Sujet
Réponses
Auteur
Dernier Message
1
Place Publique
Le 9/01/2006 à 05:53
8
Place Publique
Le 15/08/2007 à 13:40
7
Place Publique
Le 14/06/2007 à 12:22
PREMIERE | 1 | 2 | 3 | 4 |> |DERNIERE

Bas de page
Auteur
Pour la liberté d’expression !
Place Publique
lundi 13 février 2006,
12:13

Le Théâtre du Soleil et Ariane Mnouchkine ont offert leur hospitalité à l’Association du Manifeste des libertés pour une soirée de réflexion et de débat sur "La censure au nom de l’islam". Plus de six cents personnes ont participé à cette soirée, qui s’est déroulée à la Cartoucherie de Vincennes, le 24 février 2006. Vous trouverez l’ensemble des interventions sur le site du Manifeste.

L’hebdomadaire jordanien Shihane publiait, le 2 février dernier, trois des caricatures danoises qui mettent aujourd’hui le "feu aux poudres", et se demandait "ce qui portait le plus préjudice à l’Islam : ces caricatures ou bien les images d’un preneur d’otage qui égorge sa victime devant les caméras" (cité par Libération, 3 février 2006).
Le problème est que ce journal a été retiré de la vente, et le directeur de publication limogé. Ainsi il y a certainement nombre de gens qui pensent la même chose en terres d’Islam, mais ils n’auront pas le droit de le dire : c’est à eux que manque le plus gravement la liberté d’expression.
On pourra toujours discuter de la qualité de ces caricatures et de l’influence possible, sur elles, de l’atmosphère droitière et teintée de racisme qui sévit actuellement au Danemark comme dans d’autres pays européens.
Mais qu’on en appelle au meurtre contre leurs auteurs et contre l’ensemble de leur nation au nom de Dieu, que le secrétaire général du Hezbollah libanais déclare que "s’il s’était trouvé un musulman pour exécuter la fatwa de l’imam Khomeyni contre le renégat Salman Rushdie, cette racaille qui insulte notre prophète Mahomet au Danemark, en Norvège et en France n’aurait pas osé le faire", nous impose l’urgente nécessité de les défendre : allons-nous attendre, comme le dit Magdi Allam dans Il Corriere de la sera, "qu’un autre Théo van Gogh soit assassiné à Copenhague ou à Oslo" ? Qu’on ait de nouveau ce sinistre " fini de rire " dont parlait un journaliste français lors de l’affaire van Gogh ?

Cette remise en cause de la liberté d’expression, orchestrée quatre mois après les faits, vise à empêcher toute liberté de pensée d’artistes, d’intellectuels, toute critique de la religion, dans une surenchère sur fond de victoire électorale du Hamas en Palestine et des positions du gouvernement iranien.
Ces manifestations et ces apparents désordres provoqués par les caricaturistes danois sont, en réalité, un rappel à l’ordre adressé à ceux qui se reconnaissent provenir de cette civilisation-là, citoyens d’Europe et d’ailleurs, et surtout d’ailleurs : Vous n’avez pas le droit d’être européens, vous n’avez pas le droit de penser "comme des Européens".
Et l’actuel projet de l’Organisation de la conférence islamique et de la Ligue arabe demandant à l’ONU d’adopter une résolution interdisant les atteintes aux religions ­ qui rencontrera, à coup sûr, la plus grande sympathie chez certains groupes chrétiens et juifs ­ est une remise en cause d’un acquis européen dont nous avons besoin plus que jamais, celui de la liberté de penser, indissociable de la liberté de conscience, du droit à l’athéisme et au blasphème. D’autres "communautés" ­ juives, chrétiennes ­ se sont, elles aussi, senti insultées par tel ou tel texte, dessin, discours, mais elles ont réagi devant les tribunaux.

