Magazine decembre 2016/janvier 2017

diminuer augmenter Bookmark and Share

Asie du sud, Afrique subsaharienne : misère à perpétuité ?

Pierre Le Roy *

Le doute n’est pas permis : l’Asie du Sud (Inde, Pakistan, Bangladesh, Sri Lanka) et l’Afrique subsaharienne concentrent aujourd’hui dans le monde le plus de pauvreté, de misère et de retards, bien que le discours commence à changer : à l’image des dragons et autres tigres, ces régions ne sont-elles pas, à leur tour, en train d’émerger ?

En fait, la plupart des chiffres sont encore décourageants, à commencer par ceux du PIB. Il ne s’agit pourtant pas ici de comparer les résultats de l’Afrique subsaharienne et de l’Asie du Sud avec ceux des pays développés, mais simplement de se demander dans quels délais ces régions pourraient se rapprocher des moyennes mondiales actuelles, non seulement pour ce qui concerne le PIB, mais aussi Internet, l’alimentation, l’éducation, l’espérance de vie à la naissance et le taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans.

1 – Alimentation

• Nous prenons en considération les chiffres de FAOSTAT concernant la disponibilité en kilocalories journalières, en comparant les chiffres de nos deux régions avec la disponibilité de 2800 kilocalories journalières. Cette quantité est considérée par les experts médicaux comme étant nécessaire en moyenne pour vivre en bonne santé. Actuellement, les pays proches de cette norme sont par exemple l’Arménie, le Gabon, la Thaïlande ou la Jamaïque.

• Afrique subsaharienne : les chiffres (2256 kilocalories en 2000 et 2538 en 2011, dernière année connue, soit près de 300 kilocalories d’amélioration en une décennie), laissent espérer que, en 2020, la norme des 2800 calories sera atteinte.

• Asie du Sud : au cours de la même période, les chiffres correspondants (2389 kilocalories en 2000, 2473 en 2011, soit à peine 100 kilocalories d’amélioration en une décennie) laissent penser que le rattrapage avec les 2800 kilocalories ne sera effectué que vers 2045.

2 – Internet

D’après les statistiques de l’Union Internationale des Télécommunications, et plus particulièrement le pourcentage d’utilisateurs d’Internet par rapport à la population, la moyenne mondiale est aujourd’hui de 40 %, et les pays proches de cette moyenne mondiale sont par exemple la Bolivie, le Cap Vert, l’Iran et la Jamaïque

• Afrique subsaharienne : entre 2005, première année significative, et 2014, le pourcentage d’utilisateurs d’Internet est passé de 3 à 20 % de la population, soit une multiplication par 7. Cette évolution permet d’espérer que la moyenne mondiale actuelle (40 %) devrait être atteinte dès 2020.

• Asie du Sud : les chiffres correspondants (3 % en 2005, 18 % en 2014) sont très proches de ceux de l’Afrique subsaharienne. On peut donc espérer qu’à partir de 2020, l’Asie du Sud rejoindra elle aussi la moyenne mondiale actuelle dans ce domaine.

3 - Espérance de vie à la naissance

D’après les chiffres des World Development Indicators de la Banque Mondiale, qui reprennent les statistiques de la division « population » de l’ONU, la moyenne mondiale actuelle est de 71 ans. Les pays proches de cette moyenne sont par exemple l’Ukraine, le Cap Vert, le Guatemala et l’Iran.

• l’Afrique subsaharienne est passée entre 2000 et 2014 de 47 à 58 ans pendant que la moyenne mondiale passait de 66 à 71 ans. Cette évolution laisse espérer qu’en 2030, l’Afrique noire aura rejoint la moyenne mondiale actuelle.

• L’Asie du Sud est passée dans le même temps de 65 à 70 ans d’espérance de vie à la naissance. Cela signifie que, d’ores et déjà, cette région se situe près du niveau de la moyenne mondiale (71 ans). Bonne nouvelle !

4 – Taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans (TMM 5)

Selon les chiffres publiés par l’UNICEF et l’OMS, le TMM 5 pour 1000 naissances vivantes, la moyenne mondiale actuelle est de 46 décès pour 1000 naissances vivantes. Les pays actuellement les plus proches de cette moyenne sont la Bolivie, l’Afrique du Sud, le Bangladesh et l’Erythrée.

