L'Observatoire

Générations

diminuer augmenter Bookmark and Share

Génération Y : on vous ment, on vous spolie et surtout on vous manipule avec le sourire

Par Vincent Edin et Bruno Humbert, le 18/01/2012

Encensés par les mêmes hypocrites qui ne leur ont pas fait de place, les jeunes de la génération Y réagissent comme n’importe quelle minorité assiégée : en se radicalisant et se refermant. Une attitude peu pérenne : en misant tout sur leur âge, ils sont condamnés à une obsolescence rapide. On est toujours le vieux de quelqu’un, chers jeunes…

Il y a un paradoxe pour les jeunes des pays riches : on les adule et on les méprise. Pour la première fois de l’histoire, la fin de la vitalité démographique couplée à l’allongement de l’espérance de vie font des jeunes une minorité. Une minorité choyée car il faut bien porter le système, payer les retraites et entreprendre ; il nous faut donc que ces quelques têtes soient bien faites, bien pleines et parées au combat.
Dans le même temps, les baby boomers ne leur ont guère fait de place et laissé un trousseau de mariage bien terne : un chômage deux fois plus important pour eux que les autres tranches d’âge, une difficulté aigüe pour se loger et une certaine atonie économique. Pour couronner l’indigeste gâteau offert aux jeunes, concédons-leur que les choix politiques dont ils disposent, peu différents, sont de nature à susciter un enthousiasme discret.

Il faudrait être aveugle ou de mauvaise foi pour ne pas voir les problèmes particuliers qu’affrontent cette génération ; la charge est lourde, et façonne les regards que les jeunes posent sur leurs aînés. La montée en puissance des Indignés, consécutive à des mouvements tels que Génération Précaire, Jeudi Noir et autre montre face caméra le visage d’une jeunesse française en larmes ; d’un point de vue chiffré, la photo est tristement réaliste. Et encore, les larmes sont l’expression d’une douleur, donc d’une réaction. Combien de jeunes, en revanche, ne sont même plus capables de cette émotion, tant l’incapacité de se projeter dans le futur les vide d’émotions, positives comme négatives, d’ailleurs…

On sait depuis les romains que pour éviter la rébellion d’un peuple exploité il lui faut du pain et des jeux. On sait aussi que quand le système se modernise, il vend des histoires extraordinaires pour faire oublier l’ordinaire inacceptable décrit avant. Chez les communistes, cela donnait Stakhanov, pour les libéraux, c’est la génération Y… Ho, les jeunes, réveillez vous : la génération Y n’existe pas ! C’est un hoax, un fail, une énorme LOL story, sauf qu’il n’y a pas de quoi être MDR… Derrière cet énorme crack, on retrouve des storytellers, publics comme privés, qui ont promu ce non sens sociologique qu’est la Génération Y. Exit Zola, welcome Zuckerberg !

Oubliez l’intérieur délabré qu’on vous laisse et regardez la belle façade qu’on vous offre : vous, les Y Français allez conquérir le monde ! Ecoutez-les, ils vous disent surdiplômés, pluriculturels, multiples identitaires, modernes, connectés avec le monde entier (et ses environs) , capables de réfléchir de façon horizontale, et parés de tant d’autres vertus… rêvez en paix, le système vous détend, à défaut de vous attendre. Ecoutez les patrons de grands groupes quand ils s’adressent à vous, ils parlent de « talents wars », ouais, il y a une guerre des talents et ils rivalisent d’imagination pour vous attirer… Vous allez gober ça ?
Demandez leur plutôt pourquoi vous êtes deux fois plus au chômage que les autres (comme les séniors, d’ailleurs) et si vous êtes si nombreux à les intéresser, pourquoi ne vous proposent-ils que des stages, et quand ils vous embauchent en CDD, ils vous sous-paient avec, comme argument « il y en a 10 qui attendent dehors au même prix… ».

