Magazine Mai 2016

diminuer augmenter Bookmark and Share

Piétons et smartphones : un duo à haut risque !

Place publique

Près de 17 % des piétons utilisent leur smartphone dans leurs déplacements urbains. Ce chiffre s’élève à près de 22 % pour les jeunes femmes parisiennes (25/35 ans). Les plus jeunes sont souvent plus distraits que leurs ainés. Amsterdam est la ville où l’utilisation des smartphones est la plus faible, Stockholm la plus élevée. C’est ce que révèle une Enquête de l’Unité de Sécurité routière DEKRA dans six capitales européennes

D’après un sondage* mené par le centre de recherche en accidentologie du groupe DEKRA au sein de six capitales européennes, de nombreux piétons sont régulièrement distraits par leur smartphone lorsqu’ils traversent des voies de circulation. Les chiffrent le prouvent, près de 17 % des 14 000 piétons sondés dont dans ce cas-ci.

A la suite d’une première étude pilote menée à Stuttgart sur un panel restreint, les équipes de recherche en accidentologie de DEKRA ont conduit une enquête plus large à Amsterdam, Berlin, Bruxelles, Paris, Rome et Stockholm. Dans chacune des capitales, les piétons ont été observés dans différents lieux des centres villes et ce, afin d’identifier leur comportement avec leur smartphone. Les enquêtes ont été menées dans des lieux où les niveaux de densité de piétons sont les plus élevés, comme des arrêts de bus, des stations de métro ou près des gares.

Près de 8 % des piétons, tous âges confondus, ont été vus en train d’envoyer un SMS alors qu’ils traversaient la route. 2,6 % passaient des appels et environ 1,4 % faisaient les deux à la fois. Environ 5% portaient des écouteurs sans parler et écoutaient donc probablement de la musique. Sans surprise, les piétons les plus jeunes ont tendance à utiliser leur smartphone davantage que leur ainés : les 25-35 ans utilisent en effet leur portable 22 % de plus que les autres tranches d’âge. Des différences spécifiques en fonction des sexes sont également observées. Alors que les femmes ont plutôt tendance à envoyer des SMS (11,44 % pour les parisiennes de cette tranche d’âge), les hommes écoutent davantage de musique (à Paris, ils sont 8,28 % pour la tranche d’âge concernée).

« Passer des appels, écouter de la musique, utiliser des applications mobiles et envoyer des SMS sont autant de distractions qui peuvent présenter des risques pour la circulation » explique Clemens Klinke, Membre du Directoire de DEKRA SE et Président de la Direction générale de DEKRA Automobil GmbH. « De nombreux piétons sous-estiment les dangers que représentent le manque d’attention en ville pour leur propre sécurité. »

Globalement, il y a très peu de différences entre les six capitales européennes. Le résultat le plus frappant de cette enquête révèle qu’Amsterdam est la ville où l’on enregistre la moins importante utilisation de smartphone, tous âges confondus. Le taux global y est de 8,2 % alors qu’il atteint 10,6 % à Rome. Bruxelles (14,12%), Paris (14,53%) et Berlin (14,9 %) enregistrent des résultats très similaires alors que le record est atteint par Stockholm avec 23,55 %.

Des cas particuliers plus extrêmes

« Nos équipes d’étude ont relevé des cas particuliers » déclare M. Klinke. « On a observé à plusieurs reprises des groupes de jeunes gens regardant un smartphone ensemble tout en traversant une rue. Dans l’un des cas, le groupe a percuté un cycliste. »

Il existe d’autres exemples : une femme avec une poussette s’engageant sur un passage piéton au niveau d’un feu tricolore envoyait des SMS sans prêter attention à la couleur dudit feu ; un homme avec une poussette poussait d’une main, tenant un enfant de l’autre, et traversait la route avec son portable coincé entre son oreille et son épaule ; une femme parlant au téléphone traversait la rue en courant pour attraper un tram sans regarder.

« L’un des incidents qui s’est déroulé à Stockholm parle de lui-même : une jeune fille est restée au milieu de la route, a sorti son téléphone et a commencé à écrire un SMS. Il a fallu que le chauffeur d’un bus arrivant sur la voie klaxonne pour qu’elle réalise où elle se trouvait et qu’elle réagisse » explique M. Klinke. « Les équipes de notre département d’accidentologie observe régulièrement ce genre de situations. »

Un accident mortel sur 10 est causé par le comportement inapproprié d’un piéton

Les statistiques montrent qu’en Europe environ 22 % des personnes victimes d’un accident mortel de la route sont des piétons ; des accidents qui ont généralement lieu en ville. En Allemagne, cette proportion s’élève à 70 %.

Les chiffres relatifs aux comportements des piétons sont aussi frappants. D’après le Bureau de Statiques Fédéral Allemand, environ 10% des accidents mortels sur les routes allemandes sont causé par des piétons ayant un comportement inapproprié.

Près de la moitié de ces cas implique des piétons qui ne prêtent pas attention aux véhicules sur la route. Même si les enfants sont souvent la cause d’accidents, il semblerait qu’il y ait un nombre de cas non signalés, concernant d’autres tranches d’âge, qui sont liés à l’utilisation de smartphone.

La recommandation des experts DEKRA est claire : « Lorsqu’une personne se trouve dans la circulation en tant que piéton, elle doit rester pleinement concentrée sur le trafic pour sa propre sécurité », explique Nicolas Bouvier, Directeur Général de DEKRA Automotive SA. « En tant qu’usagers de la route non-protégé, le piéton est confronté à un plus grand risque en cas d’accident. La distraction que représente un smartphone ne doit donc pas être sous-estimée. »

Tous les ans, DEKRA édite un Rapport sur la Sécurité Routière en Europe. Le problème de la distraction due aux smartphone constitue l’un des sujets phare du dernier Rapport, qui doit être publié par DEKRA dans le courant de l’année.


Vos commentaires

Moteur de recherche

Recherche simple
SOMMAIRE du magazine