Vous êtes ici : Accueil /

Fils d’infos

Collectif Roosevelt : "La gauche n’a plus le droit à l’erreur"

La gauche n’a plus droit à l’erreur

Parce qu’elle l’a vu naître, parce que comme vous, plus de 88 000 citoyens l’ont rejoint, 2012 restera pour le collectif Roosevelt une année importante. Mais parce que le gouvernement n’a pas su répondre à l’espoir suscité par l’élection de François Hollande, 2012 restera aussi pour nous une année décevante.

Provoquer un sursaut, tant dans l’esprit de nos dirigeants que dans la société, demeure donc une nécessité urgente. Car si le gouvernement nous a déçus, l’espoir de voir enfin une société plus juste est toujours là.

Pour être plus efficace, l’assemblée générale du collectif a défini deux grandes priorités pour 2013 : la séparation des activités bancaires et la lutte contre le chômage et la précarité.

Présenté fin décembre en conseil des ministres, le projet de loi sur les banques arrivera dans quelques semaines à l’Assemblée. D’ici là, et jusqu’à l’adoption définitive de la loi, nous allons continuer à nous battre pour obtenir une vraie séparation des banques d’affaires et des banques de dépôt. Près de 20 000 personnes et une dizaine de réseaux ont déjà rejoint l’appel que nous avons lancé sur www.MonAdversaireCestLaFinance.fr. Si vous ne l’avez pas encore fait, signez cet appel dès maintenant et diffusez-le autour de vous.

François Hollande a par ailleurs déclaré qu’il souhaitait inverser la courbe du chômage d’ici fin 2013 ? Nous entendons bien l’aider à atteindre cet objectif en lui rappelant les mesures proposées par le collectif en ce sens.

« La gauche n’a plus droit à l’erreur » est le titre du nouveau livre écrit par Pierre Larrouturou et Michel Rocard pour pousser nos dirigeants à l’audace et provoquer chez eux le sursaut nécessaire. Disponible dans les librairies le 16 janvier, ce livre reprend et approfondit le contenu du manifeste Roosevelt 2012, son analyse de la crise et les propositions qui sont faites pour en sortir. Mais surtout, il devrait donner une visibilité importante à nos idées et les faire entrer durablement dans le débat.

Dans les prochains jours, Michel Rocard et Pierre Larrouturou seront ainsi présents dans de nombreux médias : La matinale de France Inter et Le Grand Journal de Canal+ le mardi 15, chez Nicolas Poincaré sur Europe 1 le mercredi 16, les Grandes Gueules sur RMC le lundi 21, et bien d’autres encore. Ecoutez ces émissions et manifestez votre intérêt auprès des médias par mail, par téléphone ou SMS. C’est une manière utile et efficace de soutenir notre action.

Les voyants sont au rouge et il n’y a pas un jour sans mauvaise nouvelle mais notre volonté est intacte. 2012 a été l’année de la naissance et de la mise en place du collectif. 2013 doit être celle du combat et des premières victoires.

Lors de l’assemblée générale de l’association qui s’est tenue avant les fêtes, Edgar Morin et Patrick Viveret ont insisté sur un point capital : nous n’avons pas en face de nous des personnes cyniques ou nulles, nous avons en face de nous des croyances solidement ancrées dans l’esprit des gens, doublées parfois d’une couche épaisse de résignation et de fatalité. Changer ces croyances et combattre cette résignation ne sera pas chose aisée mais nous devons nous y atteler, et surtout ne pas nous résigner nous-mêmes. Tout ne dépend pas de nous, mais ce qui dépend de nous, il faut le continuer sans relâche.

Moteur de recherche

Soutenez Place Publique

Initiatives

Zoom sur...

Le Courrier de Bovet

Date de création : 1950 Objectif : Organiser des échanges de correspondance entre des détenus et des personnes prêtes à leur apporter une écoute et un soutien moral (National). Activités : Créé en 1950, le Courrier de Bovet, du nom de sa fondatrice Madame de Bovet, est une association nationale loi 1901 qui propose aux détenus un accompagnement épistolaire afin de faciliter leur (ré)insertion ultérieure. Le Courrier de Bovet souhaite permettre la communication entre deux mondes différents, celui du dehors dont sont privés les détenus et celui du dedans, ignoré des correspondants. Il s’interdit (...)