Vous êtes ici : Accueil /

Fils d’infos

Pétition pour libérer Sakineh

Sakineh Mohammadi Ashtiani, une mère iranienne, risque à tout moment d’être mise à mort

Le 10 juillet 2010 : Face à la mobilisation internationale, les autorités iraniennes ont indiqué qu’elles n’exécuteront pas la sentence de mort par lapidation contre Sakineh Ashtiani… mais sa mise à mort ou une peine de prison à vie sont des châtiments possibles. Rejoignez notre effort pour continuer de faire pression sur le gouvernement iranien afin d’obtenir la libération de Sakineh, la seule solution équitable possible. Cette Iranienne fait face à la mort après avoir été torturée pour avoir prétendument eu des relations hors mariage avec un homme, plusieurs années après la mort de son mari.

En 2006, Mme Ashtiani avait reçu 99 coups de fouet après avoir été reconnue coupable de « relation illicite ». Depuis ce temps, cette femme âgée de 43 ans est en prison, où elle a rétracté la confession qu’elle avait faite alors qu’on lui assénait des coups violents.

Tout récemment, les autorités lui ont imposé un autre procès. Elle a de nouveau été reconnue coupable et, en dépit de la dureté de la punition déjà infligée, elle a été condamnée à mourir par lapidation. Cette pratique barbare consiste à envelopper une femme de la tête aux pieds dans un linge blanc, à l’enterrer jusqu’au cou et à la tuer à coup de pierres. Hier, en fin de journée, le gouvernement iranien a nié que Mme Ashtiani serait tuée par lapidation, sans clarifier le statut de la prévenue. Sa peine de mort pourrait être exécutée par une autre méthode, telle que la pendaison.

Des organismes réputés pour la défense des droits humains, notamment Amnistie internationale, mettent en doute la crédibilité de cette déclaration et s’inquiètent sérieusement du sort de Mme Ashtiani.

IL NE FAUT ÉPARGNER AUCUN EFFORT pour éviter que Mme Ashtiani devienne une autre victime du traitement dégradant et inhumain réservé aux femmes, qui est une réalité quotidienne en Iran. Exprimez votre soutien et encouragez les autres à faire de même.

Aidez-nous à lutter contre la lapidation et à secourir les femmes victimes d’abus en signant cette pétition.

Unissons nos voix De 1982 à 1984, j’étais adolescente et prisonnière politique à la prison d’Evin, à Téhéran. J’ai été torturée et violée, et j’ai vu nombre de mes amies souffrir et mourir. La vie de nombreuses jeunes innocentes a été détruite. En dépit de cette violence, le monde a fait comme si rien de cela ne s’était produit. Les prisonnières d’Evin se sont alors senties abandonnées et oubliées.

Sakineh Mohammadi Ashtiani a été condamnée à mourir en Iran. Bien d’autres personnes croupissent comme elle dans leur cellule aux allures de cimetière, possiblement dans l’attente d’une mort atroce. Elles ne sont pas seules ni oubliées. Même si nous ne connaissons pas le nom de chacune d’elles, nous les accompagnons dans leur calvaire. Je ne crois pas à la violence, mais plutôt à la puissance de nos voix réunies. Ensemble, nous nous ferons entendre.

Les enfants de Sakineh lancent un appel au monde entier Ne laissez pas notre cauchemar devenir une réalité. Opposez-vous haut et fort à la lapidation de notre mère ! Aujourd’hui, nous demandons l’aide du monde entier. Depuis cinq ans, nous vivons dans la peur et l’horreur, privés de la présence réconfortante de notre mère. Le monde est-il assez cruel pour rester insensible à une telle tragédie ?

Nous sommes Fasride et Sajjad Mohammadi e Ashtiani, les enfants de Sakineh Mohammadi Ashtiani. Depuis notre tendre enfance, nous éprouvons une grande douleur, car nous savons que notre mère est emprisonnée en attendant de connaître son épouvantable sort. Le mot « lapidation » est tellement horrible pour nous que nous évitons de le prononcer. Nous disons plutôt que notre mère est en danger, qu’elle risque d’être tuée et qu’elle mérite l’aide de tous.

Maintenant que presque toutes les options ont échoué et que l’avocat de notre mère affirme que sa situation est très précaire, nous nous en remettons à vous, citoyens du monde, peu importe qui vous êtes et l’endroit où vous habitez. Nous nous en remettons à vous, peuples de l’Iran, à tous ceux et celles qui ont vécu l’enfer de perdre un être cher.

Aidez-nous à libérer notre mère !

Nous désirons particulièrement joindre les Iraniens qui vivent à l’étranger.

Aidez-nous à sortir de ce cauchemar. Sauvez notre mère. Vous ne pouvez imaginer la détresse qui nous accable à chaque instant de notre vie. Les mots ne suffisent pas à exprimer notre crainte…

Aidez-nous à secourir notre mère. Écrivez aux autorités pour leur demander de la libérer. Dites-leur qu’il n’y a aucun plaignant et qu’elle n’a rien fait de mal. Notre mère ne mérite pas de mourir. Y a-t-il quelqu’un qui peut nous entendre et nous venir en aide ?

Fasride et Sajjad Mohammadi e Ashtiani

Signer la pétition

saneif hrw.org

CC:Navanethem Pillay, Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme

Moteur de recherche

Soutenez Place Publique

Initiatives

Zoom sur...

Le Courrier de Bovet

Date de création : 1950 Objectif : Organiser des échanges de correspondance entre des détenus et des personnes prêtes à leur apporter une écoute et un soutien moral (National). Activités : Créé en 1950, le Courrier de Bovet, du nom de sa fondatrice Madame de Bovet, est une association nationale loi 1901 qui propose aux détenus un accompagnement épistolaire afin de faciliter leur (ré)insertion ultérieure. Le Courrier de Bovet souhaite permettre la communication entre deux mondes différents, celui du dehors dont sont privés les détenus et celui du dedans, ignoré des correspondants. Il s’interdit (...)