Vous êtes ici : Accueil / Magazine Octobre 2013

Magazine Octobre 2013

Editorial

La transition énergétique : le défi sociétal

Yan de Kerorguen

La France et les pays d’Europe sont devant des choix énergétiques majeurs : le passage d’un monde dominé par les énergies fossiles et le nucléaire vers un nouveau monde économe, préservant l’environnement et tourné vers les sources d’énergies renouvelables. On appelle ce mouvement « la transition énergétique ». Mais ce chantier phare des gouvernements d’Europe est-il partagé ?

On ne peut pas dire que, en France, l’enjeu de la transition énergétique suscite l’intérêt (...)

La France et les pays d’Europe sont devant des choix énergétiques majeurs : le passage d’un monde dominé par les énergies fossiles et le nucléaire vers un nouveau monde économe, préservant l’environnement et tourné vers les sources d’énergies renouvelables. On appelle ce mouvement « la transition énergétique ». Mais ce chantier phare des gouvernements d’Europe est-il partagé ?

On ne peut pas dire que, en France, l’enjeu de la transition énergétique suscite l’intérêt des foules. Le débat national qui a duré près de 9 mois n’a pas été l’occasion d’une adhésion populaire. La transition énergétique manque de citoyenneté. Et l’environnement reste un sujet qu’on évoque par intermittence, selon les humeurs du moment et le bulletin météo. Pourtant, le réchauffement climatique n’est plus une prévision mais bien une réalité. Il a déjà commencé. Le GIEC, dans son rapport publié le 27 septembre dernier confirme encore une fois la responsabilité de l’activité humaine dans le réchauffement climatique mondial, et alerte les gouvernements et l’opinion sur les effets irréversibles d’une augmentation de plus de 2°C des températures d’ici 2050.

Lors des deux Conférences sur l’environnement qui se sont tenues en juillet et en septembre 2013, le gouvernement français a rappelé sa détermination à lutter contre les effets désastreux des atteintes à l’environnement, en affichant ambition et pragmatisme. Une détermination qui n’a pas convaincu les militants écologistes.

Pour les Verts qui aimeraient que tout aille plus vite, le verre du gouvernement est à moitié plein. Les intentions sont bonnes mais rien de nouveau sous le ciel de l’environnement laissent-ils entendre. Et certains, parmi les plus radicaux de qualifier l’ambition du gouvernement de « bricolage », « pas de recommandations majeurs », « texte alambiqué qui constate les dissensus », « débat pour rien », « timidité des propositions formulées par le Conseil national »... Si François Hollande a annoncé de bonnes orientations concernant la transition énergétique (baisse de la TVA sur les travaux de rénovation thermique de l’habitat, politique d’économie d’énergies d’ici 2050 pour réaliser entre 20 et 50 milliards d’euros d’économies sur la facture d’énergie, lutte contre l’étalement urbain et contre la précarité énergétique qui touche 8 millions de Français, nouveaux transports plus sobres, soutien à la création de filières industrielles, lancement d’un appel d’offres pour l’installation de parcs d’hydroliennes pilotes sur les côtes françaises ….) cette conférence a, pour les écologistes, été l’occasion d’éviter les sujets qui fâchent. Rien sur le diesel dangereux pour la santé, aucune proposition forte sur l‘agriculture, rien sur les vieilles centrales nucléaires. Peu de détails sur le recyclage des déchets, sur le développement des nouveaux secteurs d’emploi (énergies renouvelables notamment) ou la préservation de la biodiversité face à l’explosion urbaine. Et manque de précisions sur l’Agenda de la future Loi sur la transition énergétique et sur la manière dont la filière nucléaire et les énergies fossiles seront mises à contribution.

Pas facile de tenir le cap entre les écologistes qui réclament la fermeture des centrales nucléaires et les syndicats, comme la CFE-CGC, qui demande que soit évité toute fermeture dogmatique des centrales. La CFE-CGC est persuadée qu’un des rôles de l’État stratège est bien de définir une politique industrielle forte et de long terme. Et le syndicat de prôner « un véritable partenariat entre les grands groupes et le tissu des petites et moyennes entreprises qui permettra à la France de créer un véritable effet d’entraînement, de relancer la dynamique industrielle, de favoriser l’innovation et de lutter contre le déficit commercial tout en stimulant l’emploi ». Sans compter le MEDEF qui rêve d’un Eldorado de gaz de schiste.

