Vous êtes ici : Accueil /

Fils d’infos

Le gouvernement iranien poursuit la ségrégation culturelle de la communauté bahá’íe.

Depuis 1979, le gouvernement iranien prive, volontairement et systématiquement, les étudiants bahá’ís de l’éducation universitaire qu’il est pourtant en mesure de leur fournir. Ces persécutions rentrent dans une stratégie de ségrégation culturelle au seul motif de leurs convictions religieuses. Depuis 2006, le gouvernement iranien, sous la pression internationale, feint de donner des signes d’ouverture qui ne sont que des manoeuvres pour masquer cette discrimination qui continue à perdurer.
Pour protester contre l’exclusion des baha’is des universités d’Iran, une Conférence, animée par Marc Kravetz, est organisée le Mercredi 1er avril 2009, à 19h00, par la LDH-section Sorbonne,amphithéâtre Gestion. 14, rue Cujas, Paris 75005.
Avec la participation de Karim Lahidji, président de la LDH iranienne, vice-président de la FIDH, Susan Perry, professeur à l’American University of Paris, spécialiste des droits de l’homme, Saeed Païvandi, maître de conférences, spécialiste du système éducatif iranien, Foad Saberan, psychiatre, membre de la communauté bahá’íe française, Chahla Chafiq, sociologue et écrivaine, signataire de la pétition des intellectuels iraniens « Nous avons honte »*._

(Plus d’infos : www.bahai.fr/interditsdapprendre)

Moteur de recherche

Soutenez Place Publique

Initiatives

Zoom sur...

Le Courrier de Bovet

Date de création : 1950 Objectif : Organiser des échanges de correspondance entre des détenus et des personnes prêtes à leur apporter une écoute et un soutien moral (National). Activités : Créé en 1950, le Courrier de Bovet, du nom de sa fondatrice Madame de Bovet, est une association nationale loi 1901 qui propose aux détenus un accompagnement épistolaire afin de faciliter leur (ré)insertion ultérieure. Le Courrier de Bovet souhaite permettre la communication entre deux mondes différents, celui du dehors dont sont privés les détenus et celui du dedans, ignoré des correspondants. Il s’interdit (...)