Vous êtes ici : Accueil / Magazine Décembre 2013

Magazine Décembre 2013

Editorial

L’Europe doit retrouver une respiration politique

Yan de Kerorguen

A quelques semaines des élections du Parlement Européen en 2014, l’Europe est à la croisée des chemins. Les mois et les années à venir seront décisifs pour l’avenir des citoyens des pays-membres.

L’enjeu ? Le choix entre une simple union politique d’état, une fédération d’États-nations ou des États-Unis d’Europe. En outre, la poursuite de l'intégration européenne aura pour condition le renforcement de la légitimité démocratique de l'Union et davantage de cohésion pour rendre plus avenant (...)

A quelques semaines des élections du Parlement Européen en 2014, l’Europe est à la croisée des chemins. Les mois et les années à venir seront décisifs pour l’avenir des citoyens des pays-membres.

L’enjeu ? Le choix entre une simple union politique d’état, une fédération d’États-nations ou des États-Unis d’Europe. En outre, la poursuite de l’intégration européenne aura pour condition le renforcement de la légitimité démocratique de l’Union et davantage de cohésion pour rendre plus avenant l’avenir des jeunes générations. Le chantier reste considérable.

C’est vrai, à première vue, l’horizon européen ne semble pas au beau fixe. Surtout quand on appartient à la jeune génération. L’UE compte près de six millions de jeunes chômeurs. Plus de 50 % des jeunes sont sans emploi en Espagne et en Grèce. Dans le même temps, plus de deux millions de postes restent vacants. Un tiers des employeurs affirment éprouver des difficultés à recruter du personnel possédant les qualifications dont ils ont besoin, ce qui témoigne d’un important déficit de compétences en Europe. L’Europe inquiète au risque de devenir un repoussoir qui encourage les replis identitaires. Le danger est là : que des forces politiques régressives capitalisent sur la déception populaire pour la mettre au service de l’exclusion, de la haine et de l’injustice.

On ne saurait le contester : l’Europe ne fonctionne pas bien, du fait des avancées très lentes relevant de son statut : car un seul pays peut bloquer les progrès attendus. Géant commercial, elle est malheureusement un nain politique. Entre les objectifs de protection sociale de base pour tous ou d’universalité des droits fondamentaux, et la réalité des politiques européennes sur le terrain – harmonisation par le bas, barrages croissants aux migrations et insécurité des travailleurs migrants –, l’écart reste important. Ajouté à cela le fait que les institutions de l’UE ne permettent pas aux citoyens de peser significativement sur les choix essentiels. Ce n’est pas le cas des lobbies représentant les intérêts des grandes entreprises et de la finance qui inspirent trop souvent des politiques incompatibles avec un développement durable et solidaire.

L’Europe mérite mieux. Les anathèmes et le European bashing reposent souvent sur le méconnaissance et le manque d’informations. Car tout n’est pas sombre dans le ciel du « vieux continent ». Nombre d’initiatives essentielles sont tout simplement ignorées ou mal diffusées. Rares sont les médias qui relaient les initiatives témoignant de la vitalité des échanges entre européens, ses progrès, ses innovations, le dialogue avec ses citoyens. Il est pourtant décisif pour l’Europe que les médias soient au rendez-vous afin d’évoquer, certes, les trains qui déraillent, mais rappeler aussi les promesses et les espoirs contenus dans les réformes et les actions menées par l’Europe. Sans oublier le grand absent : les initiatives citoyennes développées par les associations d’Européens. Citoyenneté, culture, numérique, éducation…autant d’outils pour relancer l’Europe du citoyen.

Lors du Forum mondial de la démocratie qui s’est tenu récemment, à Strasbourg, du 23 au 29 novembre 2013, le Conseil de l’Europe a invité les gouvernements et la société civile à tirer pleinement parti de la créativité en ligne en tant qu’outil de démocratie participative, pour enrayer la forte baisse de la participation politique.
Pour Amanda Clarke, de l’Université d’Oxford, qui a réalisé, pour le Conseil de l’Europe, une enquête sur le sujet (« Exploiter le web comme outil de démocratie : nouvelles pistes pour l’étude et la pratique de la démocratie numérique »), les réseaux sociaux, les blogs et les médias en ligne offrent aux citoyens des possibilités sans précédent d’accès direct à la vie publique. Les utiliser, s’en servir est un moyen d’affirmer sa citoyenneté et d’éviter de laisser ce champ aux intérêts privatifs. L’étude relève, au passage, un recul de la participation aux élections dans 40 des 49 démocraties du monde entre 2007 et 2013, ainsi qu’une baisse des adhésions aux partis, de la syndicalisation et d’autres formes d’expression démocratique. « L’intérêt que peut présenter Internet pour promouvoir la démocratie suscite d’énormes attentes, indique Amanda Clarke. Les gouvernements et les parlements devraient accorder davantage d’attention aux initiatives sur Internet et ne pas se contenter de reproduire en ligne les anciens outils comme les consultations et les assemblées publiques. La société civile est invitée à tirer pleinement parti des possibilités d’engagement à fort potentiel comme l’externalisation ouverte, le financement participatif et les campagnes virales sur les réseaux sociaux ».

