L'Observatoire

Education

Sciences et société

diminuer augmenter Bookmark and Share

L’acquisition de la culture numérique pour tous

Place publique, le 5/06/2012

Alain Bravo, Président de l’Association Pasc@line et Directeur General du Supelec, les Présidents et Coprésidents des Commissions Formation et Communication, ont présenté les actions de l’Association pour le développement de la culture numérique, lors de la Conférence de presse du 22 mai 2012, dans les salons du Press Club de France.

L’association conduit, depuis plusieurs années, des actions pour le développement de la culture numérique, du secondaire au supérieur, et dans la vie professionnelle. Il s’agit de permettre à chacun d’acquérir les compétences et connaissances nécessaires pour s’adapter à la société du XXIème siècle et à ses évolutions, et d’éviter d’engendrer de nouvelles formes d’exclusion. La culture numérique fait partie des 8 compétences clés du citoyen européen, définies par le Conseil de l’Europe.

Les actions et recommandations de l’association s’articulent autour de l’acquisition des compétences tout au long de sa vie, illustrée par les trois niveaux de "l’Arbre des Competences" :

1. - L’enseignement Informatique et Sciences du Numerique au lycée : ISN, nouvelle étape de l’alphabétisation numérique dans le secondaire.
2. - L’apprentissage dans le supérieur et plus généralement la formation par alternance ; réalités vécues par les entreprises, les établissements d’enseignement supérieur et les étudiants.
3. - Le e-leadership : recommandations de l’Association pour une formation appropriée des cadres tout au long de leur vie professionnelle.

1 - L’enseignement Informatique et Sciences du Numerique au lycée : ISN, nouvelle étape de l’alphabétisation numérique dans le secondaire, en septembre 2012.

Les lycéens de terminale S pourront suivre ce nouvel enseignement sur l’économie Numérique, en option au bac, du septembre prochain. Au-delà de l’objectif de "savoir utiliser un ordinateur", l’enseignement ISN s’applique a faire comprendre les notions et concepts des sciences de l’informatique à travers trois usages principaux :

Les systèmes embarqués (logiciel et matériel) qui jouent un grand rôle dans la mobilité et dans tous les secteurs de l’économie ;
La transmission de l’information, les technologies numériques qui sont universellement utilisées dans les systèmes de télécommunications ;
L’aide à la gestion des entreprises et des fonctions opérationnelles.

Cette approche de la culture numérique, fondée sur l’acquisition de connaissances et d’expériences dans le monde réel, représente pour les jeunes, une initiation leur permettant ensuite de s’orienter vers des formations supérieures dans les nouvelles technologies, un secteur qui offre de nombreuses opportunités de carrières. Ce nouveau programme se différencie par le souci de mise en activité des élevés, à travers des travaux de groupe et par une mise en évidence de l’influence sur la société des systèmes numériques et de leurs finalités.

L’objectif est d’aider les lycéens à avoir une expérience motivante avec le monde du numérique. C’est également une opportunité pour ce secteur économique qui connait un déficit de recrutement de faire découvrir aux jeunes, en dehors de tout préjuge, les métiers du numérique, pour qu’ils les connaissent mieux et qu’ils les intègrent dans leurs choix d’orientation.

Mettre en place un enseignement nouveau est le défi relevé par les parties prenantes de ce projet (Association Pasc@line, Ministere de l’Education nationale - MEN, CNDP, INRIA, ONISEP) : identifier des enseignants, mettre au point une pédagogie, créer une nouvelle matière (première depuis la création de l’enseignement de sciences économiques et sociales), apporter une ouverture sur les entreprises et encadrer le projet.

L’Association Pasc@line a joué un rôle essentiel dans cette mise en place en apportant des éléments concrets sur la réalité professionnelle du secteur du numérique, et en rédigeant des documents destinés à contribuer à la formation des enseignants de cette option :

- participation au séminaire de lancement auprès des inspecteurs régionaux ;
- rédaction d’une mini encyclopédie sur les grands domaines d’utilisation du Numérique couverts par l’enseignement Informatique et Sciences du Numerique ;
- réalisation, en liaison avec Syntec Numérique et Femmes du Numérique, de vidéos métiers mettant en scène de jeunes professionnels. Ces travaux sont destinés au site Internet SILO du MEN (http://science-info-lycee.fr), dédié à la formation des enseignants de cette option, à l’ONISEP et à Passinformatique, le site passerelle vers les métiers de l’informatique. Pour son contenu le choix a été fait de s’appuyer sur les professeurs de plusieurs disciplines (STI, maths, physique) selon leurs compétences.