Mais où sont les citoyens ? Force est de constater que, hormis les organisations, comités et associations, directement concernés, l’opinion publique et les médias semblent se désintéresser de cette grande cause nationale qu’est la transition énergétique. La faible mobilisation de l’opinion sur un sujet aussi important pour engager une nouvelle forme de croissance, contraste avec l’entrain dont nos voisins allemands mènent leur politique en prenant à bras-le-corps la « Energiewende » avec la participation active des citoyens. L’Allemagne s’est fixé trois buts : sortir du nucléaire d’ici 2022, se fournir à 80% en énergies renouvelables d’ici 2050 et réduire de 95% ses émissions de gaz à effet de serre, aussi d’ici 2050. De quoi faire des envieux dans l’hexagone ! Et déjà, les Allemands ont réussi à faire 20% d’économie d’énergie. Les citoyens et les élus allemands participent pleinement, dans les villes et les Landers, à la politique locale de l’énergie. Ce mouvement participatif ne peut plus être stoppé, souligne Peter Heck directeur de l’IFAS, (Institute for Applied Material Flow Management) : « Dans les campagnes allemandes les politiques ont compris que c’est une formidable opportunité. Quelque soit leur parti, quelque soit le résultat des élections, ils veulent que la transition énergétique continue. »

François Hollande en ouverture de la Conférence a eu beau rappelé l’urgence de la lutte contre le réchauffement climatique et affirmé la nécessité d’une politique énergétique européenne dont la France serait le moteur, il lui faudra ténacité et dextérité pour relever les défis. Il lui faudra aussi de la persuasion pour imposer le schéma énergétique de demain et faire de la transition énergétique un moteur de croissance, de création d’emplois et de renouveau industriel. L’enjeu est d’intéresser les Français dans leur ensemble. Cette transition vers le nouveau monde, l’État ne peut, seul, la mener à bien.

Car les obstacles sont nombreux multiples. Obstacles d’abord politiques. Le calendrier des municipales rend compliqué l’alliance des Verts et des socialistes. Obstacles au niveau de l’Europe avec la bataille de la réduction du C02. Contraintes économiques aussi : « l’Allemagne nous montre que tout changement de stratégie énergétique est d’abord coûteux avant d’être rentable », soulignent les économistes. Problèmes de communication publique enfin : comment créer une audience sur un sujet aussi crucial ? L’enjeu est de taille. Il est encore temps de stimuler le débat citoyen pour permettre de préparer au mieux la future loi sur la transition énergétique qui devrait être conclue d’ici la fin de l’année 2014.

Une autre échéance, la Conférence mondiale sur le climat, accueillie par la France en 2015, sera l’occasion d’estimer la capacité française à devenir « le pays de l’excellence environnementale » voulue par François Hollande et à porter cette révolution énergétique pour aboutir à « un pacte mondial sur le climat ».

Réduire les inégalités numériques en France

Place publique

Les nouvelles technologies sont devenues un outil incontournable de la vie en société. Pourtant, les individus et les territoires ne sont pas égaux face au numérique.

Les nouvelles technologies sont devenues un outil (...)

La démocratie confisquée : Vers une démocratie plus directe ?

Opinion : Bernard Nadoulek

Même si la démocratie directe n’est pas pour demain, ce que nous allons observer ici, c’est la perte d’influence des partis politiques qui, depuis le début des années 1970, ont vu leur appareil, leur base militante et leur (...)

Malgré des progrès, le « marché unique de la recherche » n’est pas encore une réalité

Place publique

Les dirigeants de l’Union européenne ont souligné à maintes reprises l’importance d’achever l’Espace européen de la recherche et fixé l’échéance de 2014 pour y parvenir. Dans un Rapport récent, la Commission européenne a présenté une (...)

Quel avenir pour la France ?

Commissariat général à la stratégie et à la prospective

Dans le cadre de la préparation de la stratégie nationale pour les dix prochaines années, le Commissariat général à la stratégie et à la prospective (CGSP) publie 5 notes d’introduction au débat. Avec ces notes, le CGSP engage un (...)

Le fondateur de Slow Food salué pour sa contribution à l’environnement

Place publique

Le Programme des Nations Unies pour l’Environnement nomme Carlo Petrini, fondateur de Slow Food, Champion de la Terre

Le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) récompense le fondateur de Slow Food*, Carlo (...)

Seniors : l’avènement des « Silver Surfers »

Place publique

De plus en plus d’entreprises comprennent l’importance qu’il y a à adapter les nouvelles technologies aux seniors et non l’inverse. Doro, leader européen des télécoms simplifiées, montre l’exemple.

En France, un senior (...)

Spécial Grèce

Grèce : quand la crise produit de l’innovation sociale et économique

par Annette Preyer

En Grèce, plus personne n’attend de solution venant de l’Etat. Les Grecs renouent avec les principes vieux de 2500 ans qui ont fait naître la première démocratie à Athènes : ils s’associent localement en citoyens et prennent leurs (...)

Spécial Grèce

Grèce : l’épopée des 38 ouvriers de Vio.Me

par Annette Preyer

L’usine Vio.Me se trouve dans la banlieue de Thessalonique. Un membre du mouvement de solidarité avec les ouvriers de Vio.Me m’a décrit le trajet : bus 2, 3 ou 8, descendre à l’arrêt avant Ikea. Puis une allée de cyprès. Seulement (...)

