L'Observatoire

Sciences et société

Santé

diminuer augmenter Bookmark and Share

Aujourd’hui on sait réparer le cerveau d’un ordinateur mais pas celui d’un humain, faute de moyens !

Communiqué de la Fédération pour la Recherche sur le Cerveau, le 10/03/2014

A la veille de la 14ème campagne nationale pour le Neurodon*, la Fédération pour la Recherche sur le Cerveau (FRC)** fait part de ses inquiétudes car la recherche sur le cerveau et ses maladies*** manque de plus en plus de moyens. En effet, bien que ces maladies constituent le plus grand défi de santé publique du XXIème siècle, rien ne semble bouger ! Toujours pas de Plan Cerveau à l’horizon !

Les neurosciences ne touchent-elles donc pas les agences sanitaires et ministères concernés ?

Tous les acteurs impliqués dans le combat contre les maladies neurologiques et psychiatriques : chercheurs, sociétés savantes, associations de patients s’interrogent sur le silence des autorités de santé. Quels sont les motifs pour lesquels les tutelles ne considèrent pas comme une priorité nationale de préserver notre mémoire, de comprendre le développement du cerveau, de trouver les clés pour surmonter les addictions, ou encore de vaincre la maladie d’Alzheimer ou celle de Parkinson ? », souligne Jean-Marie Laurent le nouveau Président de la FRC.

Alors que 3 personnes sur 10 (soit plus de 15 millions de Français) sont concernées, alors que le nombre de malades risque de doubler entre 2020 et 2040, ces maladies du cerveau ne sont pas au centre des préoccupations des autorités de santé ! Toujours pas de Plan Cerveau !

Quant aux chercheurs, ces derniers manquent cruellement de ressources pour constituer des équipes performantes, s’équiper de petit matériel ou de techniques de pointe. Il devient donc urgent de les aider à poursuivre leurs travaux visant à comprendre le cerveau et son fonctionnement afin de trouver des traitements plus efficaces, préventifs et curatifs qui guériront un jour prochain les maladies du cerveau.

La FRC se bat pour trouver des financements et le Neurodon aide à lutter contre ...

→ ... la crise de vocation des jeunes et la fuite des cerveaux

Les résultats de la dernière enquête initiée auprès des chercheurs par la FRC révèlent un besoin criant de reconnaissance de la Recherche Fondamentale en Neurosciences. Ce déficit d’image entraîne une crise de vocation dans ce secteur et par conséquent, une désaffection et une démotivation des jeunes Français à entreprendre ou poursuivre des études de recherche en France.

« En France, la situation de la recherche en Neurosciences se dégrade à tel point qu’elle pousse les jeunes chercheurs à s’exiler dans d’autres pays faute de moyens professionnels » déplore Carole Chapin, présidente de la Confédération des Jeunes Chercheurs. 70% des laboratoires interrogés ont besoin de doctorants et de post doctorants d’après l’enquête de la FRC.

→... une panne de l’innovation dans les maladies du cerveau « Les innovations thérapeutiques concernant les maladies du cerveau, telles que la maladie de Parkinson ou d’Alzheimer, restent au point mort depuis trop longtemps puisqu’il n’y a pas eu de nouveaux traitements curatifs durant ces dernières décennies » regrette le professeur André Nieoullon, Président du Conseil Scientifique de la FRC.

→… le risque de fermeture des établissements de recherche en Neurosciences « De nombreux projets de recherche restent bloqués du fait d’un manque de financement. Ce qui oblige parfois certains établissements à fermer leurs portes faute de moyens ! » précise le Professeur Nieoullon. « Notre objectif : aider la recherche pour favoriser une meilleure compréhension du cerveau et de son fonctionnement, permettre la découverte de nouveaux traitements et médicaments, mieux soigner et à terme guérir les maladies du cerveau » explique Jean-Marie Laurent.

La générosité du public est donc de nouveau sollicitée lors de la 14ème campagne du Neurodon 2014 qui se déroule durant la Semaine du Cerveau. Pour rappel, en 2013, 220 projets de recherches ont été financés grâce au Neurodon.

Que promet 2014 ? L’alerte « la décennie à venir doit être celle du cerveau » qui fédère tout le secteur des neurosciences, témoigne de l’état d’urgence de la situation. Plus les signataires seront nombreux, plus la FRC aura les moyens de convaincre les pouvoirs publics de mettre en place un Plan Cerveau.

Signature de l’alerte sur www.frc.asso.fr

* Au programme du Neurodon du lundi 10 mars au dimanche 16 mars 2014

• L’opération de collecte nationale « Neurodon » renouvelée dans les magasins Carrefour. (fruit de la collecte 2013 : 100 000 euros). • Le nouveau spot d’appel à dons « Aujourd’hui on sait réparer le cerveau d’un ordinateur mais pas celui d’un être humain. Faute de moyens ! » diffusé sur les chaînes de télévision publiques • De nouvelles affiches visibles dans toute la France • Un rendez-vous grand public dédié aux émotions « Les émotions en scène », le samedi 15 mars 2014 à 14h30, à la Cité des Sciences et de l’industrie à Paris. Réalisé en partenariat avec la revue « Cerveau et Psycho », proposera au public des saynètes inspirées de la vie quotidienne interprétées par des comédiens de la Ligne d’improvisation. Celles-ci seront décryptées par Anne-Solène Maria, psychologue à l’Inserm.

** La Fédération pour la Recherche sur le Cerveau

La FRC rassemble les six associations membres (Association pour la Recherche sur la Sclérose Latérale Amyotrophique / France Alzheimer / France Parkinson / Fondation pour l’Aide à la Recherche sur la Sclérose en Plaques / Fondation Française pour la Recherche sur l’Epilepsie / Union nationale des Familles et Amis de Malades psychiques (UNAFAM).

Les six associations partenaires qui représentent l’ensemble des maladies du cerveau (Amadys (dystonies) / Aramise (atrophie multisystématisée) / ARTC (tumeurs cérébrales) / France AVC / Huntington France / La Fondation Motrice).

***Les maladies du cerveau

Les maladies du cerveau comprennent les maladies neurologiques (Alzheimer, Parkinson, démences et autres maladies neuro-dégénératives, épilepsie, sclérose en plaques, accidents vasculaires cérébraux), les maladies psychiatriques (anxiété, dépression, addiction, schizophrénie, autisme, troubles obsessionnels compulsifs) et les déficits des organes des sens (déficiences visuelles ou auditives).

Parmi les affections neurologiques, les maladies neuro-dégénératives occupent une place prépondérante en raison de leur gravité et de leur fréquence croissante liée au vieillissement de la population.


Vos commentaires

Moteur de recherche

Recherche simple
Soutenez Place Publique

Dans la même thématique (Sciences et société)


Dans la même thématique (Santé)