L’Agenda du réseau Place Publique

le 9 octobre 2012 à 19h15

Doit-on moraliser la rémunération des grands dirigeants ?

diminuer augmenter Bookmark and Share

Depuis de nombreuses années, les chroniques économiques sont alimentées d’affaires et de scandales portant sur le montant des rémunérations des dirigeants d’entreprises publiques. Salaires excessifs, cumul des mandats, conditions de départs manifestement favorables, la crise économique a replacé ces questions au cœur des débats publics.

Le projet de décret présenté par Pierre Moscovici le 13 juin dernier prévoit que la rémunération des dirigeants mandataires sociaux sera désormais plafonnée à 20 fois la moyenne des plus bas salaires des principales entreprises publiques. Cette mesure sera applicable dès sa publication au Journal Officiel pour la quinzaine d’entreprises où l’Etat est majoritaire (EDF, Areva, La Poste, SNCF,…). Pour ce qui est de celles où l’Etat est actionnaire, mais pas majoritaire, (France Télécom, Renault, Air France,…) ses représentants proposeront en conseil d’administration la mise en place de la nouvelle règle, mais ne pourront l’imposer.

A travers cette décision, le Gouvernement entend moraliser les rémunérations des patrons d’entreprises publiques, au nom de la cohésion sociale et de l’exemplarité. Au-delà du symbole, plusieurs questions restent néanmoins en suspens : quel est le véritable périmètre de cette mesure ? Son efficacité est-elle garantie ? Existe-t-il des failles qui la rendront contournable ? Quel impact aura-t-elle dans la gestion de l’argent public ? Mais surtout, n’est-elle pas annonciatrice du débat à venir sur la limitation des salaires dans les groupes privés ?

La 101ème édition des « Alter Mardis : Parlons solutions » sera l’occasion de débattre de l’échelle des salaires dans l’entreprise publique. Pour la rentrée des AMPS, trois think tanks ont répondu à notre invitation et livreront leurs analyses et propositions. Rendez-vous le mardi 9 octobre à partir de 19h00, à La Bellevilloise (19-21 rue Boyer – 75020), autour de Marc-Olivier Padis (Vice-président de Terra Nova), Willy Pelletier (Coordinateur général de la Fondation Copernic) et Agnès Verdier-Molinié (Directrice de l’IFRAP).

Mardi 9 octobre

de 19h15 à 20h45

à La Bellevilloise

19-21 rue Boyer

75020 Paris

Métro : Gambetta (lignes 3 et 3 bis)

Station Vélib 20121 : 27, rue Boyer - 75020

Moteur de recherche

Soutenez Place Publique

Initiatives

Zoom sur...

Le Courrier de Bovet

Date de création : 1950 Objectif : Organiser des échanges de correspondance entre des détenus et des personnes prêtes à leur apporter une écoute et un soutien moral (National). Activités : Créé en 1950, le Courrier de Bovet, du nom de sa fondatrice Madame de Bovet, est une association nationale loi 1901 qui propose aux détenus un accompagnement épistolaire afin de faciliter leur (ré)insertion (...)