L'Observatoire

Education

Citoyenneté

diminuer augmenter Bookmark and Share

Immigration : les jeunes diplômés étrangers ne sont pas bienvenus en France

Caroline de Hugo, le 16/10/2011

Le ministère de l’intérieur empêche les jeunes diplômés étrangers d’obtenir le changement de statut nécessaire pour pouvoir travailler en France

Non content d’expulser les immigrés clandestins, (l’objectif minimum “d’éloignements d’illégaux, impérieux à atteindre“ d’après lui a été fixé à 28.000 au minimum pour 2011), notre ministre de l’Intérieur a récemment décidé de faire diminuer l’immigration légale. Mu par la même logique comptable, son objectif déclaré est de ramener “dans un premier temps”, les titres de séjour délivrés par la France de 200.000 à 180.000 par an.

Comment s’y prendre ? Et bien en empêchant notamment les jeunes diplômés étrangers d’obtenir le statut nécessaire pour pouvoir travailler chez nous. Ils sont 280.000 étudiants étrangers (dont 40% de doctorants), ce qui fait de nous le troisième pays d’accueil après les Etats-Unis et l’Angleterre. Une véritable richesse culturelle pour notre pays, et un vivier de main d’œuvre super qualifiée pour nos entreprises et nos laboratoires de recherche ? Et bien non, pense monsieur Guéant qui déclarait début mai au Grand rendez-vous Europe1/Le Parisien : "Contrairement à une légende, il est inexact que nous ayons besoin de talents, de compétences" issues de l’immigration. Du coup, le 31 mai dernier, il a publié une circulaire. De quoi s’agissait-il ? De bloquer les demandes d’autorisation de travail des étrangers non européens, qui désirent rester en France après leur diplôme supérieur.

Le 11 août, en pleine trêve estivale, le même Claude Guéant a pris un arrêté qui limite à 14 la liste des métiers auxquels peuvent postuler les étrangers en France, sous réserve d’être payé un minimum de 1500 euros par mois. Pour tous les autres, il faut que l’entreprise qui souhaite embaucher un étranger prouve qu’elle n’a pas trouvé de candidat français valable ! Ainsi s’applique désormais au marché du travail ce que d’aucuns appellent la préférence nationale.

Enfin, pour peaufiner encore cette politique anti immigration en vue des élections présidentielles, un décret publié en septembre relève le niveau des conditions de ressources exigées aux étudiants qui veulent suivre des études en France à plus de 1500 euros par mois ! Le sésame du titre de séjour devient ainsi inaccessible pour la plupart des étudiants de valeur aux revenus modestes, issus des pays du tiers monde.
Résultat des courses ? Ils sont des centaines de jeunes talents étrangers désireux de mettre leurs compétences au service de notre pays, qui se retrouveront ipso facto hors la loi.

Cette situation ubuesque a récemment fait réagir les présidents des Grandes Écoles et des Universités, ainsi que le Collectif 31 mai (composé de diplômés étrangers de Sciences Po, Polytechnique, HEC, Essec,… ). Laurent Wauquiez, le ministre de l’enseignement Supérieur leur a répondu qu’il se refusait à faire abroger la circulaire Guéant, tout en concédant qu’il « fallait la corriger » et que « des directives seront données aux préfets », afin que le texte « ne soit pas sur interprété comme il l’a été ». Les centaines de diplômés étrangers dont les dossiers sont toujours bloqués en préfecture apprécieront ! D’autant que le silence des différents candidats à la primaire socialiste sur le sujet a été pour le moins assourdissant…

Espérons que la campagne électorale, sera l’occasion de porter le débat sur l’ouverture de notre pays à tous les talents, d’où qu’ils viennent.

Lire aussi :
Immigration : welcome dans la forteresse


Vos commentaires

Posté le 16 octobre 2011 à 19:05 , par Bertrand

On retrouve dans cet article toutes les tristes erreurs sur ce sujet.
Tout d’abord la citoyenneté : un pays souverain accueille les étrangers qu’il veut, sinon il n’est plus souverain. Par exemple, il n’y a pas d’immigrés au Japon, c’est son droit. A partir du moment où la France dit non, c’est non ou on se trouve en face d’une agression. La France peut accepter de former des étrangers selon les accord qu’elle à librement signé, sans pour autant admettre les diplômés par la suite en France, et ce d’autant plus que ces diplômes sont censés utiles au pays d’origine. Et enfin, dernier point, les diplômés étrangers ne sont pas les bienvenus en France pour la raison suivante, et c’est TRES TRISTE : les diplômés tout court ne sont pas les bienvenus en France, et notamment dans les entreprises. Les diplômés français trouvent difficilement à travailler en France, souvent ils s’exilent aux E.U ou dans des pays plus clairvoyants. Alors si les entreprises militent pour infléchir la circulaire de Guéant, ce n’est pas par éthique, ce n’est pas parce qu’elles manquent de ce type de ressources, mais uniquement pour augmenter l’offre et baisser les salaires. Tout le monde le sait, d’où la question : qui finance le journal et C de Hugo pour marteler toujours cette indignation larvée anticitoyenne ?


