L'Observatoire

Sciences et société

Citoyenneté

diminuer augmenter Bookmark and Share

Manifeste pour une Organisation permanente d’un débat citoyen sur les politiques publiques d’innovation

patrice.noailles@gmail.com, le 24/05/2013

A l’initiative de la « commission innovation » du Forum Atena (1), un groupe d’acteurs de l’innovation a lancé un projet de création d’un espace public permanent d’information et de débat sur l’innovation et les politiques publiques sous la forme d’un Observatoire associé à un Forum (2). Les personnes et les organisations ci-après s’associent à cette démarche dans les termes suivants : La France peut redevenir un leader mondial de l’innovation !

La France régresse. Son économie faiblit. Sa compétitivité s’effondre. Ainsi, aujourd’hui, la production de l’industrie automobile dans l’hexagone est descendue au niveau de la Grande-Bretagne et de l’Espagne. Ainsi, en 2013 dans notre pays, plusieurs millions de personnes en âge et capacité de travailler sont au chômage ou en sous-emploi.

Pour remédier à ce constat alarmant, tout le monde s’accorde sur la nécessité de redresser la compétitivité de notre économie. Mais les modes de fonctionnement de la France se révèlent à la fois inadaptés et trop rigides pour permettre une réaction. Les mesures classiques sont bloquées par la crise ou la politique : personne ne veut ou ne peut alléger la dépense publique, améliorer les marges des entreprises et rééquilibrer le système social. Pour retrouver une économie dynamique et rester riches, il ne nous reste plus que l’innovation (3) qui, transgressant la logique économique classique, permet de créer de nouvelles richesses avec une efficacité accrue, sans avoir à réduire les acquis sociaux.

Or, notre pays a une longue histoire dans l’innovation qui remonte au Moyen-Age et s’est épanouie dans la révolution industrielle. En 1900 encore, la France pouvait encore être considérée comme la Californie du monde développé avec une avance notable dans l’aviation, l’automobile et le cinéma, mais aussi les radiocommunications et la radioactivité. L’histoire montre que la France a su innover grâce à sa culture, son expérience, son savoir-faire, l’ingéniosité de ses chercheurs et ingénieurs et la qualité de sa main d’œuvre. Mais aujourd’hui, les ressorts de l’innovation qui ont fait la richesse de la France semblent rigidifiés, sinon cassés.

Malgré des qualités qui restent exceptionnelles, notre pays ne sait plus suffisamment favoriser ni accueillir l’innovation. On peut même observer que la popularité qui accompagnait les nouvelles automobiles et les premiers vols d’avions, a fait place à une forte méfiance contre les biotechs ou les nanotechs.

Il faut aussi remarquer un certain désordre dans les mesures politiques prises par les autorités locales et nationales. L’entrepreneuriat et sa fiscalité ont ainsi été au centre d’une querelle en 2012. La Recherche fait l’objet de politiques variables. La nécessité même d’aider les entreprises innovantes est parfois contestée. La répartition des aides et financements reste l’objet de discussion : grandes entreprises versus PME innovantes, recherche versus innovation, etc... Dans cet environnement flou, instable, mais aussi trop et mal réglementé, les entreprises ont de plus en plus de mal à innover et à trouver le chemin d’une croissance mondiale.

Le creuset d’un renouveau général et concerté de l’innovation française

Nous pensons que pour rétablir un niveau suffisant (4) d’innovation en France, il faut d’abord mettre en place les principaux éléments d’une politique publique d’innovation qui sera le creuset d’un renouveau général et concerté. Pour y parvenir, nous proposons d’apporter aux parties prenantes une information exhaustive sur la question des politiques publiques d’innovation dans le monde (L’Observatoire) et d’en débattre régulièrement (le Forum). L’information exhaustive portera non seulement sur une compréhension des mécanismes de l’innovation, mais surtout sur les différentes politiques d’innovation possibles, notamment celles qui ont déjà été mises en œuvre aux USA, en Israël, en Allemagne, au Japon, en France et ailleurs.

Les parties prenantes seront d’abord les acteurs-moteurs de l’innovation : les entrepreneurs, les dirigeants et les salariés ; les chercheurs, les ingénieurs, les stratèges et autres vendeurs, l’école, les universités, les banques, les investisseurs, les institutions publiques et privées... et le grand public, consommateur, actionnaire et citoyen.

L’Observatoire rassemblera toute l’information publiée en langue française ou anglaise et disponible sur le Web principalement. La technologie d’information relationnelle utilisée (5) permettra une restitution simple, d’accès immédiat. Les sujets traités seront centrés autour du thème des politiques publiques d’innovation : exemples internationaux (6), histoire des politiques d’innovations, économie et sociologie de l’innovation.