Dans le domaine de la culture, l’UE a mis en place un programme important baptisé « Europe créative » destiné à soutenir la culture européenne, le cinéma, la télévision, la musique, la littérature, les arts du spectacle, le patrimoine et des domaines connexes. Il bénéficie d’un soutien exceptionnel de 1,46 milliard € pour les sept prochaines années - 9 % de plus qu’actuellement. « Ce programme dynamisera les secteurs de la culture et de la création. Il permettra à nos secteurs culturels dynamiques de créer de nouveaux emplois et de contribuer davantage à l’économie de l’UE, fait observer Androulla Vassiliou, commissaire européenne à l’éducation, à la culture, au multilinguisme et à la jeunesse. Grâce à ce programme, des milliers d’artistes talentueux pourront atteindre de nouveaux publics en Europe et au-delà, tout en favorisant la diversité culturelle et linguistique. Le mécanisme de garantie qu’il comporte, outre le fait qu’il implique un volume de subventions remarquable, dopera l’accès au financement pour des centaines de petites entreprises ».
Il subventionnera au moins 250 000 artistes et professionnels de la culture, 2 000 cinémas, 800 films et 4 500 traductions de livres. Il instituera également un nouveau mécanisme de garantie financière à concurrence de 750 millions € qui permettra aux petites entreprises culturelles et créatives d’avoir accès à des prêts bancaires. Les secteurs européens de la culture et de la création, qui représentent jusqu’à 4,5 % du PIB de l’UE, emploient plus de 8 millions de personnes. « Europe créative » les aidera à contribuer encore davantage à tirer le meilleur parti des possibilités nées du passage au numérique. Il leur permettra aussi de surmonter des problèmes tels que la fragmentation du marché et les difficultés d’accès aux financements, et contribuera à améliorer l’élaboration des politiques en facilitant le partage de savoir-faire et d’expérience.

En matière de citoyenneté, l’année 2013 a été riche en débats citoyens organisés par la Commission européenne. Là encore, la richesse des contributions a été peu relayée. Près de 40 « dialogues-citoyens » ont eu lieu dans les différents pays de l’Union européenne. L’avenir de l’Europe, les droits des citoyens et la sortie de la crise économique, c’était le thème du 37ème Dialogue-citoyens (voir en annexe) qui s’est tenu le 14 novembre à Marseille, en présence de Viviane Reding, Vice-présidente de la Commission européenne et Commissaire en charge de la justice, et de Christiane Taubira, Garde des Sceaux, Ministre de la justice du gouvernement français.
"J’entends beaucoup de questions émerger en France à propos de la direction que prend l’Union européenne : comment trouver le juste équilibre entre objectifs économiques et aspirations sociales ? Quelles réponses l’UE doit-elle apporter en matière de politique migratoire ? Quel avenir pour nos jeunes ? Les élections européennes de 2014 seront le moment pour les citoyens de faire un choix. Je suis encouragée par le fait que 60% des Français déclarent s’intéresser aux élections européennes ». a déclaré Viviane Reding à l’occasion de cet évènement.

Ce ne sont pas les initiatives qui manquent sur le plan de l’éducation. L’exemple le plus parlant est Erasmus+, le nouveau programme de l’UE pour l’éducation, la formation, la jeunesse et le sport, qui devrait débuter en janvier 2014. Destiné à améliorer les compétences et l’employabilité, ainsi qu’à soutenir la modernisation des systèmes d’éducation, de formation et de jeunesse, ce programme, étalé sur sept ans, sera doté d’un budget de 14,7 milliards d’euros, ce qui représente une augmentation de 40 % par rapport aux programmes actuels. Plus de quatre millions de personnes bénéficieront d’une aide pour aller étudier, suivre une formation, travailler ou faire du bénévolat à l’étranger, dont deux millions d’étudiants de l’enseignement supérieur. Cette mobilité des étudiants et des apprentis favorise également la mobilité des travailleurs entre les États membres. Les personnes qui ont déjà étudié ou suivi une formation à l’étranger sont plus enclins à y travailler plus tard.