Il est amusant de retrouver dans ce commentaire les arguties bancales d’une droite qui aimerait se réclamer de pragmatisme, mais qui tombe malheureusement souvent dans la bêtise... Tout compte fait c’est navrant.
Tout d’abord nul ne nie à la France sa souveraineté, mais en tant que citoyen Français (soyez soulagé), j’aspire juste à un minimum de sens commun dans la gestion de notre pays. S’il vous parait logique de dépenser des dizaines de milliers d’euros par étudiant et par année, ensuite en master puis doctorat à former des étrangers, pour ensuite les renvoyer dans leur pays, j’ai bien de la peine pour vous...
Il est faux qu’il n’y a pas d’immigrés au Japon, j’en connais, peut être sont ils peu nombreux, de toutes façons le Japon n’est pas logé à l’enseigne de la France, qui est depuis longtemps une terre d’immigration, cela n’a aucun sens de les comparer.
Enfin, cessez donc avec ces thèses conspirationnistes, vous vous ridiculisez...


François le Français - 2011-10-16 22:04:17

Bertrand, vous vous inquiétez de savoir qui sont mes sponsors ? Et bien, Place Publique étant un site citoyen, sachez que j’écris, en tant que journaliste ET citoyenne, comme tous les auteurs contributeurs, bénévolement... Et oui, cela vous étonne peut-être, mais nous sommes encore dans une démocratie où tout ne se monnaye pas encore...


caroline de Hugo - 2011-10-16 22:28:53

La France a colonisé la majeure partie des pays d’origine des étudiants immigrés...qu’elle l’assume à présent. Elle a détruit ces pays et par conséquent leurs populations pendant au moins un demi-siècle et il est temps d’assumer. Plus grave encore, elle continue à le faire à travers la Francafrique qui n’a jamais été aussi virulente qu’actuellement. Si les dirigeants français ont décidé de provoquer et/ou soutenir des guerres civiles et des coups d’état dans plusieurs pays d’Afrique, qu’elle ne s’étonne pas de voir les immigrés issus de ces pays ne pas vouloir rentrer chez eux... pour chômer, voire mourir ! En tant qu’étranger, je suis plus ou moins pour la politique intérieure française car il est vrai que moi-même suis des fois dégoûté par le comportement de certains étrangers (surtout ceux qui ont été naturalisés car les titulaires des ces fameuses cartes de séjour sont souvent plus discrets) mais la politique étrangère de la France, notamment en Afrique demeure une HONTE pour la nation française. N’oubliez pas qu’il y a plusieurs millions de français en Afrique et qu’il ne vivent pas la même angoisse qu’endurent les étrangers en France au quotidien...enfin, jusqu’à maintenant !


Océan Indien - 2011-10-17 13:58:16

Je tiens à préciser, pour que chacun de nous le sache une bonne fois pour toute, que les petits conforts que les occidentaux ne cessent de pleurer et qu’ils ne veulent pas partager avec les "étrangers"n’existeraient même pas sans l’Afrique subsaharienne où ils n’arrêtent pas de piller les richesses naturelles, alors arrêtez de penser que les étrangers vous piquent vos avantages, croyez-moi, eux et leurs pays vous donnent beaucoup plus que ce que la France entière peut leur donner. Commencez à retirer vos Total, Areva, Bouygues, Vinci, PPR, LVMH, Suez, Veolia, Arcelor, etc d’Afrique et on en reparlera.
A bon entendeur.


Ocean Indien - 2011-10-17 19:26:26

Le Japon comptait 2 217 000 étrangers à la fin 2008, source wiki.
Mon frère a eu une proposition de chercheur, également au Japon.


TotoMat - 2011-10-18 16:36:01
Posté le 22 octobre 2011 à 21:55 , par francais du monde

Géant est un néant ! Il aurait peut être pu être un géant, mais c’est raté : c’est un ignorant inculte sans autre culture que sa petite étroitesse locale : si il avait pu comprendre ce que représente la France pour les étrangers et notamment ceux des anciennes colonies il aurait ouvert les portes au lieu de les fermer et il aurait fermé sa bouche au lieu de l’ouvrir.
Si la France n’a plus de capacité d’accueil pour la dynamique entreprenariale de ses étudiants français et étrangers c’est qu’elle est dans une situation qui ne fera que s’aggraver car le moteur de l’économie c’est eux : les entreprises ne sont que la masse en mouvement et sans renouvellement elle ralentira encore.
Où sont déjà les acteurs les plus dynamiques de l’économie française ? à l’étranger pour conquérir des marchés et développer des activités de productions rentables.
Où iront les plus brillants étudiants finir leur études et créer des liens productifs ? partout sauf dans la France de Guéant et Le Penn. Au revoir !...


Moteur de recherche

Recherche simple
Soutenez Place Publique

Dans la même thématique (Education)


Dans la même thématique (Citoyenneté)