Le Forum, sera le lieu central du débat public permanent engagé sur la base d’une information globale fournie par l’Observatoire. Il laissera apparaître différents courants d’opinions mais, dans l’ardente obligation où seront plongés les débatteurs, il permettra d’établir un socle commun suffisant, non seulement pour une compréhension collective des mécanismes de l’innovation, mais aussi pour la définition des différentes politiques nécessaires. Ainsi seront créées les conditions pour que l’innovation française s’épanouisse de nouveau en France et dans le monde. Sur ces bases nous signons ce manifeste et nous soutenons l’initiative en cours visant à créer un “lieu” d’information, de réflexion et de débat public sur les politiques publiques d’innovation et contribuer ainsi à l’élaboration de mesures capables de faire renaitre l’innovation en France, qui sera composé d’un Observatoire des meilleures pratiques mondiales (site web) et d’un Forum ( un site web et un événement chaque trimestre et année) accessibles à toutes les forces vives intéressées et contributives dans le domaine de l’innovation.

NOTES

1 . Think Tank présidé par Philippe Recouppé, dont le bureau est composé de 20 innovateurs experts. Site Web : www.forumatena.org.

2 . Cette démarche s’inscrit dans le cadre de la recommandation 19 du rapport sur l’innovation de MM. Jean-Luc Beylat et Pierre Tambourin).

3 . tant technique qu’organisationnelle et sociale.

4 . individuel, local et national.

5 . D’un point de vue technique, l’Observatoire utilisera la technologie d’information relationnelle développée par le site www.memofin.fr

6 . C’est au moins la moitié du contenu de l’Observatoire

Extrait du rapport Beylat & Tambourin

Recommandation 19 : faire de l’innovation un vrai sujet politique, en organisant un vaste débat public L’ensemble de nos recommandations dessinent une ambition française pour l’innovation, cohérente avec la prise de position des Ministres Geneviève Fioraso et Fleur Pellerin (« Notre ambition pour l’innovation », Les Echos, 17 décembre 2012). Ces recommandations ne suffiront pas, si elles ne sont pas accompagnées de l’organisation d’un vaste débat public permettant de faire de l’innovation un vrai sujet politique, de faire prendre conscience aux décideurs de la nécessité de placer l’innovation au centre de la politique de l’État, avec des implications qui dépassent tel ou tel département ministériel. Il nous semble qu’un tel débat n’a plus eu lieu depuis la loi sur l’Innovation et la Recherche de 1999, dont la principale conséquence a été de libérer la création d’entreprise issue de la recherche publique, et de rapprocher recherche privée et recherche publique en ouvrant la voie à la création des pôles de compétitivité. Placer l’innovation


Vos commentaires

Posté le 24 mai 2013 à 09:41 , par Saisissez votre nom

Débattre sur l’innovation, c’est bien...mais peut-on proposer des choses vraiment nouvelles sur l’innovation -cette matière déjà observée, instruite, administrée, subventionnée, soutenue, débattue, gouvernée, bureaucratisée, promue- sans la pratiquer soi-même ?


Question intéressante et amusante : yaura-t-il des participants au futur Forum sur les Politiques Publiques d’Innovation qui ne seront pas impliqués par ailleurs dans l’absence, l’inefficacité ou l’insatisfaction en matière d’innovation, avec la pesante sensation que l’innovation qui gagne ce sont les autres ?

L’espoir-1 des promoteurs de ce futur creuset d’élaboration de consensus sur les bonnes et efficaces composantes d’une politique d’innovation, est que les réponses sont dans le monde, où la France n’est plus au mieux que quelques % de telle ou telle variable-grandeur, et peuvent s’extraire, moyennant un effort continue (vs un rapport en France tous les 5 ans) de tout ce qui se dit, se fait, se mesure et se rapporte en matière de politiques publiques d’innovation de par le monde...

L’espoir-2 est qu’en partageant, en analysant, en organisant et en débattant, en France, entre un maximum des parties prenantes, tout au long de l’année et lors d’événements audibles et médiatisés, de ce qui se dit-écrit dans le monde, il émergera, en France, un consensus qui générera progressivement des politiques et des pratiques plus favorables à une meilleure et plus forte innovation en France et donc à une remontée de la place de la France parmi les régions leaders dans le monde ().


Laurent Guyot-Sionnest - 2013-05-25 15:32:26

Moteur de recherche

Recherche simple
Soutenez Place Publique

Dans la même thématique (Sciences et société)


Dans la même thématique (Citoyenneté)