Sujet
Réponses
Auteur
Dernier Message
1
Place Publique
Le 9/01/2006 à 05:53
8
Place Publique
Le 15/08/2007 à 13:40
7
Place Publique
Le 14/06/2007 à 12:22
PREMIERE | 1 | 2 | 3 | 4 |> |DERNIERE

Bas de page
Auteur
L’Aïd, Noël et la République
Place Publique
mardi 31 janvier 2006,
18:22

Un père de famille nous relate ses réflexions sur les jours fériés en France !

Mon fils, élève de 3ème au collège Longchamp à Marseille, a été renvoyé ce mardi 10 janvier 2006.
- Pour quelle raison, lui ai-je demandé, tu as fait quelque chose de grave ? Il m’explique qu’il était seul en classe ce matin et qu’il a eu l’autorisation de rentrer chez lui.
- Seul ? Mais où étaient tes camarades ? Que s’est-il passé ?
- Papa. C’est la fête de l’Aïd aujourd’hui. La dernière fois, pour la fête du Ramadan, c’était la même chose, nous étions quatre en classe et nous n’avons rien fait de la journée. Alors cette fois, les autres ont demandé à leurs parents de ne pas venir et moi, comme j’avais oublié, je me suis retrouvé tout seul.

Que faire ? Que dire ? Que lui dire ? Suite à un déménagement, mon fils est dans ce collège depuis cette année. Un collège public. Un collège de la République, qui est rythmé par le calendrier républicain, avec ses fêtes nationales et ses jours fériés. Ses jours fériés pour cause d’armistice, de fête du travail mais aussi pour cause de fête religieuse. Mais catholique, bien entendu. Pas de jour férié pour des fêtes musulmanes dans le calendrier républicain. Enfin ... pas vraiment. Pas officiellement. Parce qu’en l’occurrence, oui, ce mardi est la fête de l’Aïd et plus de la moitié des camarades de classe de mon fils, ou plus exactement, plus de la moitié de leurs parents, considère qu’aujourd’hui est un jour férié.

A défaut de véritablement poser un problème, ce cas de figure que nous rencontrons, mon fils et moi, pose au moins une question. Dans un pays qui compte dans sa population un grand nombre de citoyens de confession musulmane, faut-il officiellement décréter ces jours de fête religieuse comme de nouveaux jours fériés ? Notre société se doit sans doute de s’adapter à l’évolution des groupes qui la composent. Elle devrait intégrer ces modifications dans les textes de loi qui la constituent. Pourquoi finalement fêter Noël et pas l’Aïd ?

Et le principe de laïcité, me direz-vous ? Séparation de la société civile et de la société religieuse, l’Etat n’exerçant aucun pouvoir religieux et les Eglises aucun pouvoir politique (d’après la définition du Petit Robert). De ce divorce prononcé, affirmé et revendiqué par nos aînés, on constate encore aujourd’hui qu’il ne résout pas tout et que la coexistence demeure compliquée à gérer au quotidien. Certes, des raisons historiques peuvent justifier le déséquilibre entre les confessions au niveau des jours fériés. Mais le présent récent fait aussi parti de l’histoire et le développement démographique de certaines confessions nourrit l’idée d’une meilleure équité entre les mouvements religieux. A moins qu’il faille finalement supprimer Noël et d’autres jours fériés pour redonner à la République toute sa majestueuse neutralité ?
- oui, je suis d’accord avec toi mon fils, ce serait certainement plus juste.
- Mais... et les cadeaux ?

Aujourd’hui, si mon fils a gagné un jour de congé, lui et moi avons aussi gagné une occasion de discuter ensemble de cette société dans laquelle nous évoluons, de cette société qui n’est pas la même que celle que j’ai connue à son âge. A défaut de mathématiques ou de biologie, nous avons parlé et appris un peu sur la politique. Religieusement, bien entendu. Merci l’Aïd donc.

Julie
vendredi 3 février 2006,
11:12

Bonjour,
Je viens de "tomber" sur ce texte, complètement par hasard...et il me plaît énormément !!!!
C’est exactement les questions que je me pose quant à la Laïcité de notre Etat...
L’est-il vraiment ? "Exclure" ou ne pas prendre en compte une partie de la population française parce qu’elle n’a pas le même passé historique, culturel, religieux, au nom d’une soi-disant laïcité, est-ce encore possible à notre époque ? Pour la plupart des gens, les jours fériés sont bien évidemment loin de la religion catholique, on y voit surtout un jour de congé offert par l’Etat mais qu’en est-il des musulmans ? Si je ne m’abuse, l’Islam est la seconde confession religieuse présente en France...doit-on encore s’accrocher à notre passé religieux français et européen et en oublier que notre société a évolué ?


