A TRAITER - S’informer

Lettres de Russie

diminuer augmenter Bookmark and Share
Stéphane est enseignant en Russie. En avril 2006, il a demandé à ses étudiants d'écrire leurs réactions au sujet des émeutes en France. Réaction n°1 écrite par un étudiant de 4ème année Les émeutes qui se sont déclenchées à Clichy-sous-Bois le 27 octobre 2005 et qui se sont répandues ensuite dans un grand nombre de banlieues pauvres à travers la France ont choqué la société mondiale. Les désordres qui ont pris la forme d'incendies criminels et de jets de pierre contre les forces de police témoignent d'une (...)

Stéphane est enseignant en Russie. En avril 2006, il a demandé à ses étudiants d’écrire leurs réactions au sujet des émeutes en France.

- Réaction n°1 écrite par un étudiant de 4ème année
Les émeutes qui se sont déclenchées à Clichy-sous-Bois le 27 octobre 2005 et qui se sont répandues ensuite dans un grand nombre de banlieues pauvres à travers la France ont choqué la société mondiale. Les désordres qui ont pris la forme d’incendies criminels et de jets de pierre contre les forces de police témoignent d’une profonde crise sociale. Les quartiers sensibles déclarent une sorte de guerre au gouvernement de Nicolas Sarkozy qui ignore leurs problèmes les plus brûlants : le chômage, le racisme, la discrimination au logement... Ces semaines de violences ont porté un coup dur à l’ économie du pays, les dégâts sont estimés à plusieurs dizaines de millions d’ euros. Autre conséquence négative est le dégât causé à l’image de la France dans le monde. Le pays a perdu un certain nombre de touristes et d’ investissements. Aujourd’hui le but essentiel du gouvernement est de regagner la confiance du peuple et de favoriser l ’intégration sociale.

- Réaction n°2, écrite par un étudiant de 5ème année
Nous ne connaissons pas en Russie avec précision la situation dans les banlieues françaises. Cette situation n’est pas très précise dans la conscience des jeunes russes. A propos des émeutes du mois de novembre les points de vue sont assez contradictoires, et nous avons pu constater que les mass médias russes ont des positions très différentes de français que nous connaissons. Les médias russes ont présenté cet évènement comme une révolte des ados maghrébins ne sachant pas quoi faire et n’ayant aucune activité. Les français de notre connaissance nous ont parlé des discriminations face a l’emploi et au logement. On a aussi évoqué le non-respect de leurs droits.
Pour ma part, j’ai face à ce problème une double position. Je peux comprendre que les arabes souffrent de discriminations raciales face au travail et c’est peut être un problème. D’un autre côté, je ne peut pas comprendre qu’ils se plaignent de vivre dans de HLM, nous vivons nous aussi dans des HLM et nous ne nous révoltons pas. Nous tachons d’améliorer nos conditions de vie mais dans le respect et la tolérance et en travaillant. Eux aussi veulent améliorer leur confort mais ils ne veulent ni travailler, ni étudier et je pense que le racisme est de leur côté. Le gouvernement leur accorde beaucoup d’aide, trop peut être et je pense que c’est un support suffisant pour améliorer a vie. Les français sont charitables avec eux et il faut dire aussi qu’ils n’ont pas accès a cette charité dans leurs pays.
En Russie, les vrais russes souffrent beaucoup plus que certains étrangers du Caucase, ils ont plus le droit à la révolte et pourtant ils ne se révoltent pas, ne brûlent pas des voitures ou ne font pas des vols. Les russes cherchent à améliorer leur vie par le travail et dans le respect.

- Réaction n°3, écrite par un étudiant de 3ème année
Je crois qu’il faut commencer par ce que je connais sur cette question...Les émeutes de 2005 dans les banlieues françaises étaient des violences urbaines qui avaient commencé à Clichy sous-Bois le 27 octobre 2005, puis s`étaient répandues dans un grand nombre de banlieues pauvres à travers la France. Si je ne me trompe pas, l’état d’urgence a été déclaré le 8 novembre 2005, puis prolongé pour une durée de 3 mois. Au 15 novembre, la situation n’était pas calmée. Au 17 novembre, la police a déclaré être revenue en situation normale. Les émeutes c`étaient essentiellement des incendies criminels et des jets de pierres contre la police. En plus, j`ai entendu dire que ces trois semaines de violence urbaine étaient les plus importantes agitations en France depuis mai 1968. La cause des émeutes c`était la mort de deux adolescents, Zyed Benna (17 ans) et Bouna Traoré (15 ans). Ils ont péri en s`évadant de la police. Beaucoup de jeunes et d’autres ont dit dans les médias comprendre la peur qui a amené à la fuite des deux jeunes décédés. Je cite : « L’impression que la police méprisait les jeunes, et surtout les jeunes de couleur ». Et je crois que c`était une des motivations principales. Ce qui est terrible à mon avis, c`est ce qu`un grand nombre d’émeutiers utilisaient l`Internet au moyen de blogs pour envoyer des bulletins appelant à l’émeute ! L`internet c`est une source d`information sans frontières. Et je crois que beaucoup de jeunes gens ayant reçu un bulletin ont décidé d`y prendre part. Et il faut noter que c`était pas seulement des arabes qui prenaient part aux émeutes, mais aussi des jeunes français. En fait, le mécontentement des jeunes est assez compréhensible... Parce que, je pense, aujourd’hui les problèmes de racisme et de nazisme occupent une place très importante. Et la plus grande partie de la population de notre planète est contre l`humiliation des gens de couleur...Mais en tout cas, je crois que des émeutes ce n`est pas le meilleur moyen de résolution de ces problèmes.