Une chose est sûre, pour certains citoyens d’autres pays du monde, l’Union européenne reste un modèle, comme le montre, par exemple, ce qui se passe en Ukraine dont les habitants, dans leur majorité, souhaitent rejoindre l’Europe. L’intégration européenne, dont l’image était naguère positive dans l’esprit des peuples, doit renouer avec cet esprit de construction. Mais pas pour se transformer en forteresse. Au contraire, elle doit renouer avec sa mission première : être un éclaireur de la démocratie.

Mettons au crédit de l’Union européenne ses succès. Au delà de la prise en commun de mesures facilitant la vie de tous les jours du citoyen européen - tels le programme Erasmus pour les étudiants, la monnaie commune, l’Union budgétaire renforcée, l’intégration solidaire, les fonds structurels et le mécanisme européen de stabilité qui permet de financer cette solidarité, le contrôle aux frontières abolis - , il y a en premier lieu le rôle de garant de la paix que joue l’UE avec l’élimination en son sein des risques internes de conflits qui ont ensanglanté l’Europe pendant des siècles.

Last but not least, son rôle essentiel de défenseur du développement de la démocratie et des droits fondamentaux, en particulier dans les pays membres les plus récents sortis de dictatures. Soulignons aussi son action de leader en matière de coopération et de soutien envers les pays les moins avancés. Mais également la création d’une cour de justice et d’un Parlement participant à l’organisation des pouvoirs démocratiques et communautaires. Cette Europe politique, de justice, de paix et de fraternité, gagnerait à se doter d’une vraie légitimité politique avec l’élection d’un Président de la Commission européenne au suffrage universel.

Plutôt que de s’éterniser à évoquer l’“euroscepticisme”, dont les racines ne sont, en réalité, pas étonnantes dans une communauté d’Etats nations, ne serait-il pas plus profitable d’explorer davantage le bénéfice du fédéralisme qui a joué un rôle de tout premier plan dans le processus d’intégration européen ? Intégrer les différents Etats de l’Union dans cette vision d’une identité commune est forcément complexe, mais n’est ce pas un magnifique projet ?

Bonnes fêtes au théâtre

Sortir au théâtre : Sacrée soirée

Jean-Pierre Bourcier

L’hypnose peut faire éclater de rire à défaut d’endormir. En prenant un Feydeau de la meilleure plume et en mettant une pression étonnante sur les formidables comédiens du Français, Zabou Breitman pousse la mise en scène de ce "Système Ribadier" dans les étoiles. Sacrée soirée.

Ah ! ce « Système Ribadier ». Une trouvaille, une machine à rire identifiée vers la (...)

Instaurer la confiance dans les systèmes judiciaires en Europe

Place publique

À quoi ressemblera la politique de l’UE en matière de justice en 2020 ? Un Forum « les Assises de la justice », organisé les 21 et 22 novembre à Bruxelles s’est penché sur la question. 2/3 des Européens sont d’avis que le fonctionnement des systèmes judiciaires nationaux revêt un intérêt européen commun.

À quoi ressemblera la politique de l'UE (...)

Barbie ouvrière se rebelle contre le géant Mattel !

Place publique

Mattel, leader mondial du jouet, épinglé par les ONG Peuples Solidaires et China Labor Watch (CLW). Peuples Solidaires lance un Appel Urgent pour pousser Mattel à agir.

Noël approche à grands pas avec sa part de magie et de rêve. Pour Mattel, le numéro un de l’industrie du jouet dans le monde, c’est le jackpot. La réalité est toute autre dans les usines de fabrication en (...)

La Croix-Rouge française se lance dans le crowfunding

Place publique

Il ne s’agit pas d’éditer un livre, de contribuer à la création d’un film ou d’un album, ni de monter un supermarché collaboratif,.. la Croix-Rouge française lance une campagne de financement sur le site Ulule, premier site de (...)

Menaces en ligne : la cybercriminalité progresse

Place publique

Une enquête Eurobaromètre publiée le 22 novembre, révèle les conséquences de la cybercriminalité. Selon une enquête, les internautes de l’UE sont 76 % à penser que le risque d’être victime d’un acte de cybercriminalité a augmenté (...)

