Vous êtes ici : Accueil /

Fils d’infos

Gervais GANTCHOU, père d’enfant français en grève de la faim illimitée pour ne pas être séparé des siens !

Ils sont trois —au moins trois ! et probablement beaucoup plus—, pères d’enfants français en rétention et menacés d’expulsion à court terme. Deux au Mesnil-Amelot, un à Vincennes.

Gervais Gantchou dont on lira l’histoire ci-dessous, Rody Sula, Congolais (RDC), en France depuis 1990. Toute sa famille vit en France, il est père de 6 enfants français. Tous deux sont en grève de la faim, ainsi qu’un étudiant (RDC), Serge Musasa Musuba, en France depuis 2000. Nabil ARAB, Marocain, père d’un fils français de 7 ans est au CRA de Vincennes. OQTF pris par le préfet du 92 (pierre-andre.peyvel hauts-de-seine.gouv.fr ) Pour faire savoir l’estime que vous portez aux préfets expulseurs et aux has been ministériels et présidentiels sur le départ (sans donner prise aux poursuite pour injure ou diffamation) :

Gervais GANTCHOU, père d’enfant français en grève de la faim illimitée pour ne pas être séparé des siens !

Pour garder l’honneur devant ses enfants et ses proches, pour obtenir que ses droits de père soient respectés, pour pouvoir vivre ici, M. GANTCHOU Gervais, ressortissant camerounais de 30 ans actuellement enfermé au Centre de Rétention Administrative du Mesnil Amelot (77), a entamé une grève illimitée de la faim il y a une semaine car il ne reste à cet homme que le corps pour protester, exprimer sa peur et sa douleur d’être expulsé vers un pays qu’il a quitté il y a douze ans et où personne ne l’attend. Gervais était âgé de 18 ans lorsqu’il est arrivé en France. Ses parents sont décédés au Cameroun quand il avait seulement 6 ans. Orphelin, il se retrouve durant toute son enfance et adolescence ballotté à droite à gauche au gré des humeurs de ces quelques proches ou amis de la famille, qui lui font comprendre très vite qu’il représente un fardeau pour eux.

Lorsqu’il a enfin 18 ans, son seul rêve est de rejoindre la France où lui a-t-on dit tous les hommes vivent égaux. C’est en France que vivent aussi son frère aîné de nationalité française et sa sœur titulaire d’une carte de résident de 10 ans. Les seules attaches familiales qu’il possède se trouvent donc en France.

Gervais est le père de deux petites filles françaises : l’une née en 2005 avec laquelle il n’est hélas plus en contact en raison des relations conflictuelles avec la mère et la seconde Kellya née en 2007 et scolarisée dans le 91. Cette dernière est très attachée à son père et se trouve aujourd’hui très affectée psychologiquement par cette éventuelle expulsion. Monsieur apporte multiples preuves qu’il participe activement à l’entretien et à l’éducation de sa fille, notamment le témoignage de la mère de cette dernière.

C’est en sa qualité de père d’enfants français qu’il entreprend plusieurs démarches de régularisation pour lesquelles il obtient des récépissés de séjour en 2007 puis durant toute l’année en 2010 mais qui se sont toutes soldés par des Obligations de Quitter le Territoire Français.

Alors qu’il répond aux critères de régularisation, l’administration préfectorale s’acharne sans retenue aucune à le maintenir dans la précarité et l’illégalité. Sans titre de séjour il est difficile, voire impossible de trouver un travail stable.

Pour survivre et faire vivre sa famille, Gervais commet un jour un délit mineur pour lequel il écope d’une double peine : 2 mois et demi de prison et une peine complémentaire d’interdiction du territoire Français d’un an alors qu’il a payé sa dette à la société et ne constitue aucune menace pour notre pays. Monsieur n’aspire qu’à pouvoir vivre dignement, obtenir un titre de séjour pour pouvoir travailler et vivre auprès de ceux qu’il aime sans épée de Damoclès sur la tête.

A cet effet, son avocate a introduit une demande d’assignation à résidence en vue d’obtenir le relèvement de l’Interdiction du Territoire Français dont il fait l’objet.

Une expulsion du territoire français empêcherait non seulement M. Gervais de participer à l’éducation de sa fille mais briserait aussi les liens reconnus par la loi et les conventions internationales dont la France est signataire. Gervais a perdu tous les recours depuis 20 jours qu’il est en rétention. Son ultime espoir de libération sera l’audience du juge et des libertés à Meaux ce lundi 14 mai.

D’ici là, il entend fermement continuer sa grève de la faim quels que soient les risques d’atteintes à son intégrité physique.

Il n’est évidemment pas trop tard pour Monsieur le préfet du Val de Marne d’user de son pouvoir discrétionnaire pour mettre fin à cette ignominie si a ses yeux toutes les vies se valent. Malika CHEMMAH RESF 93

Vous pouvez envoyer fax, mails au préfet du Val de Marne pour demander, sans injure ni diffamation la libération de M. Gervais GANTCHOU : Préfet : Pierre DARTOUT mail : pierre.dartout val-de-marne.pref.gouv.fr Fax 01 49 56 64 17

Nicolas Sarkozy et ses conseillers Elysée fax : 01 47 42 24 65 Conseiller spécial Henri Guaino henri.guaino elysee.fr Secrétaire général xavier.musca elysee.fr guillaume.larrive elysee.fr

Ministère de l¹Intérieur claude.gueant interieur.gouv.fr Directeur de cabinet : stephane.bouillon interieur.gouv.fr Directeur de cabinet-adjoint : georges-francois.leclerc interieur.gouv.fr Les membres du cabinet chargés de l¹immigration : pierre.regnault-de-la-mothe interieur.gouv.fr henri.zeller interieur.gouv.fr christophe.reynaud interieur.gouv.fr

Secrétariat général à l¹Immigration : Fax : 01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00 Secrétariat général secretariat-general immigration-integration.gouv.fr Secrétaire général : stephane.fratacci immigration-integration.gouv.fr Directeur de cabinet : gautier.beranger immigration-integration.gouv.fr 01 77 72 62 66 Chef de cabinet : charlotte.orgebin immigration-integration.gouv.fr 01 77 72 62 40

Moteur de recherche

Soutenez Place Publique

Initiatives

Zoom sur...

Le Courrier de Bovet

Date de création : 1950 Objectif : Organiser des échanges de correspondance entre des détenus et des personnes prêtes à leur apporter une écoute et un soutien moral (National). Activités : Créé en 1950, le Courrier de Bovet, du nom de sa fondatrice Madame de Bovet, est une association nationale loi 1901 qui propose aux détenus un accompagnement épistolaire afin de faciliter leur (ré)insertion ultérieure. Le Courrier de Bovet souhaite permettre la communication entre deux mondes différents, celui du dehors dont sont privés les détenus et celui du dedans, ignoré des correspondants. Il s’interdit (...)