L'Observatoire

Economie et social

Villes en mouvement

Solidarités

diminuer augmenter Bookmark and Share

Consommation collaborative : le covoiturage urbain

Enquête OuiHop’-OpinionWay, le 14/10/2015

Le Français est « égoïstement altruiste ». Devant le sentiment d’un inéluctable délitement de la citoyenneté, de nouvelles pratiques se font jour telles la consommation collaborative.Parmi ces nouveaux usages, le covoiturage urbain pourrait s’imposer comme un nouveau standard du mieux-vivre ensemble de demain.

· La citoyenneté d’aujourd’hui est avant tout passive : 77% des Français estiment que la citoyenneté consiste avant tout à respecter la loi et 55% à se montrer courtois

· Un constat inéluctable : 83% perçoivent le déclin de la citoyenneté et 64% estiment que la principale érosion est due aux incivilités.

· Le sentiment de recul de la citoyenneté se traduit par un manque de confiance dans l’investissement des autres : seuls 27% des personnes interrogées estiment que les Français ont le plus souvent un comportement citoyen dans la vie quotidienne.

· Les Français s’exonèrent eux-mêmes de leurs propres responsabilités : 90% des Français estiment avoir le plus souvent un comportement citoyen au quotidien. Ce très fort décalage traduit un sentiment d’inéquité, qui pousse d’autant plus à se désinvestir de la vie citoyenne.

· Un nouvel aspect constitutif de la citoyenneté de demain : 67% des Français perçoivent le covoiturage urbain comme un acte citoyen motivant à plusieurs titres, dont 81% des 18 à 24 ans.

OuiHop’, un nouveau service de transport local participatif fondé sur le principe de l’auto-stop connecté est une solution complémentaire au transport en commun. OuiHop’ veut aller plus loin dans l’acte citoyen avec une nouvelle communauté d’entraide pour se déplacer sur de courts trajets. Les déplacements se font désormais en bonne intelligence, de façon réellement partagée. Il n’y a aucune indemnité versée par le piéton à l’automobiliste. Le piéton paie un abonnement illimité pour 2€/mois. Quant à l’automobiliste, plus il participe au service, plus il est récompensé par des bons cadeaux tels que des bons d’essence.

L’enquête OuiHop’-OpinionWay a sondé les Français* pour recueillir leur point de vue sur l’exercice de la citoyenneté au quotidien et analyser les maux et les symptômes de cette crise de confiance liée à la dégradation des actes citoyens. En voici les principaux enseignements :

1. La citoyenneté : une notion en pleine redéfinition, qui ne se fait pas sans heurts

La citoyenneté apparaît en pleine transformation aux yeux des Français : d’une citoyenneté active dans laquelle on s’engage, on passe à une citoyenneté passive, dans laquelle on s’investit peu.

- Les principaux actes citoyens sur lesquels s’accordent la majorité des Français ont trait à des actions passives comme le respect, et plus précisément le respect que l’on doit aux lois (77%) et aux autres : 55% des Français estiment qu’être citoyen, c’est se montrer courtois vis-à-vis des autres. Les jeunes de 18 à 24 ans, en particulier, identifient la courtoisie comme un acte citoyen (61%) mais aussi les personnes au chômage (64%) et celles travaillant à leur compte (61%). Par ailleurs, 51% des Français définissent la citoyenneté par le respect de l’environnement. Il s’agit là d’un nouvel aspect de la citoyenneté, particulièrement valorisé par les personnes âgées de 65 ans et plus (63%).

- L’obligation fiscale, qui s’impose aux contribuables, est un autre aspect passif de la citoyenneté. Le fait de payer ses impôts est considéré comme un acte citoyen par 47% des Français et en particulier par les plus concernés par cet aspect, c’est-à-dire les plus gros contributeurs (60% des Français dont les revenus du foyer sont supérieurs à 3500 euros par mois) les retraités (56%). Les actes de solidarité et le bénévolat tiennent une place nettement moins importante : respectivement un tiers et 13% des Français qui les identifient comme des actes de citoyenneté.

Les actes qui demandent une démarche personnelle des citoyens et un investissement dans une action collective apparaissent en retrait.

- Le vote, pilier traditionnel de la citoyenneté, ne constitue un acte citoyen que pour une courte majorité des Français (56%).

- Les actes les plus engageants viennent ensuite : 33% des Français associent la solidarité envers les plus faibles à la citoyenneté, 13% y associent le bénévolat, 6% l’engagement en politique, 6% les dons, 5% l’hébergement de réfugiés politiques et 5% le fait de se syndiquer.