L’État de droit à nouveau pris pour cible en Hongrie

Hungarian Helsinki Committee, AEDH (Communiqué)

De nouvelles lois adoptées par le Parlement hongrois suscitent à nouveau des inquiétudes en termes de droits de l’Homme et de l’État de droit, alors que la plupart des précédentes objections soulevées par des organes internationaux (...)

Un mois après le passage du Typhon Haiyan, l’UNICEF dresse un premier bilan de la catastrophe

Communiqué

Un mois après le passage du typhon Haiyan aux Philippines, l’UNICEF dresse un lourd bilan de cette catastrophe. Aujourd’hui, on estime à 16 millions le nombre de personnes affectées dont 6,4 millions sont des enfants contre 1,7 (...)

ESS - Pour une autre économie : 60 propositions pour changer de cap

Labo de l’Economie Sociale et Solidaire

Dans le but de sortir de la crise par une révision profonde des modes de production et de consommation, le Labo de l’Economie Sociale et Solidaire (ESS) a identifié 60 propositions d’actions afin de remettre l’épanouissement personnel de chacun et l’action collective au centre de notre modèle de développement.

Ces propositions découlent d’un travail (...)

Roms : un pas juridique vers l’intégration

Place publique

Le 11 décembre 2013, les 28 États membres de l’Union Européenne se sont tous engagés à mettre en œuvre un ensemble de recommandations, visant à accélérer l’inclusion socioéconomique des communautés roms.

La recommandatio

Les objets connectés, nouveaux partenaires santé des Français ?

Résultats de l’enquête de L’Atelier BNP Paribas - Ifop *

11 % des Français possèdent au moins un objet connecté. Pour ces derniers le lien entre objet connecté et santé est évident. En effet, 50 % l’utilisent principalement pour surveiller ou améliorer leur santé ; 61% sont favorables à un (...)

L’écoconception : un avantage compétitif pour le secteur des jouets

Place publique

A l’approche de la Conférence de mise en œuvre de l’économie circulaire organisée par Le Ministère de l’Ecologie, l’ONG WECF interpelle les fabricants de jouets sur l’intérêt de développer une démarche d’écoconception pour mieux (...)

Interview

Patrick Doutreligne (Fondation Abbé Pierre) : « Il est temps de considérer le logement comme un investissement et non comme une dépense »

Propos recueillis par Muriel Jaouën

La Fondation Abbé Pierre a publié en 2013 son 18ème rapport sur le mal logement en France, qui confirme la dégradation de l’accès au logement pour une partie des ménages français. Son délégué général de la Fondation Abbé Pierre (...)

Evaluation de l’impact social : se mesurer pour progresser

par Sandrine L’Herminier

Les entreprises sociales coûtent cher à l’Etat ! C’est précisément pour lutter contre certaines idées reçues que les associations, entrepreneurs sociaux et fondations souhaitent évaluer leur impact social. Illustration avec le groupe (...)

Sondage - « 93 % des français considèrent que l’entreprise est un lieu où l’on se fait des amis »

Place publique

Dans leur dernier sondage* publié sur le site www.editions-tissot.fr, les Editions Tissot, spécialistes de publications en droit du travail à destination des employeurs, indiquent que 93 % des salariés, du privé comme du public (...)

Chronique

La loi du sexe

Le journal d’un retraité par Bruno Tilliette

J’ai eu la chance, jusqu’ici, de n’avoir jamais eu besoin de recourir aux services d’une prostituée. A priori, je pense n’en avoir pas non plus besoin dans les années qui me restent à vivre, d’autant plus que cela m’obligerait, (...)

Pascale Cossart, une chercheure exemplaire sur le front des maladies infectieuses

par Yan de Kerorguen

Il m’arrive parfois de passer le long de l’École supérieure de physique et de chimie industrielles, lieu où Pierre et Marie-Curie avaient leur laboratoire. Sur le côté, rue Pierre Brossolette sont exposées sur les murs des (...)

90% des entreprises signataires de la Charte de la Diversité se sont engagées

Place publique

La Charte de la diversité et le cabinet Inergie présentent la quatrième édition de « Bilan Diversité », une étude visant à identifier les actions mises en place par les entreprises signataires de la Charte de la diversité. Cette étude a été l’occasion de solliciter les retours d’expérience des 3 000 signataires de la Charte. Avec plus de 1 300 entreprises répondantes, « Bilan (...)

Moteur de recherche

Recherche simple
Soutenez Place Publique
SOMMAIRE du magazine