- Réaction n°4, écrite par une étudiante de 5ème année
En novembre 2005, la France a été bouleversée par les émeutes des jeunes d’origine arabe. Les mass-médias russes ont présenté ces évènements de leur propre point de vue. Moi, quand j’ai vu à la télé les reportages sur ce sujet, j’avais l’impression que tous ces jeunes sont des criminels qui n »ont rien à faire, qui ne travaillent pas et tout ça. Mais en définitive je ne le crois pas. Je pense que les causes sont plus profondes, j’ai entendu parler des discriminations envers ces gens d’origine arabe ou africaine, par exemple l’embauche au travail, quand il y a 2 personnes, 2 candidats sur le même poste, un d ’origine française avec la peau blanche et l’autre d’origine arabe, on va embaucher le premier, même si l’autre a plus de connaissances ou d’expériences. Ce n’est pas normal et dans notre pays c’est presque la même chose.
Je suis persuadée que c’est injuste de répartir les gens en race et en nation, pour moi , c’est dangereux parce que ça peut créer des choses plus grave que les émeutes. Mais les jeunes arabes des banlieues en France ont choisi une manière trop agressive pour attirer l ’attention du gouvernement, parce que les autres, les français ne sont pas coupable de cette situation.

- Réaction n°5, écrite par un étudiant de 5ème année
Cette année, la France est bouleversée par de nombreuses émeutes, surtout estudiantines. Au mois de novembre, c’était des émeutes des ados issus de l’Afrique du nord, provoquées par la politique du gouvernement, comme on le pense en France. On nous a raconté que leurs actions étaient vraiement justifiées : humiliation de leurs droits et de leurs libertés, chômage extrème, discrimination sur les lieus de travail etc. Mais les masses médias russes ont un tout autre point de vue !! Les ados magrébins brûlaient les voiture parce qu’il n’avaient rien à faire.
Moi personellement, j ’ai une double position. C’est vrai que si le patron doit choisir entre une jeune personne magrébin et le vrai français, on choisi le plus souvent le français. Dans cette situation, les arabes peuvent être considérés comme les victimes. Mais d’un autre côté, après la guerre d’Algérie, les français se sentent responsable d’eux et le gouvernement leur offre des aides, ils ont la possibilité de vivre en HLM, et pas dans des cabanes comme les SDF. Nous habitons aussi dans les HLM ,ais nous ne brulons pas les voitures, nous n’agressons pas les gens paisibles. Nous sommes tolérants. Dans ce cas, leurs actions peuvent même être considérées d’actions racistes et extrémistes et doivent être blamées. En plus ils n’ont pas le droit de prétendre aux mêmes postes et aux mêmes conditions de vie que ceux qui travaillent d’arache-pied et gagnent leur vie correctement. Eux sont incultes et ne veulent souvent pas travailler.

- Réaction n°6, écrite par un étudiant de 5ème année
Le problème des banlieues en France. Au mois de novembre 2005 les jeunes des anciennes colonies se sont révoltés. C’était une grande révolte. On a cassé des voitures, on a brûlé des magasins, on prononçait les mots grossiers et des injures adressés à Nicolas Sarkozy. Ils étaient indignes par leurs allocations que l’état leur paye. Ils disaient que c’était peu pour survivre. Je ne veux offenser personne, mais tout de même je ne supporte pas l’attitude de ces jeunes parce que je crois qu’au lieu de faire grève et de manifester, il est préférable de travailler pour se procurer de l’argent. Peut être je ne suis pas assez informé sur ce thème, mais tout de même à la télévision on a présenté l’image de jeunes qui paraissaient brutaux, agressifs et sévères. Des jeunes qui n’écoutaient rien ni personne. L’image des banlieues françaises est pour moi un lieux avec ses propres règles, où le crime règne, et où il ne faut pas aller seule. L’accident qui s’est passé avec ma copine à Paris, prouve que je ne me trompe pas. Ma copine est Russe. Son rêve était de visiter Paris. Elle a enfin réalisé son rêve. Elle se promenait sur les Champs-Élysées. Et tout à coup le Maghrébin a saisi son sac et s’est enfui. On vole partout et tout le monde vole mais dans ce cas c’était un Maghrébin. Comme je veux partir en France après mes études ici, je ferais attention aux jeunes d’origine arabe et je n’essaierai pas de rentrer en contact avec eux.

Moteur de recherche

Soutenez Place Publique

Initiatives

Zoom sur...

Confrontations Europe

Confrontations Europe : un think tank européen, un réseau, un lobby d’intérêt général Confronter les idées pour mieux construire l’Europe : Créée en 1992, Confrontations Europe, association non partisane, a pour but de peser sur le choix des décideurs nationaux et européens. Sa méthode est de rassembler de nombreux acteurs économiques et sociaux européens qui élaborent ensemble des propositions visant à (...)