En définitive, la citoyenneté exige un juste équilibre entre droit et devoir, comme en témoignent 75% des Français. Un clivage important existe sur la perception de cet équilibre. Plus de 40% des Français estiment qu’il y a suffisamment de droits (44%) et suffisamment de devoirs (43%). Simultanément, 37% estiment qu’il y a insuffisamment de devoirs et 35% qu’il y a insuffisamment de droits.

- Ceux qui réclament davantage d’implication dans le collectif via plus de devoirs sont davantage représentés parmi les personnes âgées de 65 ans et plus (50%), celles dont les revenus du foyer sont supérieurs à 3500 euros par mois (55%) et les cadres (52%).

- Ceux qui prônent une citoyenneté où les droits seraient plus nombreux sont, eux, davantage représentés parmi les personnes âgées de 18 à 24 ans (41%), celles dont les revenus du foyer sont inférieurs à 1000 euros par mois (52%) et les personnes au chômage (50%).

2. Une recomposition de la citoyenneté dominée par un sentiment de délitement

Les Français perçoivent la citoyenneté comme étant en déclin : pour plus de 80% des personnes interrogées, les Français ont un comportement moins citoyen qu’il y a quelques années (83%). Malgré quelques variations d’intensité, ce sentiment de recul des comportements citoyens concerne massivement toutes les catégories de population, toutes générations et toutes proximités partisanes confondues.

La citoyenneté apparaît menacée par la crise économique, politique et sociale que traverse actuellement la France. Les personnes interrogées identifient de nombreux facteurs qui mettent la citoyenneté en danger :

- Les comportements individuels sont la première menace sur laquelle les Français s’accordent : les incivilités (64%), principale facteur d’érosion de la citoyenneté, gangrènent au jour le jour le sentiment d’appartenance à la collectivité ; le manque d’autorité parentale (48%) et le repli individualiste (46%) font aussi partie des principaux problèmes identifiés.

- Les difficultés socio-économiques représentent une autre menace : la tension économique dans le pays (48%), particulièrement soulignée par les personnes âgées de moins de 35 ans (47%) pour lesquels il s’agit de la menace numéro 1, au même titre que les incivilités ; les inégalités sociales (45%) ; les discriminations (35%) ; le manque de solidarité (35%).

- Enfin, beaucoup perçoivent aussi une menace en provenance du système politique actuel : le comportement des hommes politiques (48%), un facteur vécu comme plus corrosif par les personnes n’ayant pas de diplôme (54%) ; l’inefficacité des pouvoirs publics (42%) ; le discours des hommes politiques (35%) et la domination de la finance sur la politique (33%).

Ce sentiment de recul de la citoyenneté se traduit par un manque de confiance dans l’investissement des autres : seuls 27% des personnes interrogées estiment que les Français ont le plus souvent un comportement citoyen dans la vie quotidienne. Et pourtant, lorsqu’ils s’évaluent eux-mêmes, 90% des Français estiment avoir le plus souvent un comportement citoyen au quotidien. Ce très fort décalage ne peut qu’entraîner un sentiment d’iniquité, qui pousse d’autant plus à se désinvestir de la vie citoyenne.

On constate, et sans surprise, que les gestes citoyens que les Français réalisent le plus volontiers sont ceux qui demandent un investissement mesuré : tenir la porte (94% déclarent le faire systématiquement ou souvent), prévenir lorsque quelqu’un vient de perdre quelque chose (91%), laisser sa place à une femme enceinte (88%), prévenir les secours (82%) : autant d’actions réalisées en quelques secondes et sans grand effort. Signaler un écart de caisse à un caissier, aider une personne âgée à porter ses courses ou un aveugle à traverser une route ou encore s’interposer lorsque l’on est témoin d’une agression : ces actions un peu plus chronophages ou impliquant une mise en danger ou une « perte » sont réalisées régulièrement par une part moins importante des Français (respectivement 60%, 57%, 54% et 51%). Enfin, des actions demandant un investissement conséquent comme s’occuper de personnes âgées (38%) ou de personnes défavorisées (32%), donner son sang (27%) ou encore faire un don à un SDF (26%) sont nettement moins courantes.

« Sous pression économiquement, et plus que jamais défiant face aux politiques, une majorité écrasante de Français rejette la responsabilité sur l’autre », commente Franck Rougeau, co-fondateur de OuiHop’. « Face aux développement des incivilités, le « c’est pas moi, c’est l’autre » créé un véritable cercle vicieux qui entretient un certain délitement de la citoyenneté ».

3. Le covoiturage urbain : un acte citoyen auquel on adhère mais sous condition

Le covoiturage urbain est perçu comme un acte citoyen motivant à plusieurs titres. Les deux tiers des Français qualifient le covoiturage d’acte citoyen (67%). Cette conviction est plus répandue chez les personnes âgées de 18 à 24 ans (81%).