Réponse au message précédent par un visiteur non enregistré
mardi 21 mars 2006,
20:55

pour répondre à Julie,

Je peux la rassurer, au sujet des jours de congé donnés aux musulmans. Je viens d’apprendre, tavaillant pour le département que le jour du Ramadan est payé comme un jour de férié si un musulman travaille. Alors que de notre côté, travailler le jour de Noel n’apporte aucune rémunération supplémentaire ! Alors, soyons pragmatiques et arrétons les plaintes.


Réponse au message précédent par un visiteur non enregistré
dimanche 2 avril 2006,
11:01

C’est faux Julie, et en plus d’être stupide cette possibilité serait illégalle. tu dois confondre RTT, et autres..D’abord le RAMADAM dure un mois...tu vois Le département payer un mois aux musulmans pratiquants ???
En république, celui qui prend, ou qui est autorisé à prendre, une journée en dehors de celles fériées et programmées, assume : ou il n’est pas payé, ou elle correspond à une RTT.
Tu dois confondre, mais laisser passer ce genre de propos est dangereux, car il crée l’inverse de l’ennoncé.. Je ne te ferais pas l’injure de penser que tu pense ça, même si tu as le droit , mais alors affiche le. et discutant-en

p si je suis ton propos, entre juifs mususlmans, boudhistes, chrétiens, et autres , il deviendrait trés délicat de faire tourner n’importe quel boite, non ?
ne laissons pas passer ce genre de rumeurs nauséabonds. Il est important de bien vérifier ce qu’on déclare.
Cordialement
NL


Réponse au message précédent par yamina
lundi 25 septembre 2006,
13:10

Je confirme que cela est faux, cependant ce qui est vrai c’est qu’il est reconnu juridiquent de pouvoir disposer de quelques jours pour raisons religieuses...attention aux raccourcis outrancieux mais n ’oublions pas le débat initial:laicité totale, partielle ou intégration des traditions religieuses à l ’école pour tous ??


Réponse au message précédent par soula
dimanche 24 décembre 2006,
12:31

tu a raison


Réponse au message précédent par Mme coupé
jeudi 23 novembre 2006,
19:25

Pour votre information le jour de ramadan n’est pas considérer comme un jour férié et donc il n’est pas payé en tant que telle
je suis comptable spécialiste de la paie depuis 15 ans et je peux vous assurer que vos informations sont fausses.
Mme Coupé


mzungu
mercredi 8 février 2006,
14:34

Votre article pose bien le problème de la gestion au quotidien et adaptée à l’époque actuelle d’une décision de séparation du religieux et du laïc, qui pour être historique, n’en est pas moins déphasée en ce troisième millénaire.
J’apprécie beaucoup la façon diplomatique que vous avez de présenter les choses.
Mais c’est un autre aspect dont je voudrais parler : un établissement public comme celui de votre fils ne se doit-il pas d’assurer un accueil des élèves pendant le temps scolaire et ce, quel qu’en soit le nombre ?
J’ignore - mais j’espère que oui - si vous avez été prévenu du retour de votre fils par le collège, avant de lui ouvrir la porte.
Si ce n’est pas le cas, quelle responsabilité aurait été engagée en cas d’accident sur la voie publique au cours de ce retour ?
Apparemment tout s’est bien passé, tant mieux.

mzungu


Michel Mercier
mercredi 15 août 2007,
13:40

Bonjour.
C’est un riverain du collège qui se permet de réagir à votre article.(je suis l’antiquaire de le rue d’isoard).
Je pense qu’il faudrait repenser les calendriers scolaires en tenant compte de l’appartenance à telle ou telle religion des différents élèves.
Et cela évidemment relève du casse tête,peut être que l’oecuménisme pourrait constituer une solution.

Une autre ,plus simple serait tout simplement de rattraper les jours de fêtes religieuses au coup par coup.

Quoiqu’il en soit vous avez eu le mérite de soulever un débat passionnant qui est loin d’être clos.

Cordialement Michel Mercier


Haut de page