Un site pédagogique, accessible en intranet, à la fois documentaire et interactif, comprend un forum et une boite à questions vers les chercheurs de l’INRIA, et des liens vers des documents externes. Il a été réalisé en collaboration avec le CNDP, l’Association Pasc@line et l’INRIA. Un manuel a été également édité afin d’accompagner d’une façon didactique les professeurs du secondaire et du supérieur dans ces matières. Des fiches destinées aux enseignants illustrent les principaux concepts indispensables à la compréhension de l’univers professionnel du numérique.

Alain Bravo, Président de l’Association Pasc@line et Directeur General de Supelec précise : ≪ L’association Pasc@line se positionne comme référent entre l’enseignement et la vie professionnelle dans le secteur du numérique. Elle va permettre aux lycéens d’avoir une formation en entreprise et de rencontrer des professionnels. »

2. - L’apprentissage dans le supérieur et plus généralement la formation par alternance ; réalités vécues par les entreprises, les établissements d’enseignement

Les évolutions économiques et technologiques de ces dernières années ont eu pour effet d’accentuer fortement les exigences de professionnalisme et de compétences et de développer une opérationnalité et une réactivité accrues en entreprise. Dans le prolongement de la mise en place de ″l’Approche Competences″ développée depuis 2011 dans les établissements d’enseignement supérieur, l’Association Pasc@line est sur le point de publier une communication sur ″l’Evaluation des Compétences″.

L’apprentissage est un atout pour répondre au développement des secteurs d’avenir et accroitre la diversité dans l’enseignement supérieur. Le secteur du numérique se caractérise par un mode d’organisation et de gestion des ressources humaines très différent de l’industrie et il représente un très important gisement d’emplois. Ce secteur manque cruellement de jeunes talents, alors qu’il emploie près d’un million de personnes en France et propose, pour le seul domaine des Logiciels et Services, 40 000 emplois dont 10 000 créations de postes par an.

Pour les PME, l’apprentissage constitue une opportunité de recrutement efficace et peu coûteuse. Suivant le modèle allemand, les diplômes issus de l’apprentissage constituent une ressource clé pour aider les PME à accéder au rang d’entreprises de taille intermédiaire (ETI), qui manquent dans notre pays. Des dispositifs adaptés devraient donner aux PME un accès privilégié aux filières de compétences dont les diplômes leur échappent trop souvent. Dans ce contexte, alors même que la formation en alternance constitue une voie royale pour développer les talents de haut niveau et acquérir les compétences dont les secteurs les plus dynamiques de notre économie ont besoin, l’apprentissage dans l’enseignement supérieur est menacé.

Dans les faits, les dispositifs trop complexes en compromettent l’avenir dans l’enseignement supérieur, faute d’entreprises d’accueil et d’établissements et de centres CFA appropriés pour les niveaux Bac+5. En particulier l’objectif doit être que les établissements d’enseignement couvrent leurs frais avec une contribution des différents acteurs, entreprises, pouvoirs publics et futurs diplômés, dans le respect de la diversité sociale.

Pour Alain Bravo, Président de l’Association Pasc@line et Directeur General de Supelec : ≪ Les établissements d’enseignement supérieur sont toujours plus nombreux à offrir des filières de niveau master par la voie de l’apprentissage : d’ores et déjà 12% et bientôt 15% dans les écoles d’ingénieurs sont délivrés par la voie de l’apprentissage. Cette formation bénéficie d’un double suivi école et entreprise. Elle est responsabilisante pour le jeune qui a ainsi choisi un statut de professionnel, sous contrat de travail. »

Des pistes de réflexion et d’action existent pour une politique nouvelle de l’apprentissage, afin de préparer l’avenir de métiers à forte valeur ajoutée. Impliquée dans les relations entre entreprises et établissements d’enseignement supérieur dans le secteur du numérique, l’Association Pasc@line propose d’organiser des ″Etats Généraux de l’Apprentissage dans l’enseignement supérieur″, réunissant tous les partenaires, y compris les pouvoirs publics, afin de redonner à cette formation un souffle nouveau, en cohérence avec les objectifs sociaux et économiques du pays.

