L'Observatoire

Géopolitiques

diminuer augmenter Bookmark and Share

Crise en Grèce : Bons baisers d’Heraklion

par Pierre Village, le 10/07/2011

Pendant les émeutes d’Athènes, les plages crétoises affichent une sérénité ensoleillée. Au bénéfice des touristes de tous pays.

N’était-ce la grève générale qui perturba ce jour les plans de vols à l’aéroport d’Heraklion, les touristes n’auront guère trouvé de contretemps lors de leur séjour estival. L’atmosphère était même bon enfant ce 28 juin devant les guichets des compagnies d’aviation. Les russes en partance pour Kaliningrad et les britanniques pour Leeds faisaient contre mauvaise fortune bon cœur. Guère perturbés par les scènes d’affrontements police-manifestants à Athènes passant en boucle sur les écrans de TV, ils dévalisaient les boutiques, goûtant spécialement à l’ouzo ou au raki, les (fortes) boissons locales. Vision idyllique faussée d’un voyageur qui tel cet anglais à Paris en 1789 décrivait une capitale en tout point délicieuse ? Peut-être. Toujours est-il que les hauts lieux du tourisme crétois ne semblaient guère pâtir de cette atmosphère quasi-insurrectionnelle constatée dans la capitale grecque.

A Xania, l’ancienne La Canée, les terrasses ne désemplissaient pas et les « rabatteurs » des tavernes n’étaient pas plus agressifs que d’habitude. Sur les plages voisines (notre photo), les loueurs de parasols et chaises longues attendaient flegmatiquement les fans de bronzage. Etrangers pour la plupart en ce milieu de semaine pré-vacances scolaires. Pas de xénophobie ici dans le berceau de la démocratie. Le tavernier offre souvent la pâtisserie et (ou) le carafon de raki en fin de repas au client…même s’il ne comprend pas un traître mot de la langue de Socrate.

On assiste là au spectacle d’une certaine mondialisation au quotidien. Les africains passent en proposant des montres et les chinois des massages (30 euros les 50 mn !) comme sur toutes les plages de la Méditerranée. L’hôtel de luxe proche, tenu par un couple gréco-allemand, accueille quasi exclusivement des compatriotes d’Angela Merkel. Le guide touristique américain déniché à la bibliothèque d’un autre établissement est imprimé en Chine. Heureusement les produits à la carte sont d’origine locale et on signale même d’un astérisque les poissons congelés !

Certes le taux normal de la TVA, à 23 %, vient rappeler la réalité de l’état des finances publiques. Mais pour le touriste étranger la note est rarement salée. Pour l’autochtone, la facture présentée par les « chefs » de l’Union Européenne et du FMI, elle, promet d’être bien saumâtre ! Et la cure prescrite aura des effets bien différents du fameux régime crétois, gage de longévité, et tant vanté par les magazines féminins !


Vos commentaires

Moteur de recherche

Recherche simple
Soutenez Place Publique

Dans la même thématique (Géopolitiques)