L'Observatoire

Economie et social

diminuer augmenter Bookmark and Share

Coopaname, le refus du chacun pour soi

Place publique, le 3/05/2011

Dans ce livre sur l’expérience de Coopaname, l’auteur met en évidence l’engagement politique des coopératifs d’activité et d’emploi."

"Aux entreprenants associés - La coopérative d’activités et d’emploi " *, ©Les Editions REPAS. Vente en ligne - www.aux-entreprenants-associes.fr

Qu’est-ce qu’une coopérative d’activités et d’emploi (CAE) ? Où puise-t-elle ses sources et comment est-elle née ? Quel est son fonctionnement ? Pourquoi faire le choix d’entreprendre durablement au sein d’une CAE plutôt que de créer sa propre entreprise ?

Dans cet ouvrage clair et didactique, ponctué de nombreux témoignages, Elisabeth Bost, femme tenace et de conviction, explique tout autant le fonctionnement pratique de la coopérative d’activité et d’emploi que le projet politique qui la sous-tend.

"A l’heure où le capitalisme dévoile avec violence la déshumanisation qui lui est inhérente, est-il encore envisageable d’associer ces deux termes : travail et rêve ?" C’est ce qu’affirme avec force Elisabeth Bost.

« L’histoire des coopératives d’activités et d’emploi illustre magnifiquement la "méthode du REV" de mon ami Patrick Viveret, souligne Hugues Sibille. REV comme : Résistance - Expérimentation - Vision. Les CAE résistent au chômage, à l’individualisme, à la pensée unique. Elles refusent un chacun pour soi ambiant. Mais elles n’en restent pas à la résistance, elles expérimentent, elles se coltinent le réel, elles mettent les mains dans le cambouis. Ce qu’elles expérimentent ce sont d’autres rapports sociaux, une autre vision entrepreneuriale. »

« Elisabeth Bost nous a magnifiquement présenté la jeune mais déjà riche histoire des coopératives d’activités et d’emploi (...), ajoute Jean-François Draperi. Celles-ci ne travaillent pas en vue de la multiplication des entreprises – selon une lecture communément admise qui affirme que notre société manquerait d’entrepreneurs et d’entreprises – mais pour développer les pratiques coopératives. C’est en effet moins d’entreprises dont notre société a besoin que de coopération entre les personnes et entre les entreprises.. »

Dans la première partie, l’auteur se concentre sur le parcours d’entrepreneurs issus des CAE qu’elle connaît particulièrement bien : Cap Services, la première née à Lyon, en 1995, et Coopaname, la plus importante et la plus avancée, située à Paris.

Dans une seconde partie, elle raconte, à travers son propre itinéraire, l’histoire des CAE : comment elles se sont co-construites, les difficultés rencontrées, les combats menés depuis quinze ans et ceux qui restent encore d’actualité.

La troisième partie est consacrée aux enjeux actuels du modèle. Elisabeth Bost * prend appui sur l’expérience de Coopaname dont la croissance rapide et la taille mais aussi l’engagement coopératif l’amène en permanence à se questionner et à innover.

Les conséquences directes et collatérales d’une économie de plus en plus financiarisée et dérégulée offrent un paysage de désolation. Les efforts déployés pour répondre aux problématiques d’emploi et les nombreux dispositifs mis en place s’apparentent pour la plupart à du colmatage social. Le pays s’enorgueillit du nombre de créations de micro et autoentreprises mais quid des risques financiers et psychologiques encourus par ces nouveaux entrepreneurs. Cessons donc de créer des entreprises individuelles * car elles ne sont pas LA solution à une débâcle d’ordre sociétal. Ce dont la société a besoin, c’est de coopération ; ce dont les entreprises ont besoin, c’est de « faire société ».

Parce que les CAE sont fondées sur la confiance et l’échange plutôt que sur un business plan, parce qu’elles apportent sécurité et protection au porteur de projet, parce qu’elles respectent les individualités et le besoin d’autonomie de chacun mais s’appuient sur la richesse du collectif, parce qu’elles s’inscrivent statutairement dans la durée, parce qu’elles valorisent la coopération plutôt que la compétition, elles attirent de plus en plus d’hommes et de femmes qui aspirent à travailler autrement.

La coopérative d’activités et d’emploi est une expérience de coopération qui mène au développement de pratiques coopératives.

1 Elisabeth Bost est à l’initiative de la première CAE à Lyon, Cap Services ; de 2002 à 2007, elle est déléguée générale du réseau Coopérer pour entreprendre ; elle est aussi co-fondatrice et associée de Coopaname.

2 Stéphane Veyer, Cessons de créer des entreprises, in Fondation Prospective et innovation, Impertinences 2010, La documentation française, 2010.


Vos commentaires

Posté le 3 mai 2011 à 10:46 , par Elisabeth Bost

Je vous remercie vivement de votre réactivité et de votre contribution à l’objectif de cet ouvrage qui est d’élargir au plus grand nombre la communication de cette démarche qui après 15 ans reste encore méconnue


Bonjour, Elisabeth. Ici la CAE de Reims !
Nous nous sommes empressés de commander ce livre (enfin sur les CAE !). Comment peut-on te contacter directement par rapport à la contribution que nous souhaitons apporter à la promotion de ce livre ?


Corinne DUMENIL - 2011-05-16 16:32:30

Moteur de recherche

Recherche simple
Soutenez Place Publique

Dans la même thématique (Economie et social)