La Génération Y, les 18-34 ans d’après ce que l’on en sait, sceptique sur sa capacité à changer le monde, méfiante envers le pouvoir et la capacité au bonheur, exhibe crânement ce qu’elle est sûre de posséder contrairement aux autres : son âge. Ils vous ont monté le bourrichon sur cet âge qu’ils ont perdu mais en refusant de l’avouer : du coup, ils vous exposent partout.

La jeunesse est sur tous les écrans, tous les tubes, tous les magazines, mais ce n’est pas elle qui choisit ceux qui sont les vainqueurs de cette loterie de la misère générationnelle… Vous ne voyez pas ça et vous imaginez tous, vous aussi, vainqueur demain de cet Euromillion. Du coup, ça vous enivre et vous vous sentez invincibles. Pas de pot, c’est pas vrai. Les racistes se trompent de colère comme disait Senghor, en vous comportant en âgistes, vous aussi, vous trompez d’adversaire !

L’un des deux auteurs de cette chronique (pas de délation) né en 1979, devrait en théorie appartenir à la génération Y, mais enseignant à des étudiants nés pour certains après 1990, lui font bien comprendre que non… Des remarques telles que « le streetwear vous donne l’air jeune » sont nimbées d’une intelligence discrète(ou peut être horizontale ?), mais sont leur voie d’échange la plus courante. C’est sans importance, mais cela peut rapidement devenir problématique. Quand tout réseau se cloisonne sur des critères d’âge et de codes, on prend deux risques évidents. Primo, celui de vite être le vieux de quelqu’un. Deuxio, celui de la vacuité car à ne s’entourer que de ses semblables, on tourne à vide…

Pour finir, deux citations, une affaire de vieux sans doute. D’abord, le grand Aragon interrogé sur le vieillissement disait « je n’ai jamais eu l’âge de mon état civil », version élégante et polie, mais au fond assez similaire de ce que chantait notre maître, Georges Brassens : « Le temps ne fait rien à l’affaire, quand on est con on est con ». C’était vrai hier, ça l’est encore aujourd’hui et bien parti, malheureusement, pour le rester demain. A bons entendeurs, s’ils ont ôté leurs écouteurs bien sûr, nous les attendons pour aller voir comment demain, ensemble, nous pourrons forcer les marionnettistes à une meilleure répartition du gâteau. Vous voyez, on reste réaliste, on demande l’impossible, rejoignez-nous !

