Vous êtes ici : Accueil /

Fils d’infos

PETITION DE SOUTIEN au CIRQUE TSIGANE ROMANES

PETITION DE SOUTIEN au CIRQUE TSIGANE ROMANES

Attention !! Le seul contact valable pour aider le cirque est cirque.romanes wanadoo.fr

Le cirque Tsigane ROMANES à Paris, fait aujourd’hui partie du paysage artistique européen.

« Nous les Tsiganes,on nous accuse de tout et notamment d’envoyer nos enfants faire la mendicité et voler ; il faudrait une bonne fois pour toute savoir ce que l’on veut : je demande aux parlementaires français d’avoir la gentillesse de ne pas jeter mes enfants dans la rue et de leur permettre d’apprendre et d’exercer un métier merveilleux que nous nous transmettons de père en fils depuis plusieurs siècles » Alexandre ROMANES

Afin de permettre au Cirque ROMANES de continuer son activité, nous demandons aux autorités françaises :

De réattribuer aux musiciens du Cirque ROMANES les autorisations de travail qui leur ont été injustement retirées.

D’autoriser le Cirque ROMANES à employer les artistes roumains et bulgares avec qui ils veulent travailler.

De demander au Procureur de la République d’abandonner les poursuites infondées à l’encontre du cirque et de ses dirigeants.

Rejoignez le groupe facebook Cirque ROMANES :http://www.facebook.com/home.php?# !...

Mail officiel : cirque.romanes wanadoo.fr

Pour signer la pétition http://www.petitions24.net/cirqueromanes

Site officiel : www.cirqueromanes.com

Moteur de recherche

Soutenez Place Publique

Initiatives

Zoom sur...

Le Courrier de Bovet

Date de création : 1950 Objectif : Organiser des échanges de correspondance entre des détenus et des personnes prêtes à leur apporter une écoute et un soutien moral (National). Activités : Créé en 1950, le Courrier de Bovet, du nom de sa fondatrice Madame de Bovet, est une association nationale loi 1901 qui propose aux détenus un accompagnement épistolaire afin de faciliter leur (ré)insertion ultérieure. Le Courrier de Bovet souhaite permettre la communication entre deux mondes différents, celui du dehors dont sont privés les détenus et celui du dedans, ignoré des correspondants. Il s’interdit (...)