Vous êtes ici : Accueil /

Fils d’infos

Vieillesse et dépenses de santé : “Pas de déferlante”

L’impact du vieillissement sur la hausse des dépenses de santé "n’a rien d’une déferlante". C’est ce qu’indique le Haut Conseil pour l’avenir de l’assurance maladie (HCAAM) dans un avis adopté à l’unanimité, intitulé "Vieillissement, longévité et assurance maladie : constats et orientations". Les dépenses de santé des moins de 60 ans (54% des dépenses totales) sont supérieures à celles des plus de 60 ans et les dépenses du jeune âge (moins de 10 ans) sont équivalentes à celles du grand âge (85 ans et plus). Quant aux dépenses de la dernière année de vie, elles ne représentent en réalité que 7% à 8% en moyenne de la dépense totale de santé ‘’une vie.
Le HCAAM rappelle que, si les personnes âgées bénéficient "plus que proportionnellement à leur nombre" de la couverture de l’assurance maladie, ceci "ne traduit rien d’autre que la solidarité fondamentale entre bien-portants et malades".
Le véritable enjeu concerne plutôt l’impact du vieillissement sur la répartition entre les différents types de dépenses de soins, qui se traduit notamment par la nette progression des soins infirmiers et de ceux délivrés par les établissements et services médico-sociaux, dont les Ehpad (Etablissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes). Ces dépenses prennent en effet "un poids tout à fait déterminant" au-delà de 80 ans.

Moteur de recherche

Soutenez Place Publique

Initiatives

Zoom sur...

Le Courrier de Bovet

Date de création : 1950 Objectif : Organiser des échanges de correspondance entre des détenus et des personnes prêtes à leur apporter une écoute et un soutien moral (National). Activités : Créé en 1950, le Courrier de Bovet, du nom de sa fondatrice Madame de Bovet, est une association nationale loi 1901 qui propose aux détenus un accompagnement épistolaire afin de faciliter leur (ré)insertion ultérieure. Le Courrier de Bovet souhaite permettre la communication entre deux mondes différents, celui du dehors dont sont privés les détenus et celui du dedans, ignoré des correspondants. Il s’interdit (...)