Vincent Edin est journaliste indépendant, Bruno Humbert est président d’Equitel


Vos commentaires

Posté le 31 janvier 2012 à 18:54 , par Anne-Marie Béneix

Honnêtement, je n’ai rien à dire. En même temps vous m’obsédez. Je me sens tellement solidaire des propos tenus sur votre site. J’ai vu monter ce grand-n’importe-quoi que nous vivons. De toutes mes forces j’ai essayé de secouer les "autorités" mais elles ne comprennent rien. Au point que je crois que l’autorité n’est que du vent. Nous aimerions pouvoir compter sur ceux qui nous gouvernent, mais il ne sert à rien de compter sur eux : il n’y a pas d’autorité. C’est à nous, à notre "bonne volonté" de décider ce que nous allons faire. Je confirme que l’argent régit tout et ça, je ne le veux pas. J’ai lu l’article sur la justice et c’est ça qui m’a décidé à écrire même si je n’ai rien à dire.
Sauf que la souffrance est si grande qu’elle me laisse sans voix, sauf que l’on peut assigner l’enfer sur la terre, que des humains choisissent de mourir parce qu’il n’y a plus d’espérance pour eux, et que nous détruisons la planète pour en faire de l’argent. Oui, je crois que l’enfer est sur la terre.
Je ne crois pas que nous soyons exceptionnels, je crois simplement que nous sommes arrivés à un point où notre détermination peut faire basculer le cours des évènements. J’ai bien réfléchi, la souffrance nous a lessivé, rongé jusqu’à l’os, il n’y a plus de chair intact, il n’y a plus de chair du tout, alors comme cette vision d’Ezéchiel, nous allons nous lever le 14 Février, jour de la St Valentin pour supprimer l’argent. Puisque nous voulons encore que la vie ait un sens, que nous voulons un monde où la justice et la vérité règnent, nous avons le devoir de rendre ce monde libre et gratuit. Au moins les trafics d’armes, de drogues, d’êtres humains disparaîtront et l’arrogance des "pouvoirs" (politiques, financiers, économiques) s’effondrera. Nous avons connu "l’ordre établi" mais ce n’est que chaos. Il y a l’ordre de l’amour et de la gratuité qui n’a pas été essayé. Si, comme je l’affirme, l’autorité n’existe pas, il n’y a rien au-dessus de nos têtes et rien qui puisse empêcher notre réussite puisque nous investissons dans ce qui est vivant.
Les valeurs, les vraies sont l’espérance et la confiance. Tous les matins se lever et offrir son aide, veiller à ce que chacun autour de soi reçoive ce dont il a besoin. Il ne peut y avoir d’abus puisque l’Etat va disparaître très vite, l’argent n’ayant plus cours. Plus de mensonge puisqu’il n’y a aucune raison de mentir. Se souvenir qu’il n’y a qu’une planète sur laquelle chacun est indispensable, chacun doit y trouver sa place sans avoir à se bagarrer ; mais aussi rien de figé, les humains aiment changer leur horizon.
L’amour, n’est rien d’autre que l’exercice de la liberté, c’est le dépassement de soi. Et pourquoi voulons-nous nous dépasser ? Pour permettre aux générations à venir de respirer librement, de s’investir là où la vie l’appellera. Chacun a vocation à la liberté, de plus, je ne connais pas 1 individu qui ne souhaite pas être libre. Mais la liberté n’a jamais signifiait "je fais ce que je veux" mais "je fais ce que je dois" comme chaque être vivant doit remplir sa fonction : les végétaux ont grâce à la chlorophylle permit le règne animal, les animaux parce qu’ils se déplacent transportent les graines et multiplient formes et couleurs, l’être humain doit à son tour apporter la joie, la justice, l’amour, la vérité. Il nous appartient d’enlever le joug qui écrase, asservit, corrompt, humilie, je parle de l’argent. Nous sommes capables d’avoir des échanges de bonne foi, pourquoi faudrait-il qu’ils soient tarifés ? Sommes-nous des mercenaires ?
Hier encore nous acceptions d’être évalué par de l’argent, mais nous décidons qu’à partir du 14 février ce temps sera clos.
Soit ceux qui se prennent pour "autorité" mettent en place une économie qui ne prenne plus les êtres vivants en otage et ceci sur toute la terre car nous exigeons que l’égalité devant la vie soit respectée,(nous sommes tous frères et soeurs et il n’y a plus d’exclusion) alors l’argent ne sert qu’aux "personnes morales", soit nous nous passons d’eux. Personnellement je souhaite me débarrasser des illusions symboliques, de tout ce qui n’est pas en pris directe avec la vie. Mais ils ont 13 jours à se décider sur ce qu’ils veulent faire.
Nous, mettons en place des forums ouverts partout sur le territoire pour rendre le monde libre et gratuit, c’est le moment de voir l’intelligence collective en action. Et si vous n’êtes pas convaincus de la nécessité de changer le monde, voici ce que disait J. Rostand devant la tribune des Nations -Unies :" J’ignore quel sera le système d’économie le plus apte à assurer l’équitable distribution des biens matériels et spirituels  ; mais je suis à peu prés sûr que l’époque ne peut plus être lointaine où l’on s’étonnera que durant tant de siècles, tant de choses aient pu rester le privilège de si peu de gens, et que la société ait pu se partager en groupes si inégalement traités qu’on y différait, par le quotient intellectuel, par la résistance aux maladies, par le taux de criminalité." Voilà le but. Nous y arriverons, l’espoir le plus dépourvu de fondement est plus fondé que le désespoir le plus raisonnable disait R. Wurmbrand


Moteur de recherche

Recherche simple
Soutenez Place Publique

Dans la même thématique (Générations)