L'Observatoire

Géopolitiques

diminuer augmenter Bookmark and Share

Grèce : « je n’ai pas peur pour la démocratie » Entretien avec un duo de chanteuses célèbres, Haris Alexiou et Dimitra Galani

par Jean-Louis Lemarchand, le 26/10/2012

Entretien avec un duo de chanteuses célèbres, Haris Alexiou et Dimitra Galani

Grandes vedettes de la chanson en Grèce, Haris Alexiou et Dimitra Galani ont commencé leur carrière sous la dictature militaire et connu alors, au début des années 70, le régime de la censure.

C’est avec gravité mais sérénité que les deux chanteuses évoquent la situation actuelle de leur pays dans un entretien accordé à la veille d’un concert en duo à l’Olympia.

Place Publique : La Grèce risque-t-il de sombrer dans l’anarchie ou de céder aux extrémismes ?
Haris Alexiou : La crise est grave et frappe tout le monde, y compris les artistes. Mais le peuple grec n’a pas changé. Nous allons surmonter la crise comme nous avons surmonté dans le passé les dictatures.
Dimitra Galani : La Grèce n’a jamais été un pays calme (sourires). Nous avons du affronter les guerres, la dictature militaire. La grande différence c’est qu’aujourd’hui nous ne connaissons pas l’ennemi ! Est-ce le gouvernement ? l’Union Européenne ? Le monde de la finance ? La vérité c’est que nous ne savons pas vraiment qui dirige dans notre pays.
HA : Je n’ai pas peur pour la démocratie. Elle est née en Grèce et elle résistera. Le peuple, qui se sent profondément européen, est très fier et nous allons recréer notre pays.
DG : Pour faire face à la situation, nous, les Grecs, n’avons pas peur de travailler plus, de faire des efforts. Mais, ce n’est pas une solution, comme vous dites en France, de « mourir guéri ».

Place Publique : Quelle attitude un artiste peut-il adopter dans une telle situation ?
Haris Alexiou : Nous sommes des chanteuses à textes (ndlr : des textes de Mikis Theodorakis par exemple figurent à leur répertoire). C’est là notre engagement. Nous devons continuer à chanter, à donner des concerts. Notre arme c’est l’art.
Dimitra Galani  : La situation est grave mais le public a besoin de l’art. Nous avons l’opportunité de pouvoir nous exprimer, c’est un privilège et nous en sommes bien conscientes. Nous chantons pour le peuple.

En concert à l’Olympia (Paris) le 28 octobre (20h30) pour présenter leur dernier album Haris Alexiou et Dimitra Galani en duo. Live 2012 . EMI.


Vos commentaires

Moteur de recherche

Recherche simple
Soutenez Place Publique

Dans la même thématique (Géopolitiques)