• Afrique subsaharienne : le TMM 5 y est passé de 175 à 92 entre 2000 et 2013. Au rythme actuel en pourcentage (une quasi-division par 2 en 13 ans) il faudra encore une quinzaine d’années pour que la moyenne mondiale actuelle (46) soit atteinte. Cela nous conduit à 2030.

• Asie du Sud : le TMM 5 y est passé de 79 à 47 entre 2000 et 2014. Cette région est donc d’ores et déjà à la moyenne mondiale dans ce domaine. C’est une autre bonne nouvelle !

5 – Niveau d’éducation

D’après les statistiques de l’UNESCO, et plus particulièrement le taux brut de scolarisation dans l’enseignement supérieur, la moyenne mondiale est aujourd’hui de 33 %. Les pays les plus proches de cette moyenne sont actuellement l’Algérie, la Tunisie, les Philippines et l’Indonésie.

• Afrique subsaharienne : le taux brut de scolarisation dans l’enseignement supérieur y est passé entre 2000 et 2013 de 4 à 8 %. Le rattrapage est très lent : au rythme actuel d’un doublement tous les 13 ans, perspective sans doute optimiste, ce n’est pas avant 2040 que l’Afrique subsaharienne rejoindra la moyenne mondiale actuelle (33 %).

• Asie du Sud : les chiffres dans ce domaine sont de 9 % en 2000 et de 24 % en 2013, soit une multiplication par 2,5. A ce rythme, la moyenne mondiale actuelle pourrait être atteinte dès 2020.

6 – PIB

Selon les statistiques présentées dans les World Development Indicators de la Banque Mondiale, et plus précisément le PIB moyen par tête calculé en dollars selon la méthode de la parité de pouvoir d’achat (PIB en dollars PPA). La moyenne mondiale est aujourd’hui de 14 343 dollars. Les pays les plus proches de cette moyenne sont la Chine, le Costa-Rica, le Monténégro et l’Algérie.

• Afrique subsaharienne : le PIB moyen par tête y est passé de 1600 à 3314 dollars PPA entre 2000 et 2013. Cela signifie qu’il faudra encore 25 à 30 ans pour que cette région atteigne la moyenne mondiale actuelle ! Cela nous conduit au mieux à 2040. C’est plus que décourageant !

• Asie du Sud : Entre 2000 et 2013, cette région est passée de 2600 à 5200 dollars de PIB-PPA par tête, soit un doublement. Pour atteindre la moyenne mondiale actuelle (14 343 dollars-PPA), il faudra au moins 15 ans. Cela nous conduit à 2030.

Echéances, aux alentours de …)

Indicateurs retenus / Objectif retenu/ Afrique / Asie du Sud

- Alimentation / 2800 calories disponibles /2020 /2045
- Internet /Moyenne mondiale actuelle /2020 /2020
- Espérance de vie /Moyenne mondiale /2030 /2015
- TMM 5 /Moyenne mondiale actuelle /2030 /2015
- Education /Moyenne mondiale actuelle /2040 /2020
- PIB /Moyenne mondiale actuelle /2040 / 2030

Conclusions

-  Afrique subsaharienne : les perspectives sont décourageantes : si on exclut l’alimentation et Internet, ce n’est qu’entre 2030 et 2040 que cette région rejoindra les moyennes mondiales actuelles.

-  Asie du Sud : les perspectives de rattrapage sont plus rapprochées, et il faut noter que, dès aujourd’hui, cette région se situe aux alentours de la moyenne mondiale actuelle pour l’espérance de vie à la naissance et pour le TMM 5. Dès 2020, ce devrait être également le cas pour Internet et pour le niveau d’éducation. Par contre, il faudra attendre 2030 pour le PIB et 2045 pour l’alimentation.

-  Il est clair que c’est l’Afrique subsaharienne, plus encore que l’Asie du Sud, qui concentre le plus de misère, de pauvreté et de retards. C’est vrai aujourd’hui. Ce le sera hélas encore longtemps !

(*) Fondateur de l’indice du bonheur mondial publié sur le site globeco.fr


Vos commentaires

Moteur de recherche

Recherche simple
SOMMAIRE du magazine