Vous êtes ici : Accueil /

Fils d’infos

Les jeunes lancent un débat au Conseil de Paris pour améliorer la prise en charge des jeunes en grande difficulté

Les jeunes lancent un débat au Conseil de Paris pour améliorer la prise en charge des jeunes en grande difficulté

Les membres du Conseil Parisien de la Jeunesse ont exposé le 18 octobre 2011 en Conseil de Paris leurs propositions pour améliorer la prise en charge par la Ville de Paris des jeunes en grande précarité sociale, à savoir :

· apporter une information claire sur les dispositifs existants avec la publication d’un guide « Solidarité Jeunes » ;

· renforcer les aides municipales existantes et les adapter aux spécificités du public jeune : restaurants solidaires réservés aux jeunes, formation des agents des structures jeunesse à l’orientation des jeunes en situation d’urgence sociale, création de « référents jeunes » au sein des services sociaux, etc. ;

· soutenir les structures associatives spécialisées dans l’accompagnement du public jeune ;

· renforcer le dispositif parisien d’hébergement d’urgence et de transition et favoriser l’émergence de lieux d’accueil et d’hébergement réservés aux jeunes.

L’intervention a été suivie d’un débat organisé avec les groupes politiques et d’une réponse de l’exécutif représenté par Olga Trostiansky, adjointe chargée de la solidarité, de la famille et de la lutte contre l’exclusion, et Myriam El Khomri, adjointe chargée de la prévention et de la sécurité, qui s’engagent à répondre à l’urgence notamment en : · annonçant l’ouverture d’un lieu d’hébergement destiné aux jeunes filles dans le 9e arrondissement, dans le cadre d’un appel à projets lancé par la Ville ; · invitant des jeunes sans domicile et les membres du CPJ à participer à la réactualisation du Guide solidarité ; · renforçant la coordination des acteurs jeunesse sur les territoires ; · développant des dispositifs spécifiques tels que :
- le Fonds d’Aide aux Jeunes (FAJ), qui permet de verser une aide aux jeunes Parisiens durant leur parcours d’insertion via les structures de proximité ;
- les plateformes de mobilisation et de repérage des jeunes décrocheurs, afin d’éviter le risque de marginalisation ou d’enlisement des jeunes dans la précarité ; · réaffirmant le soutien de la Ville de Paris au tissu associatif ; · rappelant le rôle central du centre d’action sociale de la Ville de Paris (CASVP) et de ses équipements dédiés aux jeunes (Permanence sociale d’accueil de Belleville, centres d’hébergement George-Sand et Pixérécourt). Le Conseil Parisien de la Jeunesse a également dressé le bilan de ses travaux menés en 2010-2011 autour de cinq grands axes : · la santé : propositions pour répondre au mal-être des jeunes (recensement des structures existantes d’aide et d’appui psychologique destinées aux jeunes, participation à l’élaboration du stand de la Ville au festival Solidays) ; · le handicap : propositions sur l’accessibilité du Paris nocturne aux personnes en situation de handicap (rapprochement des publics en situation de handicap avec les autres publics à l’occasion d’événements festifs fédérateurs) ; · l’espace public : participation à la concertation sur le projet des Berges de Seine, réalisation d’un film sur les transports la nuit à Paris ; · la communication : réalisation d’une enquête sur les usages et attentes des jeunes Parisiens vis-à-vis de leur ville, lancement d’une web radio ; · les partenariats européens et internationaux : séminaires entre conseils de jeunes européens.

Moteur de recherche

Soutenez Place Publique

Initiatives

Zoom sur...

Le Courrier de Bovet

Date de création : 1950 Objectif : Organiser des échanges de correspondance entre des détenus et des personnes prêtes à leur apporter une écoute et un soutien moral (National). Activités : Créé en 1950, le Courrier de Bovet, du nom de sa fondatrice Madame de Bovet, est une association nationale loi 1901 qui propose aux détenus un accompagnement épistolaire afin de faciliter leur (ré)insertion ultérieure. Le Courrier de Bovet souhaite permettre la communication entre deux mondes différents, celui du dehors dont sont privés les détenus et celui du dedans, ignoré des correspondants. Il s’interdit (...)