L'Observatoire

Villes en mouvement

diminuer augmenter Bookmark and Share

L’art éphémère au coeur des espaces urbains

Par Muriel Jaouën, le 4/07/2011

Les collectifs d’artistes sont de plus en plus nombreux à faire de la ville un terrain d’expérimentation.

Les Américains appellent cela le Park(ing) Day. Une approche artistique initiée en 2005 par le groupe REBAR, un collectif artistique interdisciplinaire de San Francisco. Le Park(ing) Day doit son nom à un principe en forme de clin d’œil : pour exposer ses œuvres, chaque artiste doit payer l’équivalent d’une place de parking.
Il s’agit ni plus ni moins de permettre à des créateurs d’investir, quelques heures durant, les espaces publics. Le cahier des charges s’arrête là. Libre à chacun d’occuper la rue, le trottoir, le square, l’abribus, la gare, les quais comme il l’entend. Pour en détourner l’usage premier, pour le valoriser en créant la surprise, pour susciter les rencontres, générer de la convivialité… Exemple : REBAR transformant la Civic Center Plaza de San Francisco, devant l’hôtel de ville, en un terre-plein de jardinets circulaires dédiés aux cultures vivrières.

Transformer les espaces abandonnés en espaces utiles
Depuis, le collectif a exporté ses techniques activistes et inspiré un peu partout en Europe d’autres initiatives, la plupart du temps collectives, orchestrées par des groupes ou des réseaux identifiés et revendiqués.
A l’image de The Space Makers Agency, un mouvement d’architectes, d’artistes et de designers londoniens soucieux de transformer des espaces urbains abandonnés en espaces publics utiles. Le collectif invite les citoyens à proposer sur un site Web des idées quant à la vocation fonctionnelle souhaitable des sites. Ces idées serviront de cadre de travail aux créateurs. Autre ville, autre approche. À Madrid, Luzinterruptus, une association d’artistes de la lumière, dépoie sur les façades d’immeubles des pochettes transparentes enveloppant des plantes et s’illuminant grâce à des LED.

Dead Drops à New York Ces divers mouvements de l’activisme artistique urbain conjuguent généralement souci écologique et nouvelles technologies. Bien souvent en effet, il s’agit de révéler les espaces publics à la lumière d’éléments naturels ou végétaux et d’amplifier la portée des initiatives et des créations par les outils numériques et digitaux.
Les Dead Drops encastrées par l’artiste multimédia berlinois Aram Bartholl dans les murs, les trottoirs et les mobiliers urbains de New York reflètent on ne peut mieux cette imbrication –au sens propre – du numérique dans les espaces publics.
L’idée d’Aram Bartholl est à la fois ludique et ingénieuse : il s’agit de faire circuler, de manière anonyme, des données numériques d’un ordinateur à un autre par le biais de clés USB cimentées un peu partout dans les espaces publics de la ville.

Les clés USB fleurissent à Paris
Chacun peut ainsi se faire connaître d’une manière originale, en chargeant dans la clé une création personnelle (écrit, musique, vidéo...) ou un CV. Les Dead Drops se font également le relais d’appels à manifestation ou à rencontres politiques ou culturelles. Des clés USB ont d’ailleurs fleuri dans la plupart des grandes villes. À Paris, le Jardin du Carrousel, la passerelle Simone de Beauvoir et le pont des Arts sont aujourd’hui “pluggés”.

Avec La Fabrique de la Cité

Lire aussi :
La ville en codes barres
La rue libre : appropriation collective des espaces publics
Les quartiers sécurisés : un phénomène planétaire
Portland, capitale des espaces publics citoyens
Espace public : s’asseoir dans la ville


Vos commentaires

Posté le 8 juillet 2011 à 22:33 , par MarcoP.

D’excellentes initiatives qui permettent à de nombreuses personnes souvent délaissées par les voies habituelles d’expression de l’art de pouvoir, à leur façon, apprécier et participer.

Dans un jeu de loterie classique, un joueur est habituellement requis pour choisir un lot de numéros à partir d’un large nombre spécifique ainsi que d’un certain nombre de bonus supplémentaires. Par exemple, dans le loto national britannique, un joueur doit choisir 6 numéros principaux 1 à 49 inclus et ensuite un certain nombre de bonus supplémentaires de la gagner facilement au loto même gamme. Pour recueillir le premier prix, un joueur doit correspondre à l’ensemble de leurs six principaux numéros sélectionnés avec ceux numéros tirés. S’il n’ya pas de billet unique correspondant à tous les numéros tirés dans une semaine donnée, le jackpot est reconduite pour la semaine prochaine augmentation de la taille comme il le fait. Le Noël espagnole El Gordo tirage est très différente dans ce domaine, seuls les billets sont imprimés tant pour ce tirage et de ce fait, les gagnants sont garantis à chaque tirage. Le coût de l’achat d’une pleine El Gordo billet (billete) est également très différent de l’achat d’un billet dans un jeu de loterie régulière, comme le loto national britannique. L’acquisition d’un billet pour un seul tirage de loterie nationale britannique des coûts un résident du Royaume-Uni seulement £ 1. Billets Elgordo sera, d’autre part, vous coûtera 200 euros chacun. En raison de la dépense considérable d’avoir part à ce jeu de loterie, les billets complets sont décomposés en dix parties (Decimos) d’un coût plus raisonnable 20 euros. Il est par conséquent assez fréquent que des groupes d’amis ou de membres de la famille de diviser le coût d’un billet d’ensemble El Gordo, afin de rendre le jeu une proposition plus réaliste comment gagner à l’euromillion. Dans le loto UK un très petit pourcentage d’individus jamais gagner d’importantes sommes d’argent, avec la majorité de gauche déçus chaque semaine. Le El Gordo Lotto, d’autre part donne cette sensation de gagner un pourcentage beaucoup plus d’individus

Moteur de recherche

Recherche simple
Soutenez Place Publique

Dans la même thématique (Villes en mouvement)