3 - Le e-leadership : "L’Arbre des Competences " pour une formation tout au long de la vie

L’Arbre des Compétences illustre l’approche interdisciplinaire nécessaire aujourd’hui aux cadres et aux ingénieurs pour concevoir et mettre en place des systèmes et services complexes. Cette approche repose sur une formation, développée tout au long de la vie, intégrant les compétences et connaissances liées au numérique et correspondant aux trois niveaux de l’Arbre des Compétences :
- Les racines s’ancrent dans l’enseignement secondaire et la formation traditionnelle des ingénieurs, tout en s’ouvrant à d’autres formations portant des compétences et des univers de pensée différents.
- Le tronc représente les expertises propres aux différents profils de métiers d’ingénieurs et de managers, aussi bien en connaissances, en compétences et en savoir être.
- La ramure porte les compétences pluridisciplinaires que chacun, après sa formation initiale, va développer au cours de sa vie professionnelle. Le développement de compétences transverses, tout au long de la vie professionnelle, permettra aux cadres d’évoluer dans leur carrière à partir de fonctions techniques initiales. Les racines et le tronc de l’Arbre devront être imprègnés de contenus portant sur les sciences humaines et sociales, en particulier grâce à des projets multidisciplinaires. Ceux-ci prendront en compte aussi bien une approche des usages des technologies numériques que la recherche intégrative. L’Approche Compétences initiée des 2011 dans l’enseignement supérieur converge déjà vers de tels projets. La conviction première est que le numérique représente un formidable vecteur de créativité et de compétitivité qui, dans la mondialisation de l’économie et face aux grands enjeux de sociétés, favorise l’émergence de nouvelles manières de penser, d’agir, de vivre. Préparer la génération des e-leaders de demain, c’est le sens de la réflexion prospective de L’Association Pasc@line sur l’e-leadership.

Former à l’e-leadership vise à préparer les futures générations de cadres capables d’intégrer dans la stratégie et l’organisation de la société, de l’économie, de l’entreprise, une approche innovante, fondée sur le numérique. Au sens des recommandations de la Commission Européenne, une telle formation porte sur des compétences et des aptitudes transverses, et le rapprochement entre l’enseignement des technologies et des sciences au sens large avec les sciences sociales apparait ainsi comme une nécessite. Former au e-leadership nécessite donc de décloisonner les formations : tout en maintenant à niveau les compétences techniques, les formations continues devraient mieux intégrer les formations spécialisées qui permettront aux futurs cadres d’avoir une vision plus systémique et tournée vers le management de projets complexes. Cette approche prendra son véritable sens grâce à l’hybridation des projets pédagogiques entre écoles d’ingénieurs et de management.

Plusieurs axes de réflexion sont envisageables : la mise en place de mastères spécialises en co-entreprise avec de grands groupes ou la création de MBA de e-leadership. L’implication des écoles de management, des Instituts d’Administration des Entreprises (IAE) et des Unités de Formation et de Recherche en Sciences Humaines & Sociales (UFR) est essentielle. La création d’un "Executive mastère spécialisé" pourrait naitre de cette coopération. Ces reformes devront s’appuyer sur le triptyque fondamental : connaissances, aptitudes et compétences.

L’annonce en 2011 de l’appel à projets "Initiatives d’excellence en formations innovantes" (IDEFI) ouvre la porte a des formations intégrant les sciences technologiques, managériales, humaines et sociales, comme les projets ADICODE (ISEN et HEI) – FINMINA (Supelec Rennes en partenariat) - INNOVENT-E (CESI) – PLACIS (EISTI en partenariat) et VPE (ECE), impliquant tous des établissements adhérents à l’Association Pasc@line. En conclusion, Alain Bravo souligne : « Il manque clairement en France une approche pour la diffusion de la culture numérique et en particulier une formation intégrant les compétences et connaissances nécessaires pour s’adapter à l’évolution de l’économie. Il est ainsi légitime de s’interroger sur la prise en compte des grands enjeux de société à tous les niveaux du système d’éducation et de formation. Le décloisonnement des formations entre l’enseignement des technologies et des sciences en général et le management permettra de donner naissance à la nouvelle génération de e-leaders dont les entreprises vont avoir besoin dans les années à venir. »