Au Manifeste des libertés, nous maintenons une double exigence : la condamnation de l’intégrisme et de ceux qui l’alimentent, et la nécessité de redonner espoir à un avenir démocratique partagé, à partir d’une pluralité de provenances culturelles. Un espoir dont ne veulent ni les partis d’extrême droite ni les radicaux islamistes, qui se renvoient étonnamment la balle ­ et nous avons à saisir cette balle au bond. Pour cela, il importe de faire connaître toutes les contradictions qui ont été ­ et sont ­ à l’œuvre dans le monde musulman, toutes les expériences de liberté tentées dans ce monde, aujourd’hui comme hier. Rappelons-nous cette expérience de liberté d’ampleur historique et sociale inégalée, où pendant plus de deux siècles Bagdad est devenue un centre des savoirs du monde (Dimitri Gutas, Pensée grecque, culture arabe, Aubier). Il est vrai que le désir de civilisation y était alors intense et n’était pas écrasé par l’appétit des revenus pétroliers. Des expériences de liberté qui, comme le dit Salman Rushdie, finiront bien par "abattre un jour la porte de cette geôle".

Tewfik Allal, pour l’Association du Manifeste des libertés
Mail : manifeste manifeste.org

Cris31
mercredi 22 février 2006,
18:50

Qu’ elle fragile la frontière parfois entre liberté d’expression et liberté d’exister.
Je suis sur le fond d’accord avec votre article et respecte toutes les libertés, cependant comme disait ..je ne sais plus qui, "on peut rire de tout mais pas avec n’importe qui" . et je rajouterai pas n’importe quand.
En effet , le moment me semblait mal choisi compte tenu des événements en moyen orient, pour pousser dans les bras des intégristes de tous poils, les musulmans modérés et ouverts que ces caricatures pouvaient ausi blesser.A ce que j’ai cru comprendre, ce journal Danois ne se permet pas les acricatures de Luther ou de la Reine du Danemark .....et c’est là que je ne peux accepter les deux poids deux mesures.

J’aime les caricatures de Charlie Hebdo et du Canard enchainé parceque tous y sont " égratignés" , mais lorsqu’on stigmatise une population, une race ou une religion de manière outrancière je revois en filligrane les caricatures des années noires du fachisme dans les journaux (rats et autres silhouettes ).
Et si demain on revoyait cela, ne risquerions nous pas aussi d’assimiler cela à de "la liberté d’expression" ?
Restons tout de même vigileants à toutes les utilisations extrémistes qui peuvent être faites au nom de la liberté d’expression


Réponse au message précédent par Une musulmane tout simplement
jeudi 2 mars 2006,
15:42

Votre message se veut "modéré", vous voulez sûrement ménager le choux et la chèvre, mais voyez-vous la Vérité, l’Islam et les musulmans méritent mieux qu’un discours métigé.Je m’explique :
Le moment et les évènements au moyen orient ou en Irak n’ont rien à voir avec la réaction des musulmans parce que notre Prophéte est plus cher à nos yeux que nos vies, nos parents (et Dieu sait quel amour et quel respect les musulmans vouent à leurs parents)plus cher que nos enfants .personne n’a le droit de lui porter atteinte d’une façon ou d’une autre, à un moment ou à un autre. D’ailleurs nous respectons tous les autres prophètes.
2eme chose il n’existe pas dIslam modéré et d’Islam pas modéré,ou on est musulman ou on ne l’est pas.


Réponse au message précédent par un agnostique énervé
jeudi 16 mars 2006,
19:12

La nature profonde de toutes les religions, y compris les mouvements politiques sectaires, est fondée sur l’intolérance.

La religion c’est la Vérité révélée.

Par conséquent toute personne remettant en cause, de quelque manière que ce soit, un dogme, une croyance, une religion au sens large remet en cause la Vérité et peut, légitimement, être éliminée.

D’où les massacres commis par les tenants des diverses religions qui assombrissent notre planète et finiront par la rendre invivable.

Les gens simples diront "mais la religion est amour, paix et fraternité..."

Ben voyons !

Aucune religion n’a jamais apporté de valeurs positives à l’humanité, elles se sont toujours contentées de reprendre celles que l’adaptation au milieu a rendu évidentes.

Par exemple ne pas tuer ceux dont dépend notre survie.

Mais massacrer ceux qui ne sont pas de la tribu est parfaitement légitime, voire encouragé.

La religion, ou plutôt le sens religieux, révèle un stade infantile du développement de l’être humain, incapable de vivre sans vouloir trouver une raison à tout ce qui l’entoure, pour se rassurer.

