Vous êtes ici : Accueil /

Fils d’infos

L’année 2014 est une année où le fait antisémite est prépondérant quasiment sans discontinuer.

Rapport sur l’antisémitisme en France en 2014

Publication par le SPCJ des chiffres de l’antisémitisme en France en 2014

L’année 2014 est une année où le fait antisémite est prépondérant quasiment sans discontinuer.

En 2014, le nombre d’actes antisémites recensés sur le territoire français a doublé, passant de 423 en 2013 à 851 en 2014, soit une augmentation de 101 %.

Ces actes antisémites représentent 51 % des actes racistes commis en France alors que les juifs ne sont que moins de 1% de la population française.

Le nombre d’actions violentes est passé de 105 en 2013 à 241 en 2014, soit une augmentation de 130 %.

Il résulte de ces chiffres un accroissement très important et très préoccupant de la violence des actes antisémites.

Le CRIF estime que cette tendance confirme bien malheureusement la persistance, voir le renforcement des préjuges antisémites en France, parfois leur radicalité croissante qui fait qu’on passe de l’insulte à la violence de la violence au terrorisme, selon Roger Cukierman.

Le CRIF estime que le point critique a été largement dépassé. Il espère que des mesures puissantes et fortes seront prises dans les domaines de la prévention, la protection et l’éducation.

Pour mémoire, le recensement des actes antisémites commis sur le territoire français réalisé par le SPCJ se fait en étroite coopération avec le Ministère de l’Intérieur.

Moteur de recherche

Soutenez Place Publique

Initiatives

Zoom sur...

Le Courrier de Bovet

Date de création : 1950 Objectif : Organiser des échanges de correspondance entre des détenus et des personnes prêtes à leur apporter une écoute et un soutien moral (National). Activités : Créé en 1950, le Courrier de Bovet, du nom de sa fondatrice Madame de Bovet, est une association nationale loi 1901 qui propose aux détenus un accompagnement épistolaire afin de faciliter leur (ré)insertion ultérieure. Le Courrier de Bovet souhaite permettre la communication entre deux mondes différents, celui du dehors dont sont privés les détenus et celui du dedans, ignoré des correspondants. Il s’interdit (...)