l’Adie, l’ouverture d’un espace France.

En 2008, selon l’IGF (Inspection Générale des Finances), le microcrédit aurait permis de créer ou de maintenir 48 000 emplois en France, avec un taux de pérennité plus élevé que la moyenne des jeunes entreprises. Les demandes de microcrédits, qui ont augmenté de 64% entre 2006 et 2008, pourraient s’élever à 100 000 en 2010.

Lire aussi :
Microcrédit : un modèle utile, mais pas assez lisible
Europe : 45 000 microcrédits aux chômeurs et aux petites entreprises


Vos commentaires

Moteur de recherche

Recherche simple
Soutenez Place Publique

Dans la même thématique (Economie et social)