Et ce que ne permet pas d’expliquer rationnellement l’état des connaissances à un instant donné, l’individu simple d’esprit va en chercher l’explication dans une volonté transcendentale.

Un peu comme le gosse qui a peur du noir et a besoin d’une veilleuse pour conjurer les grosses bébêtes qui vont le dévorer s’il s’endort sans lumière.

Franchement, s’il existe un ou des dieux, vous croyez vraiment qu’ils se préoccupent de ce que nous faisons ?

Si c’est le cas, vous cédez au péché d’orgueil... ou vos dieux ne sont que de pauvres types incompétents qui s’emmerdent tellement qu’ils n’ont rien d’autre à faire que mettre le souk dans leur propre création.

Dans ce cas ce sont aussi des salopards sadiques.

Dieu est une invention des hommes, point barre.

C’est une conception totalement nombriliste de l’univers, lequel univers est à lui seul un mystère bien plus intéressant que les élucubrations de quelques gourous qui ont imaginé les dieux pour s’assurer une emprise sur leurs contemporains assez faibles d’esprit pour se laisser imposer de telles dictatures mentales.

Quand serons-nous débarrassés de tous ces tarés qui prétendent imposer aux autres leur façon de vivre, de penser, en fonction de la leur et de leurs superstitions imbéciles ?

Au lieu d’aller au temple, à la mosquée ou à l’église, ou de vous rassembler en foules compactes pour ovationner tel ou tel "homme providentiel", nouveau messie ou gourou en levant ou non un bras pour le saluer, tirez-vous une balle et foutez-nous la paix !

Merde !


Réponse au message précédent par Stareyso
mardi 4 avril 2006,
10:33

Tu pourrais pas penser avant de parler stp ? Merci par respect pour les autres ce serait déjà bien désolé pour tes clichés mais on est pas tous extrêmistes quelque soit notre religion !!!


Réponse au message précédent par un visiteur non enregistré
lundi 24 avril 2006,
11:33

Quel beau message de tolérance !!!
Vraiment, après lecture de ce message qui ressemble plus à une forme de nausée compulsive, j’arrive à comprendre la résistance des religions face à la République. Votre discours ne relève-t-il pas d’une forme évidente d’intolérance et de dogmatisme où la vérité serait un monde sans religion. Tel n’est pas le cas et il serait temps que vous ouvriez les yeux !


Réponse au message précédent par Kubilai Khan
lundi 1er mai 2006,
15:27

Oui...

Je comprends un peu votre énervement, mais j’ai des objections concernant votre façon de l’exprimer.
Vous formulez une suite d’opinions sans réelle argumentation, et de ce point de vue, il me semble que vous tombez aussi quelque peu dans l’intolérance.

Je n’argumenterai pas sur le titre, c’est de la bonne grosse provocation. Mais comme je crois que vous êtes de bonne foi, et pas seulement un ficheur de m..., voici mes remarques :

Que toutes les religions soient fondées sur l’intolérance, c’est contestable. C’est partiellement vrai des trois grandes religions monothéistes, et encore, ça dépend des époques, mais plutôt faux, à mon point de vue, concernant le bouddhisme, l’indouisme, le taoïsme, etc.

"Toute personne... peut être éliminée." Difficile de trouver des exemples de ce genre dans le judaïsme, sauf à l’époque mythique (Moïse...) Impossible dans le bouddhisme, qui respecte même la vie des animaux.

"Aucune religion n’a jamais apporté de valeurs positives..." Très rapide. Un effet bénéfique de la religion chrétienne s’est fait sentir au moyen-âge (trêve de Dieu, etc.) Certes, il y a eu les croisades, mais ces abrutis de seigneurs féodaux se battaient de toute façon entre eux ; en les envoyant en Terre Sainte, on laissait au moins souffler les paysans.

"La religion révèle un stade infantile du développement de l’être humain..." Pour le coup, vous y allez fort. Je ne crois pas que des gens aussi religieux que Maïmonide, Michel-Ange, Bach, Descartes, Einstein ou Gandhi (liste non exhaustive) puissent être suspectés de régression à un stade infantile.

Et quant à la croyance en la supériorité de la raison, on peut aussi la critiquer, voyez Montaigne par exemple (apologie de Raymond Sebond.)