Spécial Grèce

La Grèce réinvente la solidarité

par Annette Preyer

En juillet et août 2013, Annette Preyer, journaliste indépendante, a passé six semaines en Grèce à la recherche d’initiatives constructives de sortie de crise, portées par des individus ou des groupes. Une expérience formidable de (...)

Spécial Grèce

TEM : concrètement, comment fonctionne un réseau d’échange ?

par Annette Preyer

Le TEM ne sert pas à thésauriser mais à stimuler l’échange et l’activité locale. A Volos, pour s’inscrire au réseau TEM on fournit une copie de sa carte d’identité et on reçoit une ligne de crédit de 100 TEM. A l’inverse, on ne peut (...)

Spécial Grèce

Endeavor, vu par ses promoteurs et une entreprise cooptée

par Annette Preyer

Fondé en 1997 aux États-Unis, Endeavor Global a pour but de promouvoir l’esprit d’entreprise et d’aider les entrepreneurs dans les pays émergents. L’organisme accompagne dans la durée les entreprises sélectionnées. En septembre 2012, (...)

Spécial Grèce

Grèce : ils rentrent pour créer leur entreprise

par Annette Preyer

Il y a les entrepreneurs par défaut ou par nécessité, faute d’opportunités d’embauche. Et il y a les entrepreneurs par goût et passion. Au point d’avoir le courage de quitter leur poste à responsabilités à l’étranger pour rentrer en (...)

Qu’il est doux de ne rien faire…

Le journal d’un retraité par Bruno Tilliette

« Tu es à la retraite ? Quelle chance ! » C’est, en général, la réaction des amis et connaissances à qui j’annonce que je ne fais plus partie de leur joyeuse bande de travailleurs. Pourtant, la question qui, souvent, suit (...)

Le palmarès des "régions heureuses" : l’Ile de France maillot jaune

Jean-Louis Lemarchand

Auteur d’un indice mondial du bonheur (IBM), l’économiste Pierre Le Roy présente désormais un indice du bonheur régional brut (IRB) dont il ressort que sur des critères objectifs, l’Ile-de-France s’installe en tête du classement (...)

Spécial Grèce

La Grèce qui entreprend

par Annette Preyer

Dans le débat européen, la Grèce semble se résumer à ses 321,6 milliards d’euros de dettes, sa fraude généralisée, ses manifestants quelquefois violents, ses 27,6 % de chômeurs, ses 21,4 % de pauvres. En Grèce même, certains (...)

Les Français moins confiants dans leur système éducatif que la moyenne des Européens

Enquête Nielsen 2013

Les Français se montrent plus réservés que la moyenne envers l’enseignement disponible, révèle un sondage Nielsen. Seulement 56% d’entre eux estiment que le système éducatif favorise l’insertion professionnelle.

Au lendemain de la rentrée scolaire en France, une enquête internationale de Nielsen sur l’éducation souligne le scepticisme de nos compatriotes. (...)

L’enfance, un investissement d’avenir

Terra Nova

Cette note rédigée par une équipe* de spécialistes réunie par Terra Nova a pour objectif de poser les enjeux de la définition d’une politique de l’enfance : à une période clé du développement de l’individu, le politique doit mieux (...)

Evacuations de Roms : des niveaux jamais atteints !

Ligue des droits de l’homme et European Roma Rights Centre

Tout en prônant un « pacte de dignité », le gouvernement poursuit les évacuations violentes, brutales et inutiles.

Les nouvelles données délivrées par la Ligue des droits de l’Homme (LDH) et European Roma Rights (...)

Pourquoi une transition énergétique ?

Collectif

Afin de bien poser les cartes du débat public, plusieurs associations environnementales*, reviennent sur la nécessité d’expliquer, sur un site dédié, (http://transitionenergetique.org ) en quoi la transition énergétique est un (...)

Deuxième feuille de route pour la transition écologique : 50 mesures

Place publique

La deuxième Conférence environnementale pour la transition écologique s’est tenue les 20 et 21 septembre derniers, au Conseil Economique, Social et Environnemental. Ouverte par le président de la République, clôturée par le (...)

Lutte contre la pauvreté : L’Europe affiche les résultats

Place publique

En l’an 2000, la communauté internationale a décidé de réduire la pauvreté dans le monde et de sauver des millions de vies. Elle a défini huit objectifs du millénaire pour le développement (OMD), à réaliser pour 2015. Ces objectifs (...)

Education : 1 européen sur 5 a un faible niveau de compétences

Etude OCDE / Commission européenne

Une étude internationale sur les compétences des adultes publiée par l’OCDE et la Commission européenne souligne la nécessité d’améliorer l’éducation et la formation

D'après les résultats de la première étude internationale sur les compétences des adultes également connue sous le nom de programme pour l’évaluation internationale des compétences des adultes (PIAAC (...)

Moteur de recherche

Recherche simple
Soutenez Place Publique
SOMMAIRE du magazine