L'Observatoire

Médias et démocratie

diminuer augmenter Bookmark and Share

L’influence sur Facebook des candidats à la présidentielle.

Place publique, le 5/04/2012

A quelques semaines de l’élection présidentielle, le baromètre de Socialbakers révèle les sujets et mots-clés qui ont suscité le plus d’intérêt et de débat sur les pages Facebook de chaque candidat.

Paris – 23 mars 2012 – Socialbakers, entreprise d’analyse numérique spécialisée dans les médias sociaux , a publié le 23 mars 2012 son tout premier baromètre qui présente l’influence sur Facebook des candidats à la présidentielle*. Le baromètre s’appuie sur des informations accessibles au public sur le plus grand réseau social du monde. Socialbakers a analysé plus de 10 millions de pages sur Facebook ainsi que des milliards d’interactions entre utilisateurs, du 1er février au 29 février 2012.

A quelques semaines de l’élection présidentielle, ce baromètre révèle les sujets et mots-clés qui ont suscité le plus d’intérêt et de débat sur les pages Facebook de chaque candidat. Socialbakers a suivi les interactions tout au long du mois de février afin d’évaluer l’engagement des internautes et les évolutions dans la popularité en ligne des candidats. « Les hommes politiques et les marques ont la chance de pouvoir aller au-delà du seul comptage de leurs « fans » ou des « J’aime » sur leurs profils. Pour mettre toutes les chances de leur côté, ils doivent comprendre les raisons pour lesquelles on parle d’eux et s’intéresser à ce qui captive le public », explique Jan Rezab, CEO de Socialbakers. « L’engagement des fans et de la communauté est l’une des clés du succès. Aujourd’hui, les hommes et femmes politiques peuvent prendre la température de l’engagement des utilisateurs de Facebook, ce qui les aidera à décider, de façon plus avisée, des informations qu’ils doivent poster, au moment opportun et comment ils doivent s’y prendre pour instiguer des débats ».

Principaux chiffres clés (du 1er au 29 février 2012) :

Portée virale : Jean-Luc Mélenchon grand gagnant !

La portée virale est le nombre d’internautes qui clique sur « J’aime » ou qui publie un commentaire, multiplié par le nombre d’amis, en moyenne, des utilisateurs de Facebook (140 amis).

· Jean-Luc Mélenchon est le candidat au plus fort impact viral, suivi par Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen

· Jean-Luc Mélenchon dispose du plus grand taux d’interaction (33,1 %), suivi par Nicolas Sarkozy (25,3 %) et Marine Le Pen (21 %)

· Nicolas Sarkozy est à l’origine du post ayant eu le plus grand impact en terme d’engagement, suivi par François Hollande et Marine Le Pen

Le post le plus engageant de Nicolas Sarkozy fut celui annonçant sa candidature à un deuxième mandat. Il disposait pourtant du taux d’engagement le plus faible de tous les candidats. Le taux d’engagement est le nombre de « J’aime » et de commentaires par post divisé par le nombre de fans d’un candidat.

Les fans des candidats sur Facebook : Sarkozy domine !

· Jean-Luc Mélenchon dispose de la base de fans ayant enregistré la plus forte croissance au cours des 30 derniers jours (57 % de croissance), dépassant celle de Philippe Poutou (46 % de croissance)

· Sarkozy domine avec le plus grand nombre de fans (558.159), suivi par François Hollande (65.528), Marine Le Pen (42.247), Jean-Luc Mélenchon (31.919), François Bayrou (23.572), Eva Joly (17.671), Nicolas Dupont-Aignan (9559) et Philippe Poutou (1057). Nathalie Arthaud n’a pas de page Facebook connu à ce jour. Jacques Cheminade a moins de 1,000 fan qui est au-dessous de la limite pour que Socialbakers puisse mesurer l’activitité sur sa page Facebook . la page de Jacques Cheminade sera mesurée par Socialbakers pour le prochain baromètre en avril.

* Les résultats sont disponibles sur un microsite mis à jour quotidiennement qui présente le niveau d’engagement, à travers leurs pages, de chacun des candidats politiques présents sur Facebook, ainsi que la réaction des internautes à leur campagne.


Vos commentaires

Moteur de recherche

Recherche simple
Soutenez Place Publique

Dans la même thématique (Médias et démocratie)