"Dieu est une invention des hommes." C’est une opinion, que je respecte. Mais ce n’est pas le sujet de cette tribune.

"Mystère bien plus intéressant que les élucubrations, etc." Franchement, vous vous y connaissez beaucoup en religion ? Il me semble que la pensée des Upanishads ou de la Kabbale ou d’autres systèmes spéculatifs dénote un haut niveau d’intelligence et d’imagination. Elucubrations, peut-être, mais bien intéressantes.

Et croyez-vous vraiment que nous serons débarrassés des tarés, des meurtriers et des violeurs sadiques lorsque la religion aura disparu, ou même toute forme d’idéologie ? Ce qui est premier, c’est la violence et la folie, les hommes ne manqueront jamais de raisons pour justifier les horreurs qu’ils commettent.

Ce qu’il faut condamner, c’est la violence, sous toutes ses formes, et à cet égard, j’aime mieux un religieux modéré qu’un athée fanatique (Si, ça existe : Hitler, Staline...)

Et concernant cette affaire de caricature, en pratique, je vois deux choses. D’abord, la liberté d’expression, c’est un droit fondamental ; raison de plus pour ne pas en mésuser. Le respect de l’autre est aussi une valeur fondamentale. Et si on veut que des populations diverses nous rejoignent dans la défense de ces valeurs, nous devons les convaincre de les adopter, non pas les imposer. Et d’autre part, provoquer des fous, ça ne sert à rien. Nous nous posons en champions de la liberté, mais ce n’est qu’une pose. Je préfère la pédagogie à l’arrogance.

"Incompréhensible que Dieu soit, et incompréhensible qu’il ne soit pas..." (Pascal)

Cordialement...


NPNS
jeudi 14 juin 2007,
12:22
  • 9+63
    ..-+
    .T*963./87522PML/9IUNJBN ?ZSSSERHJKOL756556454AZQWXW2TOUS AVEC NAWAL AL SAADAWI

POUR LA LIBERTE D’EXPRESSION

Nawal Al Saadawi, écrivaine, grande figure de la lutte féministe et démocratique en Égypte et dans le monde arabe a du fuir son pays depuis le mois de mars 2007, victime de l’intégrisme.
A cause d’une pièce de théâtre qu’elle a écrite plusieurs années auparavant et que son éditeur a republiée en janvier dernier, Nawal est accusée de non respect des principes de l’Islam et d’apostasie. Dans cette pièce Intitulée « Dieu démissionne au sommet », elle écrit que Dieu est un esprit, et non une femme ou un homme.
Pour cela l’université islamique du Caire, Al Azhar ainsi que les tribunaux égyptiens l’ont accusé d’apostasie, d’injure à l’islam et lui intentent un procès. Nombreux de ses livres ont été détruits. Nawal a du se réfugier à l’étranger.
Plusieurs fois emprisonnée Nawal, notre sœur de combat, a participé aux université de Ni putes ni soumises. Elle est un grand médecin, une écrivaine engagée qui a offert aux lettres arabes, quarante cinq ouvrages : romans, pièces de théâtre, nouvelles, autobiographies et œuvres scientifiques et intellectuelles traduits en plus de trente langues dans le monde.
Son combat pour l’émancipation illustre ainsi la condition des femmes en Egypte et dans de nombreux pays : humiliées, rabaissées, ignorées !
A travers Nawal ce sont tous les combattants de l’égalité et plus largement de tous les droits humains qui sont ainsi visés et pourchassés, muselés.
Défendre Nawal, c’est aussi défendre toutes les associations de femmes et de démocrates qui se battent en Egypte pour Nawal Al Saadawi.
Défendre Nawal, c’est défendre la liberté d’expression dans le monde !

SOUTENONS NAWAL AL SAADAWI
Rassemblons nous le
Samedi 23 Juin à 18h00
Parvis des droits de l’homme. Place du Trocadéro. Paris. 16ème arrt
Métro TROCADERO
« Ne rien espérer, ne rien désirer, et surtout, surtout, n’avoir peur de rien ! C’est ainsi, que je vis ma liberté ! ». Nawal Al Saadawi.

www.niputesnisoumises.com


Haut de page