L'Observatoire

Villes en mouvement

diminuer augmenter Bookmark and Share

Europe : La fin des voitures dans les villes en 2050 .

Place publique, le 4/04/2011

Une Feuille de route européenne préconise une transformation radicale dans le système européen de transport

La Commission européenne a adopté une stratégie globale (Transport 2050) pour un système de transports concurrentiels qui permettront d’accroître la mobilité, d’éliminer les obstacles majeurs dans des domaines clés et d’alimenter la croissance et l’emploi. Dans le même temps, elle propose de réduire considérablement la dépendance de l’Europe sur les importations de pétrole et de réduire les émissions de carbone dans le transport de 60% d’ici 2050.

En 2050, les objectifs principaux seront les suivants :

L’Union européenne, qui a consacré 5 milliards de son plan de relance à la voiture verte, entend supprimer les véhicules à carburant traditionnel dans les villes.

Il s’agira aussi de porter à 40 % l’utilisation des carburants durables à faible teneur en carbone dans l’aviation et de réduire d’au moins 40 % les émissions dues au transport maritime.

50 % du transport routier de passagers et de fret sur moyenne distance devra aussi s’effectuer par voie ferrée et par voie navigable.

Enfin, l’objectif est également d’obtenir, grâce à ces mesures, une réduction de 60 % des émissions liées aux transports d’ici le milieu du siècle

Selon le vice-président Siim Kallas, chargé des transports , "Transports 2050" constitue une feuille de route pour la mise en place d’un secteur des transports compétitif qui permette une plus grande mobilité tout en produisant moins d’émissions. Nous pouvons et devons réaliser simultanément ces deux objectifs. L’idée, largement répandue, que la lutte contre le changement climatique impose de réduire les déplacements est tout simplement fausse. L’Europe a absolument besoin de systèmes de transport compétitifs pour pouvoir affronter la concurrence au niveau mondial, soutenir sa croissance économique, créer des emplois et assurer la qualité de vie au quotidien de sa population. Freiner la mobilité n’est pas une option, pas plus que le statu quo. Nous pouvons réduire la dépendance de notre système de transport à l’égard du pétrole sans sacrifier son efficacité ni compromettre la mobilité. Tout le monde y gagnera..


Vos commentaires

Moteur de recherche

Recherche simple
Soutenez Place Publique

Dans la même thématique (Villes en mouvement)