L'Observatoire

Moi et ma planète

diminuer augmenter Bookmark and Share

La cuisson solaire : une solution économique pour les populations pauvres

D. Sabo, le 5/09/2010

L’association Bolivia Inti forme les populations pauvres à cuisiner sans bois et sans gaz, grâce aux cuiseurs solaires

Cuisiner grâce à l’énergie infinie et gratuite du soleil, telle est l’idée lancée par l’ONG Bolivia Inti, il y a une dizaine d’années et qui, grâce au partenariat qu’elle a créé en 2007 avec Action carbone (Goodplanet) s’est concrétisé par la construction et la diffusion auprès des populations les plus pauvres de 3600 cuiseurs solaires et écologiques au Pérou et en Bolivie.
Fondée sur le principe « solidariste » d’accompagnement des communautés dans leur vie quotidienne, la vision de l’association a mué progressivement vers une véritable stratégie de lutte contre le changement climatique et de réduction de la pauvreté.

La cuisson solaire est une technologie simple et propre. Elle permet de cuire les aliments avec les rayons du soleil : des panneaux réflecteurs concentrent les rayons sur le plat à cuire. Contrairement à la cuisine sur un poêle ou sur le feu, qui nécessite une surveillance constante, les aliments cuits au cuiseur solaire ne sont généralement pas remués, à la fois parce que cela est inutile et que l’ouverture du four solaire permet à la chaleur de s’échapper et ralentit ainsi le processus de cuisson.

N’utilisant aucune matière première coûteuse ou polluante, la technique fournit la possibilité de réduire les coûts de cuisson. De plus, grâce à une cuisson lente, les aliments ne sont pas dégradés, n’ont pas le goût de fumée et conservent toutes leurs qualités nutrititives. Le temps de cuisson dépend essentiellement de l’équipement utilisé, la quantité de lumière à l’époque, et la quantité de nourriture qui doit être cuit. La température de l’air, le vent, et la latitude affectent également les performances. Un cuiseur solaire a une durée de vie d’environ 5 ans, mais cela peut-être plus avec un bon entretien.

L’objectif : diminuer la dépendance au bois et au gaz des populations locales. Bien souvent, les familles pauvres n’ont que la combustion du bois pour cuire leurs aliments. Mais il arrive que la collecte soit insuffisante pour couvrir les besoins , ou que le bois se fasse rare.

Concrètement, la diffusion des cuiseurs solaires au Pérou et en Bolivie est assurée par trois équipes locales de Bolivia Inti. Les bénéficiaires sont les populations défavorisées dont le revenu familial moyen est d’environ 100 € par mois.

L’association Bolivia Inti a organisé des ateliers de formation permettant à leurs participants (une vingtaine de personnes, des femmes en majorité) de construire eux-mêmes et à partir de matériaux locaux (bois, laine de lama...) leur propre cuiseur solaire et ainsi de les rendre autonomes. Le dernier jour de l’atelier, la communauté « inaugure » les cuiseurs dans une ambiance festive. Tous les participants préparent dans leur nouveau four un plat traditionnel à partager ! À la suite de ces ateliers de formation, un suivi régulier et annuel des bénéficiaires est effectué pour s’assurer de la bonne utilisation des fours et détecter les éventuels problèmes

L’apport financier du programme Action Carbone de GoodPlanet est décisif pour le budget de l’association qui peut augmenter de plus de 50%, dans les prochaines années, le rythme annuel de construction de cuiseurs solaires. Ce sont autant de familles supplémentaires qui pourront faire un premier pas pour s’extraire du cercle vicieux de la pauvreté… » explique Robert Chiron, membre fondateur et Président d’honneur de Bolivia Inti Sud-Soleil,


Vos commentaires

Posté le 9 septembre 2010 à 22:41 , par Documentaliste

Personne ne semble connaître le FOUR NORVEGIEN (amplificateur d’infra-rouges) et personne ne paraît capable d’en tirrer de multiples applications...Ca me désespère...


Le principal problème posé par le four norvégien, c’est de lancer la cuisson par un autre procédé que le four lui même :

Principe :

Il s’agit d’un caisson constitué de matériaux conservant la chaleur afin de le rendre isotherme et dans lequel on place un ustensile de cuisine, une cocotte par exemple.

Prenez une cocotte dans laquelle vous commencez à faire cuire vos aliments. Après un petit temps de cuisson, quand la température souhaitée est atteinte, on retire la cocotte du feu et on la place dans le caisson isotherme. La chaleur étant conservée, les aliments continuent de cuire tranquillement sans plus aucun autre apport d’énergie !

La cuisson s’opère lentement à l’étouffée, donc il ne faut y mettre que le nécessaire d’eau.


Jeff - 2010-09-15 15:04:13

Moteur de recherche

Recherche simple
Soutenez Place Publique

Dans la même thématique (Moi et ma planète)