Vous êtes ici : Accueil /

Fils d’infos

25e Journée mondiale du refus de la misère "La misère est violence. Refusons-la."

17 octobre 2012, 25e Journée mondiale du refus de la misère

LA MISÈRE EST VIOLENCE.

Refusons-la.

Nous oublions souvent que les personnes très pauvres sont les victimes de violences quotidiennes. L’actualité ne cesse de nous le démontrer : décrets pour poursuivre ceux qui mendient, qui vivent dans la rue, et expulser ceux qui vivent sur des terrains sans en avoir formellement le droit. Ces personnes font ainsi l’objet d’une véritable discrimination à cause de leur origine sociale : situation de grande pauvreté, violations répétées de leurs droits et non-association aux projets qui leur sont destinés. Elles sont aussi manipulées dans les conflits armés puis rejetées au moment des processus de paix, etc.

Cette année, la Journée mondiale du refus de la misère interpelle la société pour demander la reconnaissance de la violence faite aux plus pauvres. L’ONU a choisi ce thème pour rappeler que la fin de la misère nécessite de mettre à profit les capacités de toutes les personnes sans exclusion.

Avec les partenaires de la journée, ATD Quart Monde veut faire connaître toutes les actions qui permettent aux personnes de milieux défavorisés et à ceux qui les soutiennent de se rencontrer, de s’unir pour résister à l’isolement que provoque la violence du mépris et de la misère.

Moteur de recherche

Soutenez Place Publique

Initiatives

Zoom sur...

Le Courrier de Bovet

Date de création : 1950 Objectif : Organiser des échanges de correspondance entre des détenus et des personnes prêtes à leur apporter une écoute et un soutien moral (National). Activités : Créé en 1950, le Courrier de Bovet, du nom de sa fondatrice Madame de Bovet, est une association nationale loi 1901 qui propose aux détenus un accompagnement épistolaire afin de faciliter leur (ré)insertion ultérieure. Le Courrier de Bovet souhaite permettre la communication entre deux mondes différents, celui du dehors dont sont privés les détenus et celui du dedans, ignoré des correspondants. Il s’interdit (...)