Vos commentaires

Posté le 20 juin 2012 à 07:48 , par association EPI

Communiqué de l’association
Enseignement Public et Informatique (EPI)
***********************************************
L’impérieuse nécessité d’une réindustrialisation de la France fait actuellement l’unanimité. Rappelons que la place éminente de notre pays dans les deux premières révolutions industrielles s’explique notamment par l’excellence de notre formation dans les sciences qui ont sous-tendu ces révolutions. La révolution industrielle que nous vivons aujourd’hui prend pour beaucoup sa source dans l’informatique et les sciences et techniques connexes. L’informatisation est la forme contemporaine de l’industrialisation et de l’innovation. Il est indispensable aujourd’hui d’initier le plus grand nombre aux notions fondamentales de l’informatique : celles d’algorithme et de programme, de réseau et de protocole, d’information et de communication, de données et de formats, etc.
Les insuffisances en matière d’innovation dans notre pays tiennent pour beaucoup à la faiblesse de la culture générale en informatique de nos ingénieurs, techniciens et dirigeants. Les pays émergents, comme la Chine, l’Inde ou le Brésil ont compris tout l’intérêt d’investir dans l’enseignement de l’informatique.
Ajoutons que cette culture informatique concerne non seulement le monde du travail, mais aussi tous les citoyens afin qu’ils puissent véritablement exercer leurs droits et leurs devoirs en toute connaissance.
La création d’un enseignement de spécialité optionnel « Informatique et Sciences du Numérique » (ISN) en Terminale S pour la rentrée 2012 constitue un premier pas important Il a été récemment amplifié par les annonces de François Hollande et Vincent Peillon : « L’école du XXIe siècle doit se mettre à l’heure du numérique. (...) Ceux qui le souhaitent auront donc la possibilité d’accéder à une initiation aux langages informatiques et à la programmation, au sein des options "spécialité numérique" que nous étendrons à l’ensemble des séries des baccalauréats général et technologique. ».

L’informatique doit devenir une discipline scientifique et technique enseignée à tous par des spécialistes reconnus comme tels.

L’EPI demande, avec ses partenaires, que les mesures qui suivent soient prises dans la législature à venir :
- Qu’au lycée, cette option « ISN » devienne un enseignement obligatoire en terminale scientifique puis en première. Qu’une option puis un enseignement obligatoire soient créés dans les séries ES et L, d’abord en terminale puis en première. Enfin que soit mis en place un enseignement pour tous en seconde.
- Qu’au collège, un enseignement de l’informatique soit assuré pour tous, par exemple selon une modalité où l’informatique représenterait de l’ordre de 40 % des contenus de la discipline Technologie. Une formation complémentaire en informatique devant être donnée aux enseignants de cette discipline.
- Qu’à l’école primaire, une initiation à l’informatique, science et technique, soit faite pour tous.
Que pour les formations initiale et continue des enseignants, soient créés un Capes et une Agrégation.

Paris, le 16 juin 2012
Association Enseignement Public et Informatique (EPI)


Les propositions ci-dessus avaient, par ailleurs, été soumises aux candidats à l’élection prési-dentielle conjointement avec le groupe ITIC-EPI-SPECIF, le Président de l’association SPECIF, Gérard Berry, Gilles Dowek et Maurice Nivat, en même temps que des questions et demandes de rencontres [1]. Elles ont été adressées le 31 mai 2012 à Vincent Peillon, ministre de l’Education nationale ; Serge Abiteboul, membre de l’Académie des Sciences, Professeur au Collège de France, se joignant aux signataires.

NOTE

[1] Courrier de l’EPI, du Groupe ITIC-EPI-SPECIF et de :
- Jean-Pierre Archambault, Président de l’EPI (Enseignement Public et Informatique)
- Gérard Berry, membre de l’Académie des Sciences, Professeur au Collège de France, membre d’honneur de l’EPI
- Colin de La Higuera, Président de la Société des Personnels Enseignants et Chercheurs en Informatique de France (SPECIF)
- Gilles Dowek, Directeur de recherche à l’INRIA, Grand Prix de philosophie de l’Académie Française
- Maurice Nivat, membre de l’Académie des Sciences, membre d’honneur de l’EPI.
Voir : http://www.epi.asso.fr/revue/docu/d...


Posté le 28 juin 2012 à 18:08 , par TALCOD

Cet article est très intéressant ! Je vous recommande la lecture de ce texte intitulé "Appel à la production de biens communs immatériels" dont la thématique centrale semble apporter un nouvel éclairage aux problématiques évoquées ci-dessus.

=> http://www.tala.coop/page/produire-...

Bonne continuation à l’Association Pasc@line !


Moteur de recherche

Recherche simple
Soutenez Place Publique

Dans la même thématique (Education)


Dans la même thématique (Sciences et société)