Vous êtes ici : Accueil /

Fils d’infos

Les pays européens doivent mettre fin aux évacuations forcées de Roms

Les pays européens doivent mettre fin aux évacuations forcées de Roms

Strasbourg, le 16 février 2016 – « De nombreux Roms continuent à faire l’objet de formes graves de discrimination et de violations des droits de l’homme de la part d’autorités aux niveaux national ou local. En particulier, des évacuations forcées, conduites sans respect des procédures ni proposition adaptée de relogement, persistent à travers l’Europe, au mépris des obligations internationales incombant aux Etats membres en matière de droits de l’homme », a déclaré aujourd’hui Nils Muižnieks, Commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe, en rendant publiques des lettres qu’il a envoyées aux gouvernements de l’Albanie, de la Bulgarie, de la France, de la Hongrie, de l’Italie, de la Serbie et de la Suède.

« Souvent, les autorités procèdent aux expulsions à très brève échéance et sans avoir consulté les familles concernées, auxquelles aucune solution de relogement adaptée n’est proposée. Cette situation augmente la vulnérabilité des familles roms, entrave leur intégration sociale et empêche leurs enfants d’être scolarisés normalement. Les Etats membres doivent respecter leurs obligations relatives aux droits de l’homme, en cessant de prendre de telles mesures et en s’employant davantage à trouver des solutions de relogement durables pour les familles roms. »

Moteur de recherche

Soutenez Place Publique

Initiatives

Zoom sur...

Le Courrier de Bovet

Date de création : 1950 Objectif : Organiser des échanges de correspondance entre des détenus et des personnes prêtes à leur apporter une écoute et un soutien moral (National). Activités : Créé en 1950, le Courrier de Bovet, du nom de sa fondatrice Madame de Bovet, est une association nationale loi 1901 qui propose aux détenus un accompagnement épistolaire afin de faciliter leur (ré)insertion ultérieure. Le Courrier de Bovet souhaite permettre la communication entre deux mondes différents, celui du dehors dont sont privés les détenus et celui du dedans, ignoré des correspondants. Il s’interdit (...)