L'Observatoire

Moi et ma planète

diminuer augmenter Bookmark and Share

Mondial de l’Automobile : « L’automobile est morte, vive l’automobilité ! »

Place publique, le 11/10/2010

Et si la voiture individuelle était un concept obsolète ? Alors que la prime à la casse vit ses dernières heures, quelles sont les tendances soutenues par les constructeurs pour relancer le marché de l’automobile tout en étant écologiquement responsable ? Si l’on en croit l’édition 2010 du Mondial de l’Automobile, la mode est à la voiture « green ». Parallèlement, d’autres indicateurs montrent que la voiture de l’avenir n’est plus un bien individuel mais un bien que l’on peut partager et qui se consomme comme un « service ».

Faut-il encore acheter une voiture en 2010 ?

Ah la sacro-sainte voiture particulière ! La société occidentale reste marquée par le fait de posséder une voiture, dont l’utilité présumée est souvent surdimensionnée par rapport aux usages (weeks-ends, vacances…) et au coût réels pour le propriétaire (5.400€ / an pour un particulier propriétaire d’un véhicule de type 207 – source ADEME).
Pourtant, l’automobile, autrefois « objet de fierté et de reconnaissance sociale », prend peu à peu une place nouvelle dans notre société. A travers la politique durable des Transports issue du Grenelle de l’environnement, les pouvoirs publics et les entreprises ont marqué une véritable rupture.

Parmi les mesures phares de la Loi Grenelle 2 sur les Transports, on peut souligner une volonté de favoriser l’usage des transports collectifs et l’intermodalité des différents modes de transports.

Dans les zones urbaines et périurbaines, l’État encourage, dans le cadre des PDU (plans de déplacements urbains), la mise en place de nouveaux modes de déplacement : plans de déplacement d’entreprises, d’administrations, d’écoles ou de zones d’activité, développement du covoiturage, de l’auto-partage et du télétravail, circulations douces ... Favorisés notamment par la hausse du prix des carburants, tous ces nouveaux modes de déplacement, qui entrent dans le cadre global d’une mobilité durable, font désormais partie du quotidien des citoyens. Parfois pour des raisons économiques (1), parfois pour éviter les problématiques d’engorgement urbain et de stationnement … mais toujours avec une volonté de privilégier un mode de transport alternatif, de qualité et respectueux de l’environnement.

Comme l’avait annoncé Henri de Bodinat, Vice-Président d’Arthur D. Little, lors d’un Mondial de l’Automobile, « A l’ avenir, il faudra que le véhicule devienne un écosystème, c’est-à-dire un produit et un service. (…). On ne vendra plus une voiture mais de la mobilité individuelle ».

Une voiture oui, mais électrique et partagée !

En raison d’une conjoncture instable, l’année 2010 a été marquée, pour les ménages et les entreprises, par une volonté de réduction de coûts. Selon l’étude réalisée par Benchmark Group en septembre 2009, sur le comportement des Français vis-à-vis de la voiture, leurs attentes évoluent : voiture hybride, voiture électrique, autopartage... Toutes ces solutions répondent à un changement comportemental directement lié au profil des automobilistes (CSP, âge, lieu de résidence...) mais également au prix du service.

Les Français cherchent à faire plus d’économies à la fois en ce qui concerne les frais d’entretien du véhicule personnel (assurance, réparations …) mais également sur le long terme sur le prix du « carburant ». On constate ainsi un intérêt croissant pour les solutions alternatives (voiture hybride, voiture électrique, location à la demande plutôt que l’achat, autopartage…). Si l’on en croit le sondage Harris Interactive2, l’évolution de la perception de la voiture est en route : 65% des Français - 72% des 25-34 ans - se disent prêts à acheter une voiture électrique.

Les entreprises prescriptrices de bonnes pratiques

Si les Français se disent majoritairement décidés à passer à l’électrique, ils sont beaucoup plus réservés quand il s’agit de donner une date. Pour 89% des sondés (2) (sondage Harris Interactive), le prix et l’autonomie des modèles actuels sont des freins majeurs.

Pourtant, le nombre de modèles électriques ne cesse de croître. L’Etat et les constructeurs travaillent de concert pour favoriser l’émergence de ce nouveau type de véhicule. Et un mode de consommation semble se confirmer : l’autopartage. Associant les notions de partage et de service, l’autopartage répond en effet aux problématiques de coût et de gestion liées à ce véhicule innovant. Les grandes entreprises investissent déjà dans ces nouvelles pratiques.
Ainsi, ALD Automotive (filiale de la Société Générale) vient de lancer un pool de véhicules thermiques et hybrides en autopartage pour ses collaborateurs ; un pool électrique fera également son apparition dans les prochaines semaines. Pour opérer ce service, ce géant des services automobiles s’est appuyé sur l’expertise de la société CARBOX, pionner et leader de l’auto-partage en France.

Comme le souligne Benoit Chatelier, cofondateur de CARBOX : « Nous œuvrons au quotidien avec les responsables des grands comptes français, mais également avec les pouvoirs publics, pour que l’incitation par l’exemple facilite et peut-être accélère l’évolution des mentalités et permette à ce nouveau mode de déplacement de s’imposer … dans la durée ».

Depuis deux ans, en partenariat avec CARBOX, plusieurs grandes entreprises françaises (l’Oréal, Sodexo, Icade, Airbus, le CEA…) ont ainsi pris le problème des déplacements de leurs salariés à bras le corps en leur offrant cette solution alternative qu’est l’autopartage. Les véhicules, garés dans leur parking, peuvent être réservés et utilisés en libre-service par l’ensemble de leurs collaborateurs, et ce que le déplacement soit professionnel ou privé.

Preuve que les entreprises se veulent prescriptrices de bonnes pratiques, Benoît Chatelier constate une demande croissante des entreprises pour mettre à disposition de leurs collaborateurs des pools de véhicules… électriques. Comme la gestion et le coût s’avèrent problématiques, la solution d’intégrer un dispositif d’autopartage sur mesure et privatif à l’entreprise (c’est-à-dire réservé aux collaborateurs) paraît de plus en plus attirante.

- (1) La voiture, qui ne répond plus forcément aux besoins réels d’utilisation, est désormais considérée comme un poste de dépenses trop important pour les ménages (Enquête réalisée par Benchmark Group, septembre 2009 auprès de 1 796 personnes).

- (2) Sondage Harris Interactive réalisé pour RTL et 20 minutes, septembre 2010 A propos de CARBOX Créée en 2007 par Benoit Chatelier et Alexandre Crosby, CARBOX est le pionner de l’autopartage B2B en France. Leader sur ce marché, CARBOX propose une offre de voitures en libre service privative et sur-mesure, à destination des entreprises et des collectivités.


Vos commentaires

Posté le 12 octobre 2010 à 09:02 , par Marite

Oui aujourd´hui, la voiture individuelle a trop d´inconvénients et il est grand temps de changer de concept. Sur le site de covoiturage www.envoiture.fr, entre 10.000 et 30.000 trajets de covoiturage sont effectués chaque jour en Europe. La nouvelle automobilité est en marche... Merci pour votre article !!


Moteur de recherche

Recherche simple
Soutenez Place Publique

Dans la même thématique (Moi et ma planète)