L'Observatoire

Education

diminuer augmenter Bookmark and Share

Vie lycéenne : restons ambitieux

Point de vue de la Ligue de l’enseignement, le 17/05/2013

Pour relancer la vie lycéenne, la ministre déléguée à la Réussite éducative George Pau-Langevin a annoncé le lancement d’un « Acte II de la vie lycéenne ». Nous sommes satisfaits d’une initiative relative à un sujet sur lequel la Ligue de l’enseignement est mobilisée depuis les débuts.

Une commission, dont la composition a été dévoilée ce lundi, est chargée de rendre un rapport en septembre 2013. Alors que nous comptons plus de2 millions de lycéens en France, le lycée est trop souvent le parent pauvre des politiques éducatives. Le récent rapport sur l’enseignement de la morale laïque révèle une nouvelle fois que la vie lycéenne, outre un manque de moyens, est encore considérée comme optionnelle : c’est pourquoi il est urgent de dresser un véritable bilan de vingt ans d’initiatives et de dispositifs plus ou moins aboutis. En ce sens, la démarche de la ministre nous semble opportune.

Nous nous étonnons toutefois de la composition de la commission, qui ne prévoit pas de représentation des collectivités, comme les conseils régionaux, ni des mouvements éducatifs partenaires de l’école notamment regroupés au sein du Cape*, fortement impliqués aux côtés des personnels et des lycéens sur ces sujets. Nous le regrettons d’autant plus, qu’à l’exemple des autres questions éducatives, le développement de la vie lycéenne nécessite de s’appuyer sur une dynamique partenariale, comme nous y invite le projet de Refondation de l’école.

Pour que notre lycée permette aux jeunes qu’il accueille d’exercer un véritable rôle social et reconnaisse l’utilité de leur implication active et collective, le débat ne peut pas se concentrer uniquement sur les instances représentatives des lycéens et sur un « statut de l’élu ». Le désintérêt des lycéens pour ces instances est bien plus une conséquence de l’incapacité du lycée d’aujourd’hui à répondre aux inégalités sociales (voire à les reproduire) qu’un renoncement à s’engager de la part des jeunes.

Valorisons, de manière moins académique, toutes les formes d’engagement des élèves : clubs, journaux, associations lycéennes… Ouvrons le débat sur l’accompagnement à la prise d’initiatives collectives des lycéens. Travaillons ensemble à la formation des acteurs, dans le cadre de la mise en place des Ecoles supérieures du professorat et de l’éducation (Éspé).

Forts de notre expérience et convaincus que la vie lycéenne est une responsabilité partagée, nous sommes prêts à participer à cette ambition, pour un lycée plus démocratique.

*Collectif des associations partenaires de l’école publique.


Vos commentaires

Moteur de recherche

Recherche simple
Soutenez Place Publique

Dans la même thématique (Education)