« Cet engouement pour l’économie collaborative se vérifie dans les faits : près de la moitié des Français ont eu recours à une pratique de consommation collaborative en 2014**, » ajoute Jean-Baptiste Boneu, co-fondateur de OuiHop’. « Le covoiturage progresse de 26% en 2015*** : les Français plébiscitent cette nouvelle pratique collaborative non seulement pour répondre à un besoin pratique mais aussi comme un moyen de mieux vivre ensemble ».

Au-delà d’un moyen de faire des économies en réduisant les frais d’essence (57%), les Français disposant d’une voiture voient dans le covoiturage urbain d’autres aspects incitatifs : la réduction de la pollution (45%) vient en tête et entre en résonnance avec l’importance du respect de l’environnement dans la nouvelle définition de la citoyenneté évoquée précédemment. Viennent ensuite d’autres arguments qui évoquent eux aussi une implication citoyenne : le fait de se rendre utile (36%), l’absurdité de laisser des places inutilisées dans sa voiture (34%) et le sentiment que cela fait partie du savoir-vivre (24%).

En tant que passager, la motivation principale, pour près de la majorité des Français, a trait à la réduction du temps de transport (42%). Viennent ensuite la possibilité de voyager dans de meilleures conditions (26%), de ne pas faire le trajet seul (25%) et de faire de nouvelles rencontres (18%). Par ailleurs, 6% ajoutent spontanément que cela leur permettrait de faire des économies.

La confiance entre utilisateurs constitue un prérequis au fonctionnement d’un service de covoiturage urbain. La suspicion qu’entretiennent les Français vis-à-vis des autres se répercute ici en constituant le premier frein au recours au covoiturage. La majorité d’entre eux, que ce soit comme conducteur ou comme passager, estiment que la première chose qui les empêcherait de faire du covoiturage est la peur de faire une mauvaise rencontre (53% lorsqu’ils s’imaginent conducteurs, pour ceux qui possèdent une voiture, et 50% lorsqu’ils s’imaginent passager) et 38% redoutent la conduite du conducteur. Les femmes sont plus nombreuses à envisager un potentiel danger. Cette méfiance est donc le principal frein à désamorcer, par exemple via un système de recommandation entre utilisateurs.

Pour les déplacements du quotidien, la difficulté à s’engager sur des horaires et à devenir dépendant d’un covoitureur constitue aussi une barrière importante. Ainsi, 37% des conducteurs potentiels ne souhaitent pas s’engager sur des horaires, 39% des passagers potentiels revendiquent leur besoin de ne pas être dépendant de quelqu’un d’autre et respectivement 24% et 20% estiment que ce serait trop complexe à organiser. Ces freins peuvent être facilement levés par un système efficace et pratique de mise en relation entre les covoitureurs potentiels. Enfin, plus en retrait, le désir d’être seul constitue le frein le moins évoqué (12% pour les passagers et 24% pour les conducteurs).

« Les transports et les mobilités en ville sont un champ d’expérimentation pour de nouvelles offres collaboratives », conclut Laurent Maghdissian, co-fondateur de OuiHop’. « Le covoiturage urbain constitue un acte citoyen par lequel les Français expriment leur recherche de partage, caractéristique des aspirations des jeunes générations, et une réponse à leurs préoccupations écologiques ».

*Méthodologie de l’enquête :

Cette étude a été réalisée auprès d’un échantillon de 1009 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d’âge, de catégorie socioprofessionnelle, de catégorie d’agglomération et de région de résidence. L’échantillon a été interrogé en ligne sur système Cawi (Computer Assisted Web Interview). Les interviews ont été réalisées les 16 et 17 septembre 2014.

** Source Crédoc 2014

*** Fevad, étude sur les sites de vente en ligne le 27 janvier 2015

A propos de OuiHop

Créée par Laurent Maghdissian, Jean-Baptiste Boneu et Franck Rougeau, OuiHop’ est une application mobile de transport local participatif fondé sur le principe de l’auto-stop connecté pour faciliter les déplacements quotidiens ou occasionnels. Grâce à la géolocalisation, OuiHop’ met à disposition de l’utilisateur les différents trajets existants disponibles autour de lui et met en relation, sans réservation, des piétons avec des automobilistes qui vont dans la même direction. Les utilisateurs piétons de OuiHop’ peuvent utiliser le service de façon illimitée pour 2€ par mois. Les automobilistes s’inscrivent gratuitement et cumulent des Hopiz (monnaie virtuelle) convertissables en coupons de réduction, chèques carburants, cadeaux, billets de loterie.


Vos commentaires

Moteur de recherche

Recherche simple
Soutenez Place Publique

Dans la même thématique (Economie et social)


Dans la même thématique (Villes en mouvement)


Dans la même thématique (Solidarités)