L'Observatoire

Economie et social

diminuer augmenter Bookmark and Share

Les coopératives confirment leur dynamisme

Par Muriel Jaouën, le 14/05/2012

Dans un contexte global de récession, le tissu coopératif français résiste bien, affichant même des indicateurs en croissance régulière.

21 000 entreprises, près d’un million de salariés, 288 milliards de chiffre d’affaires : c’est le poids du tissu coopératif en France en 2010, selon Coop FR, qui publie la troisième édition du Top 100 des coopératives et un panorama sectoriel des entreprises coopératives en France. Présentes, et parfois leaders, dans tous les secteurs d’activité (agriculture, artisanat, banque, commerce, consommation, culture, éducation, industrie, logement, NTIC, pêche, recherche, services, transport), les entreprises coopératives regroupent près de 24 millions de sociétaires.

Chiffre d’affaires en hausse de 4% pour les 100 premières coopératives
Pour témoigner de l’importance du secteur dans la structuration du paysage économique et social français, Coop FR a réalisé un classement des 100 premières entreprises coopératives, sur la base des chiffres d’affaires 2010 consolidés. Où l’on constate une progression du secteur : 188 milliards d’euros de chiffre d’affaires, contre 181 milliards d’euros en 2008, soit une croissance de 4% en deux ans, dans un contexte durement marqué par la récession.

Quatre entreprises du Top 100 affichent un chiffre d’affaires supérieur à 10 milliards d’euros. Elles sont 29 à dépasser le milliard d’euros en 2010, contre 26 en 2008, soit une augmentation de 12%. Trois coopératives (E. Leclerc, Système U, In Vivo) intègrent le Top 100 des entreprises françaises, hors secteur bancaire (source Coface). Côté banques, trois groupes coopératifs, Crédit Agricole, BPCE et Crédit Mutuel-CIC, figurent parmi les leaders en France et en Europe.

Coop FR insiste encore cette année sur la bonne capacité de résistance des structures coopératives à la crise. Une étude du BIT (“Resilience of the cooperative business model in times of crisis”, Genève, BIT, 2009) lui donne ici raison, qui confirme que les institutions coopératives ont traversé la crise récente mieux que les entreprises détenues par des capitaux extérieurs.

3% de l’emploi salarié privé
Côté social, les entreprises du TOP 100 et leurs filiales représentent 750 000 emplois, soit 4% de plus qu’en 2008. Elles recouvrent donc 3% de l’emploi salarié privé en France en 2009 (source Insee). Un emploi largement ancré dans les territoires puisque 75% des entreprises coopératives du TOP 100 ont leur siège social en région, quand 90% des 100 premières entreprises françaises ont le leur siège en Ile-de-France.

La coopération apparaît également comme une garantie de pérennité : un quart des cent premières entreprises coopératives françaises ont plus de 50 ans et 10% sont centenaires. Plus de 70 coopératives sur 100 ont plus de 10 ans, pour un âge moyen de 45 ans.

Lire aussi :
Premières assises des entreprises coopératives
Le mouvement coopératif confirme sa croissance
Coopératives : un modèle en croissance


Vos commentaires

Moteur de recherche

Recherche simple
Soutenez Place Publique

Dans la même thématique (Economie et social)